Socialisez

FacebookTwitterRSS

Le livre serait-il trop cher au Gabon ?

Auteur/Source: · Date: 11 Août 2008
Catégorie(s): Culture

Un débat sur le manque de visibilité de la littérature gabonaise incrimine les prix trop élevés des livres et un certain régionalisme des écrits.
Nos confrères de Gabonews relatent le débat qui a eu lieu à l’Assemblée nationale lors de la présentation d’ouvrages de Nadia Origo par UDEG (union des écrivains gabonais). Il y était question du prix trop élevé des livres édités au Gabon et d’une régionalisation des écrits qui seraient nocifs à la visibilité de la littérature gabonaise au Gabon mais aussi en Afrique et en France.

Le général, Pierre Odounga Pepe considéré comme le « doyen des écrivains gabonais » explique que : « lorsque l’éditeur accepte le manuscrit ou le tapuscrit de l’auteur, tout le travail sur la production, la publication, la distribution ne lui revient plus. Il revient à la maison d’édition de fixer un prix, de le distribuer par rapport à tous les contours qui s’y rapportent ». On ne peut donc pas imputer la faute de la cherté du livre aux écrivains.

Par contre on pourrait leur reprocher de produire des écrits trop ciblés sur une région particulière ou une ethnie. C’est du moins l’avis de Chamberlain Moukouama, Journaliste pour la chaîne 2 qui conclut par « Je pense que l’universalisation du style des auteurs peut impulser une dynamique du livre au Gabon ».

Enfin, le général, Pierre Odounga Pepe, ajoute qu’« Il faudrait une politique du livre au Gabon » et précise « on a soumis depuis des décennies aux autorités politiques notamment au ministère de la Culture une ligne budgétaire, pouvant permettre de construire les maisons d’édition gabonaises, des imprimeries. Et tout ceci pourra réduire le coût du livre gabonais ».

Un problème qui se rapproche de celui constaté par les maisons d’édition vietnamiennes qui du fait de la cherté du livre n’arrivent pas à conquérir un large public qui préfère à tout prendre s’acheter du pain.
 


