- Bongo Doit Partir - http://www.bdpgabon.org -

Attention aux faussaires du Net, surtout à la tête de Siméon Ekoga qui souffre de son manque de cervelle

Ayant pris connaissance du tas d’immondices publié sur son site par Siméon Ekoga, un avorton attitré du régime Bongo depuis 2003, je me fais ici le plaisir d’y répondre personnellement afin de nettoyer la cervelle de ce bonhomme des termites qui la rongent depuis qu’il s’est vendu à Omar Bongo en 2003 dans une vaine tentative de mettre fin à l’existence du BDP-Gabon Nouveau.

L’histoire ne trompe pas et il n’y a que les simples d’esprit qui, à cause de leur paresse mentale et intellectuelle, se laissent berner par de tels malfrats. 

Il me semble que Siméon Ekoga pense que les Gabonais ont la mémoire courte et qu’il lui suffit de remplir le Net de fumée intoxicante pour faire oublier aux Gabonais l’odeur nauséabonde de qui il est vraiment. Il pense pouvoir faire oublier les forfaits qu’il a, en tant que suppôt de Satan, pardon… suppôt de Bongo, commis à l’encontre du peuple gabonais! Il ne sait pas à qui il a affaire, ce cancrelat.

La vérité, au BDP-Gabon Nouveau, a toujours été linéaire et il n’y a que les simples d’esprit aux neurones endormies qui se laisseront tromper par les gesticulations constipées de Siméon Ekoga et de tous ceux qui, payés par le régime Bongo, essaient de détruire le BDP-Gabon Nouveau ou de le décrédibiliser. Cela fait 5 ans qu’ils essaient et ils se sont tous, de Siméon Ekoga avec son BDP-RDPG (mort-né) aux frères Bessacque avec leur BDP-Démocrate (mort-né), cassé les dents.

Ils se casseront toujours les dents parce que le BDP-Gabon Nouveau restera une couleuvre pérenne dans la gorge de tous ceux qui, d’Omar Bongo le diable à tous les diablotins à sa solde, contribuent au traumatisme quadragénaire du peuple gabonais. Ils nous trouveront toujours sur leur chemin et nous leur ferons, un jour, cracher tous les vols et viols dont ils se sont rendus coupables à l’encontre de notre peuple. De tels animaux ne méritent rien d’autre que la chicotte sur les fesses, tous nus sur la place publique.

Aux simples d’esprit, donc, nous demandons de tout simplement dépasser le stade de la rumeur et d’apprendre à lire. Sur le Net, il y a trop d’esprits simples qui, étant tombés sur un site manioc et affamé comme celui de Siméon Ekoga, pourraient se laisser duper en croyant lire, là, des vérités inaliénables. Ils pourraient même se méprendre à croire que Siméon Ekoga est un opposant au régime Bongo, alors même qu’ils seraient là, en réalité, sur le site d’un avorton du régime payé spécialement depuis 2003 pour déstabiliser l’opposition diasporique. Et comme la plupart de nos compatriotes sont devenus non seulement intellectuellement paresseux mais aussi maladivement avides de rumeurs, ils ne prennent plus ni le temps ni la patience de lire et de s’instruire. D’où la simplicité mentale qui se dégage de ceux qui, se contentant de lire des vomissures sur la supposée duplicité du BDP-Gabaon Nouveau sur des sites comme celui de Siméon Ekoga, les prennent pour argent comptant. Pourtant, rien au BDP-Gabon Nouveau n’est caché. Notre parcours est linéaire, transparent, cohérent, et ce depuis que nous existons.

Il n’en demeure pas moins que les gesticulations affamées d’un Siméon Ekoga gigotant sur Internet comme un vers sur un hameçon électrifié ne nous intéressent pas du tout. C’est un simple d’esprit qui n’a jamais rien fait de bon ni de responsable dans sa vie et qui, n’ayant jamais muri dans son mental, joue les enfants sur Internet. Nous le voyons comme du caca, c’est-à-dire, un détritus, donc, rien du tout. Et vu que sa seule chance de se faire remarquer consiste à se frotter au BDP-Gabon Nouveau (pauvre diable!), et non au régime Bongo qu’il dit combattre (mon œil!), mon intervention dans ce texte ne vise qu’une chose: confondre cet ivrogne et le renvoyer dans la boue dans laquelle il nage dans l’éternelle attente du poste de ministre qu’Omar Bongo lui avait promis en 2003, puis en 2005, en échange de la destruction du BDP-Gabon Nouveau. Ayant évidemment raté son coup, notre incapable de bonhomme en est aujourd’hui à s’arracher les cheveux, essayant comme il le peut encore de mériter les 300 millions de FCFA que Bongo lui avait remis en 2003 comme budget de déstabilisation du BDP-Gabon Nouveau. Il lui faut bien rendre des comptes à son patron, non’ 300 millions de FCFA sans résultats concrets, c’est impardonnable!

La vérité, donc, est que Siméon Ekoga est véritablement malade du cerveau et cette maladie est ce qui en fait un être totalement irrationnel et incohérent.

Il faut être malade, irrationnel et incohérent pour présenter, comme preuves de la prétendue duplicité du BDP-Gabon Nouveau, des documents que le BDP-Gabon a lui-même rendus publics dans le cadre de la transparence que le mouvement a toujours démontrée dans le cadre de ses activités.

Eh oui, tenez-vous bien, Mesdames et Messieurs, et constatez la légèreté schizophrénique du vers de terre affamé (il espère un poste de ministre en récompense de sa duplicité!) que l’on appelle Siméon Ekoga:

Dans un récent article publié sur son site, c’est-à-dire ce 11 août 2008, Siméon Ekoga se frappe la poitrine de fierté comme un gorillon car, annonce-t-il, il détient un scoop. Il aurait en sa possession des documents qui démontrent, de manière indubitable, que le BDP-Gabon Nouveau est la création d’André Mba Obame et du régime Bongo. Et pour le prouver, il balance pêle-mêle des documents qu’il dit détenir de source sûre et confidentielle, documents qui confondraient totalement le BDP-Gabon Nouveau et montreraient que le BDP-Gabon Nouveau est une création du régime Bongo. Et c’est lui, évidemment, le plus opposant des opposants (virtuels!) du Gabon, qui en détiendrait la preuve car, son parti virtuel d’un homme (lui-même), aurait obtenu ces documents de ses réseaux d’informations (lui-même multiplié par dix pseudonymes). Donc, voilà notre Siméon Ekoga fait grand manitou opposant du Net. Oh oui, lui y en a fort, très très fort, comme son papa Bongomar qui lui donne des conseils de père, hein, l’opposant Ekoga!

Que diable !?

Mais seulement, voilà, les fameux documents présentés par Siméon Ekoga sont une fraude. En réalité, les documents qu’il présente comme scoop furent publiés et rendus publics par le BDP-Gabon Nouveau lui-même dans le cadre de sa politique de transparence. C’est donc de notre propre site qu’il les a obtenus et non d’une autre source. Mais comme Siméon Ekoga souffre de cécité mentale, disons même d’idiotie puérile, et comme depuis 2003 sa schizophrénie doublée de mégalomanie a atteint des proportions inquiétantes, il a oublié de mentionner que ces documents ne sont pas nouveaux puisque nous les avions mis sur notre site depuis 2004 pour certains, et depuis 2007 pour les plus récents, afin d’informer nous-mêmes les Gabonais sur les tentatives faites par le régime Bongo, soit d’obtenir une rencontre entre le Dr. Daniel Mengara et Omar Bongo, soit de détruire le BDP-Gabon Nouveau. Tout cela, ainsi que toute la vie du mouvement, est documentée sur le site du BDP-Gabon Nouveau et accessible à tous ceux qui savent lire ou prennent le temps de lire.

Autrement dit, permettez-nous la répétition:

Ordres de missions,  billets d’avion, argents, passeports, visas et signatures, voilà les documents que Siméon Ekoga présente comme preuves du fait que le BDP-Gabon Nouveau serait une création de Mba Obame et du régime Bongo. Seul problème pour notre ivrogne de blagueur du Net, nous avions nous-mêmes mis ces documents sur notre ancien site (voir cet article avec tous les liens pertinents [1]) et dans plusieurs articles publiés entre le 25 septembre 2007 et le 26 novembre 2007. Et nous les avions accompagnés d’articles explicatifs qui les placent dans leur seul vrai contexte. Non seulement nous n’avions rien caché de tout cela, nous avions nous-mêmes tout livré au public car nous n’avons aucune peur de la vérité et nous ne faisons pas dans les rasages de mur la nuit. Et nous faisons encore moins dans la prostitution du corps et de l’esprit.

Spécifiquement, en ce qui concerne le voyage des représentants du BDP-Gabon Nouveau (Paskhal Nkoulou et Edgard Moussavot) aux Etats-Unis en septembre 2007, on trouvera des liens vers tous ces documents dans notre article du 26 novembre dans lequel nous répondons à la fourberie de l’évêque Mike Jocktane [1]. Cet article contient aussi des liens annexes qui, si on prend la patience de tous les suivre, devraient mener le lecteur sur les articles qui décrivent les grandes étapes de la vie du BDP-Gabon Nouveau, à commencer par la trahison de Siméon Ekoga (2003) jusqu’à celle des frères Bessacque (2004), en passant par le retour du BDP-Démocrate au BDP-Gabon Nouveau [2] (2007). Autre problème pour Siméon Ekoga, il omet, dans son ivrognerie, de préciser que tous ces documents (visas, passeports, etc.) furent obtenus de toute urgence pour nos représentants du Gabon par le régime Bongo, et ceci uniquement parce que ce régime voulait coûte que coûte faciliter une rencontre entre le Dr. Daniel Mengara et Omar Bongo. Et contrairement à Siméon Ekoga qui est allé réciter les « papa m’a donné de bons conseils [3] » après sa rencontre [3] avec Bongo en 2003, Daniel Mengara n’a jamais accepté de rencontrer Omar Bongo. Il a même, par six fois, rejeté toutes les tentatives de rencontre sollicitées par Omar Bongo et son régime car, pour Daniel Mengara, rencontrer Bongo n’est pas la priorité de sa vie, encore moins celle du BDP-Gabon Nouveau.

Et pan! sur la tête sans cervelle du faussaire du Net, le grand Siméon Ekoga, parasite bongoïste de gros acabit!

C’est dire que, Siméon Ekoga, comme le malfrat qu’il est, a fait usage de faux en usurpant de la paternité de documents que nous avions nous-mêmes produits et publiés pour informer le peuple gabonais sur les diverses tentatives faites par le régime Bongo de détruire notre mouvement. Il n’est même pas assez honnête, l’Ekoga, pour, au moins, dire à ses lecteurs que les documents présentés sont des documents obtenus du site du BDP lui-même! Malhonnête jusqu’à la moelle, il ne leur a pas dit non plus que ces documents sont là depuis septembre 2007 pour certains, et 2004 pour d’autres. Ils ne sont pas nouveaux.

Siméon Ekoga fait donc, dans son foutoir, preuve d’un puérilisme dégoûtant qui montre que quelque chose ne tourne pas rond dans sa tête, surtout quand, dans le même esprit, il ressort de vieux documents publiés par le BDP-Gabon Nouveau en 2004, documents que le BDP avait fournis au public pour montrer comment Mba Obame avait détourné Hughes Bessacque et son frère Serge Bessacque, dont il a fait des agents du régime. Nous montrions ainsi, en 2004, comment Mba Obame et Ali Bongo avaient fait obtenir un VISA à Hughes Bessacques pour qu’il vienne, par deux fois, essayer de convaincre le Dr. Daniel Mengara de rencontrer Bongo en 2004 [4]: la première fois à Paris, la deuxième fois à Washington. Parce que le Daniel Mengara avait refusé de se rendre à ces meetinsg avec Bongo, Mba Obame avait alors forcé les frères Bessacques à faire scission et à créer le BDP-Démocrate, dans une autre vaine tentative de détruire le BDP-Gabon Nouveau. Ils ont, là aussi, raté leur coup.

