- Bongo Doit Partir - http://www.bdpgabon.org -

UPM ou Afrique, il faut choisir !

Abdoulaye Wade n’a pas de mots assez durs pour dénoncer l’Union pour la Méditerranée portée dimanche à Paris sur les fonds baptismaux. Pour le président sénégalais, derrière cette initiative initiée par Nicolas Sarkozy, se cache une volonté de “phagocyter” l’Afrique du Nord. Dans une déclaration solennelle, Wade appelle à la fondation des Etats-Unis d’Afrique.

Les pays africains qui ne sont pas directement concernés par l’Union pour la Méditerranée observent néanmoins de près cette initiative. Pas toujours d’un bon oeil. C’est le cas d’Abdoulaye Wade, le président du Sénégal, qui a ainsi décidé de prendre les commandes de la fronde africaine contre le projet de son homologue français. Pour lui, l’UPM renferme les facteurs de la division du continent africain entre le nord et le sud. “L’Afrique du Nord tournée vers le Nord, le Sahara deviendra ce que nous étions en train de combattre: un mur séparant politiquement notre continent en deux parties”, affirme-t-il dans une déclaration solennelle. Pour le dirigeant sénégalais, c’est l’Afrique noire qui va pâtir au premier chef de cette nouvelle donne géopolitique qui augure d’une “coopération à deux vitesses”. “En examinant le contenu de la corbeille de cadeaux de mariage on s’aperçoit que l’Europe offre, entre autre, dès le départ, comme premier cadeau les infrastructures, routes et trains régionaux, ce que nous réclamons en vain depuis si longtemps.”

Le président du Sénégal va plus loin et accuse sans ambages l’UPM de n’être rien d’autre qu’une nouvelle forme de colonisation. Selon lui, c’est le déclin démographique européen et une économie sans dynamisme qui a motivé sa création. Après avoir “absorbé d’un seul coup, sans tambour ni trompette, 80 millions de citoyens d’Europe centrale pour booster sa croissance démographique en baisse”, l’Europe se tourne désormais vers le Sud, affirme Wade.

Pour le Sénégalais, c’est une évidence, l’Europe veut s’emparer des richesses de l’Afrique du nord. “Bien entendu que, derrière l’initiative UPM, il y a aussi des visées qui crèvent les yeux: le pétrole et le gaz de l’Algérie, le pétrole libyen. Les autres Etats sont en vérité des faire-valoir ou un peu plus. Ce qui explique que les créateurs du processus de Barcelone aient exclu au début l’Egypte qui vient seulement d’être récupérée”, décrypte-t-il.

Construire l’Afrique par rejet de l’Europe

Tandis qu’il salue la Libye qui a rejeté l’UPM -“Pour ce pays, l’africanité ne fait pas de doute, tout au moins avec Kadhafi”, se félicite-t-il- Abdoulaye Wade admet que le Maroc, en proie à l’hostilité de l’Union africaine dans le dossier sahraoui, l’Algérie dont de nombreux ressortissants vivent en Europe, ou la Tunisie puissent avoir un penchant naturel vers la Méditerranée. Pourtant, Wade veut croire que le Maroc ou l’Egypte qui, à Sharm El-Sheikh lors du sommet de l’Union africaine les 30 juin et 1er juillet dernier, “ont décidé de constituer immédiatement le premier noyau des Etats unis d’Afrique”, choisiront, le moment venu, de se réorienter vers le continent.

“Que fera l’Egypte? Il est simplement inimaginable que la plus ancienne civilisation du monde que nos ancêtres ont créée parte avec nos pyramides et laisse derrière Abu Simbel et la Nubie. Moubarak ne devrait pas avoir d’état d’âme pour rester avec nous”, poursuit Wade. “Les pays d’Afrique du Nord doivent choisir clairement comme l’a fait Kadhafi car de toute évidence, on ne peut pas appartenir à deux unions à la fois”, martèle-t-il. “Il ne nous reste plus que la voie des Etats-Unis d’Afrique, que nous pouvons construire avec les immenses richesses naturelles de notre sol et de notre sous-sol”.

