- Bongo Doit Partir - http://www.bdpgabon.org -

Gabon : Découverte d’un corps décapité au Cap Estérias

Un corps sans vie décapité et mutilé a été retrouvé le 8 août dernier dans la zone du Cap Estérias par la brigade de gendarmerie de la localité. Les habitants de Libreville et de différentes localités de l’intérieur s’insurgent de manière récurrente sur la recrudescence des crimes rituels, instaurant une certaine psychose chez les populations.
Comment enrayer la recrudescence des crimes rituels ? Le nouveau cadavre décapité et mutilé en plusieurs endroits du corps découvert le 8 août dernier au Cap Estérias, à une trentaine de kilomètres de la capitale, relance la polémique et la psychose chez les populations.

“Nous avons été informés par la brigade du cap Estérias nous faisant état de la découverte d’un corps sans vie sur les bords de la plage. Nous sommes allés sur les lieux, nous avons trouvé un corps inerte, décapité, c’est-à-dire amputé de toute sa tête” a rapporté le substitut du procureur de Libreville.

“Nous avons joint les services de GABOSEP pour procéder à l’enlèvement de ce corps. Pour l’instant, une enquête a été ouverte. La personne a été identifiée, malgré l’absence de sa tête, grâce aux riverains. Nous espérons que nous pourrons mettre la main sur ceux qui ont commis un tel acte” a déclaré le magistrat.

“Le procureur de la République est indigné. C’est une forme d’insécurité qui prend de l’ampleur et nous comptons combattre avec la dernière énergie ceux qui commettent de tels actes” a conclu le substitut du procureur.

Malgré les multiples appels lancés par les habitants des localité les plus touchées par ce phénomène macabre, les autorités ne trouvent toujours pas le moyen d’enrayer ces pratiques.

La diabolisation des rites traditionnels dans leur ensemble n’y arrange rien et participe de surcroît à l’instauration d’une véritable psychose due à une méconnaissance croissante des pratiques traditionnelles.

La recrudescence des meurtres rituels dans la petite ville minière de Mbigou, à 200 km au sud de Mouila dans la Ngounié, a récemment amené le 1er maire adjoint sortant de la commune, Jérôme Mouélé, à déposer une plainte contre X au tribunal d’instance de Mouila. Au mois de juin dernier, en moins de deux mois, quatre meurtres avaient été perpétrés dans cette petite localité de quelques milliers d’habitants, que l’élu avait attribué aux positions politiques des habitants de la commune.

Libreville n’est pas en reste, les découvertes macabres s’y sont multipliées depuis le début de l’année en cours. Des corps de jeunes filles du pont de Gué Gué aux mutilés du stade Omnisport, les crimes rituels se perpétuent sans vergogne dans tous les quartiers de la capitale.