Audience du traître Siméon Ekoga chez Bongo en 2003 [5]

Audience du traître Siméon Ekoga chez Bongo en 2003 (Cliquez l'image pour l'agrandir)

Il demeure, donc, que l’esprit malade d’Ekoga ne voit même pas l’incohérence de son argument. Si, donc, comme il le dit, le BDP-Gabon Nouveau serait une créature de Mba Obame, c’est que Mba Obame, comme Siméon Ekoga, est un vrai malade mental vu que vouloir négocier avec le BDP-Gabon Nouveau reviendrait, dans ce cas-là, à négocier avec lui-même. Ce serait comme un fou se parlant à lui-même. Mais peut-être que dans le pays de Bongo où Siméon Ekoga vit d’expédients et de parasitisme, ils sont tous fous et prennent leurs lanternes pour des réalités. Pas étonnant, donc, que Siméon Ekoga se soit autoproclamé président du BDP-Gabon Nouveau en 2003 [6] en cococtant des votes imaginaires où on l’aurait porté à la présidence du BDP (un malade, cet Ekoga!). Il montra encore plus sa maladie quand il s’amusa ensuite à décréter la dissolution du BDP-Gabon Nouveau [7] (quel imbécile!). L’incohérence de Siméon Ekoga est telle qu’il en vient même à oublier que son fameux RDPG, qui fut créé par des fonds du régime lors de son séjour au Gabon (voir cet article de l’Union qui montre comment le RDPG fut créé par supposée “dissolution du BDP [7]) est la création de Mba Obame, Ali Bongo et l’ambassadeur Jean-Marie Adzé, qui avaient profité du congrès du BDP-Gabon Nouveau à Bordeaux en 2003 pour essayer de détruire le BDP-Gabon Nouveau. Mais ils avaient fait une erreur cruciale : ils avaient choisi Siméon Ekoga pour accomplir leurs basses besognes, oubliant que Siméon Ekoga est un ivrogne qui n’a jamais été capable de faire quoique ce soit de valable dans sa vie (un vrai raté!), en dehors de se saouler la gueule dans les bars de Paris grâce aux prébendes que l’ambassadeur lui donnait pour infiltrer tous les “partis et individus à risque” qui se déclaraient à l’étranger. Sans le BDP-Gabon Nouveau, qui devint l’aubaine par laquelle il alla se vendre à Bongo, Ekoga aurait fini déprimé et affaissé dans l’alcool (il paraît qu’il raconte partout qu’il ne boit pas d’alcool, alors que ceux qui le connaissent le savent amoureux de la bière).

Principal symptôme, donc, de la maladie mentale dont souffre Siméon Ekoga : schizophrénie avancée, avec dédoublement de personnalité.

Alors, puisqu’il faut parler vérité, parlons vérité.

Redonnons donc à tous l’historique qui est celui de Siméon Ekoga, pour que chacun  se rende compte de qui est vraiment la créature d’André Mba Obame et du régime Bongo dans cette histoire. Et comme nous, au BDP-Gabon Nouveau, nous ne parlons jamais sans preuves, le lecteur pourra lui-même se faire une idée de qui est qui, pourvu que ce lecteur aie le courage de s’armer de plusieurs jours de patience pour lire et donc, de mieux s’informer des réalités de notre mouvement depuis qu’il existe. Tout autre comportement serait de nature à jeter le doute sur la capacité de ceux qui se laisseront prendre par le mensonge et la rumeur à réellement se sortir de leur état de sous-développement mental.

Voici, donc, un bref historique de Siméon Ekoga en rapport avec le BDP-Gabon Nouveau.

1. Suite à l’élection présidentielle de 1998, volée, encore une fois par Bongo, le Dr. Daniel Mengara fonde le BDP-Gabon Nouveau. Daniel Mengara, à cette époque, n’est pas un crève la faim puisqu’il était déjà, depuis 1996 (deux ans) professeur aux Etats-Unis, dans la même université où il se trouve aujourd’hui (12 ans de professorat et d’affranchissement physique et mental en terre américaine). C’est donc un homme totalement indépendant du régime Bongo qui avait créé le BDP-Gabon Nouveau, et non un crève-la-faim qui devrait sa vie, y compris sa profession, à un minus comme Omar Bongo. Autrement dit, Daniel Mengara n’est pas un cancrelat comme Siméon Ekoga, qui ne vivait que de parasitisme bongoïste à Paris (avant de se remplir la panse des 300 millions que Bongo lui donna [8] pour en finir avec le BDP-Gabon Nouveau et Daniel Mengara).

2. Voyant en le BDP-Gabon Nouveau, un bon moyen de sortir de l’ombre, Siméon Ekoga y adhère, mais avec un simple plan : servir d’agent au régime  Bongo, ce qu’on appelle taupe, à l’intérieur du BDP-Gabon Nouveau. Parce que le BDP-Gabon Nouveau menaçait de prendre de l’ampleur, André Mba Obame, Ali Bongo et l’ambassadeur Adzé décidèrent d’utiliser leur agent Siméon Ekoga pour créer la scission au sein du BDP-Gabon Nouveau.

3. Lors du Congrès de Bordeaux [6] donc, Siméon Ekoga crée la zizanie entre membres, leur disant que Daniel Mengara les avait trompés car il préparait une guerre au Gabon et avait déjà des armes. Il quitte le congrès un jour avant sa fin et, coup de théâtre, se retrouve soudain au Gabon où, en vrai imposteur spécialiste de la fraude et du faux, il se déclare nouveau président du BDP-Gabon Nouveau [8].

4. Peu de temps après, avec la complicité de l’ambassadeur Adzé et des ministres Mba Obame et d’Ali Bongo (Jean Ping y était aussi impliqué), il rencontre Omar Bongo et déclare, dans le journal L’Union, la dissolution du BDP-Gabon Nouveau [7] (quel idiot!). Après avoir déclaré son allégeance à Omar Bongo, qu’il remercie de lui avoir « donné des conseils, comme un père [3] », Siméon Ekoga, qui avait reçu 300 millions de CFA comme budget [8], crée le RDPG, qui était donc supposé être le parti qui allait remplacer le BDP-Gabon Nouveau [7]. Mais comme il n’y a que des imbéciles pour croire que l’on peut dissoudre quelque chose que l’on n’a pas créé, Siméon Ekoga, l’ambassadeur Adzé, André Mba Obame et Ali Bongo échouèrent dans leur tentative de détruire le BDP-Gabon Nouveau.

5. Et voilà pourquoi Ali Bongo et André Mba Obame renchérissent plus tard en créant, juste un an après Bordeaux, une deuxième scission au sein du BDP-Gabon Nouveau, en détournant 4 membres du BDP-Gabon Nouveau, c’est-à-dire Hughes Bessacque, Serge Bessacque, Léon Obame, Guy-Roger Biwagou. Ce sont ces membres qui, après avoir rencontré Omar Bongo à Washington, vont créer le BDP-Démocrate [4] dans une vaine tentative, encore une fois, de détruire notre mouvement. Des millions de F CFA circulèrent par là qui, plus tard, divisièrent les malfrats (nous y reviendrons).

La vérité, dans tout cela, est que ceux qui apporteront le moindre crédit aux cabales masturbatoires de Siméon Ekoga se mettront le doigt dans l’œil. Il n’y a dans l’existence du RDPG rien de sincère car ce fut un mouvement créé par le régime dans le mensonge et le faux, et surtout dans le seul but de défaire le BDP-Gabon Nouveau. Les gesticulations de Siméon Ekoga sur Internet ne doivent donc tromper personne : en échange de la destruction du BDP-Gabon Nouveau, on lui avait, en plus des 300 millions de FCFA, promis un poste de ministre qui n’est jamais venu. Voilà pourquoi, depuis cette époque, Siméon Ekoga danse la bamboula politique.

Regardez-vous-même :

1) En 2003, il proclame la dissolution du BDP-Gabon Nouveau [7] (quel imbécile !), et crée le RDPG [7]. Mais comme le poste de ministre qu’on lui avait promis n’est jamais venu, il se déclare en 2004 être redevenu un opposant, et se met à fustiger le régime (exactement ce qu’il reprochait au BDP-Gabon Nouveau lors de sa prétendue scission en 2003!).

2) Mais, surprise, en 2005 lors des élections présidentielles, Siméon Ekoga redevient bongoïste, soutient Bongo qu’il décrit comme le meilleur choix pour les Gabonais face à Mamboundou  et demande aux Gabonais de voter Bongo. Il fait ainsi campagne pour Bongo à Paris, comme Okili-Boyer lui aussi transfiguré d’opposant en fan de papa Bongo. C’était là, évidemment, l’appel du pied de Siméon Ekoga à Omar Bongo. Il croyait, encore une fois, que Bongo allait lui donner un poste de ministre au sortir des élections présidentielles. Mais malgré les félicitations de Siméon Ekoga adressées à Bongo pour sa “brillante réelection” [9], le poste de ministre ne vint jamais.

3) Donc, comme on peut s’y attendre des cancrelats politiques qui n’ont aucune conviction pour quoi que ce soit en dehors de la prostitution qui les fait tanguer au gré du vent, en 2006, les élections passées et le poste de ministre ne venant toujours pas, le cancrelat politique Siméon Ekoga se déclare de nouveau opposant et se met à vilipender le régime. Omar Bongo passa de nouveau par toutes sortes d’invectives à faire palir le BDP! C’est ainsi que l’on retrouva de nouveau chez Ekoga l’invective et les menaces que, à l’époque, il reprochait pourtant au BDP!

4) En 2008, Siméon Ekoga oublia de nouveau les invectives et redevint un pacifiste qui, comme Pierre Mamboundou, se déclara désormais pour une opposition apaisée opposée à la prise du pouvoir par la force. Pour lui, le Gabon est une démocratie et enlever Bongo par la force serait un crime impardonnable. Ces changements de ton ne devraient pas nous étonner. C’est que, en ce moment, on recommence à parler de remaniement ministériel dans lequel on pressentirait, selon la rumeur (fausse ou vraie?), l’entrée de Pierre Mamboundou au gouvernement. Et comme on pouvait s’y attendre, Siméon Ekoga, le ouistiti politique qui veut voir plus loin que son nez, a rejoint Mamboundou dans le discours apaisé: pas de violence verbale envers “papa”; le faire est un crime. Pas de coup d’état contre “papa”; le faire est irresponsable. Pas de remise en cause de la démocratie gabonaise; le faire serait du lèse-majesté. Insulter Bongo? Non, respectons le “présida” et condamnons les médias français qui embêtent le sommeil d’Albert Bernard. Le Gabon est une démocratie, respectons-la (nous disent-ils), avec à l’appui tout le tralala de verbiage apaisé que seuls savent pondre les “apaisés” du régime.

Que de bamboula, que de contradictions, que de paradoxes et que de mensonges, pour un seul homme, hein Monsieur Siméon Ekoga? Quel est donc cet opposant qui change chaque année de couleur idéologique, comme un caméléon’ Un coup on est opposant, un coup on est bongoïste, un coup on est partout, un coup on n’est nulle part, un coup on offre à Bongo ses fesses en prostitution’ Ekié!! Il finira bien par attraper une mauvaise crise cardiaque avec toute cette frénésie de cancrelat, hein, le Siméon!

Mais bon, comme nous l’avons déjà dit, il est malade, l’Ekoga. L’attente du poste de ministre a fini par lui enlever le sommeil et les nuits blanches ont fini par le rendre paranoïaque, le pôôvre. Et cela fait 5 ans que l’attente dure!

Comparez cette bougeotte de Siméon Ekoga à la stabilité idéologique du BDP-Gabon Nouveau et vous serez édifié. Le BDP-Gabon Nouveau n’a jamais dévié d’un iota de son idéologie, qui se résume en une seule phrase : « obtenir le départ d’Omar Bongo par tous les moyens possibles ». Et l’on n’a jamais vu, dans ce contexte, ni le Dr. Daniel Mengara, ni le BDP-Gabon Nouveau, dévier de cette ligne idéologique. Le BDP a gardé les même principes, les mêmes formules, la même résolution.

