Socialisez

FacebookTwitterRSS

La politique africaine de la France agite l’Assemblée nationale

Auteur/Source: · Date: 10 Juil 2008
Catégorie(s): Françafrique

Député (UMP) du Haut-Rhin, Jean-Louis Christ est mécontent. “C’était chaud, hier, la réunion des membres de notre mission, dit-il. Comme démocrate-chrétien, je suis convaincu qu’un rapport parlementaire sur la politique africaine de la France, sauf à le laisser dormir dans un tiroir, ne peut pas se contenter de considérations mercantiles. Il y a d’autres dimensions qu’on ne peut occulter, qu’il s’agisse des droits de l’homme ou de l’aide au développement.”

Président d’une mission d’information de la commission des affaires étrangères de l’Assemblée nationale sur la “politique africaine de la France”, créée il y a un an, M. Christ ne se retrouve guère dans le document de 82 pages présenté, mercredi 9 juillet, par son rapporteur, Renaud Dutreil, député (UMP) de la Marne.
Ce rapport, dont Le Monde s’est procuré une copie et qui devait être présenté la semaine prochaine devant la commission des affaires étrangères, ne le sera finalement que dans six mois. La situation est exceptionnelle pour ce type de travail. M. Dutreil refuse d’y voir un désaveu de ses conclusions : “La mission, compte tenu de son vif intérêt pour cette question, a décidé de prolonger ses travaux”, indique le rapporteur.

“PARI DU PARTENARIAT”
Fruit de multiples auditions, tant de spécialistes français qu’africains, le rapport est consensuel lorsqu’il constate que la “relation singulière” entre la France et l’Afrique est “menacée d’essoufflement” et que l’Afrique, “courtisée, se tourne vers des partenaires diversifiés”, qu’il s’agisse des Etats-Unis, à la recherche d’une diversification de leur approvisionnement pétrolier, de l’Union européenne ou des puissances émergentes comme l’Inde ou la Chine.

De même, le tableau que dresse le rapporteur d’une “Afrique en mouvement” n’est pas contesté. C’est celui d’un continent jeune, souvent très pauvre, où la démocratie progresse – malgré les troubles récents au Kenya et au Zimbabwe – sur fond de perspectives économiques “prometteuses” du fait de l’envolée des cours des matières premières.

Intitulée “le pari français du partenariat”, c’est la troisième partie du document qui a suscité l’ire de M. Christ, soutenu à cette occasion par les parlementaires de gauche membres de la mission.
Là où le rapport, en conclusion, se contente de préconiser une “relance de la coopération” et l'”affirmation de la présence économique de la France” en Afrique comme piliers du partenariat, le député du Haut-Rhin souhaite afficher une ambition beaucoup plus large. “Le sentiment de l’intérêt pour l’Afrique ne semble se résumer qu’à des considérations économiques, fait-il observer en marge du rapport. Le sentiment qui prévaut est une sorte de “suivisme” d’un mouvement mercantile qui détermine le renouveau d’intérêt pour l’Afrique, et l’abandon des ambitions françaises en termes de droit de l’homme, de solidarité internationale, de démocratie, de lutte contre la pauvreté.”

M. Dutreil balaie ce reproche. “Il y a un regard daté, compassionnel, sur l’Afrique, qui considère que, l’Afrique, c’est le pauvre, relève l’ancien ministre du commerce. J’ai voulu rompre avec un discours d’assistance, abandonner une attitude facile et confortable pour une approche utile.”
De son côté, M. Christ souhaite que “l’engagement politique ne s’inscrive pas sous l’unique aune de l’économique”. Et le parlementaire de s’interroger : “Où sont les valeurs de la France dans l’engagement d’un partenariat renouvelé ? Les préconisations se réduisent en une vague ambition qui ne serait qu’au service de l’économie.”
 


