Socialisez

FacebookTwitterRSS

Alain Joyandet : lui, il sait s’y prendre avec les doyens

Auteur/Source: · Date: 10 Juil 2008
Catégorie(s): Afrique

Lui, Alain Joyandet, n’est pas un produit de la politique d’ouverture de Sarkozy, contrairement à son prédécesseur Jean-Marie Bockel, entré au gouvernement pour cette raison sarkosyste, même si l’on sait que ce n’est ni plus ni moins qu’une estocade portée au PS. Du reste, Bockel, comme d’autres, qui ont répondu à l’appel du locataire de l’Elysée, ont été exclus du camp socialiste pour « trahison ».

Et pour le cas Bockel, un pathos ne venant jamais seul, les choses ne se sont pas arrangées : pour avoir pris au pied de la lettre les oukazes de son patron de président en voulant signer « l’acte de décès de la Françafrique », il a été tout simplement remercié, pardon redéployé à la Défense. « Le sacrifié » avait été amnésique sur plusieurs sujets.

D’abord il a occupé la rue Monsieur avec un préjugé défavorable : son patron, Bernard Kouchner, semble-t-il, n’avait pas une bonne impression de lui. Cependant, ceux qui sont avec le « en haut de en haut », tel l’avocat Robert Bourgi, admettent que c’est son crime de lèse-majesté envers certains chefs d’Etat africains qui lui a été fatal.

Quoi ! S’imaginait-il s’attaquer tranquillement, même à mots cousus aux Bongo et Sassou, eux qui détricotent, à la limite, la politique africaine de la France ? Non, il fallait être un poussin d’hivernage de la politique du pré carré français pour s’aventurer dans ce dédale, où plus d’un ont perdu leur poste.

D’où son remplacement par Alain Joyandet, plus accommodant et qui sait caresser un doyen dans le sens du poil. N’a-t-il pas réservé son premier voyage à Bongo pour « mettre fin à une ambiance pas très bonne » ? Et en quatre mois de fonction, le nouveau patron de la rue Monsieur a parcouru une vingtaine de pays africains et été reçu ce 9 juillet par Blaise Compaoré, le chef de l’Etat burkinabè. Ce n’est pas rien mais qu’est-ce qui va fondamentalement changer dans cette politique de l’ancienne métropole ?

Pas grand-chose, ce sera toujours la politique du « ni-ni » : ni ingérence, ni indifférence, mais surtout la confirmation de ce que l’on savait déjà, c’est-à-dire la défense des intérêts économiques de l’Hexagone. Qui avait déjà dit qu’un Etat n’a pas d’amis mais des intérêts ? A l’évidence, c’est cette politique du « win-win » que veut mener la France.

Et beaucoup de personnes ont tort de crier comme des orfraies lorsque le ministre Joyandet affirme en substance que désormais son pays va encore être plus regardant sur ses intérêts sur le continent noir. Avouons que c’est tout à fait normal qu’un Etat se préoccupe de ses « billes », fussent-elles en terre étrangère.

C’est vrai que depuis le discours de la Baule en 1990, l’Hexagone a slalomé dans les histoires de conditionnalités au sujet de l’aide au développement, liée à la démocratie. C’est vrai aussi qu’il y a la problématique de la corruption, mais tout cela semble révolu, rattrapé par une réalité : l’arrivée impromptue des pays du BRIC (Brésil, Russie, Inde, Chine) en Afrique.

Pas besoin donc d’être un grand argentier pour appréhender le son du cor de Joyandet.Verbatim : la France doit défendre ses parts de marché, menacées par les pays émergents… Paris va changer de cap et se repositionner sur le continent… Sa politique de coopération va changer de voilure…

Sur un continent ou la croissance redémarre, l’aide au développement économique ,meilleur vecteur de la démocratie, va être privilégiée. Assurément, si Joyandet n’est pas l’antiBockel, il lui ressemble, et la Françafrique est bel et bien vivante.
 


