Socialisez

FacebookTwitterRSS

Interview : « Il est tout à fait logique que le contrat liant la SEEG à l’Etat fasse l’objet d’une rediscussion fondamentale », déclare Patrice Fonlladosa, PDG de Veolia Water AMI.

Auteur/Source: · Date: 9 Juil 2008
Catégorie(s): Economie

Le Président Directeur Général de Veolia Water AMI (Afrique, Moyen-Orient, Sous continent Indien ), Patrice Fonlladosa, a déclaré à son arrivée mardi soir à Libreville qu’il est tout à fait logique que le contrat liant la SEEG à l’Etat fasse l’objet d’une rediscussion fondamentale. Avec un optimiste mesuré, il espère qu’un accord consensuel aboutira au terme des échanges avec les autorités gabonaises.
Infosplusgabon : L’Etat gabonais a émis la volonté de relire en profondeur la convention qui le lie à la Société d’énergie et d’eau du Gabon (SEEG).

Que pensez-vous de l’importance et de la portée de la révision de ces accords.

Patrice Fonlladosa : Je pense que c’est un moment absolument capital pour la SEEG et pour la vie du contrat qui lie la SEEG à l’Etat gabonais. Vous savez que c’est un contrat qui a été démarré il y a maintenant un peu plus de 10 ans et qui porte sur une vingtaine d’années. Donc, il n’est pas du tout anormal ; il est même tout à fait logique, que ce contrat fasse aujourd’hui l’objet d’une rediscussion assez fondamentale sur le bilan, sur les dix années passées, et puis sur les perspectives des dix années qui viennent. Je crois que c’est vraiment le moment idéal.

Pouvez-vous nous rappeler le montant des investissements réalisés par la SEEG au cours de ces dix premières années de privatisation ?

Il avait été prévu à l’origine dans notre contrat, un investissement sur la durée de 20 ans de 300 milliards de F CFA. En réalité, la demande a été beaucoup plus forte que celle que nous attendions. Et donc aujourd’hui, à mi-parcours, nous sommes déjà à 233 milliards de F CFA ; Ce qu’il faut savoir c’est que la demande est tellement forte aujourd’hui, tant en eau qu’en électricité, avec des croissances entre 6 et 8% par an ; ce qui est assez exceptionnel !. Ce qui fait que les investissements que nous allons encore avoir à faire dans les années qui viennent vont être à peu près de l’ordre de 410 à 415 milliards de F CFA. Donc nous avons plus que doublé les engagements qui avaient été pris lors de la concession. Evidemment, cela ne peut pas se faire sans un véritable partenariat avec l’Etat gabonais.

L’Etat gabonais a-t-il su pleinement accompagner la SEEG dans son rôle de distributeur d’eau et d’électricité à travers le pays ? …

Ce qu’on peut dire de façon très pragmatique c’est que si l’on compare le Gabon à l’ensemble des pays d’Afrique subsaharienne aujourd’hui, nous sommes avec le Gabon dans une exception positive puisque c’est un contrat qui continue, un contrat qui perdure et dans lequel les acteurs, à la fois l’Etat gabonais et Veolia, essayent de faire leur meilleurs efforts pour arriver effectivement à ce que les engagements pris de part et d’autre soient respectés. Je dois dire que, malgré tout, que je suis un petit peu impatient aujourd’hui — c’est vrai— de rentrer dans cette période de discussions parce que les besoins sont immenses.
Les principales villes du Gabon sont peu ou pas urbanisées.

Quels sont les besoins en infrastructures qui permettraient à la SEEG de remplir ses missions… d’aller au bout de sa logique ?

Là c’est une très très vaste réponse qu’il faudra pouvoir vous donner. Mais c’est vrai que le périmètre de la concession, c’est l’ensemble du Gabon. Cela veut dire les villes de provinces ou les localités des provinces. Alors, en terme de priorité, si l’on devait essayer de faire une synthèse, je crois qu’il faille sécuriser le réseau d’eau potable sur Libreville. C’est un besoin absolument impérieux. De même, sécuriser l’évolution très forte, je l’ai dit tout à l’heure, de la demande en électricité. Le taux d’équipement des ménages en matériel électroménager qui correspond à une amélioration de la vie quotidienne fait qu’il y a effectivement des consommations très importantes. Donc on a besoin d’investir des sommes considérables. Il faut savoir qu’aujourd’hui, nous avons investi par exemple dans les trois dernières années, plus que l’intégralité de nos flux de trésorerie (cash flow).
D’ailleurs, nous ne distribuons même pas de dividendes depuis deux ans…

Où en est-on avec la Centrale à gaz d’Owendo ?