Pour parvenir à ce grand dessein, le président Wade en appelle aussi à la mobilisation des consciences chez les dirigeants de l’Afrique noire qui doivent sortir de “leur micro nationalisme aveugle” et regarder “loin devant”. Pour ce faire il n’hésite pas à brandir l’affront du Pacte européen sur l’immigration qui “rejette” leurs enfants avec l’espoir de susciter un phénomène de répulsion à l’égard de l’Europe qui cimenterait les volontés éparses. “Finalement, l’UPM pourrait bien, après tout, accélérer le processus de la véritable unité africaine”, reconnaît-il.


SUR LE MÊME SUJET
“Il faut panser les plaies de la Côte d’Ivoire”, dit Gbagbo selon Mgr Tutu
L’ancien président Laurent Gbagbo a reçu sa première visite officielle à Korhogo. Desmond Tutu, qui l’a rencontré avec deux autres membres des Elders, l’a trouvé détendu et visiblement prêt à œuvrer pour que le pays "retrouve sa situation normale". De passage en Côte d’Ivoire, l'archevêque sud-africain Desmond Tutu a livré à la presse l’impression que lui a faite l’ex-président Laurent Gbagbo, qu’il a pu rencontrer pendant quarante-cinq minutes dans sa résidence surveillée de Korhogo (nord). L'archevêque était avec l'ex-secrétaire général de l'ONU, Kofi Annan, ainsi que l'ancienne présidente d'Irlande et ex-Haut-Commissaire aux droits de l'homme de l'ONU, Mary Robinson, dans le cadre ...
Lire l'article [1]
Alors que vient de se tenir le 25e sommet Afrique-France à Nice, "Jeune Afrique" a enquêté sur les nouveaux visages d'une réalité souvent fantasmée : la Françafrique. Petit guide pratique pour ceux qui veulent s'aventurer dans ses maquis. Alors que le 25e sommet Afrique-France, qui est aussi celui du cinquantenaire des indépendances, s'est tenu à Nice les 31 mai et 1er juin, l’affaire est assez emblématique des mutations de cet étrange serpent de mer qu’est la Françafrique. Chacun sait, depuis le 15 mai, que la libération de l’universitaire Clotilde Reiss est en partie due à une médiation sénégalaise, au sein de ...
Lire l'article [2]
La future commissaire au Climat devant le ParlementOutre la somme de 250 millions de francs CFA (380 000 euros) que l'Etat sénégalais va débloquer pour venir en aide aux victimes du séisme, le président de la république du Sénégal, Abdoulaye Wade, offre aux Haïtiens "l'hospitalité en terre africaine", rapporte Sud Quotidien, de Dakar. Le 17 janvier, il a proposé aux descendants des esclaves venus du Sénégal entre le XVIe et le XVIIe siècle et qui peuplent Haïti aujourd'hui de retrouver la terre de leurs ancêtres. Citant en exemple le Liberia, peuplé au XIXe siècle par ...
Lire l'article [3]
Mouila, 29 août (GABONEWS) – Après le ralliement de certains candidats à la présidentielle anticipée du 30 août prochain au profit d’André Mba Obame, le président de l’UNPR et membre de l’Alliance pour le Changement et la Restauration (ACR), Louis Gaston Mayila, a déclaré vendredi depuis Mouila que « l’alliance garde ses positions et n’est pas prête à négocier avec qui que ce soit », rapporte le correspondant de GABONEWS. Actualité du :29/08/2009 Monsieur Mayila a donné libre court à ceux qui veulent rallier les autres candidats en estimant que c’est le ...
Lire l'article [4]
Ali Bongo Ondimba en campagne, saluant la foule, avec sa femme Inge. Son père, Omar, a dirigé le pays pendant 41 ans. : EPA 800 000 Gabonais vont élire dimanche le successeur du président Omar Bongo. Son fils Ali a mis toutesles chances de son côté, mais sa popularité est très discutable. Après 41 ans sous la coupe d'Omar Bongo, le Gabon va élire un nouveau président, dimanche, lors d'un scrutin à un tour. Pas moins de 23 candidats sont en course, dont Ali Bongo (50 ans), le fils du Président décédé en juin. Cinq ministres et celui qui était Premier ministre ...
Lire l'article [5]