SUR LE MÊME SUJET
Lundi, la Cour constitutionnelle a rendu publique la décision prise lors de sa séance plénière du 28 février dernier indiquant que les élus de l’Union nationale (UN, parti de l’opposition dissout après l’auto proclamation et la prestation de serment d’André Mba Obame en tant que président de la République le 25 janvier dernier, suivi de la nomination d’un contre gouvernement), conservent leur mandat électif « à titre individuel ». « Les élus de l’ancien parti politique dénommé Union Nationale conservent leurs mandats à titre individuel, sans préjudice de la constatation de la déchéance de l’un quelconque de ces élus dans ...
Lire l'article
Par L.B. Jean-Christophe Rufin, ex-ambassadeur au Sénégal, dénonce un Quai d'Orsay devenu "sinistré" et "complètement marginalisé" par l'Elysée, notamment en matière de politique africaine. 541 commentaireArticle suivant dans France : Le petit Nicodème retrouvé mort Jean-Christophe Rufin © LCITous les "vieux travers" de la politique africaine de la France se sont reconstitués à cause du secrétaire général de l'Elysée, Claude Guéant, déclare l'ancien ambassadeur de France au Sénégal Jean-Christophe Rufin. Nommé en août 2007, Jean-Christophe Rufin, écrivain et académicien, a quitté ses fonctions le 30 juin, après que le président sénégalais Abdoulaye Wade ait demandé son départ. Dans un entretien publié mardi par ...
Lire l'article
Si jamais l’opposition nationale devait prendre la courageuse décision de s’opposer par tous les moyens à la manipulation des résultats des urnes, elle devrait objectivement instruire le peuple sur un tel engagement et montrer au peuple qu’elle n’attendrait pas à reculer. C’est ainsi seulement que le peuple comme un seul homme se mobilisera contre la dictature émergente et que la résistance politique aura un sens. Le coup d’état électoral perpétré lors de la dernière élection présidentielle anticipée au Gabon a développé des réflexes unitaires chez plusieurs politiques gabonais. Les plus lucides ont compris que la sauvegarde de l’État de droit, de ...
Lire l'article
Dans ce second volet du bilan, c’est la Françafrique qui est à l’honneur. Nicolas Sarkozy avait promis une "rupture" avec certaines pratiques néocoloniales. Or, rien a vraiment changé entre Paris et ses anciennes colonies. a scène se passait à Dakar, il y a peu, par une chaude soirée. Un serveur dont le client était assailli par les moustiques s’est exclamé : "Ce ne sont pas des moustiques, ce sont des Français !" Il ne fait pas bon être français en Afrique francophone par les temps qui courent. Alors que le combat pour la démocratie gagne, l’un après l’autre, les pays de ...
Lire l'article
Les récentes déclarations de Robert Bourgi, présenté comme le conseiller officieux de Nicolas Sarkozy pour l'Afrique, sur le Gabon et "l'affaire Bockel" ont mis l'exécutif français dans l'embarras, au moment où Paris s'efforce de convaincre que la page de la "Françafrique" a été tournée. En moins de deux semaines, quelques phrases auront suffi à l'avocat franco-libanais, qui se targue d'être LE confident des chefs d'Etat africains, pour à nouveau jeter le trouble sur les liens que la France entretient avec les pays de son ancien "pré carré". Alors que Paris répétait depuis des semaines qu'il n'avait "pas de candidat" pour la succession ...
Lire l'article
En apparence, "l'Afrique de Papa" a eu raison de Nicolas Sarkozy. Trois ans après le discours de Cotonou (Bénin), où le candidat à l'Elysée avait promis l'avènement d'"une relation nouvelle (...), équilibrée, débarrassée des scories du passé", le président, qui s'envole jeudi 26 mars pour son quatrième voyage en Afrique noire, n'agite plus la bannière de la "rupture" avec la tradition d'opacité des relations africaines de la France postcoloniale. Dès juillet 2007, le Gabon, dont le chef de l'Etat a été installé par le général de Gaulle en 1967, avait eu le privilège de son premier déplacement. Aujourd'hui, le Congo de ...
Lire l'article
Tout va tellement vite avec Nicolas Sarkozy que, dix-huit mois après son entrée à l'Elysée, il est déjà temps de tirer un bilan de sa politique africaine. C'est en tout cas le pari que réussissent Antoine Glaser et Stephen Smith, journalistes spécialistes de l'Afrique dans un livre dont le ton ironique, parfois trop léger, adoucit la trame fondamentalement inquiétante : la chronique d'une régression et d'une perte de sens, sur fond d'abandon. La thèse est simple : après avoir promis, pendant la campagne électorale, une nette "rupture" avec les anciens réseaux de la Françafrique et les complaisances à l'égard des dictateurs ...
Lire l'article
"Réfléchir à d'éventuelles inflexions sur les objectifs" de la politique africaine de la France, tel était l'objectif de la mission d'information sur la politique française en Afrique établie en juillet 2007 par la commission des affaires étrangères de l'Assemblée nationale. Un an après la création de cette cellule, Renaud Dutreil (UMP), son rapporteur, a présenté, mercredi 9 juillet, ses recommandations. Mais celles-ci, compilées dans un rapport parlementaire, qui devait être publié mercredi, n'ont pas été validées par les membres de la mission. Un certain nombre de députés, et en premier lieu Jean-Louis Christ, président de la mission d'information et député ...
Lire l'article
Le Syndicat de l’éducation national (SENA), tient mardi une importante Conférence de presse à son siège de la Peyrie, à Libreville, qui laisse planer le spectre d’un « blocage des notes » aux risques imprévisibles avant la fin de l’année académique prévue au mois de juin prochain, à en croire un de ses membres ayant requis l’anonymat, en vue de protester contre le fait que depuis la fin de sa précédente grève d’une durée de près de trois mois (15 novembre 2006 – 17 janvier 2007), le gouvernement conduit par le Premier ministre, Jean Eyéghé Ndong, tarde à mettre en ...
Lire l'article
Ceci est un point de vue sur le changement intervenu à la présidence de la Commission de l'Union africaine. En élisant le Gabonais Jean Ping à la tête de la commission panafricaine en remplacement du Malien Alpha Oumar Konaré (A.O.K.), poussé discrètement vers la sortie, le 10e sommet de l'UA tenu en son siège en début janvier 2008 vient de lever, s'en félicite-t-il, ce qu'il qualifie d'obstacle gênant sur son chemin : le chemin des manipulateurs en chef de constitutions, dans l'unique but de présider aux destinées de leur pays respectif à vie. En effet, depuis l'annonce de la victoire controversée et ...
Lire l'article
Politique / Malgré la dissolution l’Union nationale, ses élus à l’Assemblée Nationale conservent leur mandat
France- Afrique: L’ex-ambassadeur au Sénégal critique la politique africaine
L’Union Nationale : la naissance de l’esprit de la résistance politique nationale?
POLITIQUE AFRICAINE : La colère monte contre l’ancienne métropole
Robert Bourgi, perturbateur de la politique africaine de la France ?
La politique africaine de Nicolas Sarkozy tarde à rompre avec une certaine opacité
“Sarko en Afrique”, d’Antoine Glaser et Stephen Smith : incohérences de la politique franco-africaine
Un rapport parlementaire sur la politique française en Afrique fait des remous à l’Assemblée nationale
Gabon: Education nationale / Le SENA rompt le silence, le spectre d’un « blocage des notes » à risques avant la fin de l’année académique
POLITIQUE AFRICAINE: “Jean Ping, l’homme des manipulateurs en chef des constitutions”


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne 3,00 sur 5)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 10 Juil 2008
Catégorie(s): Françafrique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*