Alors, c’est un pari stratégique que nous avons pris avec le plein accord des autorités publiques, il y a trois ans. Nous avions, dans l’anticipation, une certaine réserve quant à l’évolution des cours du pétrole. Nous avons proposé à l’Etat gabonais d’utiliser le gaz comme combustible pour sa centrale électrique d’Owendo avec un contrat de Take or Pay, c’est-à-dire un contrat qui fixe les prix sur la durée. On est ainsi protégé de toute évolution des prix du pétrole. Et nous avons effectivement réussi à passer ce contrat. Depuis le début du mois de janvier, l’approvisionnement en gaz sur la ville de Libreville est effectif avec une période de rodage de nos installations. Tout se passe plutôt bien. C’est un petit peu plus long qu’on ne l’aurait souhaité, mais ça ce passe globalement dans le cadre des équilibres que nous souhaitions. Je pense que ce qui va être quand même remarquable, c’est qu’on pourra dire de façon très fière et très officielle d’ici novembre 2008, en Afrique Subsaharienne, que la grande capitale africaine qui fonctionne aujourd’hui au Gaz, c’est Libreville.

Si le contrat qui lie la SEEG à l’Etat gabonais était renouvelé, à l’issue du contrat en cours, pour 20 autres années, Veolia pourrait-elle opter pour la construction d’une nouvelle centrale électrique ?

A partir du moment où effectivement les durées des concessions s’allongent et où le respect des limites qui ont été définies dans notre contrat sont mis en œuvre, — elles le sont aujourd’hui mais avec un certain nombre d’exceptions par la force des choses— , je veux parler de la croissance énergétique, nous avons dans notre contrat avec l’Etat gabonais, le fait qu’il y a des rôles respectifs. L’Etat gabonais par exemple doit organiser et construire, préparer la construction, bien entendu en coordination avec l’opérateur, de tous les équipements électriques supérieurs à 10 MW. Dans l’avenir ce sera forcement ce qui arrivera. On peut demander à l’opérateur de faire un certain nombre d’effort mais dans le cadre d’un équilibre économique global d’une concession. Il est bien entendu, et c’est tout à fait évident, que n’importe quel opérateur ne travaillera qu’avec la perspective de pouvoir mener une opération qui lui permette premièrement de faire ses investissements, deuxièmement de rémunérer ses actionnaires, de récompenser ses salariés.

Qu’attendez-vous des discussions avec l’Etat gabonais et quand est ce que celles-ci auront lieu ?

Nous attendons beaucoup de ces discussions avec l’Etat gabonais. Nous attendons tout simplement une relecture responsable des accords qui nous lient avec l’Etat. Cette terminologie de relecture responsable avait été employée il y a un an par l’ancien ministre des Mines, du Pétrole, des Hydrocarbures, de l’Energie, des Ressources hydrauliques , Richard Auguste Onouviet. Et je trouve qu’elle était tout à fait appropriée. Il s’agit aujourd’hui de regarder ce qui a été fait et de dresser un bilan. Et d’entrevoir les perspectives que nous pouvons partager ensemble. Qu’est qui est de la responsabilité de l’Etat ? Qu’est ce qui est de notre responsabilité ?. Qu’est ce que nous devons faire, qu’est ce que l’Etat doit faire ?. En terme de délai, je dirai simplement qu’aujourd’hui, la situation est très urgente parce que nous sommes dans une situation où, c’est mon sentiment personnel, nous aurions dû démarrer déjà depuis presque un an cette discussion. Il ne faudrait vraiment plus trop tarder compte tenu de l’évolution qui est toujours croissante de la demande. Aujourd’hui, je suis véritablement dans un sentiment qui est quand même celui d’une …certaine urgence de la négociation.

