- Bongo Doit Partir - http://www.bdpgabon.org -

Robert Mugabe signe un accord avec des dissidents du MDC

Le président Robert Mugabe a signé un accord de partage du pouvoir au Zimbabwe avec une fraction dissidente du Mouvement pour le changement démocratique, annonce un responsable de la Zanu-PF au pouvoir.

Cet accord, passé entre le vieux chef de l’Etat et Arthur Mutambara, ne concerne pas le MDC de Morgan Tsvangirai, chef de l’opposition et adversaire malheureux de Mugabe à la dernière élection présidentielle contestée.
D’après le responsable du parti au pouvoir, le président Mugabe entend former un gouvernement d’union nationale et réunir le Parlement la semaine prochaine.

“Nous avons signé l’accord avec le MDC dirigé par Mutambara. Tsvangirai n’a pas signé le document parce qu’il cherche en fait à revenir en arrière, à renégocier des points déjà acquis”, a expliqué à Reuters ce responsable de la Zanu.
“Nous irons de l’avant et le président (Mugabe) va former un nouveau gouvernement d’unité nationale comprenant des membres de l’opposition”.
Ce responsable a toutefois refusé de dire si la nouvelle équipe inclurait des dirigeants du MDC de Tsvangirai.

LABORIEUX POURPARLERS

Les entretiens entre la Zanu-PF et le MDC de Tsvangirai étaient considérés comme la meilleure chance de régler la crise post-électorale et d’engager le pays sur la voie d’un redressement économique.
Mugabe, Tsvangirai et Arthur Mutambara, leader d’une faction dissidente du MCD, s’étaient retrouvés mardi dans un hôtel d’Harare ou de longues séries de discussions se sont déjà tenues sans résultats tangibles.
Lundi soir, Mugabe avait dit à ses partisans et à la presse que ses échanges de vues avec Tsvangirai avaient marqué quelques progrès et que les points de litige seraient “surmontés”.

Un représentant de la Zanu-PF avait toutefois dit à Reuters que le risque d’un échec des discussions était réel. “Tsvangirai change les règles du jeu pour nous obliger à renégocier des points déjà réglés”, ajoutait-il.

Mugabe est au pouvoir depuis 1980 et Tsvangirai conteste sa réélection en juin dernier. Selon des opposants, le président refuse de céder ses pouvoirs exécutifs.