SUR LE MÊME SUJET
Joyandet et Blanc quittent le gouvernement
Les deux secrétaires d'Etat ont annoncé leur démission dimanche. Luc Chatel a déclaré que ce double départ s'était fait sur demande de la tête de l'Etat. Deux démissions en quelques minutes. Dimanche 4 juillet en fin d'après-midi, Alain Joyandet, secrétaire d'Etat à la Coopération et à la Francophonie et proche de longue date de Nicolas Sarkozy, a créé la surprise -jusqu'à l'Elysée- en annonçant lui-même sur son blog qu'il renonçait à son portefeuille. Quelques minutes plus tard, l'Elysée confirmait, dans un communiqué, cette démission en annonçant celle... d'un deuxième secrétaire d'Etat, Christian Blanc, chargé du Grand Paris. Cette double démission ...
Lire l'article
Alain Joyandet, Secrétaire d’Etat français à la Coopération ne s’entretiendra pas avec le collectif des organisations Libres de la société Civile gabonaise, Marc Ona et le siens ont décliné l’offre de rencontre que le Premier Secrétaire d’Ambassade de France au Gabon leur a faite mardi,arguant ne vouloir comme seul interlocuteur que le président Nicolas Sarkozy . C’est un niet catégorique que Marc Ona a donné mardi après –midi au Premier Secrétaire de l’Ambassade de France au Gabon. Au téléphone, puis par courriel. Non,le Collectif des organisations Libres de la société civile gabonaise ne souhaite pas rencontrer le Secrétaire d’Etat français à ...
Lire l'article
Le secrétaire d'Etat français à la Coopération, Alain Joyandet, est arrivé à Libreville depuis le 15 octobre dernier pour prendre part à l'investiture du nouveau chef de l'Etat, Ali Bongo Ondimba. La France avait été un des premiers pays à adressé ses félicitations à Ali Bongo après l'annonce des premiers résultats le 3 septembre dernier. La France est représentée à l'investiture d'Ali Bongo par son secrétaire d'Etat à la Coopération, Alain Joyandet, arrivé à Libreville depuis le 15 octobre dernier. Près d'une dizaine de chefs d'Etats sont attendus à cette passation de pouvoir entre Rose Rogombé, qui assure l'intérim depuis le ...
Lire l'article
Son prédécesseur, Jean-Marie Bockel, avait pris au mot le président Sarkozy et voulu rompre avec la tradition de la Françafrique. En renouant avec la realpolitik, le nouveau ministre de la Coopération français, Alain Joyandet, sert mieux les intérêts de la France en Afrique, écrit L'Observateur Paalga, de Ouagadougou. En voulant signer "l'acte de décès de la Françafrique", l'ancien ministre de la Coopération, Jean-Marie Bockel, a été tout simplement remercié – pardon, redéployé à la Défense. "Le sacrifié" avait été amnésique sur plusieurs sujets. D'abord il a occupé la rue Monsieur avec un préjugé défavorable : son patron, Bernard Kouchner, semble-t-il, ...
Lire l'article
Le nouveau secrétaire d’Etat à la coopération, Alain Joyandet, refuse le terme "Françafrique" au motif qu’il daterait des années 60. Certes, l’épouvantail agité par Paris n’est plus le bloc soviétique, mais la Chine. A cette réserve près, le père du néocolonialisme français, Jacques Foccart, aurait pu tenir, mot pour mot, le même discours que le petit soldat africain de Sarkozy. Jugez-en plutôt. La tête de Bockel tombée pour plaire à Bongo, Sarkozy a voulu le maire de Vesoul. Et on a le maire de Vesoul - pour paraphraser le grand Jacques. Deux semaines après sa nomination, le premier fait d’arme de ...
Lire l'article
Mardi, le nouveau sous-ministre de la Coopération et de la Francophonie doit se rendre dans les Alpes-Maritimes à l’occasion du 61e festival de Cannes. « Bakchich » s’interroge. Le bon Joyandet serait-il victime de ses propres ambitions ? Le tout frais Secrétaire d’État chargé de la Coopération et de la Francophonie, Alain Joyandet, n’est pas là que pour prêter allégeance aux pontes de la Françafrique. Installé là en remplacement de Jean-Marie Bockel – jugé un peu trop offensif contre les grands démocrates et fin gestionnaires des ressources de leurs pays que sont le président Bongo du Gabon ou Sassou du Congo ...
