Socialisez

FacebookTwitterRSS

Omar Al-Bachir, le symbole d’un régime sanglant et autoritaire

Auteur/Source: · Date: 14 Juil 2008
Catégorie(s): Afrique

En deux décennies au pouvoir, il semblait en mesure de résister à tout. Avec sa mise en cause, lundi 14 juillet, par la Cour pénale internationale (CPI) pour les crimes commis au Darfour, voilà le président soudanais, Omar Al-Bachir, confronté à l’épreuve la plus difficile d’une existence sortie du rang. Quel chemin parcouru depuis sa naissance en 1944 dans une famille de paysans pauvres du nord de Khartoum ! En guise de capital, Omar Al-Bachir ne possède alors que son appartenance à l’une des trois tribus qui monopolisent le pouvoir au Soudan depuis l’indépendance. Il est entré tôt dans l’armée, y a gravi les échelons sans éclat, a complété sa formation de parachutiste en Egypte, prenant part à la guerre contre Israël en 1973, avant de combattre sans gloire, de retour au Soudan, la rébellion sudiste. Vers la fin des années 1980, ce n’est qu’un officier supérieur anonyme, à peine remarquable par sa piété.
Puis vient un matin, avant l’aube, le 30 juin 1989. Le régime parlementaire soudanais, à bout de souffle, s’effondre lorsque des unités de l’armée prennent l’aéroport, le palais présidentiel et bloquent les rues de Khartoum. Un groupe de quinze officiers vient de prendre le pouvoir, avec le soutien décisif de cellules islamistes. A la tête de la junte, on découvre Omar Al-Bachir, arrivé quelques jours plus tôt dans la capitale avec 175 hommes. Pourquoi lui? “Il avait l’avantage d’être un militaire, alors que l’armée était jugée hostile aux islamistes, mais surtout d’être considéré comme un homme très limité intellectuellement, et par conséquent inoffensif pour ceux qui tiraient les ficelles du coup d’Etat”, se souvient Gérard Prunier, spécialiste du Soudan (auteur de Darfour, The Ambiguous Genocide, Cornell University Press).

Les premiers temps, il est impossible de déterminer quelles mains tiennent le pouvoir. Derrière la junte militaire, un parti, le Front national islamique (NIF), tire les ficelles. Hassan Al-Tourabi, le cerveau de la coalition islamiste à l’œuvre, tient à avancer masqué. Après le putsch, le “cheikh” Turabi est arrêté pour sauver les apparences. A sa sortie de prison, il s’installe dans son rôle d’éminence grise, au milieu d’âpres luttes entre factions, qui s’arrachent des pans du pouvoir.

D’entrée, Omar Al-Bachir, l’homme de paille, prétend jouer à l’homme de fer. Quelques jours après le coup d’Etat, il prend la parole dans un meeting, Coran dans une main, Kalachnikov dans l’autre : “Toute personne qui trahit la patrie ne bénéficie pas du droit de vivre.” Principe aussitôt mis en application. En avril 1990, 28 officiers sont exécutés. D’autres suivront, alors que se multiplient purges, arrestations, chambres de tortures secrètes, amputations, flagellations. Au Sud Soudan, la sale guerre contre la rébellion sudiste s’amplifie, avec l’organisation de forces paramilitaires, les Forces de défense populaires, et des milices recrutées au sein des tribus arabes, qui vont laisser un sillon de feu et d’abomination dans les villages.

A Khartoum, Hassan Al-Turabi, maître de l’ombre, tisse des paradoxes soyeux, émaille ses discours de délicates allusions au Coran ou aux hadith (dits du Prophète), et met sur pied une internationale islamiste qui ratisse large. S’installent au Soudan une multitude de mouvements à vocation islamo-révolutionnaire, certains résolus à emprunter la voie terroriste. L’un est dirigé par un certain Oussama Ben Laden, qui ouvre des camps d’entraînement, des entreprises, et se fait escroquer par le régime soudanais. Il sera discrètement chassé en 1996 à la demande des Etats-Unis lorsque le Soudan tente de se débarrasser de son étiquette d’Etat voyou.

Celui-ci, justement, attend son heure pour se débarrasser du président Bachir, que Khartoum appelle pour s’en moquer “l’homme terrible”, et qu’une pichenette du “cheikh” semble pouvoir renvoyer à son destin obscur. Lorsque Turabi croit venu le moment de s’emparer le pouvoir, en 1999, il tombe de haut. Proclamation de l’état d’urgence, chars dans les rues, arrestation du “cheikh”, Omar Al-Bachir frappe. Turabi écarté, Bachir n’est pas pour autant le maître du pouvoir. Ses ex-fidèles, des étoiles de la galaxie islamiste soudanaise, ont appuyé la mise à mort politique du “cheikh”. Ils entament aussitôt une lutte sourde entre factions, autour du point aveugle constitué par le président Bachir.
Les temps ont changé. L’argent du pétrole coule à flots. Khartoum se hérisse de grues. Le Soudan plonge dans l’une des contradictions dont le pays est familier. D’un côté, prévaut encore, officiellement, une ligne islamiste dure, anti-occidentale. De l’autre, on essaie de renouer des liens avec les Etats-Unis. En faisant la paix avec le Sud, le pouvoir de Khartoum espère la réhabilitation. C’est alors qu’éclate dans la région du Darfour, à l’ouest, une nouvelle rébellion. On applique les recettes expérimentées au Sud pendant plus de vingt ans.

