Socialisez

FacebookTwitterRSS

FRANCE • Alain Joyandet sait s’y prendre avec les dictateurs africains

Auteur/Source: · Date: 15 Juil 2008
Catégorie(s): Françafrique

Son prédécesseur, Jean-Marie Bockel, avait pris au mot le président Sarkozy et voulu rompre avec la tradition de la Françafrique. En renouant avec la realpolitik, le nouveau ministre de la Coopération français, Alain Joyandet, sert mieux les intérêts de la France en Afrique, écrit L’Observateur Paalga, de Ouagadougou.

En voulant signer “l’acte de décès de la Françafrique”, l’ancien ministre de la Coopération, Jean-Marie Bockel, a été tout simplement remercié – pardon, redéployé à la Défense. “Le sacrifié” avait été amnésique sur plusieurs sujets. D’abord il a occupé la rue Monsieur avec un préjugé défavorable : son patron, Bernard Kouchner, semble-t-il, n’avait pas une bonne impression de lui. Cependant, ceux qui sont avec le “en haut d’en haut”, tel l’avocat Robert Bourgi, admettent que c’est son crime de lèse-majesté envers certains chefs d’Etat africains qui lui a été fatal.

D’où son remplacement par Alain Joyandet, plus accommodant et qui sait caresser un doyen dans le sens du poil. N’a-t-il pas réservé son premier voyage à Omar Bongo [le président du Gabon depuis 1967] pour “mettre fin à une ambiance pas très bonne” ? Et, en quatre mois de fonctions, le nouveau patron de la rue Monsieur a parcouru une vingtaine de pays africains et été reçu ce 9 juillet 2008 par Blaise Compaoré, le chef de l’Etat burkinabè. Ce n’est pas rien, mais qu’est-ce qui va fondamentalement changer dans cette politique de l’ancienne métropole ?

Pas grand-chose, ce sera toujours la politique du “ni-ni” : ni ingérence ni indifférence, mais surtout la confirmation de ce que l’on savait déjà, c’est-à-dire la défense des intérêts économiques de l’Hexagone. Qui a dit déjà qu’un Etat n’a pas d’amis mais des intérêts ? A l’évidence, c’est cette politique du “win-win” que veut mener la France.

Et beaucoup de personnes ont tort de pousser des cries d’orfraie lorsque le ministre Joyandet affirme en substance que désormais son pays va être encore plus regardant sur ses intérêts dans le continent noir. Avouons que c’est tout à fait normal qu’un Etat se préoccupe de ses “billes”, fussent-elles en terre étrangère.

C’est vrai que depuis le discours de la Baule en 1990, l’Hexagone a slalomé dans les histoires de conditionnalités au sujet de l’aide au développement, liée à la démocratie. C’est vrai aussi qu’il y a la problématique de la corruption, mais tout cela semble révolu, rattrapé par une réalité : l’arrivée impromptue des pays du BRIC (Brésil, Russie, Inde, Chine) en Afrique.

Pas besoin donc d’être un grand argentier pour appréhender le son du cor de Joyandet. Verbatim : la France doit défendre ses parts de marché, menacées par les pays émergents. Elle va changer de cap et se repositionner sur le continent ; sa politique de coopération va changer de voilure… Sur un continent où la croissance redémarre, l’aide au développement économique, meilleur vecteur de la démocratie, va être privilégiée. Assurément, si Joyandet n’est pas l’anti-Bockel, il lui ressemble, et la Françafrique est bel et bien vivante.
 