Lire l'article
“Sans l’Afrique, la Francophonie n’a pas d’avenir”, selon Joyandet
Le secrétaire d'Etat à la Coopération et à la Francophonie, Alain Joyandet, a estimé mardi à Paris que "sans l'Afrique, la Francophonie n'a pas d'avenir", et mis l'accent sur le développement de l'enseignement à distance sur ce continent. "Je peux vous assurer ici que l'Afrique restera au coeur de nos préoccupations car, sans l'Afrique, la Francophonie n'a pas d'avenir", a déclaré M. Joyandet lors d'une rencontre à l'Institut des relations internationales et stratégiques (Iris) consacrée à l'avenir de la Francophonie. Jugeant que "le numérique doit constituer la force de frappe de la Francophonie", il a assuré que "l'enseignement à distance, en particulier ...
Lire l'article
L'Economie française dépend de ses possessions dans les ex-colonies. Mettre fin aux relations françafricaine c'est plonger la France dans la recession économique. De Air France à Areva , en passant par Total, Bolloré... l'économie française est pour plus de la moitié dépendante de l'Afrique francophone. Le gabon en est un exemple frappant où les hommes politiques français au pouvoir sont obligés d'aller pour faire allégeance et permettre une continuation du pillage des matiers premieres gabonaise (Petrole, bois...). Toute autorité française remettant en cause ce rapport inégalitaire entre la France et le gabon, est tout bonnement ecarté. Jean-Marie Bockel vient d'en ...
Lire l'article
Gabon: le tandem Guéant-Joyandet travaille à faire oublier la Françafrique
La visite à Libreville du secrétaire général de l'Elysée Claude Guéant et du secrétaire d'Etat français à la Coopération Alain Joyandet a aplani les différends avec le Gabon mais, malgré les déclarations de rupture, elle démontre que la "Françafrique" a la peau dure. "Il y a une symbolique forte puisque le représentant du président de la République et le représentant du gouvernement que je suis viennent rendre visite au président Bongo. C'est la première visite officielle du nouveau secrétaire d'Etat", a souligné M. Joyandet. La "symbolique" est d'autant plus forte que M. Joyandet rend ainsi hommage au président Bongo, une des plus ...
Lire l'article
Joyandet se rend au Gabon, pour sa première visite en Afrique
Pour sa première visite en Afrique, le secrétaire d'Etat français à la Coopération Alain Joyandet ira jeudi au Gabon, dont les autorités avaient salué l'éviction de son prédécesseur, Jean-Marie Bockel, qui avait promis la fin de la "Françafrique". Accompagné du secrétaire général de la présidence Claude Guéant, M. Joyandet s'entretiendra avec le président Omar Bongo Ondimba durant cette visite de quelques heures, ont annoncé mercredi ses services. "Je vais aller faire mon premier déplacement africain au Gabon pour rendre visite au président, parce que je veux renouer les fils partout, je veux que l'ambiance constructive soit là", a déclaré M. Joyandet à ...
Lire l'article
Joyandet et Blanc quittent le gouvernement
Alain Joyandet débouté par la société civile gabonaise
Gabon : Alain Joyandet à Libreville pour l’adoubement d’Ali Bongo
FRANCE • Alain Joyandet sait s’y prendre avec les dictateurs africains
Foccart est mort, vive Joyandet: Néocolonialisme décomplexé à la française
SARKO & Cie : Les grandes fautes de Joyandet
“Sans l’Afrique, la Francophonie n’a pas d’avenir”, selon Joyandet
Claude Guéant et Alain Joyandet à Libreville pour que le système de pillage puisse continuer sans heurts
Gabon: le tandem Guéant-Joyandet travaille à faire oublier la Françafrique
Joyandet se rend au Gabon, pour sa première visite en Afrique


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 10 Juil 2008
Catégorie(s): Afrique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*