800 000 Gabonais vont élire dimanche le successeur du président Omar Bongo. Son fils Ali a mis toutesles chances de son côté, mais sa popularité est très discutable. Après 41 ans sous la coupe d'Omar Bongo, le Gabon va élire un nouveau président, dimanche, lors d'un scrutin à un tour. Pas moins de 23 candidats sont en course, dont Ali Bongo (50 ans), le fils du Président décédé en juin. Cinq ministres et celui qui était Premier ministre lors du décès d'Omar Bongo figurent parmi ces candidats. « Changement », « rupture », « alternance » : ces trois mots ont fleuri ...
Lire l'article [6]
Libreville, 18 août (GABONEWS) - Le président français, Nicolas Sarkozy, dans une correspondance publiée ce mardi dans le quotidien l’Union, a précisé à l’intension de son homologue gabonais, Rose Francine Rogombé, à l’occasion de la célébration du 49ème anniversaire de l’accession du Gabon à l’indépendance qu’« Il appartient aux Gabonais et à eux seuls de choisir leur avenir ». « Madame la présidente, La fête nationale de la République du Gabon m’offre l’occasion de vous adresser, ainsi qu’à tous vos compatriotes, mes plus sincères félicitations et mes vœux de prospérité et de réussite. Au moment où votre pays vit un tournant de son ...
Lire l'article [7]
« Entre le métier ou la position de l’engagement dans l’exercice du journaliste, il faut choisir car il y a toujours un prix à payer », a déclaré Anaclet Bissiélo, docteur en Sociologie, Ministre gabonais de la Programmation du Développement et de la Performation Publique, ce samedi à Port-Gentil, dans sa communication entant dans le cadre de l’atelier sur « la liberté de la presse » à l’occasion de la célébration ce 3 mai de la Journée internationale de la liberté de la presse, a rapporté notre envoyé spécial, Rodrigue Asseyi. Le conférencier, Anaclet Bissiélo, également enseignant à l’Université Omar Bongo ...
Lire l'article [8]
« Il faut que la route avance, je suis confiant pour le présent et l'avenir », a affirmé ce lundi le ministre gabonais des Travaux publics, Flavien Nziengui Nzoundou, lors d'une interview accordée à GABONEWS, à l'occasion du lancement des travaux d'aménagement et de réhabilitation de la route national 1. « Je n'ai pas droit à l'erreur. Je pense que le président de la République , en me confiant la responsabilité de ce département, m'a donné des consignes strictes afin que je me jette à l'eau. Je m'y emploierai », a confié le ministre des Travaux publics. Selon lui, ...
Lire l'article [9]
France – Afrique: Wade: « La fermeture des bases françaises peut être un facteur de déstabilisation »
Le retrait des troupes françaises des pays africains non compris le Sénégal peut être ’’un facteur de déstabilisation’’, a déclaré jeudi le chef de l’Etat, Me Abdoulaye Wade, qui s’est dit cependant favorable à la révision des accords de défense entre la France et des pays du continent. Le retrait de la France ’’de tous les pays d’Afrique, je ne parle pas du Sénégal, je pense que c’est un facteur de déstabilisation’’, a notamment dit le chef de l’Etat dans un entretien à Radio France internationale (RFI). ’’Il y a des gouvernements en Afrique qui ont besoin d’avoir des accords visibles ...
Lire l'article [10]
“Il faut panser les plaies de la Côte d’Ivoire”, dit Gbagbo selon Mgr Tutu
France-Afrique: Les nouveaux réseaux
Les descendants d’esclaves invités à revenir en Afrique
Gabon: Présidentielle 2009 / Louis Gaston Mayila: « l’Alliance tient sa position et ne veux pas choisir »
Gabon : le « Bongoland » hésite à choisir le fils
Gabon : le « Bongoland » hésite à choisir le fils
Gabon: Nicolas Sarkozy à Rose Francine Rogombé: « Il appartient aux Gabonais, et à eux seuls, de choisir leur avenir »
Gabon: Médias : « Le métier ou l’engagement, il faut choisir ? » (Anaclet Bissiélo, sociologue)
Gabon: « Il faut que la route avance, je suis confiant pour le présent et l’avenir » (ministre des TP)
France – Afrique: Wade: « La fermeture des bases françaises peut être un facteur de déstabilisation »