SUR LE MÊME SUJET
Les éléments de la gendarmerie du Cap Estérias, appuyés par les populations locales poursuivent les recherches du corps du jeune Junior Meyé englouti par les vagues aux larges des côtes du Cap Santa Clara le 19 avril dernier, a constaté sur place un reporter de l'AGP. Depuis la disparition de l'adolescent, ses parents notamment son père, sa mère et ses grands frères ne quittent les plages du Cap Santa Clara que pour se reposer le soir. Ils sont soutenus par une bonne partie des populations et les éléments de la gendarmerie locale qui multiplient les enquêtes et les fouilles. Chaque jour naît avec ...
Lire l'article [1]
Le corps d'Edith Lucie Bongo, l'épouse du chef de l'Etat gabonais décédée samedi à Rabat, a été rapatrié mercredi matin au Gabon dans un avion de la Royal Air Maroc (RAM) spécialement affrété, a constaté un journaliste de l'AFP. Les présidents gabonais Omar Bongo Ondimba et congolais Denis Sassou Nguesso ont également quitté la capitale marocaine à destination du Gabon, peu de temps avant le départ du corps de Mme Bongo et dans un appareil gabonais, a-t-on précisé de même source. A leur départ de l'aéroport de Rabat-Salé, les deux chefs d'Etat ont été salués par les ministres marocains des Affaires étrangères ...
Lire l'article [2]
La défense entend rapatrier en France mercredi les corps des huit soldats tués dans le crash d'un hélicoptère militaire français, samedi au large des côtes gabonaises, a indiqué lundi à l'AFP l'état-major des armées à Paris. "La défense prend des dispositions pour ramener les corps des huit militaires décédés mercredi", a déclaré le capitaine de vaisseau Christophe Prazuck, de l'état-major, indiquant ne disposer "d'aucun détail sur les cérémonies militaires prévues". Le bilan du crash de l'hélicoptère Cougar est devenu définitif lundi avec la découverte du corps du dernier soldat porté disparu. Sur les dix militaires qui se trouvaient à bord de l'appareil, quatre ...
Lire l'article [3]
L’Association de lutte contre les crimes rituels (ALCR) a dénoncé le 25 octobre la recrudescence des crimes rituels au Gabon, avec 13 nouveaux cas enregistrés depuis le mois de septembre dernier. L’Organisation non gouvernemental (ONG) a dénoncé également la banalisation de ce phénomène par les autorités et l’inertie de la justice contribuant à l’augmentation croissante des victimes de ces crimes qui seraient perpétrés par des réseaux organisés.Le président de l’Association de lutte contre les crimes rituels (ALCR), Jean Elvis Ebang Ondo, a dénoncé le 25 octobre à Libreville la recrudescence des victimes de crimes rituels, dont treize nouveaux cas auraient ...
Lire l'article [4]
Treize crimes rituels ont été enregistrés au Gabon depuis le mois de septembre, ont affirmé des représentants de la société civile samedi à Libreville, dénonçant une augmentation de ces pratiques et une "banalisation" du phénomène par les autorités. "A Libreville, nous avons totalisé cinq cas, et à l'intérieur du pays, (...) huit cas depuis le mois de septembre", a déclaré lors d'une conférence de presse Jean-Elvis Ebang Ondo, président de l'Association de lutte contre les crimes rituels (ALCR). Ce chiffre pourrait cependant être en deçà de la réalité, l'ALCR ne disposant pas "d'antennes" dans tout le pays, a estimé M. Ebang Ondo, ...
Lire l'article [5]
L’Association de lutte contre les crimes rituels au Gabon (ALCR) est montée au créneau samedi à Libreville au cours d’une conférence de presse, contre la recrudescence des crimes rituels après plus de 10 nouveaux cas recensés depuis septembre dernier dans le pays, rapporte un journaliste de l’AGP. Cette conférence de presse à laquelle ont assisté les membre de la coalition “Publiez ce que vous payez“ de Marc Ona, marque la reprise des activités de l’ALCR après un silence remarqué suite au kidnapping pendant trois jours, en septembre 2007, de l’un des fils du président cette association, Elvis Ebang Ondo. “Nous sommes ...
Lire l'article [6]
Le bilan des immigrés clandestins qui ont échoué aux larges des côtes gabonaises dans la nuit de mardi s'alourdit de jour en jour, cinq nouveaux corps ont été retrouvés ce vendredi, montant le chiffre à un total de 23, à l'heure actuelle. Depuis mardi dernier, 15 corps avaient été retrouvés sur la plage de Libreville, suivi dans la journée de mercredi matin par trois autres au même endroit. Cette embarcation transportait des ressortissants d'Afrique de l'ouest qui immigraient clandestinement au Gabon.
Lire l'article [7]
Les corps de 12 migrants clandestins présumés se sont échoués sur une plage de Libreville, la capitale gabonaise, ont annoncé mardi les autorités. Les victimes sont apparemment originaires de l'Afrique de l'ouest, selon Ndinge Mouetse, du bureau du procureur général gabonais. Un passeport du Ghana a été découvert sur l'un des corps. Une embarcation en mauvais état a également été retrouvée à proximité. Le Gabon, pays riche en pétrole plus facile à atteindre que l'Europe, est devenu une destination pour les populations fuyant la pauvreté des pays d'Afrique de l'ouest.
Lire l'article [8]
Le corps sans vie d’une jeune fille âgée d’environ 12 ans a été retrouvé mercredi, aux abords de la plage du Lycée Léon Mba de Libreville, aux environs de 14 heures par un jeune garçon qui se promenait le long de cette plage. Ce corps sans vie serait en effet celui d’une élève du lycée Paul Indjendjé Gondjout (Lycée d’Etat de l’Estuaire) qui se serait noyée mardi dernier, selon les témoignages recueillis sur les mieux du drame. Toutefois, la véritable cause de cette noyade est encore ignorée, à en croire les premières arrivées sur les lieux, d’autant que certaines personnes pensent ...
Lire l'article [9]
Trois membres du mouvement d'opposition radicale en exil « Bongo Doit Partir » (BDP) ont été arrêtés le week-end écoulé à Libreville, alors que se tenait le meeting de clôture de la tournée républicaine de 10 jours du président de la république. La rédaction du peuple est mise au parfum par un appel téléphonique. Au bout du fil, celui qui se présente comme le président de la coordination nationale, Hugues Bessacque. Il nous apprend ce qui suit. «  La veille de la tournée du Chef d'Etat dans l'estuaire, nous avons fait l'objet d'une interpellation par les éléments de la DGR. Ils ...
Lire l'article [10]
Gabon: Poursuite des recherches du corps de Junior Meyé aux larges des côtes du Cap Santa Clara
Maroc: rapatriement du corps d’Edith Lucie Bongo au Gabon
Crash au Gabon: les corps des huit soldats rapatriés sans doute mercredi
Gabon: 13 crimes rituels recensés depuis septembre
Gabon: 13 crimes rituels au Gabon depuis septembre, selon une association
Recrudescence des crimes rituels au Gabon : l’ALCR monte au créneau
Gabon: Drame de l’immigration clandestine: cinq nouveaux corps retrouvés sur la plage à Libreville
Les corps de 12 migrants retrouvés sur une plage du Gabon
Gabon: Un corps sans vie retrouvé sur la plage du Lycée Léon Mba
Le BDP décapité à Libreville