Certes, on nous sortira la même vieille rengaine. Cela fait 10 ans que le BDP existe, est-ce que Bongo est parti? Et votre Mamba, il est où? ironisent certains.

Ceux qui posent cette question de cette manière, je suis désolé de dire, sont incohérents. Permettez-moi d’expliquer.

Ce qui fait la cohérence d’une opposition n’est pas le fait qu’elle puisse libérer un pays selon un chronogramme prédéterminé à l’avance. Ce qui fait une opposition cohérente n’est pas non plus qu’elle puisse ou doive forcément réussir à prendre le pouvoir. Là n’est pas le problème car la réussite ou l’échec à court, moyen ou long terme n’est pas le critère par lequel on juge une opposition. Ce qui importe, en réalité est que l’opposition reste cohérente dans son rôle d’opposition, que cela lui prenne ou non un an ou 100 ans de combat politique. On ne reproche donc pas à Mamboundou ou à Mba Abessole leur échec. Ce que l’on leur reproche, c’est le renoncement et les incohérences qu’ils essaient de faire passer pour des exploits politiques, alors même que ces renoncements et ces incohérences traduisent, aux yeux du peuple, la tragique fin du combat politique “radical” que ces mêmes opposants avaient promis lors dans leurs meetings et cirques politiques. Au Gabon, nos opposants sont allés de positions radicales et incohérentes à des positions apaisées, elles aussi incohérentes. Du coup, ce sont ces incohérences et ces renoncements que le peuple a du mal à digérer. A ce titre, le BDP-Gabon Nouveau a toujours montré sa différence en restant idéologiquement cohérent et en travaillant dans le cadre de l’objectif de changement qu’il s’est toujours fixé. A ce titre, que cela lui prenne un an, dix ans ou 100 ans, le BDP-Gabon Nouveau restera cohérent et c’est cela qui fait sa différence non seulement idéologique, mais aussi méthodologique, d’avec le reste de la supposée opposition gabonaise. Autrement dit, si le BDP-Gabon Nouveau, en tant que mouvement d’opposition, ne peut guarantir sa réussite (personne ne le peut guarantir), ce qu’il doit guarantir, c’est de ne jamais changer de position ni d’idéologie tant qu’il n’a pas, au minimum, atteint les objectifs de réforme de l’état qu’il s’est assigné, pour le plus grand bénéfice du peuple gabonais.

Cette distinction entre réussite politique (causer un changement de régime, par exemple) et cohérence idéologique est fondamentale pour tout combat politique digne de ce nom. L’échec, dans ce contexte, est pardonnable. Ce qui n’est pas pardonnable, c’est le renoncement. Renoncer à son idéologie, façon Gabon, c’est souvent se mettre dans une situation où ce sont les leaders apaisés qui se taillent une place au soleil de Bongo (les trois Hummers de Mamboundou, par exemple), alors même que le peuple pour qui ils disaient se battre se retrouve abandonné à lui-même.

Voilà pourquoi, nous, au BDP-Gabon Nouveau, avons fait le choix de la cohérence et, armés de ce choix, travaillons à rendre possible le changement que le pays attend. Si nous échouons dans notre projet, nous aurons au moins eu le mérite de n’avoir jamais renoncé ni trahi la confiance du peuple. Nous réussirons ou mourrons avec le peuple, mais on ne nous verra jamais dans des Hummers payés par dessous la table par le Trésor public gabonais alors que le peuple croupit dans la misère la plus animalière.

Et c’est grâce à cette cohérence de notre projet que, depuis que nous existons, nous avons le courage d’appeler Omar Bongo “idiot, animal, criminel ou génocidaire”. N’attendant rien du régime Bongo, nous nous sommes affranchis des peurs et des calculs mesquins. Certains ont peur d’insulter Bongo parce qu’ils savent que, par cet acte, ils risquent de compromettre leur chance de devenir ministre un jour. Nous, au BDP, nous ne reconnaissons même pas Omar Bongo comme président du Gabon. N’ayant jamais vu nulle part faite la preuve de sa légitimité constitutionnelle, nous nous demandons pourquoi nos supposés opposants appellent Omar Bongo “Président de la république”! A ce titre, nous avons toujours été logiques avec nous-mêmes et nous nous sommes toujours foutus de ce que des imbéciles aux appétits aiguisés nous reprochassent notre arrogance. Ceux qui ont dévié de l’idéologie BDP, on les connaît, ce sont eux qui, de Siméon Ekoga (en 2003) à des gens comme Serge Bessacque, Hughes Bessacque, Léon Obame et Guy-Roger Biwagou (en 2004), sont allés se vendre à Omar Bongo, croyant par la même occasion tuer notre mouvement.

L’on notera à ce propos que tous ceux qui ont abandonné le BDP-Gabon Nouveau en 2003 (Siméon Ekoga) et en 2004 (le gang du BDP-Démocrate, Serge Bessacque, Hughes Bessacque, Léon Obame et Guy-Roger Biwagou) en sont aujourd’hui à faire des redites. C’est-à-dire qu’ils ne proposent rien d’original et rien de mieux que ce que, il y a 5 ans, ils disaient pouvoir faire en mieux que le BDP. Pire, le BDP-Démocrate avait fini par se diviser en trois partis différents: Les frères Bessacque continuèrent avec le BDP-Démocrate (puis le FRAP), Guy-Roger Biwagou créa le Mouvement pour la Démocratie et la Reconstruction (MDR) et Léon Obame le Mouvement Gabonais pour la Démocratie (MGD). Et maintenant, Léon Obame et Guy-Roger Biwagou nous sont revenus réconciliés avec leur FOUTRE, pardon… leur FUCR (Front Uni pour le Changement Radical), qui n’a de radical que la peau de leurs fesses vu que toute leur philosophie semble correspondre aux mêmes vieilles incohérences déjà observées chez leurs prédécesseurs Mba Bessole et Pierre Mamboundou.

Membres du BDP-Démocrate rencontrant Bongo à New York en 2005 - De gauche à Droite: Léon Obame, Serge Bessacque, Omar Bongo, Zibi Bertrand. [10]

Membres du BDP-Démocrate rencontrant Bongo à New York en 2005: De gauche à Droite: Léon Obame, Serge Bessacque, Omar Bongo, Zibi Bertrand (Cliquez l'image pour l'agrandir)

Par exemple, on annonce à grand fracas que l’on crée un (nouveau) parti politique (un de plus) pour… gagner les élections présidentielles de 2012. C’est ça un programme de parti politique, hein, gagner les élections de 2012 ? Quel est, véritablement, votre projet de société et que croyez-vous pouvoir faire en mieux que vos prédécesseurs’ Et surtout, qu’allez-vous faire de différent qui puisse vous assurer de les gagner, ces élections’ Il ne nous semble pas que ces lascars aient appris les leçons du passé, voire les leçons de l’histoire, surtout les leçons de ceux qui, avant eux, ont laissé des plumes dans ce jeu de dupes depuis 1990 parce qu’ils ont eu pour seul objectif politique de gagner les élections sans, au préalable, s’être équipés d’une véritable stratégie de conquête du pouvoir.

Que de partis, donc, pour un seul groupe! Le BDP-Gabon Nouveau a ainsi produit 4 groupes clones distincts, et tous se sont entrebouffés, incapables qu’ils furent de s’entendre entre faussaires! Quand des parasites se mettent ensemble, ils se mangent sans pitié, c’est connu! Il reste que, entre 2003 et maintenant, cinq années se sont écoulées sans que l’on ait vu posée la différence qui aurait fait de tous ces parasites de meilleurs politiciens que Daniel Mengara. Si encore ils avaient pu faire mieux que Daniel Mengara, Daniel Mengara aurait été le premier à les appaludir et même à leur apporter son soutien, en simple reconnaissance de leur plus grande efficacité (La preuve: croyant en ses couilles, nous soutînmes Mamboundou en 2005, mais l’UPG rejeta notre soutien de peur de nous voir les pousser à la violence; ils avaient les couilles molles). Il se trouve, malheureusement, que ces gesticulations par les uns et les autres ne sont que masturbatoires, rien de plus. Ils sont tous, au moins, tout aussi virtuels que le BDP-gabon Nouveau. Pire, ils font du sur-place et croient pouvoir réinventer la roue! Il n’y a pourtant, dans ces énièmes “partis” gabonais, rien qui puisse suggérer l’originalité ou la pensée qui libère les peuples. Quel pays, donc, notre pauvre Gabon! FUCR! heu… pardon, FOUTRE!

Et on s’étonne que l’opposition gabonaise, dans la diaspora comme au pays, ne puisse pas s’unir! Quand des apparentis sorciers trouvent le sorcier en train de travailler, ils se croient souvent plus forts que le maître. Mais, encore une fois, un singe reste un singe. Chez nous, tout le monde veut être chef, tout le monde veut être président, tout le monde veut commander. On trouve cette tare chez les intellos comme au sein du peuple. Résultat: cacophonie animalière. La vérité aujourd’hui reste que tous ceux qui, aujourd’hui, du RDPG de Siméon Ekoga au FUCR de Biwagou et Léon Obame, se démènent dans l’opposition diasporique virtuelle que nous sommes tous, ont un seul point en commun: Daniel Mengara et le BDP-Gabon Nouveau. Autrement dit, on les connaît de par leur association avec Daniel Mengara et le BDP-Gabon Nouveau. N’ayant rien créé indépendamment du BDP-Gabon Nouveau, ils sont ce que l’on appelle des clones du BDP-Gabon Nouveau, et seront incapables, comme nous l’avons toujours dit, de faire mieux car s’ils le pouvaient, ils l’auraient déjà fait depuis leurs trahisons il y a 4 et 5 ans. Nous regardons donc ce cirque politique et nous rigolons. Qu’est un bal des vampires sans les vampires’

Le pire, dans la tête d’un fou, c’est que le fou croit toujours que ce sont les autres qui sont fous. Voilà un ivrogne (Siméon Ekoga) que Daniel Mengara a ramassé dans un caniveau de Paris pour en faire un membre du BDP-Gabon Nouveau. Mais comme tout parvenu qui n’a jamais rien inventé, il s’est cru plus fort que Daniel Mengara. Il a oublié que, entre la personne qui crée et la personne qui imite, il y a un gouffre qui en dit long sur la valeur de l’un et de l’autre. Et à cause de cela, Siméon Ekoga ne sera jamais rien d’autre qu’un des parasistes politiques qui se prostituent en donnant leurs fesses à Omar Bongo. Toute leur vie, ils la passeront à être les escalves des autres car ils sont incapables, à la base, de dignité.

Qui, donc, est André Mba Obame, aux yeux de Daniel Mengara ? Dois-je respecter Mba Obame parce qu’il est ministre ou dois-je le respecter parce que je lui reconnais une valeur d’homme? Etant donné que je ne vois en Mba Obame qu’un animal, par quel miracle le Daniel Mengara que je suis se soumettrait-il à la caution morale d’un animal’ Siméon Ekoga fantasme.

Qui donc, est Ali Bongo, aux yeux de Daniel Mengara? Le Daniel Mengara que je suis ne se respecterait pas si, un jour, il se réveillait un beau matin pour se retrouver esclave d’un animal comme Ali Bongo. Des parvenus comme lui, c’est dans la chiure que je les jette, car des animaux de cet acabit, qui meurtrissent tout un peuple, ne peuvent mériter le respect des personnes bien nées. Je suis né pauvre, mais j’ai été éduqué digne par ceux qui m’ont donné vie. Et parce que je respecte ma dignité, il n’y a pas un seul homme au monde qui puisse me faire trembler.

Enfin, qui donc est, à mes yeux, Omar Bongo, cette exécrable erreur de la nature qui génocide notre pays depuis 40 ans’ Aux imbéciles qui lui accordent le respect réservé aux Hommes, je dis: qui se ressemble s’assemble. Il n’y a que des malfrats pour admirer, comme valeur communautaire, le faux et la bêtise. Omar Bongo étant un animal à mes yeux, je laisse aux imbéciles de la trempe de Siméon Ekoga le soin d’aller se prosterner à ses pieds comme des chiens et de réciter les “papa m’a donné des conseils, comme un père”. On n’y prendra jamais le Daniel Mengara que je suis. 

