Socialisez

FacebookTwitterRSS

Analyse: Une projection sur l’avenir politique du Gabon d’ici 2015.

Auteur/Source: · Date: 14 Août 2008
Catégorie(s): Analyses,Politique

Beaucoup de nos compatriotes, qui se donnent la peine de suivre et d’analyser les évènements politiques de notre pays, commettent assez souvent l’erreur de tracer leur évolution dans un tout petit repère orthonormé, formé des deux seuls axes que sont le passé et le présent.

Or, un axe ou une dimension supplémentaire, mériterait d’être prise en compte : c’est le temps, ou encore sa projection vers l’avenir : le futur.

Ce qui distingue les grands stratèges en politique, comme Omar BONGO par exemple, c’est leur capacité à prendre en compte le futur, c’est à dire l’évolution des choses dans le temps. Ainsi, il peuvent concevoir des stratégies à long-terme, qui utilisent les effets du temps sur les situations et les personnes. C’est ce qui permet de concevoir des stratégies dont la plupart des éléments restent invisibles pour l’adversaire, car ils sont situés dans le futur.

Les stratégies conçues en intégrant la dimension temps sont d’autant plus indétectables que leurs effets ne sont mesurables qu’à moyen ou long terme, mais ils sont alors inéluctables car ils ont modifié la structure de la situation globale en profondeur.

Et Prendre du recul dans le temps, c’est prendre en compte le fait qu’à chaque époque, ce que la majorité croit être vraie, bon, ou indispensable, peut être en réalité une erreur. La société d’une époque doit être replacée dans son contexte global, celui de l’évolution humaine, et plus largement encore, celui de l’évolution de la vie sur terre. Au niveau personnel par exemple, l’instant présent doit être replacé dans la perspective du temps global de notre vie, et du fait que nous sommes tous mortels.

Depuis 1985, au début de l’âge d’or du pétrole de notre pays, Omar BONGO avait introduit la notion du temps dans sa stratégie de conservation du pouvoir suprême, basée sur le long terme et axée sur une succession de type héréditaire. Agé de 50 ans, l’homme pris la mesure du projet, et commença dès lors à en affiner les contours.

Dès cette année, de nombreux étudiants et futurs cadres altogovéens sont envoyés en formation dans les quatre coins du globe, avec une prédominance pour les finances, la défense (l’armée), les douanes et la diplomatie.

L’homme que l’on peut quasiment considérer aujourd’hui comme LA meilleure « invention » de BONGO, et qui était (et demeure) la pierre angulaire centrale autour de laquelle a été élaboré toute cette stratégie de succession, est arraché « de force » des pistes de break de la capitale, où il se contorsionnait avec son ami Jimmy Ondo, avant d’être envoyé illico presto sur les bancs de la fac, et en ressortir quelques années plus tard diplômé. De là, le jeune « appelé » commence ses classes dès 1989, dans la diplomatie, en tant que ministre des Affaires étrangères de papa.

La suite, vous la connaissez…

Aujourd’hui, quasi 25 ans plus tard jour pour jour, le patriarche et son rejeton peuvent, sans risque de se tromper, s’avancer sur le fait que leur machine de succession est au point. Car tous les ingrédients, tous les vecteurs, tous les signaux sont au vert, afin de pouvoir passer le flambeau.

Faites-en vous-même le constat, vous vous surprendrez de voir à quel point « le pays est géré », et fin prêt pour l’intronisation finale.

Mais n’ayez crainte, car pour la grande majorité d’entre nous, cela se fera sans changement, sans heurt et sans surprise aucune ! La mentalité populaire gabonaise ayant été depuis longtemps préparée et aujourd’hui plus que jamais prête à accepter ce tour de passe-passe, de la même façon qu’elle accepte chaque jour une coupure d’électricité de la SEEG, qui ne leur fera perdre que quelques scènes de leur épisode « Marimar » quotidien.

Et sur le plan su scénario, pour ceux qui veulent se donner la peine de le relire, l’alchimiste en charge de cette opération n’ira pas chercher sa potion bien loin : un tout petit peu d’épices marocaines, mélangées à un peu de phosphate togolais, et le tout nouveau breuvage national est fin prêt !

