- Bongo Doit Partir - http://www.bdpgabon.org -

Gabon : Les étudiants de l’EPCA sur le pied de guerre

Les étudiants de 1e année en Marine marchande et PME/PMI de l’Ecole préparatoire aux carrières administratives (EPCA) ont entamé un mouvement de grève le 26 juin dernier pour réclamer le paiement de près de 60 millions de francs CFA d’arriérés de bourse. Privés des allocations de l’Etat depuis la rentrée de novembre 2007, les étudiants de ces deux filières ont accumulé des difficultés financières qui plongent aujourd’hui la plupart d’entre eux dans une situation précaire.

Une épaisse fumée s’élevait le 26 juin dernier dans la banlieue est de Libreville, où des étudiants de l’Ecole préparatoire aux carrières administratives (EPCA) ont commencé un mouvement de protestation devant leur établissement pour réclamer le versement par la tutelle de leurs arriérés de bourses.

Privés d’allocations boursières depuis la rentrée de novembre 2007, les étudiants de 1e année des filières de Marine marchande et de PME/PMI sont montés au créneau pour dénoncer l’engrenage de la précarité suscité par cette situation.

Situé au quartier Melen, dans la banlieue Est de la capitale gabonaise, la position excentrée de cette école entraîne d’importants frais de transports pour les étudiants.
«Il faut emprunter des moyens de transports comme les taxis et les bus de la Sogatra, et cela deux fois par jour. Nos administrations sont si insensibles qu’elles ne se soucient même pas de savoir comment nous faisons pour tenir jusque là pour aller au cours depuis le début de l’année sans allocation de bourse» s’est plaint une étudiante.

Le directeur de l’EPCA, Guy Benjamin Ndounou, a expliqué que cette situation qui dure depuis 10 mois engage aujourd’hui des arriérés de bourses s’élevant à près de 60 millions de francs CFA.

«Il n’est plus question de nous contenter d’un paiement partiel des arriérés de bourse. Nous demandons que l’intégralité nous soit versée et les cours reprendront sérieusement» explique un autre étudiant.

Il avait été décidé qu’en dehors des filières de gestions administratives et de gestions économiques et financières, qui relèvent de la compétence de l’école, le paiement des vacations des enseignants et des bourses des apprenants des cinq autres filières devaient être assurer par les administrations qui ont souhaité leur création au sein de l’EPCA.

«Dans cette affaire, la direction générale de l’école n’y est pour rien, elle qui a d’ailleurs tout fait pour nous contenir en espérant que nos administrations allaient se mobiliser pour nous tirer de cette mauvaise passe» a précisé un troisième étudiant manifestant.

Le directeur de l’établissement a exhorté les administrations concernées à régulariser leurs situations dans les plus délais pour un retour au calme et à la stabilité dans l’établissement, où doivent se tenir dans une semaine les examens de fin d’année.

L’EPCA est une école supérieure créée par décret en décembre 1978 qui assure la formation et le perfectionnement des agents de l’Etat. Cette école reste ouverte aux candidats internes et externes et dispose actuellement d’un effectif de 859 étudiants, dont 400 à la charge de l’école contre 459 étudiants censés être pris en charge par différentes administrations telles que le Trésor, les Finances, la Marine marchande, les PME/PMI. L’ECPA dispose d’un budget annuel de fonctionnement de 200 millions de francs CFA. 