C’est donc au visage de tous ces imbéciles que je crache. 

Et aux gens qui se posent encore la question, que dire, alors, du bilan de Siméon Ekoga, gros bec, lui qui, en 2003 proclamait son retour au pays et sa sortie de la virtualité dans laquelle le BDP se trouvait, selon lui? Voilà le signe de l’incompétence et de l’enfantillage.

Après que ses amis avaient remarqué son mensonge, ils l’ont tous abandonné et aujourd’hui, Siméon Ekoga est encore plus virtuel avec son RDPG que le BDP-Gabon Nouveau ne l’a jamais été. Tout ce qu’il a à son actif aujourd’hui c’est son site Internet financé dès le départ par l’ambassadeur Adzé, Mba Obame et Ali Bongo, dans l’espoir de détourner les Gabonais du site du BDP-Gabon Nouveau, premier site politique du Gabon. Ce qui lui reste aussi, ce sont les multiples pseudonymes qu’il ne cesse d’utiliser depuis 2003. Autrement dit, 5 ans après avoir promis sa sortie du virtuel, le RDPG de Siméon Ekoga est aujourd’hui réduit à un simple site Internet dans lequel, incapable d’inventer quoique ce soit d’original, le parasite continue à s’attaquer au BDP-Gabon Nouveau, comme si, incapable d’idées profondes, son seul programme politique, c’était le BDP-Gabon Nouveau. Il fut même, à l’origine, incapable de se distinguer du BDP car, même pour créer son site Internet, Ekoga ne trouva pas mieux que d’aller prendre le même logiciel que le BDP-Gabon Nouveau et, comme sigle politique, il copia sans vergogne celui du BDP-Gabon Nouveau. Parlez-moi d’avorton et de manque d’inspiration! Comme incapacité, on trouve rarement pire que cela. Mais on a beau être un singe, le singe ne peut que singer le maître.

Quand on est, donc, aussi incapable et aussi malade dans sa tête, c’est à Melen qu’il faut aller. Voilà un pauvre bougre du nom de Siméon Ekoga qui, depuis sa trahison du BDP-Gabon Nouveau en 2003, se débat depuis 5 ans à la recherche d’un poste de ministre, tantôt devenant fan invétéré de Bongo, tantôt se faisant opposant. Il n’a pas encore compris que le mensonge et l’incohérence sont, en général, la faiblesse du simple d’esprit. Comme une autruche, il croit être capable de dissimuler au monde la vérité en s’enfouissant la tête dans un trou, alors même que tout son corps, c’est-à-dire, son parcours obscur de mercenaire politique à la solde du régime Bongo, est exposé au ridicule le plus lamentable.

Aux paresseux qui, donc, ne lisent plus et, donc, se laissent embobiner par les élucubrations schizophréniques de Siméon Ekoga, nous recommandons tout simplement de lire. Le site du BDP-Gabon nouveau est un répertoire historique qui vous donnera une idée très précise du parcours de notre mouvement depuis sa création en décembre 2008 (Il vous suffit de parcourir la ribrique BDP sur notre ancien premier site [11], sur notre ancien deuxième site [12] et sur notre site actuel [13] pour voir le parcours du BDP-Gabon Nouveau). Ce parcours est exposé dans ses détails les plus crus sur notre site, site dans lequel se trouve tout ce qui est écrit de positif ou de négatif sur le BDP-Gabon Nouveau. Nous y laissons la liberté à chacun, sur la base de faits avérés, de se faire une idée concrète sur notre mouvement, d’où la transparence qui fait que nous ayons toujours publié sur notre site toutes sortes de documents ayant trait à notre cursus politique, qu’il s’agisse des moments de crise ou des moments de gloire.

Attention donc aux faussaires qui viendront à vous demain essayer de vous présenter comme preuves de notre duplicité des documents que nous-mêmes, par soucis de transparence, avions rendus publics.

Mais que peut-on faire d’une tête comme celle de Siméon Ekoga, me direz-vous ? Je dirai, à ce propos, que la tête de notre déchaîné du Net souffrant de son manque de cervelle, on le lui pardonnera car il ne sait pas ce qu’il fait.

Mais que l’on me permette de plagier un moment l’analyse faite par mon confrère, porte parole du BDP-Gabon Nouveau, le Dr. Bruno Ella Nguéma, sur les principes qui permettent de détecter qui est opposant et qui ne l’est pas au Gabon. Dans son analyse, le Dr. Ella expose le processus qui a souvent conduit nos opposants, jadis radicaux, à l’apaisement le plus éhonté, sans que, dans cet extraordinaire processus de transformation idéologique, les Gabonais n’aient vu le bénéfice, pour eux, de tous ces revirements que l’on dit pourtant faire en leur nom. Le Dr. Ella dit, je cite:

D’ailleurs les gabonais savent comment ce système fonctionne quand il veut immortaliser la preuve d’une trahison de l’opposition :

– une délégation est diligentée pour approcher le prétendu leader ou citoyen engagé,

Sur ce point, la plupart des Gabonais visibles politiquement ont reçu de telles visites d’envoyés du régime, y compris Mba Abessole, Pierre Mamboundou, Siméon Ekoga et Daniel Mengara, pour ne citer que ceux-là. Mais à la différence des autres, Daniel Mengara les a toujours envoyés paître une fois qu’il avait écouté leurs imbécitlités qui tournent toujours autour du ventre. Par contre, les autres supposés opposants, avec leurs grosses têtes, se sont sentis honorés et se sont crus importants du fait de ces sollicitations. N’ayant au départ aucune consistance mentale ni professionnelle, et ne s’étant aucunement affranchis des tares bongoïstes qui endeuillent la nation depuis 40 ans, ils étaient prédisposés à la bassesse du corps et de l’esprit. Quel drame!

– le leader (intimidé [ou intéressé]) finit par accepter une audience avec bongo, – bongo fait livrer une récompense en argent et en faveurs,

On retrouve dans cette panoplie non seulement tous les dinosaures politiques (Mba Abessole, Mamboundou), mais aussi tous les parasites et avortons politiques qui endeuillent aujourd’hui le Gabon, y compris le fameux Siméon Ekoga parti, en 2003, vendre le BDP-Gabon Nouveau à Omar Bongo au Bord de mer. Les preuves médiatiques et historiques sont là (voir liens plus haut), nous ne l’avons pas inventé. D’ailleurs, les sécessionnistes qui, comme Serge Bessacque, Hughes Bessacque, Léon Obame et Guy-Roger Biwagou allèrent rencontrer Bongo à Washington en 2004 pour lui vendre le BDP-Gabon Nouveau et, ensuite, créer le BDP-Démocrate, en savent quelque chose. Ce sont tous les mêmes. On n’a jamais vu Mengara participer à ce genre de souillure. Et comme personne ne peut prouver quoi que ce soit vis-à-vis de Daniel Mengara, les mauvaises langues finiront bien par attrapper la langue de plomb.

– les photos de suicide politique sont prises montrant le leader et bongo en convivialité,

Qui manque à l’appel’ Mba Abessole? Il y est. Mamboundou? Il y est. Siméon Ekoga? Il y est, aux premières loges comme un rat mouillé [3]. Les gens du BDP-Démocrate qui avaient trahi Daniel Mengara? Ils y sont. Mais on n’a jamais vu Daniel Mengara à ces kermesses. Par six fois, Daniel Mengara a refusé de rencontrer Omar Bongo. On ne trouvera nulle part une seule preuve de quoi que ce soit à ce niveau concernant Daniel Mengara, encore moins une photo de lui assis aux côtés de Bongo comme Siméon Ekoga le fit en 2003. Si le régime Bongo avait des preuves pouvant discréditer Daniel Mengara, il y a longtemps qu’il les aurait sorties.

– le leader trouve des arguments atténuants à bongo qu’il fustigeait peu de temps avant,

Qui manque à l’appel’ Personne. MBa Abessole ne jure maintenant que par le nom du “président Bongo”. Mamboundou, reconnaissant maintenant que le Gabon est démocratique et que son combat de 20 ans était une imbécilité, défend désormais toutes griffes dehors “Monsieur le Président de la République” contre les “cabales” des journalistes français. Il trouve même, en 2006, Omar Bongo “sincère” après leur rencontre du Bord de mer et appelle aujourd’hui les Gabonais à ne pas chercher à foutre dehors le dictateur par la violence [14]. Ne parlons pas des avortons comme Siméon Ekoga qui, sitôt Bongo rencontré, avait retrouvé son “père” disparu en OMar Bongo car, selon lui, Bongo lui donna “des conseils, comme un père”. On n’a jamais vu Daniel Mengara danser de cette bamboula-là. Comme c’est dégoûtant!

– le leader et son mouvement se démarquent des leaders qui maintiennent leur virulence contre bongo en revendiquant le débat sain, comme si bongo lui-même était sain de corps et d’esprit !

Qui manque à l’appel’ Mba Abessole se revendiqua de l’opposition conviviale, Mamboundou de l’opposition républicaine. Mais comme le secret n’existe que pour les imbéciles, les gens aux neurones actives savent bien qu’il n’y a que les petits avortons du régime qui demandent que l’on respecte leur “papa” Bongo et qui traitent d’irresponsables les opposants qui appellent Bongo par son vrai nom: c’est-à-dire “animal”. Du coup se créent des gouffres idéologiques incompatibles entre les opposants qui se disent véritablement radicaux, et ceux qui se retrouvent apaisés par le manioc servi par Bongo.

 Et c’est donc un avorton comme Siméon Ekoga, qui a fait devant tous la preuve de son infâme duplicité, un Siméon Ekoga qui n’existe aujourd’hui que parce que Daniel Mengara l’a ramassé du caniveau dans lequel il saoulait la bière, c’est lui, ce Siméon Ekoga sorti du trou des fesses de Mengara, un caca, qui ose aujourd’hui dire qu’il est opposant, parce qu’il croit que les Gabonais ont déjà oublié comment il est allé se prostituer chez Bongo en 2003? Et quand, surprise, c’est la personne qui a non seulement été incohérente dans son idéologie, mais aussi été créée de toutes pièces par Mba Obame qui, bizarement, se retourne pour dire que c’est le BDP qui est une création de Mba Obame, on se demande dans quelle planète vit le margouillat nommé Siméon Ekoga?

Il est malade ou quoi?

Alors, laissez-moi rigoler un peu et me râcler la gorge. Dans mon village, les vieux ont l’habitude de dire qu’il y a homme et homme. La race de Siméon Ekoga n’existe pas parmi les hommes. Elle n’existe que chez les animaux.