Pensez-vous que la SEEG et l’Etat trouveront un accord consensuel au terme de ces discussions ?

Nous avons toujours trouvé un accord et nous avons connu des difficultés par le passé. Nous avions trouvé face à nous des responsables qui avaient des véritables visions à long terme de leur pays. J’espère, et je le crois, que ce sera à nouveau la démonstration que nous devons faire dans les semaines qui viennent.
 


SUR LE MÊME SUJET
CAN 2012: Des quarts de finale pas tout à fait équilibrés
Le premier tour de la 28ème édition de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) Orange 2012 a rendu son verdict avant-hier mercredi à Libreville et à Franceville, avec la fin des matchs de poules. Le week-end prochain, démarre une seconde phase (quarts de finale) toute aussi incertaine, mettant aux prises les huit équipes rescapés de la première, dans de surprenantes combinaisons: Zambie-Soudan, Côte d’Ivoire-Guinée Equatoriale, Gabon-Mali, Ghana-Tunisie. Zambie-Soudan : c’est la première affriche des quarts de finale prévue samedi prochain (17h00) à Malabo. Pour parvenir à ce stade de la compétition, les Chipolopolo ont terminé en tête du groupe A ...
Lire l'article
Suite au branle-bas né dans la classe politique gabonaise après la récente rencontre, à Paris (France), du président de l’Union du peuple gabonais (UPG, opposition), parti de l’Alliance pour le changement et la Restauration (ACR, opposition) et le président de la République Ali Bongo Ondimba, chef de file du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir), l’ACR est monté au créneau ce jeudi pour « faire sa mise au point » et taire la guerre des communiqués qui en a découlé, a constaté GABONEWS. GABONEWS livre, in extenso, le communiqué rendu public ce jeudi, en après-midi, à Libreville, par le Secrétaire ...
Lire l'article
La télévision nationale gabonaise RTG1 a annoncé jeudi lors d'un poisson d'avril très remarqué que l'Etat gabonais allait rompre la concession la liant à la Société d'énergie et d'eau du Gabon (SEEG), filiale du groupe français Veolia. Alors que les coupures de courant et d'eau sont devenues fréquentes à Libreville, provoquant la colère de nombreux consommateurs, la télévision a annoncé que le gouvernement avait décidé de rompre le contrat qui court normalement jusqu'en 2017. "C'est un poisson d'avril", a précisé à l'AFP le ministre de l'Energie Régis Immongault. Dans une interview au site internet Gabonnews, le ministre a toutefois précisé: "Si la SEEG ...
Lire l'article
La Société d'énergie et d'eau du Gabon (SEEG), filiale du groupe français Veolia, mise en cause pour manquement, accuse à son tour ce matin l'Etat gabonais de ne pas avoir respecté ses engagements financiers pour assurer un approvisionnement correct des Gabonais. "La SEEG exerce l'activité de gestion du service public de l'eau potable et de l'électricité en vertu d'un contrat de concession passé avec la République gabonaise en 1997" pour une durée de 20 ans, explique la société dans ce texte publié par le quotidien semi-officiel L'Union. Selon elle, ce contrat a fait l'objet d'un protocole conclu "le 21 août 2007". "Malheureusement, l'un ...
Lire l'article
Libreville, 25 août (GABONEWS) - Gérard Latortue, Chef de Délégation de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), entre autre, ancien premier ministre Haïtien, mandaté par son Secrétaire Général, Abdou Diouf, pour observer le scrutin du 30 août prochain au Gabon, a déclaré au sortir de la rencontre avec le ministre de la Communication, Laure Olga Gondjout, lundi, que « tout est fait pour assurer la fiabilité, la transparence et la crédibilité du scrutin du 30 août prochain ». Actualité du :25/08/2009 « Nous sommes venus ici au nom de la Francophonie, envoyés ...
Lire l'article