source: l’express avec reuters
 


SUR LE MÊME SUJET
Le ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération, de la Francophonie et de l’Intégration Régionale, Paul Toungui et le représentant de l’organisation des nations unies de l’éducation et de la culture (UNESCO) Mohammed ont procédé, vendredi à Libreville, à la signature de l’accord de siège entre le Gouvernement de la République Gabonaise et l’UNESCO. La signature de cet accord de siège par le Gabon traduit la volonté de l’Etat gabonais de veiller à l'application des dispositions de la Convention de Vienne du 18 avril 1961 sur les Relations diplomatiques, principalement en matière de statuts, privilèges fiscaux et d'immunités juridictionnelles envers les ...
Lire l'article [1]
La Communauté économique des Etats d’Afrique centrale (CEEAC) et la Banque africaine de développement (BAD) ont procédé jeudi dernier, à Libreville, à la signature d’un accord de financement et d’appui à la conservation des écosystèmes du Bassin du Congo. Cette signature a eu lieu présence de Bassary Touré, représentant régional de la BAD et de Louis Sylvain Ngoma, secrétaire général de la CEEAC. Cet accord de 23, 6 milliards de francs CFA qui sera débloqué sur cinq ans sera affecté pour la protection des ressources forestières et l’appui aux institutions spécialisée de la CEEAC, précisément la Commission des forêts d'Afrique Centrale (COMIFAC). Aussi, ...
Lire l'article [2]
Les Européens ont renforcé lundi 8 décembre leurs sanctions contre le régime zimbabwéen. Dix noms vont être ajoutés à une liste des personnes interdites d'entrée dans l'UE, qui comporte déjà 168 personnalités zimbabwéennes, dont le président Robert Mugabe et sa femme Grace. Ce renforcement des sanctions européennes intervient alors que la communauté internationale a durci le ton face au président du Zimbabwe, âgé de 84 ans et au pouvoir depuis plus de vingt ans. Plus tôt dans la journée, Nicolas Sarkozy a déclaré que M. Mugabe devait quitter ses fonctions. "Le Zimbabwe a suffisamment souffert. Toutes les discussions ont ...
Lire l'article [3]
L’Union africaine (UA) et la Banque mondiale ont signé le 3 octobre à Washington un mémorandum d'accord portant extension de leur collaboration multisectorielle pour le développement du continent. Cet accord définit un cadre général de collaboration sur une période initiale de cinq ans dans les domaines de l’intégration régionale, de la gouvernance, des pays sortant de conflit, des relations avec la diaspora, du VIH/Sida et des autres maladies transmissibles. Le président de la Banque Mondiale, Robert Zoellick, et le président de la Commission de l'Union Africaine, Jean Ping, ont réaffirmé le 3 octobre dernier à Washington leur volonté de renforcer leur ...
Lire l'article [4]
Après plusieurs semaines de négociations, les discussions entre le président Mugabe et l'opposition semblent encore dans l'impasse, mercredi 27 août. Dans The Herald, le quotidien d'Etat, le président du Zimbabwe, réélu fin juin lors d'un scrutin contesté, affirme qu'un gouvernement va "bientôt" être formé. Les deux factions de l'opposition ont immédiatement annoncé qu'elles refusaient de participer à ce gouvernement tant que les négociations sur un partage du pouvoir n'auraient pas abouti. "Il est clair que s'il annonce un nouveau gouvernement, c'est une déclaration de guerre contre le peuple", a déclaré à l'AFP Nelson Chamisa, porte-parole du Mouvement pour le changement ...
Lire l'article [5]
Le président sud-africain Thabo Mbeki, médiateur dans les pourparlers sur un partage du pouvoir au Zimbabwe, est arrivé samedi 9 août à Harare pour des rencontres déterminantes en vue d'un accord. Il a été accueilli sur le tarmac de l'aéroport de Harare par le chef de l'Etat zimbabwéen Robert Mugabe, 84 ans dont 28 au pouvoir. Le président sud-africain était également attendu par les membres du tout-puissant Commandement opérationnel conjoint (JOC), qui regroupe les chefs de l'armée, de la police et des services secrets et dont le soutien est indispensable à tout accord. M. Mugabe, les chefs d'état-major et des ...
Lire l'article [6]
La crise politique qui agite le Zimbabwe depuis des mois s'apaisera-t-elle ? Selon le ministre zimbabwéen de la justice Patrick Chinamasa, interrogé lundi 21 juillet, le président Robert Mugabe et l'opposition doivent signer, dans la journée, un accord de principe. Ce document fixe le cadre de négociations sur l'avenir politique du pays : un échéancier, un modus operandi, ainsi qu'un ordre du jour. Les deux parties l'examinent depuis des contacts préliminaires il y a dix jours à Pretoria, en Afrique du Sud. ARRÊT DES VIOLENCES Le Zimbabwe vit une paralysie politique depuis la réélection contestée, fin juin, de Robert Mugabe, seul en lice ...
Lire l'article [7]
Le doyen des chefs d'Etat africains, le président gabonais Omar Bongo Ondimba, a apporté lundi son soutien au Zimbabwéen Robert Mugabe, dont l'élection au second tour de la présidentielle vendredi a été dénoncée par la communauté internationale, rapporte l’AFP. Omar Bongo s'exprimait devant des journalistes en marge du sommet de l'Union africaine (UA), qui se tient lundi et mardi à Charm el-Cheikh, en Egypte. "Il a été élu, il a prêté serment, il est là avec nous, alors il est président on ne peut pas lui demander plus. Ils ont fait des élections, je crois qu'il les a gagnées", a déclaré M. ...
Lire l'article [8]
A peine réélu, dimanche 29 juin, à la tête du Zimbabwe au terme d'une élection très contestée, le président sortant Robert Mugabe a redit, lors de son discours d'investiture, qu'il était prêt à négocier avec l'opposition. "J'ai l'espoir que, bientôt, nous mènerons des consultations entre partis politiques de différentes opinions afin d'instaurer un dialogue sérieux qui tempèrent nos différends et débouchent sur une ère d'unité et de coopération", a-t-il déclaré. Cette proposition a été accueillie plutôt froidement par l'opposition, qui a boycotté le second tour de l'élection présidentiellle face aux violences, et qui avait déclaré plus tôt que la réélection ...
Lire l'article [9]
Jean Ping chez Mugabe: l’UA se penche sur la crise politique et l’ONU s’inquiète
Le président de la commission de l’Union africaine (UA), Jean Ping, en mission au Zimbabwe, a rencontré Robert Mugabe pour faire le point sur la crise électorale. Aucun candidat n'a obtenu la majorité absolue au premier tour de la présidentielle, le 29 mars dernier, et l'opposant Morgan Tsvangirai tarde à se prononcer sur sa présence au second tour contre le président sortant. Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon est en concertation avec l'UA. Le ministre des Affaires étrangères du Gabon, Jean Ping, a été élu président de la Commission de l'Union africaine le 1er février 2008. Jean Ping s'est entretenu avec ...
Lire l'article [10]
Le Gabon signe un accord de siège avec l’UNESCO
Gabon: Coopération: la BAD signe un accord de 23, 6 milliards FCFA avec la CEEAC
Zimbabwe : Sarkozy et l’UE poussent Mugabe au départ
UA : Ping signe un accord avec la Banque mondiale pour le développement de l’Afrique
Zimbabwe : Robert Mugabe annonce la formation prochaine d’un gouvernement
A Harare dimanche,Thabo Mbeki pourrait finaliser un accord
Mugabe et l’opposition vont signer un accord
Sommet de l’UA : Omar Bongo Ondimba apporte son soutien à Robert Mugabe
Réélu à la tête du Zimbabwe, Robert Mugabe “espère” négocier avec l’opposition
Jean Ping chez Mugabe: l’UA se penche sur la crise politique et l’ONU s’inquiète