Dr. Daniel Mengara
Président, BDP-Gabon Nouveau

BDP-Gabon Nouveau
P.O. Box 3216 TCB
West Orange, New Jersey, 07052, USA
Tel: 973-447-9763
Fax: 973-447-9763
Site: http://www.bdpgabon.org 
 


SUR LE MÊME SUJET
Le président du Rassemblement démocratique du peuple gabonais (RDPG, opposition), Jean Francis Siméon Ekoga, a été nommé lors du Conseil des ministres du 22 avril à Libreville, conseiller du directeur général de la Caisse nationale d’assurance maladie et de garantie sociale (CNAMGS). Le célèbre opposant gabonais «exilé» en France, Jean Francis Siméon Ekoga, a été nommé à l’occasion du dernier Conseil des ministres le 22 avril à Libreville, au poste de conseiller du Directeur général de la Caisse nationale d’assurance maladie et de garantie sociale (CNAMGS). Exilé en France depuis le milieu des années 1980 pour raisons scolaires, Siméon Ekoga a ...
Lire l'article [15]
Nommé Conseiller du Directeur Général de la Caisse Nationale d'Assurance Maladie et de Garantie Sociale ( CNAMGS), Monsieur Jean Francis Siméon Ekoga , Président du Rassemblement Démocratique du Peuple Gabonais (RDPG) résident à Paris depuis plus de 20 ans, devrait rejoindre son poste dans les prochains jours. Nouvelle Afrique était au courant de cette information qui courait depuis, avant le Conseil des Ministres, et en attendait sa confirmation. Mais qui est Jean Francis Siméon Ekoga (JFSE)?FSE, c'est d'abord un exil d'une vingtaine d’années hors de son pays, qu'il a quitté au milieu des années 80 pour aller ...
Lire l'article [16]
Analyse : La tête du Gabon souffre de son manque de cerveau LA TÊTE : PREMIÈRE MATIÈRE PREMIÈRE D’UN PAYS ! Ce titre aurait pu être celui d’une chanson du temps où notre Makaye ma Mboumb (Mackjoss) ou notre Akendengué croyaient encore à la jeunesse et à l’opposition gabonaise, hélas ! Le Gabon souffre bel et bien de sa tête, peut-être sans cerveau. « Quand on a essayé toutes les formules sans améliorer le résultat, c’est que les formules ne sont pas bonnes ». « Quand on a essayé tous les changements possibles et inimaginables, et que le contexte demeure, voire s’empire, c’est qu’il faut ...
Lire l'article [17]
Contact [18]
Vous pouvez contacter le BDP-Gabon Nouveau de la manière suivante: Courrier Electronique: Pour nous contacter par email, cliquez ici.
Lire l'article [18]
Vous pouvez, si vous êtes un patriote ou une patriote qui croit en la nécessité de démanteler immédiatement le régime Bongo, participer à l'effort collectif en animant une cellule ou un Comité BDP dans la ville où vous vivez. Pour animer une cellule, vous devez devenir membre du BDP-Gabon Nouveau en remplissant notre formulaire d'adhésion. Et si vous êtes déjà membre, contactez-nous pour nous parler de votre projet de cellule. L'adhésion est entièrement libre et gratuite. Cependant, vous êtes libre de faire des donations volontaires pour soutenir financièrement notre combat, qui est également le vôtre. Pour plus d’informations sur les modalités d’adhésion au BDP-Gabon ...
Lire l'article [19]
L'adhésion au BDP-Gabon Nouveau est libre et gratuite pour tous. Pour plus d'informations sur les modalités d'adhésion au BDP-Gabon Nouveau et les conditions relatives aux divers statuts de membre, cliquez sur les liens ci-dessous. Adhérer au BDP-Gabon Nouveau: Modalités et Conditions Faire une donation Animer une Cellule ou un Comité Les Statuts du BDP-Gabon Nouveau Taux de cotisation pour les membres responsables.
Lire l'article [20]
Le Mamba
Le Mamba est la branche armée du BDP-Gabon Nouveau. Le Mamba s'est rallié au BDP-Gabon Nouveau le 8 décembre 2005 suite à un accord signé à Amsterdam aux Pays-Bas. Au terme de cet accord de ralliement, le Mamba est devenu la branche armée du BDP-Gabon Nouveau (Voir communiqué). Le BDP-Gabon Nouveau,est lui-même devenu mouvement de libération nationale le 5 décembre 2005 (Voir le communiqué et les résolutions). Pour visiter le site du Mamba, cliquez ici.
Lire l'article [21]
Succinctement présenté, le mouvement "Bongo Doit Partir, pour la Construction d'un Gabon Nouveau" (en abrégé : BDP-Gabon Nouveau) est un mouvement politique gabonais de libération nationale créé en exil dans le New Jersey aux Etats-Unis le 9 décembre 1998 par le Dr. Daniel Mengara, Professeur d'études francophones aux USA. Le BDP-Gabon Nouveau fonde son idéologie sur le constat suivant : En 40 ans de pouvoir sans partage, Omar Bongo a conduit le Gabon à la faillite la plus totale et à un état de dictature et de misère qui constituent un véritable génocide silencieux du peuple gabonais plus que jamais privé de ses libertés ...
Lire l'article [22]
Le Président Rassemblement Démocratique du Peuple Gabonais (RDPG) A la très haute attention de Son Excellence Omar BONGO ONDIMBA, Président de la République Gabonaise Monsieur le Président de la République, Le peuple gabonais vous a renouvelé encore une fois sa confiance lors des élections présidentielles des 25 et 27 novembre 2005. A cette occasion je voudrais, au nom des militants et des cadres de mon parti, le Rassemblement Démocratique du Peuple Gabonais (RDPG), ainsi qu'à mon nom propre vous présenter mes vives félicitations et vous exprimer mes souhaits sincères de succès dans les actions que vous entreprendrez durant les sept prochaines ...
Lire l'article [9]
Le BDP-Gabon Nouveau lance ici un appel à la vigilance aux compatriotes qui au Gabon ou à l'étranger suivent de près l'évolution de notre mouvement. Depuis un certain temps, nous recevons des rapports alarmants sur des personnages se présentant aux Gabonais ou au régime Bongo comme des représentants ou membres influents du BDP-Gabon Nouveau. Cette tendance semble s'être amplifiée depuis la mascarade ratée d'Omar Bongo à la télévision en juillet dernier, où le dictateur de Libreville a essayé de faire croire au ralliement de notre mouvement au régime en s'achetant à coup de centaines de millions des mercenaires politiques qui ont ...
Lire l'article [23]
Gabon : Ekoga nommé conseiller à la CNAMGS
Gabon : Siméon Ekoga Président du RDPG rentre au bercail…
Analyse : La tête du Gabon souffre de son manque de cerveau
Contact
Animer une Cellule
Adhésion
Le Mamba
Présentation
Siméon EKOGA,Président du RDPG, félicite Omar BONGO ONDIMBA pour sa brillante réélection…
Attention aux faussaires : Le BDP n’est pas un fonds de commerce
10 Comments (Open | Close)

10 Comments To "Attention aux faussaires du Net, surtout à la tête de Siméon Ekoga qui souffre de son manque de cervelle"

#1 Comment By MOMBO NGOMA On 14 Août 2008 @ 06:37

c’est bon pour ce monsieur siméon. A la lecture de votre réaction , s’il est sérieux, n’aura pas le courage d’ouvrir encore sa bouche. Parle nous de Ali Ben , président, avec cette histoire de Ekoga qui a encore écrit qu’il(Ali) est biaffré-nigérian. Merci

#2 Comment By Bruno Vécarte On 14 Août 2008 @ 09:55

Une projection sur l’avenir politique du Gabon d’ici 2015.
Par Bruno VECARTE

Beaucoup de nos compatriotes, qui se donnent la peine de suivre et d’analyser les évènements politiques de notre pays, commettent assez souvent l’erreur de tracer leur évolution dans un tout petit repère orthonormé, formé des deux seuls axes que sont le passé et le présent.

Or, un axe ou une dimension supplémentaire, mériterait d’être prise en compte : c’est le temps, ou encore sa projection vers l’avenir : le futur.

Ce qui distingue les grands stratèges en politique, comme Omar BONGO par exemple, c’est leur capacité à prendre en compte le futur, c’est à dire l’évolution des choses dans le temps. Ainsi, il peuvent concevoir des stratégies à long-terme, qui utilisent les effets du temps sur les situations et les personnes. C’est ce qui permet de concevoir des stratégies dont la plupart des éléments restent invisibles pour l’adversaire, car ils sont situés dans le futur.

Les stratégies conçues en intégrant la dimension temps sont d’autant plus indétectables que leurs effets ne sont mesurables qu’à moyen ou long terme, mais ils sont alors inéluctables car ils ont modifié la structure de la situation globale en profondeur.

Et Prendre du recul dans le temps, c’est prendre en compte le fait qu’à chaque époque, ce que la majorité croit être vraie, bon, ou indispensable, peut être en réalité une erreur. La société d’une époque doit être replacée dans son contexte global, celui de l’évolution humaine, et plus largement encore, celui de l’évolution de la vie sur terre. Au niveau personnel par exemple, l’instant présent doit être replacé dans la perspective du temps global de notre vie, et du fait que nous sommes tous mortels.

Depuis 1985, au début de l’âge d’or du pétrole de notre pays, Omar BONGO avait introduit la notion du temps dans sa stratégie de conservation du pouvoir suprême, basée sur le long terme et axée sur une succession de type héréditaire. Agé de 50 ans, l’homme pris la mesure du projet, et commença dès lors à en affiner les contours.

Dès cette année, de nombreux étudiants et futurs cadres altogovéens sont envoyés en formation dans les quatre coins du globe, avec une prédominance pour les finances, la défense (l’armée), les douanes et la diplomatie.

L’homme que l’on peut quasiment considérer aujourd’hui comme LA meilleure « invention » de BONGO, et qui était (et demeure) la pierre angulaire centrale autour de laquelle a été élaboré toute cette stratégie de succession, est arraché « de force » des pistes de break de la capitale, où il se contorsionnait avec son ami Jimmy Ondo, avant d’être envoyé illico presto sur les bancs de la fac, et en ressortir quelques années plus tard diplômé. De là, le jeune « appelé » commence ses classes dès 1989, dans la diplomatie, en tant que ministre des Affaires étrangères de papa.

La suite, vous la connaissez…

Aujourd’hui, quasi 25 ans plus tard jour pour jour, le patriarche et son rejeton peuvent, sans risque de se tromper, s’avancer sur le fait que leur machine de succession est au point. Car tous les ingrédients, tous les vecteurs, tous les signaux sont au vert, afin de pouvoir passer le flambeau.

Faites-en vous-même le constat, vous vous surprendrez de voir à quel point « le pays est géré », et fin prêt pour l’intronisation finale.

Mais n’ayez crainte, car pour la grande majorité d’entre nous, cela se fera sans changement, sans heurt et sans surprise aucune ! La mentalité populaire gabonaise ayant été depuis longtemps préparée et aujourd’hui plus que jamais prête à accepter ce tour de passe-passe, de la même façon qu’elle accepte chaque jour une coupure d’électricité de la SEEG, qui ne leur fera perdre que quelques scènes de leur épisode « Marimar » quotidien.

Et sur le plan su scénario, pour ceux qui veulent se donner la peine de le relire, l’alchimiste en charge de cette opération n’ira pas chercher sa potion bien loin : un tout petit peu d’épices marocaines, mélangées à un peu de phosphate togolais, et le tout nouveau breuvage national est fin prêt !

La seule équation cependant sera de savoir si papa BONGO va le faire de son vivant (nouveauté), ou simplement perpétuer la tradition de ses illustres prédécesseurs et non moins fournisseurs d’ingrédients : feu tonton Eyadema père et feu sultan Hassan II !

Les paris sont lancés.

Bruno VECARTE
Sciences-Po, Paris

#3 Comment By Raphael On 15 Août 2008 @ 16:18

Oh la la, voilà ce qu’on appelle une déculotée pour Siméon Ekoga. C’est bien. IL ne faut pas laisser des trouffions comme Siméon Ekoga détourner la vérité. INternet est une arme redoutable et parfois les rumeurs deviennent de vérités. Merci pour ce travil de clarification. J’avais lu les mensonges d’Ekoga sur son site. Je pense que la vérité est ici rétablie.

#4 Comment By maitre gbodossou On 16 Août 2008 @ 14:03

On peut tout reprocher à Mengara sauf ça plume!!! voilà une vraie plume, un discours franc…malheureusement les autres l’on tenu(ce discours) avant d’aller voir le “pere”…..tristement celebre “Pere” autrefois anti-democrate devenu subitement grand conseiller!!!

#5 Comment By Jean de Dieu On 17 Août 2008 @ 09:08

Je me demande où Mengara est allé ramasser tous ces zigotos. Léon Obame, je le connais. C’est un total analpahbète, rien que du muscle. Siméon Ekoga je le connais aussi, un vrai ivrogne comme vous dites. C’est noraml qu’ils te trahissent, Mengara. Ils n’ont rien dans la tête.