SUR LE MÊME SUJET
Le Gabon, classé 3ème derrière la République Démocratique du Congo (RDC, 2ème) et la Guinée-Equatoriale (1er), serait le troisième pays le plus cher en matière de coût d’accès à l’eau au niveau de l’Afrique centrale selon le dernier bulletin d’information du Groupement Inter Patronal du Cameroun (GICAM). Ce classement découle d’un rapport dit « Analyse comparative des coûts de facteurs en Afrique Centrale », mené par le GICAM. L’analyse relève que dans l’ensemble, les tarifs appliqués aux entreprises sont légèrement supérieurs à ceux des particuliers, sauf en RDC où le différentiel est grand (environ 1 000 FCFA sur le coût ...
Lire l'article
A la suite de multiples protestations du syndicats des commerçants de Libreville devant les « tracasseries » dont font l’objet les adhérents (contrôle d’hygiène, de pièces administratives…), l’inspecteur des Services municipaux, Théophile Nyembo Mokito, a rétorqué : « justement, il y a des contrôles parce qu’il y a trop d’égarements » et que « les commerçants font tout ce qu’ils veulent ». Selon lui, il sera demandé à la « Mairie de multiplier les contrôles, donc de les renforcer pour que notre ville soit saine aussi bien sur le plan de la consommation que des produits ...
Lire l'article
Au cours de la dernière journée du salon du livre des ‘’Editions Ntsame’’, qui a refermé ces rideaux, ce vendredi, à l’Assemblée nationale à Libreville, au terme de trois jours d’activités, la fondatrice de l’entreprise, l’écrivaine Sylvie Ntsame, a déclaré à GABONEWS que sa maison d’édition est parvenue à son premier objectif, celui de "faire connaître le livre gabonais". « Les Editions Ntsame sont ouvertes depuis fin janvier. Et, après avoir fait un travail titanesque, en moins de deux mois, avec la production d’une dizaine d’œuvres, il était de bon aloi de venir présenter nos œuvres au public », ...
Lire l'article
L’ écrivaine gabonaise Sylvie Ntsame, par ailleurs présidente de l’Union des écrivains du Gabon (UDEG) a inauguré mercredi, à Libreville, sa maison d’édition dénommée Les Editions Ntsame. La création de cette maison répond au souci de rendre visible le livre sur le terrain et d’amener les lecteurs au s’intéresser au Livre. ’’J’ai donc voulu apporter ma petite pierre à l’édifice pour qu’un flot important de productions locales soit publié’’, a déclaré Mme Ntsame, affirmant que cette maison vient contribuer à la promotion de la culture Gabonaise à travers le livre. Après la phase des civilités, la fondatrice a situé l’assistance sur la ...
Lire l'article
Le dollar américain et la livre sterling ont enregistré mercredi une légère baisse par rapport au Franc CFA des pays membres de la Banque des Etats de l'Afrique centrale (BEAC), a-t-on appris à Libreville, la capitale du Gabon. Voici les cours du jour de certaines monnaies étrangères face au Franc CFA. Monnaie Achat Vente Dollar américain 516,45 536,43 Livre sterling 806,26 837,47 Dollar canadien 399,67 415,13 Yen 5,45 5,66 Franc suisse 445,39 462,72 Rand 48,66 49.98.
Lire l'article
À l’occasion de la présentation officielle des ouvrages de Nadia Origo, nouvelle écrivaine gabonaise au palais Léon Mba, par l’Union des écrivains gabonais (UDEG) à l’Assemblée nationale, un débat s’est ouvert sur la cherté du livre des auteurs gabonais et le souci des écrivains de régionaliser leurs écrits pour une visibilité de la littérature gabonaise en sur l’étendue du territoire national, en Afrique et dans l’hexagone, a constaté GABONEWS. Pour la présidente de l’UDEG, Sylvie Ntsame, écrivaine par ricochet, les auteurs gabonais font d’énormes efforts par rapport à la visibilité de la littérature gabonaise. Néanmoins ces derniers sont confrontés ...
Lire l'article
La 7ème édition du Salon International du Livre s’est achevée vendredi dernier à Libreville à l'issue de deux jours d'exposition, de conférence, de débats, et de lectures poétiques qui ont attiré grand monde dans le hall de l’Assemblée nationale. Quelque, 15 exposants, uniquement des écrivains gabonais, ont organisé cette année ce Salon international du Livre sous le thème "Fête de la lecture" dans la perspective de réconcilier le grand public avec le livre. Guy Nzouba Ndama, s'exprimant au nom du Parlement, a dit que c'est avec un réel plaisir que l'Assemblée Nationale a accepté d'abriter la réflexion qui, pendant deux jours, ...
Lire l'article
Lors du 7ème salon international du livre qui s'est ouvert jeudi à Libreville, la capitale gabonaise, la corporation des écrivains gabonais a réclamé au gouvernement une « véritable politique du livre » pour mieux vulgariser et implanter la culture de la lecture et du livre dans le pays. Selon le vice président du 7ème salon du livre, Auguste Eyene, une bonne politique du livre au Gabon présentera une image positive de la réalité des écrivains gabonais. Pour lui, les décideurs doivent tout mettre en place pour promouvoir le livre et la culture de la lecture. « Le gouvernement doit prendre des initiatives ...
Lire l'article
A l’occasion du 7ème salon international du Livre de Libreville, organisé par les Editions l’Harmattan- Gabon et l’Institut Cheikh Anta Diop, le président de l’Assemblée nationale, président d’honneur de ce salon, Guy Nzouba-Ndama a rappelé que son engagement et celle de l’Institution dont il a la charge est une « façon de féliciter tous les auteurs des nouvelles publications parues » et de montrer qu’il est « particulièrement sensible à l’effort des compatriotes qui travaillent dans des conditions pas toujours adaptées et qui, cependant, parviennent à produire des œuvres de bonne facture ». « Lorsque des citoyens viennent à se lire ...
Lire l'article
Le VII è salon international du livre de Libreville s’est ouvert jeudi en présence du premier ministre, Jean Eyeghe Ndong, accompagné du président d’honneur de cet événement, vice-premier ministre en charge de la Culture, de la Refondation, et des Droits de l’homme, Paul Mba Abessole, et du hôte, président de l’Assemblée nationale du Gabon, Guy Nzouba-Ndama, du directeur de l’Institut Cheikh Anta Diop et des Edition l’Harmattan-Gabon, Pr. Grégoire Biyogho, avec pour but de vulgariser la culture du livre, puissant moyen de développement, mais aussi avec un dessein avoué de faire de Libreville, la nouvelle capitale africaine des lettres et ...
Lire l'article
Économie – coût d’accès à l’eau : Le Gabon serait le 3ème pays le plus cher dans la sous-région
Gabon – Commerce: « Il y a trop de contrôles parce qu’il y a trop d’égarements », Théophile Nyembo Makita, inspecteur général des Services municipaux
« Je crois que les éditions Nstame ont atteint leur premier objectif, celui de faire connaître le livre gabonais », Sylvie Nstame
Une nouvelle maison d’édition du livre au Gabon
Le dollar et la livre en baisse par rapport au FCFA de la BEAC
Gabon: La cherté du livre gabonais au centre des débats sur la non visibilité de la littérature gabonaise
Gabon: Clôture à Libreville du 7ème salon du livre
Gabon: Débat autour du livre, les écrivains gabonais veulent une « véritable politique »
Gabon: 7ème Salon international du livre: prime à “l’effort”
Gabon: 7ème salon international du livre: Libreville, nouvelle capitale des Lettres et Arts


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 11 Août 2008
Catégorie(s): Culture
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*