Le commissaire de la ville de Tchibanga, le lieutenant de police Thierry Pierre Moussavou Kery a déclaré ‘’la guerre’’ aux véhicules en mauvais état circulant dans le périmètre urbain de cette commune, a constaté le chef de bureau de l’AGP. L’opération a été déclenchée au lendemain des fêtes de fin d’année. Les éléments de la police procèdent à un contrôle systématique de toutes voitures notamment celles à usage de transport en commun (Taxis) qui sont pour la plupart des cercueils roulants polluant l’environnement par la fumée qu’elles dégagent. ‘’Tout véhicule verbalisé dans cet état ou sans visite technique sera mis systématiquement en ...
Lire l'article
Christophe Toukou, de nationalité gabonaise, en rentrant chez lui dans un état d'ivresse jeudi soir, a confondu sa belle mère à sa femme qu'il a embrassé follement avant de tripoter les seins pendant que cette dernière, assise dans un fauteuil, regardait attentivement la télévision avec deux de ses petits fils à Lébamba (Sud). « Si le mari de ma fille à l'habitude d'embrasser sa femme au salon à chaque fois qu'il rentre le soir parce qu'ils sont encore jeunes, il ne doit pas me confondre et c'est une honte pour moi, ma fille et toute ma famille », a déclaré ...
Lire l'article
Le ministre gabonais en charge de l’Energie et des Ressources hydrauliques, Casimir Oyé Mba, a reçu le 3 octobre Patrice Fonlladosa, le représentant régional de VEOLIA Water, maison mère de la Société d’Eau et d’Energie du Gabon, dans le cadre de la renégociation des termes du contrat qui lie la société à l’Etat gabonais. A la suite d'une coupure au début du mois de septembre ayant engendré d’importants désagrément, le gouvernement avait demandé l’accélération de la révision du contrat pour l’adapter aux évolutions du secteur énergétique gabonais au regard de la croissance de la demande. Les responsables de Veolia Water et ...
Lire l'article
Le Conseil des ministres de jeudi, préoccupé par les dernières coupures d'électricité et d’eau qui ont causé d'importants désagréments à Libreville à demandé de réviser le contrat de concession accordé à la société VEOLIA exploitant de la Société d’eau et d’électricité du Gabon (SEEG). Cette décision aurait été motivée par la busque coupure d’électricité d’environ 5 heures de temps qu’a enregistré la capitale gabonaise dans la nuit de dimanche à lundi dernier. Coupure qui a occasionnée de nombreux désagréments et des dégâts matériels dans les ménages et les industries qui travaillent à plein temps. Ainsi, les désagréments subis par les consommateurs cette semaine, ...
Lire l'article
Le gouvernement gabonais, réuni en Conseil des ministres vendredi 6 juin dernier autour du président de la République, suite à « la situation préoccupante du service public de l’eau potable et de l’énergie électrique », a autorisé le ministre des mines, du pétrole, des hydrocarbures, de l’énergie, des ressources hydrauliques et de la promotion des énergies nouvelles « à renégocier la convention de concession signée le 13 juin 1997 entre l’Etat et VEOLIA-SEEG » ; une décision jugée, aux yeux de nombreux gabonais, opportune au regard de leur insatisfaction face à la qualité des prestations et services qui leur sont ...
Lire l'article
CAN 2012: Des quarts de finale pas tout à fait équilibrés
Politique – Opposition / Après la guerre des communiqués, l’ACR fait sa mise au point et « déclare clos l’incident avec la CPPA»
Poisson d’avril: la télévision gabonaise s’en prend à Veolia
Gabon: le groupe Veolia accuse l’Etat
Gabon: « Tout est fait pour assurer la fiabilité, la transparence et la crédibilité du scrutin du 30 août prochain », Gérard Latortue (Délégation OIF)
Gabon: Société : La police déclare ‘’la guerre’’ aux véhicules en mauvais état de circuler dans la ville de Tchibanga
Gabon: Fait divers / Un homme en état d’ivresse embrasse et tripote sa belle mère à Lébamba
Gabon : Veolia tente de sauver son contrat
Gabon: Le gouvernement gabonais envisage une révision du contrat de concession accordé à la société VEOLIA
Gabon: Etat gabonais VEOLIA-SEEG: les raisons d’une renégociation de la convention de concession


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 9 Juil 2008
Catégorie(s): Economie
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*