#6 Comment By un gabonais On 19 Sep 2008 @ 11:11

Les Jeunes Mpongwés de Libreville
Quartiers Louis , Glass , Oloumi , Nkazoua
Jeanne et Blanche , Gros bouquet , Watermann ,

LETTRE a la Communauté Gabonaise vivant au Gabon et a l’Etranger
Depuis un certain temps Notre parent Paul Okili-Boyer ,vivant en Exil en France après 8 années d’incarcération Politique a Gros Bouquet est sali sur Internet par l’Intermédiaire du site soit-disant officiel de Pierre Mamboundou géré par sa famille et l’activisme obsessionnel d’un Fou se présentant comme Président (nommé par lui-même) du Rassemblement Démocratique du Peuple Gabonais (RDPG) mouvement politique Illégal et Inconnu au Gabon, le dénommé Siméon Jean Francis Ekoga( inconnu politiquement au Gabon )est surtout connu des milieux politiques parisiens comme quelqu’un ayant pratiquement adhéré à tous les partis d’opposition.(Une vipère en quelque sorte.et un Anongoma irresponsable et filou…)
Né au Gabon ,mais Français de Nationalité , après avoir trompé Daniel Mengara, a cet époque Coordinateur du BDP gabon Il est approché par les services gabonais.
( Simeon EKOGA, a
l’époque responsable de la cellule BDP a Paris, fut envoyé en mission afin
de récolter des informations sur les principaux dirigeants et fondateur du BDP vivant en exil.
L’autre partie de son travail était aussi deconstituer des bases de données sur des personnalités politiques locales, opposants ou non,
D’ailleurs depuis 2001 Siméon Ekoga surveillait le BDP pour les services Français et les contacts voulus par l’Ambassadeur Adzé avec lui n’étaient que de la poudre aux yeux.
Ekoga qui a reçu 45.000.000cfa avec lesquel Il a acheté une mercedès de couleur Bleue et avait prévu aussi la mort de Mengara Daniel , lors d’un congrès de BDP a Paris en 2002 pour celà il a demandé a recevoir 100.000.000 de cfa sur un compte au Sénégal à Dakar celà a été payé
Une partie de son Histoire racontée par son ancien beau frère:
Bonjour à Tous,

Je tombe à l’instant sur des âneries supplémentaires à mon sujet et je vais réagir une dernière fois et cela de manière virulente car lorsque de petits poissons veulent s’amuser à un jeu de cache-cache avec quelqu’un d’engagé et de déterminé pour la cause populaire, il y a lieu de mettre un terme à la « recréation ».

Tout d’abord, je tiens à vous informer du fait que derrière Marcien MAKAYA, Christian Martial Boussamba et Mihindou Crépin Amédée se cache en fait une seule et même personne : Siméon EKOGA.

Pourquoi est ce que ce Siméon EKOGA mène une campagne de dénigrement à mon égard ? Eh bien je vais vous l’expliquer.

J’ai connu Siméon EKOGA en 1997 à Paris chez ma cousine qui à l’époque habitait la Rue Stephenson dans le 18ème arrondissement parisien. Ce jour là, il avait sur lui une bible et a tenté de nous prêcher (mon cousin et moi). Un peu plus tard, j’ai appris qu’il était le concubin d’une autre de mes cousines avec laquelle il a eu une fille (ma nièce Malory).

Quelques années plus tard, fréquentant les milieux politiques parisiens, je le retrouve à une réunion du BDP au Restaurant Anatolie en compagnie de Daniel MENGARA et d’autres membres du BDP. Au cours de cette assemblée nous avons vu une délégation de la présidence de la République conduite par Mr Didy MPOUHOT, alors Directeur adjoint de Cabinet du PR demander à rencontrer MR MENGARA.

C’est alors que ce dernier, assisté de son lieutenant de l’époque, Siméon EKOGA, se sont entretenus en aparté avec cette délégation. La rencontre s’éternisant, je me suis alors levé et dirigé vers eux pour dire ceci à Didy MPOUHOT : « Mr êtes vous gabonais ? Si vous êtes gabonais alors pourquoi est ce que lorsque vous trouvez des gabonais en train de parler du Gabon, vous ne vous joignez pas eux ? Faut-il toujours que les choses fonctionnent dans l’ombre ? » Suite à ces question, Siméon me lança ceci : « Rodrigue, tu me déçois ! ». Je suis aussitôt rentré chez moi avant d’avoir pris soin de régler mon addition.

Lorsque que je revu Siméon quelques mois plus tard, ce dernier me dit ceci : « Rodrigue, finalement tu avais raison, j’aurais dû t’écouter et me méfier de MENGARA ».

Depuis lors Siméon et moi sommes devenus très copains. Siméon s’étant entre-temps séparé de ma cousine (pour rapports orageux), je gardai malgré tout de bons rapports avec lui car non seulement il demeurait le père de ma nièce, mais encore, il était un ami et frère. De cette proximité, ce dernier a obtenu des informations fondamentales sur moi … pour tout vous dire, il était même allé sur le web pour tenter de trouver la moindre information calomniant à l’égard de ma famille. Tout ce qu’il avait à l’époque trouvé, c’est ce bout de papier relatant une dette au Trésor Public gabonais dans le cadre d’exploitation forestière.

Aujourd’hui qu’il est guerre contre moi, il sort, sous le sous couvert de Boussamba ce document qu’il affectionne depuis l’époque.

Eh bien Mr Siméon EKOGA, sachez à ce sujet deux choses :
– quel article de loi interdit à un gabonais (mon père) d’avoir un permis d’exploitation forestière ?
– combien d’hommes d’affaires connaissez-vous qui n’ont pas de dette ? Ne serait ce qu’à mon niveau personnel, ce n’est que la semaine dernière que j’ai –en tant que dirigeant d’entreprise- réglé les URSSAF pour une ardoise qui aurait due être payée le 15 janvier 2008 : suis-je pour autant un voleur ou un criminel?

Mr EKOGA, vous ai-je traité de malhonnête cet été lorsque vous êtes rentré illico presto de DAKAR parce que les huissiers étaient passés chez vous? Eh bien non car il n’est pas dans mes habitudes de juger les autres !

La parenthèse étant fermée sur cette allusion fiscalo-forestière, je me permets de revenir sur le pourquoi de l’acharnement de Mr EKOGA. Eh, bien vers le 25 février dernier, suite à l’annonce d’une manifestation à Toulouse pour dénoncer l’expulsion de Mlle MENGUE, j’ai envoyé un mail sur ce forum pour annoncer ma participation à cet évènement de solidarité. Le soir même Siméon EKOGA m’appelait sur ma ligne pour dire ceci : « Rodrigue si tu y vas, je veux aussi venir avec toi, on cotisera pour le carburant » et à moi de répondre ceci à Siméon « J’y vais en avion car je crains –même si j’en ai l’habitude- d’être fatigué par la Route » et sachant que Mr Siméon EKOGA, mon interlocuteur n’a plus de permis de conduire depuis que la police le lui a retiré suite à une conduite en état d’ébriété en sortant d’un Ganda à Maison Alfort, j’ai tout de suite refusé sa proposition. De plus, Mr EKOGA, comme c’est le cas avec moi, vous dira toujours « je te rembourserai plus tard » sans joindre la parole à l’acte.

Lorsque le lendemain la préfecture de la Haute Garonne, justifiait au motif de « non sérieux » l’expulsion de RAÏSSA MENGUE, ce Siméon condamna sous sa vraie identité le GABON et Raïssa avec l’étiquetage « fille au bras long ». J’ai immédiatement envoyé un mail sur ce forum pour contre-attaquer et appeler la communauté gabonaise à plus de vigilance dans le traitement de ce problème. Il s’en est suivi un mail de Siméon datant du 28/02/2008 à 08 :31:48 annonçant qu’il entrait en guerre médiatique contre-moi. Bien évidement, il a pris soin de ne pas balancer ce mail sur AGORA mais de le circonscrire à une liste de politiciens de la Diaspora. J’ai aujourd’hui même expédié copie de ce message qu’il pourrait –comme c’est devenu le cas à mon sujet- censurer sur AGORA.

Depuis ce jour, comme il l’a fait pour OKILI Paul-BOYER, Siméon EKOGA déverse sous de fausses identités de conneries à mon sujet. Ayant remarqué que ma seule faiblesse en politique –au regard de la situation actuelle du pays- réside dans le fait que je prétends être opposant alors que je suis le fils d’un PDGiste, il a choisi cette voie pour tenter de défaire ce que j’essaie depuis plusieurs années de bâtir. Mais il n’y arrivera pas car, comme pourront l’attester tous ceux qui me connaissent, JE SUIS UN HOMME DROIT.

Je voudrais qu’il laisse Mademoiselle KINGBO (qu’il a connu par moi) en dehors de tout ça car elle ne fait pas de politique. C’est une fille discrète qui a juste commis l’imprudence de me répondre de manière virulente en pensant que c’est moi qui avait inséré dans AGORA son e-mail. Siméon, ne sais-tu pas que lorsqu’on se sépare d’une femme en mauvais terme, celle-ci peut aller jusqu’à vous traiter de tous les noms (tonneau vide) ? Trouves-tu logique que ce soit après 4,5 ans de concubinage que quelqu’un de son niveau intellectuel (Doctorante en Droit), se rende compte qu’elle côtoie un « tonneau vide » ? Ma cousine, Patricia ne t’avait-elle pas dit à Mantes-La-Jolie en public des choses que je pourrai emmené à dévoiler si tu t’entête à me calomnier ? Ces insultes que j’ai condamnées étaient 100 fois plus dures que ce fameux « tonneau vide ».

Siméon, tu me fuis téléphoniquement et visuellement depuis que tu raconte des âneries à mon sujet. Mais crois-moi, il n’y a que les montagnes qui ne se rencontrent pas.

Je n’ai pas pour habitude de mentir comme tu le fais :
– pendant que j’avoue aux gens que je suis singleton au MLPG, toi, tu prétends avoir des membres dans ton RDPG alors que tu es tout seul. Sinon, je te mets au défi de nous produire les cartes d’adhérents à ton parti illégal. Attention, nous seront vigilants car tout le monde sait maintenant que tu es passé maître en l’art de pluri-identité.

– moi je suis informaticien. Toi tu prétends partout (dans les journaux) que tu es informaticien (incapable de gerer un site Web , et de connaitre l’essentiel d’une adresse IP)alors que tu es AGENT DE SECURITE.(c’est a dire Watch’) Si tu doutes, j’en apporte les preuves.

Siméon, le bon Dieu ne m’a pas fait méchant et tous ceux qui me connaissent vraiment (y compris toi) le savent. Mais si tu t’avise encore à raconter des sottises à mon sujet, je vais enfoncer le clou et débarquer chez toi pour une « explication fraternelle ».

Moi j’ai posé un acte en allant à Toulouse soutenir le mouvement gabonais. Toi qu’as-tu fais pour les gabonais si ce n’est véhiculer la haine à travers ton site conçu pour te faire une fois de plus remarquer ?

Siméon, tu prétends vouloir le bien des gabonais alors que tu n’envoie jamais un rond à ta mère qui est au pays ?

Tu prétends être le messie des gabonais alors que lorsque ma cousine gardait votre fille (ma nièce), tu étais incapable de verser la moindre pension alimentaire ?
Tu te défends d’être le seul véritable opposant au système alors que tu n’as jamais goûté à la matraque ?
Tu prétends être sincère alors que tu cache ici en France avec ta nationalité française d’opportuniste ?

Siméon, au cas où la somme aurait était fractionnée avant qu’on ne te la remette à Libreville, je t’informe que BONGO t’a donné 260 millions de FCFA. Ce n’est pas 300 millions comme on l’a prétendu au BDP… Tu connais très mal Bongo … Tu fais aujourd’hui du bruit pour être à nouveau invité à la soupe.

Ce qui t’intéresse c’est l’argent et les postes et RIEN d’autre. Il n’y qu’à lire tes écrits truffés d’ignorance: « avec le salaire du PCA de la CNGS on peut payer neuf cadres …». En plus tu raconte des conneries car je ne connais pas le PCA de la CNGS. Heureusement que Tonton ENGONE ne t’avait pas écouté lorsqu’à la présidence (à l’étage -2) tu lui avais dit « Engone, profite, demande un poste au PR ! »

Faire de la politique, ce n’est pas s’insulter de manière lâche. Il est question de poser des actes et de produire une sérieuse réflexion dans le but de faire avancer la maison GABON. C’est ce que j’essaie de faire depuis un moment.

