Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon: Art / Cinéma: Manouchka Kelly Labouba première femme gabonaise à s’investir dans la réalisation d’un film de fiction

Auteur/Source: · Date: 5 Juil 2008
Catégorie(s): Société

Au cours d’une interview exclusive accordée vendredi à GABONEWS au Centre Culturel Français, la jeune étoile montante du cinéma gabonais âgée de 24 ans, master en études cinématographiques et audiovisuelles à l’Université de Michel de Montaigne Bordeaux 3 en France, et des stages de perfectionnement aux Etats-Unis, a déclaré s’être investi dans la réalisation d’un court métrage intitulé « Le Divorce », fait pour être visionné en salle, et dans les festivals, dont la production est assurée par le ministère français des affaires étrangères, le centre national de la cinématographie du Gabon (CENACI), et SLOGF Pictures, dans le but de démontrer aux futurs producteurs africains, voire du monde, son savoir faire.
Selon Manouchka Labouba, le fait qu’elle soit la première femme gabonaise à réaliser un film de fiction l’émeut beaucoup, car elle rentre dans le paysage cinématographique gabonais, suffisamment balisé par des figures emblématiques comme Philippe Mory, Charles Mensah, Henry Joseph Koumba Bididi. Au demeurant, elle s’est intéressée dès 12 ans au cinéma. “C’est parti d’un déclic ressenti au moment ou je suivais « Philadelphia », un film de Jonathan Demme qui m’a transformé foncièrement du fait des sujets pointus et édifiants qu’il traitait a une période ou tout est tabou” a-t-elle confié.

Le court métrage dont elle est la réalisatrice s’inspire, d’une part de son séjour à l’occident, mais surtout de la société traditionnelle notamment gabonaise. C’est ce qui témoigne de la symbolique du mariage coutumier de « Magloire » et de « Florence », acteurs principaux du film. Le directeur du CENACI, Charles Mensah, qui après avoir séjourné dans son scénarii en gestation, invite la jeune cinéaste à poursuivre dans le tournage de son court métrage en vue de lui donner une forme professionnelle.

Pour la jeune cinéaste, « le divorce » est la rencontre entre la tradition et la modernité. C’est une invite au brassage culturel, car pour Manouchka, c’est comme ça qu’elle perçoit l’image de la nouvelle Afrique. De plus, elle avoue que son équipe n’était faite que des professionnels, car l’équipe du CENACI l’a assistée avec tact, on peut voir des acteurs comme Serge Abessolo incarnant le rôle principal.

La visibilité et la réception par un large public de sa 1ère réalisation ; la réalisation d’un autre film : « Le malheur » ; la participation au Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO), au Festival de Carthage en Tunisie et enfin, le Festival international de court métrage de Clermont-Ferrand tout en espérant hisser le drapeau gabonais à la plus haute des marches, constituent le parterre de chalenge auxquels la jeune cinéaste entend faire face.