La seule équation cependant sera de savoir si papa BONGO va le faire de son vivant (nouveauté), ou simplement perpétuer la tradition de ses illustres prédécesseurs et non moins fournisseurs d’ingrédients : feu tonton Eyadema père et feu sultan Hassan II !

Les paris sont lancés.

Bruno VECARTE
Sciences-Po, Paris


SUR LE MÊME SUJET
Le Secrétaire général du Parti Démocratique Gabonais (PDG), Faustin Boukoubi, était face à la presse hier au siège du parti en vue de davantage les édifier sur les fondements du triomphe du parti au pouvoir lors des dernières élections législatives où il a gagné 113 des 120 sièges. D’emblée, le secrétaire général du PDG, a situé que cette victoire écrasante est la résultante de la politique concrète menée en deux ans par le Président du parti, Ali Bongo Ondimba par ailleurs Chef de l’Etat. Pour lui, les candidats investis par le PDG n’avaient d’autre programme à défendre que celui de proposé par ...
Lire l'article
Au lendemain de la tenue des élections législatives au Gabon, et à la suite d’une série d’élections d’une importance majeure en Afrique, la question d’une rare complexité et remplie d’enjeux mérite malgré tout d’être posée. De prime abord, rien ne pourra nous ôter de l’esprit que la question et la réponse dépendent de l’hémisphère où est située l’élection. Souvenez-vous du Miami Dade County et de la fameuse bataille des coupons d’élection validés ou non qui ont été décisifs lors de l’élection présidentielle de 2000 aux Etats-Unis (sans compter des répercussions ultérieures sur le monde). Des documentaires tous argumentés ont ...
Lire l'article
Analyse de la décision de la Cour constitutionnelle en date
I-Décision du 31 Octobre 2011 Par requête en date du 14 octobre 2011 reçue au Greffe de la cour constitutionnelle le 19 octobre 2011, le CDJ et l’UPG ont demandé à la cour constitutionnelle d’annuler les décisions de la CENAP prises les 3 et 6 octobre 2011. A-Fondement de la demande des requérants. La CENAP a pris le 3 octobre 2011 la décision portant nominations des présidents des commissions électorales locales et le 6 octobre 2011 la décision portant fixation de la date des élections législatives au 17 décembre 2011. Ces deux décisions de le CENAP ont été prises en application de l’ordonnance N°009/PR/2011 ...
Lire l'article
La dépouille mortelle du président de l'Union du peuple gabonais (UPG), décédé le 15 octobre, est arrivée à Ndendé où elle a été inhumée le 29 octobre à 16h 30, en présence de plus de 2500 personnes. La survie de l'opposition a fait l’objet de débats informels à la fin des obsèques. Décédé à Libreville le 15 octobre, Pierre Mamboundou, président fondateur de l’Union du peuple gabonais (UPG), a été inhumé le 29 octobre à Ndendé, ville dont il était le député. Selon les journalistes ayant effectué le déplacement, plus de 2500 personnes ont assisté à cet enterrement. Dans ...
Lire l'article
‘’Le Collier du Makoko’’ (1h54), le dernier long métrage du réalisateur gabonais, Henri Joseph Koumba Bididi, produit par Jeff Bongo Ondimba, joué par la crème du cinéma gabonais avec en tête Philippe Mory, Prince de Capistran, Patience Dabany ou encore Jean Claude Mpaka, Régis Massimba, sera projeté ce mardi soir au Centre culture français (CCF) de Libreville. Déjà, samedi dernier, face à la presse venue nombreuse, le réalisateur de ce film qui met en valeur les notions d’appropriation de ‘’notre culture’’, de la connaissance de ‘’notre environnement naturel’’, de la ‘’réappropriation de notre histoire passée’’ entre autres, accompagné du producteur et ...
Lire l'article