Être opposant ne signifie pas que ceux qui sont au pouvoir sont mes ennemis. Ce sont de gabonais comme moi et je suis juste différents d’eux par la manière de concevoir et mettre en œuvre la gestion du pays. De ce fait, rien ne m’interdit d’être opposant et d’avoir de parents dans le Système ou dans l’opposition et de les fréquenter.

Toi qui par ailleurs sais très bien que je suis le petit-neveu de l’Abbé Noël NGUEMA, l’opposant et ancien prisonnier politique MORENA, pourquoi te garde-tu de le dévoiler au gens lorsque tu t’assigne pour mission de rechercher dans mon arbre généalogique tout indice à même de déterminer ma véritable position politique?

Toi qui sais très bien que mon parrain politique n’est rien d’autre que martin EDZODZOMO ELA, le candidat des MAKAYA, pourquoi te borne-tu à évoquer mes liens avec un système que je ne pige pas? Si je pigeais ce système, je serai tout de suite rentré au Gabon après mes études…

D’où te vient cette aigreur envers ton prochain ? Ressaisis-toi car j’ai du mal à imaginer que celui que j’ai rencontré pour la première fois avec une bible s’est transformé en Gargamel du stroumph grognon (MLPG).

Ton Oncle Pierre MEBALE, frère même père, même mère de ta mère, n’a-t-il pas été ministre de Bongo ? Est-ce pour autant que je te traître de neveu de voleur ?

Lorsque tu traite devant moi, ton cousin (qui est mon ami) Hubert EMANE ESSIE, brillant étudiant aujourd’hui diplômé de l’ENA Paris et conseiller au ministère de finances de « Fonctionnaire Bongo » ne s’agit-il pas d’aigreur?

Ton attitude présente ne te grandit pas en tant qu’individu qui aspire à diriger une structure politique. Siméon, les cheveux blancs que tu as sont synonymes de « sagesse » chez nous : essaie de mériter ton involontaire look !!!

A l’inverse de ta personne qui s’est permis dans le mail ci-dessous de me traiter de « connard », je n’ai nulle part dans mes écrits proféré d’insultes à ton encontre car je ne mange pas de ce pain là !

J’espère tout simplement avoir clos un égarement qui rabaisse la qualité des débats d’échanges du forum AGORA. Si tu persiste dans la délation, eh bien, je te préviens que je serai sévère dans la « répression ».

Je me suis gardé d’évoquer des détails personnels pouvant nuire à ton image car mon éducation et ma toque politique m’imposent un minimum de HAUTEUR d’esprit. Mais attention, toute chose a des limites !

Saches également que j’ai toutes les preuves que c’est toi qui te cache derrière tous ces pseudonymes. Depuis quelques temps, sache qu’en cas de dépôt de plainte contre le titulaire d’une adresse électronique, la boîte aux lettres de la personne fautive peut être ouverte à ton insu par l’opérateur (yahoo par exemple), à ton insu, à des fins d’enquête. La CNIL a adhéré à cette procédure.

Rodrigue ANGOUE MALEKOU.

Sachant ce que Notre parent le grand frère Okili a enduré en prison Politique au Gabon et connaissant son passé
je me demande comment Ekhoga va se sortir du guepier ou il s’est fourré. car nous ne pardonnerons aucunes de ses impostures
Nous savons ou se trouvent ses parents maternels a Libreville (eux sont gabonais) et nous allons réagir par la méthode habituelle
Nous allons former un Groupe pour les BASTONNER

Nous allons voir un “rigolo” qui va s’éteindre comme une luciole sans batterie, dommage pour lui ,.Qu’Il fasse une croix sur le gabon celà est sur Nous n’oublierons jamais ses saletées

QUAND AUX Mouloungui , il ont gaspillé le Site de’ Mamboundou en y intégrant le “rigolo” d’Ekogha qui est attendu au gabon par S.E Jean Marie ADZE , qui a juré de lui faire payer sa félonie. personne ne vient plus sur leur Site .
Agora ,d’Ekogha, monté a partir des Emails volé a droite et a gauche par Ekhoga en commençant par le vol des fichiers du BDP-gabon est un forum-net sans vie qui n’est alimenté que par des calomnies de certains envers d’autres…les seuls sites vivants de la Diaspora et visibles au Gabon c’est BDPGabon ,FUCR ,sndong.free.fr, Osmose gabon , avant Mamboundou2005 ,aujourd’hui les 10 gabonais, Mamboundou vient en intégrant Ekhoga de se court circuiter les 2% de gabonais qui sont sur le net

Ne se comportant pas comme un gabonais Ekhoga a sali dans la Diaspora le seul “ancien détenu politique , en Exil” alors que Lui n’a jamais fait le moindre geste pour la diaspora gabonaise ni pour le Gabon.
ou plutot si !! EKHOGA s’est contenté de voler les Gabonais d’une somme de 300 Millions Volés dans la poche de Bongo-Ondimba en 2003 et 5 fois 5O Millions depuis
jamais les Gabonais ne lui pardonnerons celà.

Nous prévenons Pierre Mamboundou et son équipe que toutes les saletés qu’Ils ont fait mettre sur leur site seront payés cent fois , Nous sommes aussi capable d’aller a Awendjé , nous sommes aussi capables pour défendre notre Parent d’initier un réglement de compte entre Les jeunes de Libreville et ceux de la Dola (ndendé)
Pierre mamboundou a montré sa “Forfaiture” en salissant par personne interposée notre parent qu’Il fasse attention aux dangers collatéraux.

Nous donnons les adresses pour toutes les administrations Gabonaises des Filous de l’équipe a Mamboundou des Sites [24] aujourd’hui marié avec [25]
L’adresse d’Ekhoga
:Simeon Ekoga
Park de la Metairie
Saint-Denis
93200

Les Jeunes Mpongwés de Libreville
Vendredi 19 Septembre 2008

#7 Comment By BOUSSAMBA On 11 Déc 2008 @ 17:50

Siméon,

J’ai les preuves de tout ce que j’écris et si tu oses douter, appelle-moi pour que je te les donne.

Au risque de m’être mal fait comprendre, je t’informe que l’unicité de l’identité que je te colle se limite à “Christian Bousssamba, Crépin Mihindou, Marcien Makaya”. Le fait que tu ne te créer jamais de pdeusonyme Fang ou autre n’aurait-il pas pour intention cachée de faire passer les gens du sud pour des kongosistes?

Si tu n’es aucun des pseudo-individus, donnes m’en la preuve (je sais que tu n’en pas).

Non pas que je proscris ou refuse la critique. Bien au contraire, je la souhaite car comment avancer sans se remettre en cause? Mais seulement voilà, je voudrais que la critique viennent des personnes qui apportent les preuves de ce qu’elles racontent et ne passent pas par des pseudonymes pour insulter ou calomnier sur qui que ce soit.

En tant que responsable juridique de ce forum, tu devrais montrer l’exemple en préservant de toute torchonisation, un forum qui pourrait permettre d’échanger de manière épanouissante.

Curieusement, plutôt que de t’en prendre à ceux qui volent bas, tu as préféré censuré ma réaction de mise au point à ton égard. Drôle d’attitude pour quelqu’un qui se veut démocrate…

Que cette mise en garde que je souhaite finale au regard de la bassesse d’esprit que je proscris dans tout rapport fraternel, soit l’appel à l’élaboration et au respect d’une charte d’éthique pour le forum AGORA.

Puisque tu as censuré ma dernière intervention qui n’avais rien de mensonger ou d’insultant, je me permets ici d’en reporter le contenu.

Fraternelles salutations.
Rodrigue ANGOUE MALEKOU.

******************************************************************

Bonjour à Tous,

Je tombe à l’instant sur des âneries supplémentaires à mon sujet et je vais réagir une dernière fois et cela de manière virulente car lorsque de petits poissons veulent s’amuser à un jeu de cache-cache avec quelqu’un d’engagé et de déterminé pour la cause populaire, il y a lieu de mettre un terme à la « recréation ».

Tout d’abord, je tiens à vous informer du fait que derrière Marcien MAKAYA, Christian Martial Boussamba et Mihindou Crépin Amédée se cache en fait une seule et même personne : Siméon EKOGA.

Pourquoi est ce que ce Siméon EKOGA mène une campagne de dénigrement à mon égard ? Eh bien je vais vous l’expliquer.

J’ai connu Siméon EKOGA en 1997 à Paris chez ma cousine qui à l’époque habitait la Rue Stephenson dans le 18ème arrondissement parisien. Ce jour là, il avait sur lui une bible et a tenté de nous prêcher (mon cousin et moi). Un peu plus tard, j’ai appris qu’il était le concubin d’une autre de mes cousines avec laquelle il a eu une fille (ma nièce Malory).

Quelques années plus tard, fréquentant les milieux politiques parisiens, je le retrouve à une réunion du BDP au Restaurant Anatolie en compagnie de Daniel MENGARA et d’autres membres du BDP. Au cours de cette assemblée nous avons vu une délégation de la présidence de la République conduite par Mr Didy MPOUHOT, alors Directeur adjoint de Cabinet du PR demander à rencontrer MR MENGARA.

C’est alors que ce dernier, assisté de son lieutenant de l’époque, Siméon EKOGA, se sont entretenus en aparté avec cette délégation. La rencontre s’éternisant, je me suis alors levé et dirigé vers eux pour dire ceci à Didy MPOUHOT : « Mr êtes vous gabonais ? Si vous êtes gabonais alors pourquoi est ce que lorsque vous trouvez des gabonais en train de parler du Gabon, vous ne vous joignez pas eux ? Faut-il toujours que les choses fonctionnent dans l’ombre ? » Suite à ces question, Siméon me lança ceci : « Rodrigue, tu me déçois ! ». Je suis aussitôt rentré chez moi avant d’avoir pris soin de régler mon addition.

Lorsque que je revu Siméon quelques moi plus tard, ce dernier me dit ceci : « Rodrigue, finalement tu avais raison, j’aurais dû t’écouter et me méfier de MENGARA ».

Depuis lors Siméon et moi sommes devenus très copains. Siméon s’étant entre-temps séparé de ma cousine (pour rapports orageux), je gardai malgré tout de bons rapports avec lui car non seulement il demeurait le père de ma nièce, mais encore, il était un ami et frère. De cette proximité, ce dernier a obtenu des informations fondamentales sur moi … pour tout vous dire, il était même allé sur le web pour tenter de trouver la moindre information calomniant à l’égard de ma famille. Tout ce qu’il avait à l’époque trouvé, c’est ce bout de papier relatant une dette au Trésor Public gabonais dans le cadre d’exploitation forestière.

Aujourd’hui qu’il est guerre contre moi, il sort, sous le sous couvert de Boussamba ce document qu’il affectionne depuis l’époque.

Eh bien Mr Siméon EKOGA, sachez à ce sujet deux choses :
– quel article de loi interdit à un gabonais (mon père) d’avoir un permis d’exploitation forestière ?
– combien d’hommes d’affaires connaissez-vous qui n’ont pas de dette ? Ne serait ce qu’à mon niveau personnel, ce n’est que la semaine dernière que j’ai –en tant que dirigeant d’entreprise- réglé les URSSAF pour une ardoise qui aurait due être payée le 15 janvier 2008 : suis-je pour autant un voleur ou un criminel?

Mr EKOGA, vous ai-je traité de malhonnête cet été lorsque vous êtes rentré illico presto de DAKAR parce que les huissiers étaient passés chez vous? Eh bien non car il n’est pas dans mes habitudes de juger les autres !

La parenthèse étant fermée sur cette allusion fiscalo-forestière, je me permets de revenir sur le pourquoi de l’acharnement de Mr EKOGA. Eh, bien vers le 25 février dernier, suite à l’annonce d’une manifestation à Toulouse pour dénoncer l’expulsion de Mlle MENGUE, j’ai envoyé un mail sur ce forum pour annoncer ma participation à cet évènement de solidarité. Le soir même Siméon EKOGA m’appelait sur ma ligne pour dire ceci : « Rodrigue si tu y vas, je veux aussi venir avec toi, on cotisera pour le carburant » et à moi de répondre ceci à Siméon « J’y vais en avion car je crains –même si j’en ai l’habitude- d’être fatigué par la Route » et sachant que Mr Siméon EKOGA, mon interlocuteur n’a plus de permis de conduire depuis que la police le lui a retiré suite à une conduite en état d’ébriété en sortant d’un Ganda à Maison Alfort, j’ai tout de suite refusé sa proposition. De plus, Mr EKOGA, comme c’est le cas avec moi, vous dira toujours « je te rembourserai plus tard » sans joindre la parole à l’acte.