SUR LE MÊME SUJET
Le film long métrage, « le collier du Makoko », du réalisateur gabonais, Henri Joseph Koumba, a été officiellement présenté lors d’une projection complète mardi soir dernier au Centre Culturel Français de Libreville (CCF), en présence de nombreux riverains qui ont effectué le déplacement. Le « collier du Makoko », dernier chef-d’œuvre du réalisateur gabonais Henri Joseph Koumba, est l’histoire de la préservation de nos richesses culturelles axée sur trois éléments essentiels, notamment le collier, un lion et le retour au pays d’un enfant. Selon le récit de ce film de plus de deux heures de temps, la problématique de la disparité ...
Lire l'article
Le Directeur du programme national de lutte contre la Lèpre , Dr Annick Mondjo, a projeté un film produit par la Fondation Raoul Follereau sur la lutte contre la Lèpre en Afrique, ce jeudi, au Centre Culturel Français de Libreville, en présence d’élèves venus s’informer sur les conséquences de cette maladie, dans le cadre de la célébration en différée de la 57ème journée mondiale des lépreux, a constaté un reporter de GABONEWS. Cette projection avait pour but une meilleure sensibilisation sur la maladie dans un milieu intellectuel, notamment avec des jeunes scolarisés et c’est une manière pour le ...
Lire l'article
Le directeur du Centre National du Cinéma Gabonais (CENACI), Imunga Ivanga, dont l'Institution a pris part, du 17 au 20 février à Libreville, à la première édition du Salon numérique, interviewé par GABONEWS, a relevé les liens étroits qu'entretiennent le cinéma et le numérique, avant de présenter les innovations prévues par sa structure au plan national dans le courant de l’année 2010. GABONEWS (GN): - M. le directeur, à l'image des opérateurs nationaux et internationaux, le CENACI a pris part à cette première édition du Salon national de numérique. Quel bénéfice l'Institution que vous dirigez entend- elle tirer? ...
Lire l'article
Mandela a voulu souder une nation grâce au sport. Cette entreprise a moins bien réussi que celle décrite dans le film de Clint Eastwood. Clint Eastwood n'est pas homme à aimer les choses simples. Avec Invictus, il a donc choisi d'ouvrir une page d'histoire, ces journées où Nelson Mandela, le premier président noir d'Afrique du Sud, choisit de s'appuyer sur le rugby, sport de Blancs, pour unifier la nation. C'est la réussite de cet audacieux pari que raconte le film, « un épisode si beau, que, s'il n'était pas vrai, il serait incroyable », comme le soulignent les analystes sud-africains. En ce ...
Lire l'article
Pour ses 40 années d’existence, le Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco), s’étant déroulée du 28 février au 07 mars dernier, a vu la participation de nombreux pays africains parmi lesquels le Gabon dont deux productions sur trois ont été récompensées. «Confession Finale» d’André Côme Ottong et le scénario «Un Amour à Libreville» d’Imunga Ivanga et de l’Américaine Dawn Winkler. La 21e édition du Festival panafricain de télévision et de cinéma de Ouagadougou (Fespaco) ayant démarré comme prévu le 28 février dernier, s'est achevée le samedi 07 mars sur une nouvelle « consécration » du Gabon ...
Lire l'article
Un film tourné à partir d’un téléphone portable montrant des ébats sexuels entre une élève et un professeur au Lycée public Nelson Mandela de Libreville est au centre d’un scandale après que le film ait fait le tour de l’établissement, a appris l’AGP vendredi de source proche du Lycée. Selon des témoins notamment certains élèves, le pot au rose aurait été découvert la semaine dernière par un élève ayant subtilisé le téléphone portable de l’enseignant oublié après un cours. Cet élève après manipulation de l’appareil découvre des images animées montrant une scène insolite ‘’l’enseignant en plein ébats sexuels avec son élève’’ et ...
Lire l'article
A l’occasion de la 3e édition des "Escales documentaires de Libreville ", Pauline Mvélé, journaliste gabonaise d’origine burkinabé, a présenté, le 3 décembre, son film documentaire intitulé «Accroche-toi». Ce film est une révélation poignante de la facette sombre de la pandémie : celle de la discrimination, du désespoir et de la souffrance silencieuse des femmes atteintes par le Sida. Le documentaire lève également un pan de voile sur les conditions socio-économiques désastreuses qui contraignent ces femmes à vivre dans l’ombre, et a favoriser la propagation pernicieuse du virus. Pour la réalisation de son film, Pauline Mvele a reçu le soutien ...
Lire l'article
Dans le cadre des activités organisées pour le 48ème anniversaire de l’Indépendance, on enregistre le festival international du cinéma initié par Gabon solidarité, plate forme de promotion du cinéma gabonais, a constaté GABONEWS C’est dans l’esplanade du carrefour Camp de gaule, aménagé pour la circonstance que s’est déroulé, trois jours durant, le festival international du cinéma. Pour Mlle Olivia, Chargé à la communication de Gabon Solidarité, cette action s’inscrit dans le contexte de l’Unité nationale prônée par le président de la République « La particularité pour cette année est la primauté accordée à la projection des films gabonais, notamment « ...
Lire l'article
A l'occasion de la célébration de la Journée panafricaine de la femme le 31 juillet, la ministre chargée de la Promotion de la femme, Angélique Ngoma, a sensibilisé la population sur la place et le rôle des femmes dans le processus de «paix, de sécurité et de stabilité économique» en Afrique. Elle a appelé les femmes à s'impliquer dans la réalisation des OMD d’ici 2015, conformément aux résolutions du 9e congrès de l’Organisation panafricaine de la femme (OPF). A travers la «lutte contre le VIH/Sida» et «les femmes et les Etats-Unis d’Afrique», les communications ont permis d’impliquer ...
Lire l'article
Un événement cinématographique dénommé « Cinéma en plein air » s'est ouvert jeudi au Centre culturel français (CCF) Saint Exupéry de la capitale gabonaise, en présence de plusieurs cinéastes gabonais, ainsi que de nombreux invités, avec le concours de cette institution et du Centre national de cinématographie (CENACI). De nombreux jeunes ont effectués la déplacement des jardins du CCF, où ils ont eu droit gratuitement à suivre ''Les tamtams se sont tus '' de Philippe Mory. Ce film relate la visite au village d'un jeune scripteur, Abraham, qui tombe amoureux de la plus jeune des épouses de son oncle. C'est le premier ...
Lire l'article
Le film gabonais « le collier du Makoko » officiellement projeté mardi au Centre Culturel Français de Libreville
Un film de lutte contre la Lèpre a été projeté au Centre Culturel Français
« Le cinéma est directement lié aux innovations technologiques actuelles », Léon Imunga Ivanga, Directeur général du CENACI
«Invictus», de la fiction à la réalité
Gabon/Cinéma : Le cinéma gabonais récompensé au FESPACO 2009 !
Gabon: Un film montrant des ébats sexuels entre une élève et un professeur défraie la chronique dans un lycée de Libreville
Gabon : Le cinéma-vérité sur le Sida de Pauline Mvele
Gabon: « Gabon Solidarité » s’investit dans la promotion du cinéma gabonais
Gabon : Ngoma implique la femme africaine dans la réalisation des OMD
Gabon: Un « Cinéma en plein air » au CCF pour le bonheur des Librevillois

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne 5,00 sur 5)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 5 Juil 2008
Catégorie(s): Société
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

2 Réponses à Gabon: Art / Cinéma: Manouchka Kelly Labouba première femme gabonaise à s’investir dans la réalisation d’un film de fiction

  1. ELLA

    9 Sep 2008 a 08:42

    Bonjour moi je voudrais juste félicité Mlle LABOUBA pour son talent cependant j’aimerais aussi dire qu’il y a des jeunes talents en herbe qui aimeraient eux aussi se faire connaître bye

  2. Okili Gaston

    24 Juil 2008 a 13:23

    Bonjour. Juste une précision, Mademoiselle Labouba est jeune et talentueuse mais n’est pas la première à s’investir dans la fiction. Avant elle il y a Arlette Gombomoye, Karine Yèno Anongwi et Nadine Otsobogho. C’est bien que le mouvement s’étende. Ce serait bien de le ressortir. Ciao.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*