Des milices sont recrutées pour écraser la population. Ils se font connaître sous le nom de janjawids. Du gouvernement qui n’est souvent qu’un paravent aux conseillers spéciaux qui contrôlent tout, en passant par le pouvoir parallèle des services de sécurité, tout un système s’engage dans la répression au Darfour. Bachir mène-t-il le ballet des atrocités ou se contente-t-il de l’encourager? Le procureur de la CPI penche pour la première hypothèse. “Il a été l’homme qui a symbolisé le régime. Il va payer pour le régime”, conclut Gérard Prunier.

Khartoum rejette la demande d’inculpation de la CPI

Quelques heures après l’annonce du procureur de la Cour pénale internationale (CPI), Luis Moreno-Ocampo, qui a demandé l’arrestation d’Omar Al-Bachir pour “génocide, crimes contre l’humanité et crimes de guerre au Darfour”, le Soudan a fait savoir, lundi, qu’il rejetait cette demande d’inculpation.

“Maintenant nous sommes contre la CPI et nous rejetons toute décision de la CPI”, a affirmé un porte-parole du gouvernement soudanais.”Si la CPI transmet l’affaire à l’ONU, alors nous aurons une nouvelle réaction”, a-t-il ajouté, sans plus de précisions.

L’ONU a relevé le niveau d’alerte pour son personnel travaillant au Darfour, notamment au sein de la force mixte ONU-Union africaine (Minuad) chargée du maintien de la paix, et des ambassades occidentales ont recommandé à leurs ressortissants de limiter leurs déplacements au Soudan, craignant le déclenchement de violences.