Lorsque le lendemain la préfecture de la Haute Garonne, justifiait au motif de « non sérieux » l’expulsion de RAÏSSA MENGUE, ce Siméon condamna sous sa vraie identité le GABON et Raïssa avec l’étiquetage « fille au bras long ». J’ai immédiatement envoyé un mail sur ce forum pour contre-attaquer et appeler la communauté gabonaise à plus de vigilance dans le traitement de ce problème. Il s’en est suivi un mail de Siméon datant du 28/02/2008 à 08 :31:48 annonçant qu’il entrait en guerre médiatique contre-moi. Bien évidement, il a pris soin de ne pas balancer ce mail sur AGORA mais de le circonscrire à une liste de politiciens de la Diaspora. J’ai aujourd’hui même expédié copie de ce message qu’il pourrait –comme c’est devenu le cas à mon sujet- censurer sur AGORA.

Depuis ce jour, comme il l’a fait pour OKILI Paul-BOYER, Siméon EKOGA déverse sous de fausses identités de conneries à mon sujet. Ayant remarqué que ma seule faiblesse en politique –au regard de la situation actuelle du pays- réside dans le fait que je prétends être opposant alors que je suis le fils d’un PDGiste, il a choisi cette voie pour tenter de défaire ce que j’essaie depuis plusieurs années de bâtir. Mais il n’y arrivera pas car, comme pourront l’attester tous ceux qui me connaissent, JE SUIS UN HOMME DROIT.

Je voudrais qu’il laisse Mademoiselle KINGBO (qu’il a connu par moi) en dehors de tout ça car elle ne fait pas de politique. C’est une fille discrète qui a juste commis l’imprudence de me répondre de manière virulente en pensant que c’est moi qui avait inséré dans AGORA son e-mail. Siméon, ne sais-tu pas que lorsqu’on se sépare d’une femme en mauvais terme, celle-ci peut aller jusqu’à vous traiter de tous les noms (tonneau vide) ? Trouves-tu logique que ce soit après 4,5 ans de concubinage que quelqu’un de son niveau intellectuel (Doctorante en Droit), se rende compte qu’elle côtoie un « tonneau vide » ? Ma cousine, Patricia ne t’avait-elle pas dit à Mantes-La-Jolie en public des choses que je pourrai emmené à dévoiler si tu t’entête à me calomnier ? Ces insultes que j’ai condamnées étaient 100 fois plus dures que ce fameux « tonneau vide ».

Siméon, tu me fuis téléphoniquement et visuellement depuis que tu raconte des âneries à mon sujet. Mais crois-moi, il n’y a que les montagnes qui ne se rencontrent pas.

Je n’ai pas pour habitude de mentir comme tu le fais :
– pendant que j’avoue aux gens que je suis singleton au MLPG, toi, tu prétends avoir des membres dans ton RDPG alors que tu es tout seul. Sinon, je te mets au défi de nous produire les cartes d’adhérents à ton parti illégal. Attention, nous seront vigilants car tout le monde sait maintenant que tu es passé maître en l’art de pluri-identité.

– moi je suis informaticien. Toi tu prétends partout (dans les journaux) que tu es informaticien alors que tu es AGENT DE SECURITE. Si tu doutes, j’en apporte les preuves.

Siméon, le bon Dieu ne m’a pas fait méchant et tous ceux qui me connaissent vraiment (y compris toi) le savent. Mais si tu t’avise encore à raconter des sottises à mon sujet, je vais enfoncer le clou et débarquer chez toi pour une « explication fraternelle ».

Moi j’ai posé un acte en allant à Toulouse soutenir le mouvement gabonais. Toi qu’as-tu fais pour les gabonais si ce n’est véhiculer la haine à travers ton site conçu pour te faire une fois de plus remarquer ?

Siméon, tu prétends vouloir le bien des gabonais alors que tu n’envoie jamais un rond à ta mère qui est au pays ?

Tu prétends être le messie des gabonais alors que lorsque ma cousine gardait votre fille (ma nièce), tu étais incapable de verser la moindre pension alimentaire ?
Tu te défends d’être le seul véritable opposant au système alors que tu n’as jamais goûté à la matraque ?
Tu prétends être sincère alors que tu cache ici en France avec ta nationalité française d’opportuniste ?

Siméon, au cas où la somme aurait était fractionnée avant qu’on ne te la remette à Libreville, je t’informe que BONGO t’a donné 260 millions de FCFA. Ce n’est pas 300 millions comme on l’a prétendu au BDP… Tu connais très mal Bongo … Tu fais aujourd’hui du bruit pour être à nouveau invité à la soupe.

Ce qui t’intéresse c’est l’argent et les postes et RIEN d’autre. Il n’y qu’à lire tes écrits truffés d’ignorance: « avec le salaire du PCA de la CNGS on peut payer neuf cadres …». En plus tu raconte des conneries car je ne connais pas le PCA de la CNGS. Heureusement que Tonton ENGONE ne t’avait pas écouté lorsqu’à la présidence (à l’étage -2) tu lui avais dit « Engone, profite, demande un poste au PR ! »

Faire de la politique, ce n’est pas s’insulter de manière lâche. Il est question de poser des actes et de produire une sérieuse réflexion dans le but de faire avancer la maison GABON. C’est ce que j’essaie de faire depuis un moment.

Être opposant ne signifie pas que ceux qui sont au pouvoir sont mes ennemis. Ce sont de gabonais comme moi et je suis juste différents d’eux par la manière de concevoir et mettre en œuvre la gestion du pays. De ce fait, rien ne m’interdit d’être opposant et d’avoir de parents dans le Système ou dans l’opposition et de les fréquenter.

Toi qui par ailleurs sais très bien que je suis le petit-neveu de l’Abbé Noël NGUEMA, l’opposant et ancien prisonnier politique MORENA, pourquoi te garde-tu de le dévoiler au gens lorsque tu t’assigne pour mission de rechercher dans mon arbre généalogique tout indice à même de déterminer ma véritable position politique?

Toi qui sais très bien que mon parrain politique n’est rien d’autre que martin EDZODZOMO ELA, le candidat des MAKAYA, pourquoi te borne-tu à évoquer mes liens avec un système que je ne pige pas? Si je pigeais ce système, je serai tout de suite rentré au Gabon après mes études…

D’où te vient cette aigreur envers ton prochain ? Ressaisis-toi car j’ai du mal à imaginer que celui que j’ai rencontré pour la première fois avec une bible s’est transformé en Gargamel du stroumph grognon (MLPG).

Ton Oncle Pierre MEBALE, frère même père, même mère de ta mère, n’a-t-il pas été ministre de Bongo ? Est-ce pour autant que je te traître de neveu de voleur ?

Lorsque tu traite devant moi, ton cousin (qui est mon ami) Hubert EMANE ESSIE, brillant étudiant aujourd’hui diplômé de l’ENA Paris et conseiller au ministère de finances de « Fonctionnaire Bongo » ne s’agit-il pas d’aigreur?

Ton attitude présente ne te grandit pas en tant qu’individu qui aspire à diriger une structure politique. Siméon, les cheveux blancs que tu as sont synonymes de « sagesse » chez nous : essaie de mériter ton involontaire look !!!

A l’inverse de ta personne qui s’est permis dans le mail ci-dessous de me traiter de « connard », je n’ai nulle part dans mes écrits proféré d’insultes à ton encontre car je ne mange pas de ce pain là !

J’espère tout simplement avoir clos un égarement qui rabaisse la qualité des débats d’échanges du forum AGORA. Si tu persiste dans la délation, eh bien, je te préviens que je serai sévère dans la « répression ».

Je me suis gardé d’évoquer des détails personnels pouvant nuire à ton image car mon éducation et ma toque politique m’imposent un minimum de HAUTEUR d’esprit. Mais attention, toute chose a des limites !

Saches également que j’ai toutes les preuves que c’est toi qui te cache derrière tous ces pseudonymes. Depuis quelques temps, sache qu’en cas de dépôt de plainte contre le titulaire d’une adresse électronique, la boîte aux lettres de la personne fautive peut être ouverte à ton insu par l’opérateur (yahoo par exemple), à ton insu, à des fins d’enquête. La CNIL a adhéré à cette procédure.

Chers compatriotes, si certains de mes présents écrits ont pu vous choquer, je tiens à m’en excuser pour cet égarement dont mon détracteur s’est fait le catalyseur.

Au regard du nombre croisant de demandes d’adhésion et d’informations que je reçois, Je promets de revenir prochainement vers vous avec un sujet plus constructif : LA PRESENTATION DU MLPG.

« La vérité n’a pas de tombe »

Patriotiquement,

Rodrigue ANGOUE MALEKOU.

#8 Comment By invité On 27 Mai 2009 @ 04:42

Je visite votre site assez régulièrement et je suis plus ou moins d’accord avec votre idéologie, que je juge légitime…
Par contre, c’est la manière que je trouve pas très bonne( cette méthode bourrées d’injures et insultes de toute sorte) qui n’est pas très valorisante surtout pour les grands intecllectuels que vous etes, Nous sommes opposant ,certes mais pensez-vous que c’est valorisant pour l’image du BDP d’etre catégorisé comme étant un site d’injures conçus par des pseudo intellectuels?? moi je ne pense pas.
Pensez vous que c’est l’image que les autres nations doivent avoir du Gabon opposant? jpense pas aussi…
Continuant le combat mais avec des mots moins … Messieurs nous sommes tous intellectuels et nous savons tous que la meilleure maniere de combattre ou de lutter n’est pas de traiter l’autre de tous les noms d’animaux qui vous sortent au moment ou vous ecrivez l’article.
Parce qu’après les gens ne trouvent que votre site n’est qu’un concentré d’insultes/d’injures et croyez moi cela décrédilise les vérités que vous dites.Car vos adversaires ne vous décrédilise pas ou ne le pourront pas, par contre dans votre méthode le fait à leur place.

A bon entendeur salut

Tania Sciences Po AIX

#9 Comment By LE SALUT On 28 Mai 2009 @ 07:47

LE PLUS GRAND ECONOMISTE DU MONDE NE PEUT ABSOLUMENT RIEN POUR LE GABON.L’ENVIRONEMENT EST HOSTIL A TOUT DEVELOPPEMENT DU FAIT DU SYSTEME BONGO. C’EST POURQUOI IL DOIT PARTIR.NE VOUS DITES JAMAIS UN JOUR QUE MENGARA CHOISI LE NOM BDP POUR SE FAIRE REMARQUER.C’EST LE FRUIT DE LONGUES ETUDES.LA SITUATION ACTUELLE DU GABON EST TELLE QUE RIEN DE POSITIF NE PEUT ETRE ENVISAGé.LA SOLUTION DES SOLUTIONS SERAIT QUE BONGO PARTE.BONGO DOIT PARTIR.VOUS N’ETES PAS SEULS,NE BAISSEZ PAS LES BRAS!

#10 Comment By ogouliguende On 19 Juin 2010 @ 16:38

Doit-on conclure que faire de la politique au Gabon revient à être ordurier à l’égard de vos adversaires politiques?
Avec de tels propos, vous n’êtes pas digne d’accéder à la Présidence de la République Gabonaise. La maturité politique du peuple gabonais croît élection après élection. Je puis vous assurer que je ne regrette pas mon vote et je demeure persuadé que le Président de la République Ali Ben BONGO sera réélu sans problème lors de la prochaine présidentielle. Je vous suggère de renommer votre parti « BONGO DOIT RESTER ».
Je vous prie de bien vouloir élever le débat politique. Point de querelles de clochers, guerres des chefs avides de pouvoir qui n’apportent qu’illusions et désolations au peuple gabonais.
Alain OGOULIGUENDE