SUR LE MÊME SUJET
Le remaniement ministériel annoncé lundi 22 mars par l'Elysée a été vivement critiqué au sein de la classe politique. A travers ce remaniement "cosmétique", selon le PS, véritable "opération d'enfumage" pour le PCF, Nicolas Sarkozy "n'a visiblement pas pris conscience de l'ampleur du désaveu démocratique qu'il vient de subir" lors des élections régionales, estime le FN. Notant le départ de Martin Hirsch, haut commissaire aux solidarités actives et figure de l'ouverture à gauche, l'UMP se réjouit "de la volonté de l'exécutif de rassembler toutes les sensibilités de la majorité présidentielle". Avec les arrivées du chiraquien François Barouin (budget), du villepiniste ...
Lire l'article
Alain Joyandet, Secrétaire d’Etat français à la Coopération ne s’entretiendra pas avec le collectif des organisations Libres de la société Civile gabonaise, Marc Ona et le siens ont décliné l’offre de rencontre que le Premier Secrétaire d’Ambassade de France au Gabon leur a faite mardi,arguant ne vouloir comme seul interlocuteur que le président Nicolas Sarkozy . C’est un niet catégorique que Marc Ona a donné mardi après –midi au Premier Secrétaire de l’Ambassade de France au Gabon. Au téléphone, puis par courriel. Non,le Collectif des organisations Libres de la société civile gabonaise ne souhaite pas rencontrer le Secrétaire d’Etat français à ...
Lire l'article
Bernard Kouchner, au centre d'une polémique en raison de ses contrats de consultant médical sur le continent noir, suite à la publication du livre de Pierre Péan, entreprend cette semaine une tournée en Afrique. Elle débutera demain au Rwanda par une rencontre avec le président Kagame. On sait que le ministre des Affaires étrangères a été l'artisan d'une normalisation peu glorieuse avec le régime de Kagame alors que le juge Bruguière avait courageusement établi la responsabilité de ce dernier dans le déclenchement du génocide dont furent victimes les Hutus comme les Tutsis. Autant l'on peut comprendre que la France fasse ...
Lire l'article
Le secrétaire d'Etat français à la Coopération, Alain Joyandet, est arrivé à Libreville depuis le 15 octobre dernier pour prendre part à l'investiture du nouveau chef de l'Etat, Ali Bongo Ondimba. La France avait été un des premiers pays à adressé ses félicitations à Ali Bongo après l'annonce des premiers résultats le 3 septembre dernier. La France est représentée à l'investiture d'Ali Bongo par son secrétaire d'Etat à la Coopération, Alain Joyandet, arrivé à Libreville depuis le 15 octobre dernier. Près d'une dizaine de chefs d'Etats sont attendus à cette passation de pouvoir entre Rose Rogombé, qui assure l'intérim depuis le ...
Lire l'article
Les dictateurs africains ont la cote à Paris ! À chaque fois qu'une plainte est déposée par des associations de lutte contre la corruption comme Transparency international France ou encore l'association Sherpa, celle-ci se heurte à une fin de non-recevoir. En 2007 déjà, une première plainte avait été déposée contre les biens mal acquis en France d'Omar Bongo, de Denis Sassou N'Guesso et de Téodoro Obiang Mbasogo, accusés d'avoir détourné des fonds publics de leurs pays via leurs multiples comptes en banque pour s'acheter des villas, des appartements ou des voitures de luxe. Elle s'était enlisée et l'affaire avait été classée ...
Lire l'article
Lui, Alain Joyandet, n’est pas un produit de la politique d’ouverture de Sarkozy, contrairement à son prédécesseur Jean-Marie Bockel, entré au gouvernement pour cette raison sarkosyste, même si l’on sait que ce n’est ni plus ni moins qu’une estocade portée au PS. Du reste, Bockel, comme d’autres, qui ont répondu à l’appel du locataire de l’Elysée, ont été exclus du camp socialiste pour « trahison ». Et pour le cas Bockel, un pathos ne venant jamais seul, les choses ne se sont pas arrangées : pour avoir pris au pied de la lettre les oukazes de son patron de président en ...
Lire l'article
Le nouveau secrétaire d’Etat à la coopération, Alain Joyandet, refuse le terme "Françafrique" au motif qu’il daterait des années 60. Certes, l’épouvantail agité par Paris n’est plus le bloc soviétique, mais la Chine. A cette réserve près, le père du néocolonialisme français, Jacques Foccart, aurait pu tenir, mot pour mot, le même discours que le petit soldat africain de Sarkozy. Jugez-en plutôt. La tête de Bockel tombée pour plaire à Bongo, Sarkozy a voulu le maire de Vesoul. Et on a le maire de Vesoul - pour paraphraser le grand Jacques. Deux semaines après sa nomination, le premier fait d’arme de ...
Lire l'article
Quand tout le monde parle des émeutes de la faim, on n’évoque pas les interventions de la France dans ces différents pays pour venir au secours de régimes qui ont leur part de responsabilité dans cette crise. Quand ça craque dans certains pays africains, lorsque la situation sociale ou politique devient trop critique, lorsque les populations se soulèvent contre leurs oppresseurs, étrangement l’Etat français n’est jamais loin… Toujours aux côtés de ses fidèles amis, malgré les morts et la répression. Qui n’a entendu parler du discours soi-disant novateur de Sarkozy lors de son voyage au Cap en Afrique du Sud en ...
Lire l'article
L'Economie française dépend de ses possessions dans les ex-colonies. Mettre fin aux relations françafricaine c'est plonger la France dans la recession économique. De Air France à Areva , en passant par Total, Bolloré... l'économie française est pour plus de la moitié dépendante de l'Afrique francophone. Le gabon en est un exemple frappant où les hommes politiques français au pouvoir sont obligés d'aller pour faire allégeance et permettre une continuation du pillage des matiers premieres gabonaise (Petrole, bois...). Toute autorité française remettant en cause ce rapport inégalitaire entre la France et le gabon, est tout bonnement ecarté. Jean-Marie Bockel vient d'en ...
Lire l'article
Lapsus au secreétariat à la Coopération jeudi: «On a eu quelques soucis avec le Bongo... Heu, pardon, le Gabon, il fallait rattraper cela». Paris est prêt à tout pour recoller les morceaux avec Omar Bongo, à la têe du Gabon depuis quarante et un ans. Au point, semble-t-il, d’incarner son pays pour les representants de notre Etat. Hier, Alain Joyandet, qui vient de remplacer Jean-Marie Bockel comme secretaire d’Etat à la Coopeération, s’est rendu, avec Claude Gueant, au Gabon. Pour une premiere visite en Afrique, le geste est symbolique. Surtout apres que Libreville eut salue le transfert de Bockel, le 18 ...
Lire l'article
France: “Sarkozy ne sait pas ce qu’il fait”, estime Cohn-Bendit
Alain Joyandet débouté par la société civile gabonaise
Point de vue. Kouchner et les dictateurs africains
Gabon : Alain Joyandet à Libreville pour l’adoubement d’Ali Bongo
Biens mal acquis des dictateurs africains – Des dictateurs bien protégés par la France
Alain Joyandet : lui, il sait s’y prendre avec les doyens
Foccart est mort, vive Joyandet: Néocolonialisme décomplexé à la française
Quand La France adoube les dictateurs
Claude Guéant et Alain Joyandet à Libreville pour que le système de pillage puisse continuer sans heurts
Gabon – France: Paris recolle les morceaux avec Bongo


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 15 Juil 2008
Catégorie(s): Françafrique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*