SUR LE MÊME SUJET
Biafreries d’Ali: Sous Omar Bongo comme sous Ali Bongo, le Gabon reste dominé par un régime autoritaire
Le 27 janvier dernier, nous publiions un article sur le rapport 2012 de Freedom House sur la Liberté dans le monde qui depuis 2009, classe le Gabon parmi les pays du monde sous dictature puisque “pas libre” du tout. (voir ce lien: http://www.bdpgabon.org/articles/2012/01/27/le-gabon-classe-non-libre). Mais il existe une autre publication par le magazine britannique, The Economist, qui chaque année publie un "Indice de la Démocratie" dans le monde. Il se trouve justement que cet indice n'est pas non plus gentil avec le Gabon d'Ali Bongo puisque le Gabon y est classé parmi les régimes dits "autoritaires". Selon Wikipédia, The Economist calcule cet indice ...
Lire l'article
De l’importance d’une décapitation républicaine de régime au Gabon
Dans le communiqué de presse du jeudi 27 janvier 2011 par lequel le mouvement « Bongo Doit Partir » condamnait la dissolution inacceptable de l’ « Union Nationale », nous soulignions, comme le commande la notion d’ « art de la guerre », l’importance d’une décapitation républicaine de régime au Gabon. Nous disions à cette occasion que la dictature gabonaise reposait essentiellement sur trois personnes qui tiennent constitutionnellement, et donc politiquement, le Gabon, à savoir : Ali Bongo Ondimba : Fils du père, il a passé toute sa vie à rêver de remplacer le père, alors même que de nombreux Gabonais mettaient en cause sa gabonité. Le père Bongo ayant décédé ...
Lire l'article
Le député Noël Mamère (Verts) a affirmé aujourd'hui qu'"on ne va pas pleurer sur une crapule de plus qui disparaît de la planète" au lendemain de la mort du président du Gabon Omar Bongo, "symbole" selon lui de "la Françafrique". "On ne va pas pleurer sur une crapule de plus qui disparaît de la planète. Tous ceux qui sont attachés à la démocratie ne pleureront pas la mort du président Bongo", a déclaré M. Mamère, interrogé sur France Inter. Selon lui, Omar Bongo "était le symbole de tout ce que nous dénonçons depuis 30 ans, c'est-à-dire la Françafrique, ces relations incestueuses, mafieuses ...
Lire l'article
L’exposition photo sur la Mission de Baraka qui a eu lieu jeudi à la résidence de l’Ambassadeur des Etat Unis d’Amérique au Gabon, Eunice S. Reddik, a révélé un héritage culturel vital, commun et symbole véritable d’amitié durable entre Gabonais et Américains. Les différentes recherches réalisées dans la mission de Baraka ont permis de retrouver une collection historique de reliques inédites notamment les premières chaînes d’esclaves, la Cloche de Bronze servant à indiquer l’heure du repas ou de la prière, la vaisselle liturgiques en étain et en argent, utilisé pour les messes. Le registre de la mission est encore intact, toutes les ...
Lire l'article
Au Gabon, le potentiel économique de la foret est très élevé car parmi ces richesse, l’on dénombre plusieurs centaines d’espèces d’arbres dont les unes sont plus ou moins exploitées à l’exemple de l’Okoumé qui s’impose comme le roi dans la brousse sauvage, parce que constituant à elle seule l’essentiel de la grande richesse de la forêt gabonaise qui recouvre environ 80% de la superficie du pays. L’aire de répartition de l’Okoumé englobe une partie du Congo, du Cameroun de la Guinée – Equatoriale et la majeure fraction du Gabon, à l’exception do nord – est et des plateaux – Batéké. Son développement ...
Lire l'article
Marc Ona Interdit de Voyage aux USA par le régime Bongo
COMMUNIQUE Dans le cadre des activités de « Revenu Watch Institute», organisme Américain de renforcement des capacités des organisations de la société civile, Monsieur Marc ONA ESSANGUI, Coordonnateur de la Coalition PUBLIEZ CE QUE VOUS PAYEZ (Gabon), invité pour la circonstance à donner une communication le 12 Juin 2008 à NEW YORK s’est vu malheureusement interdit d’effectuer ce déplacement par le ministère gabonais de l’intérieur, sans motif apparent, ni notification officielle. Cette attitude ubuesque, rétrograde, en violation flagrante des droits de l’homme et des libertés fondamentales, constitue une menace grave à la cohésion sociale et à la paix civile. La ...
Lire l'article
le journal « Croissance Saine Environnement » suspendu vendredi dernier par le Conseil National de la Communication (CNC), a tenu une conférence de presse jeudi, au cours de laquelle, le directeur de publication, Nicaise Moulombi, a dénoncé la dérive autoritaire du CNC. Trois points étaient à l’ordre du jour, à savoir: la suspension du journal « Croissance Saine Environnement », les non dits du Conseil National de la Communication et l’analyse de la gouvernance des Politiques de Développement. Selon le Directeur de publication, Nicaise Moulombi: « Il plaît de rappeler que la procédure généralement suivie par le CNC en cas de suspension ...
Lire l'article
Le sit-in organisé par le BDP devant l'ambassade du Gabon aux USA à Washington lundi 16 décembre se voulait un message clair adressé au régime Bongo, lui signifiant ainsi sans détour que le temps de l'impunité avait sonné et que le peuple gabonais n'était plus disposé à se laisser brimer par ce régime corrompu. C'est vers 11 heures que des Gabonais courageux se sont pointés devant l'ambassade, tenant en mains des pancartes bilingues anglais-français dont les messages ne mâchaient pas les mots à l'encontre d'Omar Bongo et de son régime. L'une des pancartes les plus frappantes reprenait le thème de la politique ...
Lire l'article
Montclair, New Jersey (21 fév. 2002) - Le régime Bongo, on le sait, est un état illégal et illégitime. Cependant, ce n'est pas là la seule caractéristique de ce régime. Il représente également un état-mafia qui pille et brime de manière arbitraire. Cet esprit de mafioso se confirme quand on voit les conditions illégales qui ont accompagné l'arrestation au cours du week-end du 16 au 17 février de huit syndicalistes des PTT accusés du sabotage des lignes téléphoniques internationales pour le compte de l'opposition. Ces arrestations surviennent alors même que des grèves multisectorielles paralysent le pays dans le cadre de ...
Lire l'article
Mercredi 28 novembre 2001 - Communiqué de Presse, pour publication immédiate partout où besoin sera Le BDP-Gabon Nouveau condamne la fraude électorale et la dérive autoritaire du régime Bongo au Gabon Le BDP-Gabon Nouveau, mouvement d'opposition en exil, condamne de toutes ses forces la fraude électorale massive que le régime Bongo prépare actuellement au Gabon et averti le régime Bongo contre toute tentative de dérive autoritaire. Le BDP-Gabon Nouveau constate que les conditions de la transparence électorale ne sont pas réunies au Gabon et que les manipulations et tripatouillages électoraux auxquels se livrent Bongo et son régime mettent en danger l'unité nationale et ...
Lire l'article
Biafreries d’Ali: Sous Omar Bongo comme sous Ali Bongo, le Gabon reste dominé par un régime autoritaire
De l’importance d’une décapitation républicaine de régime au Gabon
Bongo: “une crapule disparaît”(Mamère) Le député Noël Mamère (Verts) a affirmé aujourd’hui qu'”on ne va pas pleurer sur une crapule de plus qui disparaît de
Gabon: La Mission de Baraka: un héritage culturel commun et symbole d’amitié durable entre Gabonais et Américains
Gabon: L’Okoumé symbole de richesse forestière gabonaise
Marc Ona Interdit de Voyage aux USA par le régime Bongo
Gabon: Le journal Croissance Saine Environnement dénonce « la dérive autoritaire du CNC » quelques jours après sa suspension
Sit-in de Washington: Un message clair au régime Bongo
Avertissement au régime Bongo: l’état-mafia doit prendre fin au Gabon
Le BDP-Gabon Nouveau condamne la fraude électorale et la dérive autoritaire du régime Bongo au Gabon

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 14 Juil 2008
Catégorie(s): Afrique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*