L’ancien secrétaire général de l’U.P.G (parti de l’opposition) animera un point de presse le samedi 30 juillet 2011 à 10 heures à l’amphithéâtre de l’immeuble Arambo. Richard Moulomba Mombo fera une déclaration afin de situer l’opinion nationale et internationale sur son avenir politique. Une déclaration tant attendue dans la mesure ou le pays va vibrer au rythme des élections législatives au mois de novembre prochain. Et l’éphémère député de la Doutsila voudrait à cette occasion se présenter pour barrer la route au Parti de Pierre Mamboundou dans cette localité de la province de la Nyanga. D’aucun ont ...
Lire l'article
L'alliance pour le Nouveau Gabon(ANG) vient ainsi d'être portée sur les fonds baptismaux par Séraphin Davin Akoure, ex-édile de Lambaréné, et tout récemment encore, ancien cadre du Parti Démocratique Gabonais (PDG, au pouvoir) en choisissant de se positionner au centre de l'échiquier politique; ce qui, pour la symbolique, ne surprend guère même si beaucoup d'eau continue de couler sous le pont qui enjambe l'Ogooué. Le choix du centre (gauche ou droit?) comme posture dans la vie politique gabonaise répond de la sociologie ou du moins de la géographie. Le docteur S.D.Akoure, natif de Lambaréné, ville ...
Lire l'article
Un vaccin efficace pour la première fois contre le paludisme pourrait être disponible en Afrique à partir de 2015, a annoncé un de ses inventeurs, Joe Cohen, lors d'une conférence à Washington La phase 3 des essais cliniques du vaccin RTS,S contre le Plasmodium falciparum, le plus meurtrier des parasites à l'origine du paludisme, est en cours dans sept pays d'Afrique et se passe "très bien", a indiqué mardi Joe Cohen, chercheur des laboratoires britanniques GlaxoSmithKline (GSK), qui se consacre depuis vingt ans à l'élaboration d'un vaccin et qui participe à Washington à une conférence sur le sujet. "Nous pensons que nous ...
Lire l'article
C’est la grande question que posent et se posent de nombreux observateurs, militants et sympathisants de ce parti cher au Président Pierre MAMBOUNDOU. Cette question devient presque une antienne au lendemain du 3ème coup d’état électoral dont l’UPG et son président ont été encore victimes après ceux perpétrés en 1998 et 2005. Cette question d’importance s’adresse non seulement au Président du Parti mais aussi aux cadres, militants et sympathisants du Parti. En clair, c’est à tous et chacun d’y répondre. Pour la rédaction de la lettre de l’UPG, l’Union du Peuple Gabonais est un grand parti qui doit rester au centre du jeu ...
Lire l'article
Analyse : La tête du Gabon souffre de son manque de cerveau LA TÊTE : PREMIÈRE MATIÈRE PREMIÈRE D’UN PAYS ! Ce titre aurait pu être celui d’une chanson du temps où notre Makaye ma Mboumb (Mackjoss) ou notre Akendengué croyaient encore à la jeunesse et à l’opposition gabonaise, hélas ! Le Gabon souffre bel et bien de sa tête, peut-être sans cerveau. « Quand on a essayé toutes les formules sans améliorer le résultat, c’est que les formules ne sont pas bonnes ». « Quand on a essayé tous les changements possibles et inimaginables, et que le contexte demeure, voire s’empire, c’est qu’il faut ...
Lire l'article
Politique: Faustin Boukoubi analyse le triomphe de son bord politique aux dernières élections législatives
Politique / Qu’est-ce qu’une élection réussie ? (Analyse)
Analyse de la décision de la Cour constitutionnelle en date
Gabon : Inhumation de Pierre Mamboundou et avenir de l’opposition
‘’Le Collier du Makoko’’ en projection ce mardi soir au CCF de Libreville
Gabon/Politique : Quel avenir politique pour Richard Moulomba Mombo ?
Gabon – Politique: Naissance de l’ANG: et maintenant? (Analyse)
Paludisme en Afrique: un vaccin pourrait être disponible à partir de 2015
Gabon: Quel avenir pour l’UPG?
Analyse : La tête du Gabon souffre de son manque de cerveau

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (2 votes, moyenne 4,50 sur 5)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 14 Août 2008
Catégorie(s): Analyses,Politique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*