SUR LE MÊME SUJET
Face au mou constaté chez le gouvernement dans la mise en œuvre du protocole d’accord de janvier dernier, les enseignants gabonais ont posé un nouvel ultimatum pour le respect des clauses de la convention qui avait permis la reprise des cours. Les syndicalistes ont sollicité l’implication directe du chef de l’Etat pour la résolution de ce différend avant le 26 mai prochain. La Convention nationale des syndicats du secteur éducation (CONASYSED) ne relâchent pas la pression sur le respect du protocole d’accord signé avec le gouvernement en janvier dernier. Malgré ce document sensé échelonner la satisfaction des revendications des enseignants, ...
Lire l'article [1]
Le secrétaire général du Syndicat national de la Fonction Publique et de la Réforme administrative (SYNAFOPRA), Jacques Ada, a menacé le 2 juin dernier de reconduire le mouvement de grève à compter du 19 juin prochain. Le SYNAFOPRA dénonce les couacs dans le versement de la prime incitative et des rappels de la prime de transports promis le 29 avril dernier par le gouvernement pour mettre un terme à la grève. Alors que l'on pensait que le gouvernement était parvenu à calmer le feu du côté de la Fonction publique, l'assemblée générale tenue le 2 juin dernier à Libreville par ...
Lire l'article [2]
Suite aux résultats stériles de leur récente rencontre avec le chef du gouvernement, les représentants des agents du ministère des Affaires sociales ont déposé ce 4 mai un préavis de grève pour la satisfaction de leurs revendications pour lesquelles les autres départements ministériels ont déjà obtenu gain de cause. Alors que le secteur de la Santé a de nouveau suspendu son service minimum en début de semaine dernière, l'entrée en grève des agents de ce secteur viendrait encore aggravé la situation sanitaire du pays avec la paralysie des centres d'accueil spécialisés sur l'ensemble du territoire national. Le Syndicat des personnels ...
Lire l'article [3]
Suite à l’appel d’offre lancé en 2008 par le ministère des Transports pour la sensibilisation des automobilistes aux dangers de la route, une importante campagne de prévention routière a été lancée au début du mois d’avril sur l’étendue du territoire national. Menée par la société LD Mobile en collaboration avec le ministère des transports et l’opérateur de téléphonie mobile Libertis. Alors que les campagnes de sensibilisation sur la sécurité routière ont déjà permis à de nombreux pays européens de réduire les indicateurs de l’insécurité routière, le nombre de mort de la route au Gabon n’a cessé d’augmenter depuis ces dernières ...
Lire l'article [4]
Dans un communiqué rendu public le 4 mars dernier, le gouvernement gabonais a fermement condamné les campagnes médiatiques menées en France à l’encontre du président Bongo Ondimba, considérées comme une tentative de déstabilisation organisée avec la complicité de «certains acteurs». Rappelant les événements de 2008 qui avaient déjà jeté un froid sur les relations diplomatiques entre Paris et Libreville, le gouvernement a mis en garde les autorités françaises sur la dégradation des relations entre les deux pays que pourrait engendré la récurrence de ces attaques. Se dirige-t-on vers une nouvelle brouille entre Paris et Libreville, comme en mars 2008 où les ...
Lire l'article [5]
Les forces de l’ordre ont empêché le Collectif des agents municipaux de Libreville (CAML) d’organiser une marche pacifique, le 6 février dernier, visant la réclamation du versement de leurs droits à la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS). La dette de plus 16 milliards de francs CFA de la mairie de Libreville à la CNSS prive les agents municipaux de leurs prestations médicales, de leurs allocations ou encore de leurs pensions de retraites depuis plusieurs années. Près d’un an après les mouvements de grève qui avaient paralysé les services municipaux, le bras de fer entre les agents municipaux et les ...
Lire l'article [6]
Les syndicats des agents de l'Etat fédérés au sein de l'Union des syndicats de l'administration publique, privée et parapublique (USAP) ont tenu une conférence de presse le 22 novembre à Libreville, pour faire le point sur les situations administratives et professionnelles dans les différentes administrations du pays. A l'issue de cette conférence, l'USAP a lancé un ultimatum au gouvernement pour l'ouverture des négociations avant le 29 novembre, sinon un préavis de grève générale serait déposé le 1er décembre prochain à la Primature. La crise sociale qui couve au sein de l'administration publique est sur le point d'éclater, avec l'ultimatum lancé ...
Lire l'article [7]
Les agents de Gabon Télécom et de sa filiale Libertis, fédérés au sein du Syndicat des professionnels des Postes et Télécommunications (SYPROPOSTEL) ont réclamé le 10 juillet dernier le versement d’une prime transitionnelle aux agents déflatés dans le cadre du plan social de privatisation. Le gouvernement gabonais et l’acquéreur, Maroc Télécom, avaient signé le 7 novembre 2007 un protocole d'accord dit de "partenaire stratégique", qui impliquait notamment la mise en œuvre par l’Etat gabonais d’un nouveau plan social en concertation avec les partenaires sociaux. Le président du Syndicat des professionnels des Postes et Télécommunications (SYPROPOSTEL), Guy Jonas Lingombe, a exhorté ...
Lire l'article [8]
Les agents de la Gabonaise de surveillance et de sécurité (G2S), société de gardiennage et de transport de fonds, sont entrés en grève depuis le 4 juin dernier pour réclamer le versement de leurs salaires qu’ils ne perçoivent plus depuis deux mois. Réunis au siège de la société dont ils ont interdit l’accès, les employés de G2S dénoncent le retard dans le paiement des salaires alors que la direction aurait récemment perçu un règlement de plus de 34 millions de francs CFA. Les gardiens et convoyeurs de la Gabonaise de surveillance et de sécurité (G2S) réclament leurs arriérés de salaire. ...
Lire l'article [9]
Les étudiants de troisième cycle de l’Université Omar Bongo de Libreville (UOB), menacent d’entrer en grève pour protester contre la hausse des frais de scolarité en Master. Selon l’arrêté rectoral du 8 août 2007, les frais de scolarité sont fixés à 500. 000 FCFA pour le Master professionnel et 1.000 000 FCFA pour le Master recherche que l’on soit boursier ou non. L’Université Omar Bongo de Libreville va –t-elle renouer avec le cycle de grèves' La récente augmentation des frais de scolarité pour les inscriptions en cycle de Master rapproche l’UOB de cette éventualité. L’arrêté rectoral du 8 août 2007 rendu ...
Lire l'article [10]
Gabon : La CONASYSED encore sur le pied de guerre
Gabon : La Fonction publique sur le pied de guerre
Gabon : Les agents des Affaires sociales sur le pied de guerre
Gabon : La sécurité routière sur le pied de guerre
Gabon : Le gouvernement sur le pied de guerre face aux médias français
Gabon : Les agents municipaux sur le pied de guerre
Gabon : Les agents de l’Etat sur le pied de guerre
Les agents de Gabon Télécom sur le pied de guerre
Gabon : Les gardiens de G2S sur le pied de guerre
L’UOB sur le pied de guerre