Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon: Ecailleur de poisson, une activité très prisée par les jeunes dans les marchés à Libreville

Auteur/Source: · Date: 20 Août 2008
Catégorie(s): Economie,Société

De nombreux jeunes prennent d’assaut les marchés, les ports, où se vend le poisson, pour proposer leurs services aux acheteurs. Leur travail consiste à écailler le poisson et à le découper, facilitant ainsi la tâche aux consommateurs. Un véritable réseau s’est constitué autour des points de vente de poissons, allant de la vente au transport de la marchandise.

Depuis quelques temps, les écailleurs de poisson ont le vent en poupe. Nul ne peut acheter du poisson, sans chercher du regard le jeune homme « à la machette ». Agés de 25 à 30 ans, ces jeunes ont su s’imposer sur le marché, au point de devenir incontournable pour de nombreux clients aujourd’hui.

« Cette activité, je l’exerce depuis 3 ans. Elle me permet de nourrir ma petite famille, en venant tous les jours ici », a déclaré Bally, écailleur au Port Môle.

« Pas besoin d’un équipement particulier pour être écailleur de poissons : une machette et un grattoir métallique suffisent. C’est un métier qui rapporte gros », t- il ajouté.

« Ces jeunes nous facilitent la tâche dans nos activités quotidiennes. Préparer un gros poisson ne prend plus du temps », souligne Charlotte, une cliente.

Il n’en demeure pas moins que cette activité échappe à tout contrôle municipal. Un écailleur gagne parfois entre 5 000 et 10 000 F CFA, selon les jours.  


SUR LE MÊME SUJET
Frédéric Van De Vyver : ‘’Au Gabon, il y a une activité économique très importante’’
Gabon Matin : Pouvez-vous nous faire une brève présentation de CNBC Africa ? Frédéric Van De Vyver : Tout d’abord CNBC (Consumer National Broadcast Corporation) Africa est la première chaîne africaine dans le monde des affaires. Elle appartient au groupe CNBC qui est la première chaîne mondiale d’information économique.CNBC Africa a été lancée en Afrique le 1er juin 2007, une chaîne qui fournit en temps réel des informations et des analyses pertinentes sur les affaires mondiales et les marchés financiers en Afrique. Elle possède des bureaux à Johannesburg, au Cap, à Nairobi, à Lagos et à Abuja et aujourd’hui, à ...
Lire l'article
Les populations librevilloises ont le choix de leur alimentation mais elles affectionnent particulièrement la viande braisée appelée localement « coupés-coupés », que l’on peut trouver dans la plupart des quartiers de la capitale gabonaise. Les « coupés-coupés » sont une sorte de restaurant à ciel ouvert où les amateurs de viande braisée viennent se ravitailler. Ce type d’aliment cuisiné de façon rapide et très prisé par une grande proportion de Gabonais, fait partie intégrante des habitudes alimentaires des populations de Libreville. Toutefois, plusieurs griefs sont faits à cette activité. Les règles d’hygiènes sont rarement respectées. ...
Lire l'article
La vente des parapluies est devenue monnaie courante aux abords des marchés et autres gares routières de Libreville pendant la saison des pluies. Une bonne occasion pour les vendeurs d’écouler leurs marchandises mais aussi de s’en mettre plein les poches. Très mobiles, avec un lot de parapluies en mains, de nombreuses vendeuses, pour la plus part ressortissantes Ouest-africaines, n’hésitent pas à braver le ciel dans le seul but d’écouler leurs stocks et ainsi faire un bon chiffre d’affaire. « Nous vendons beaucoup de parapluies lorsqu’il pleut, car en temps normal, les gens s’intéressent difficilement à ces articles. Nous ...
Lire l'article
Les femmes, compagnes des pêcheurs installés au village des pêcheurs de Cocobeach, s’activent de plus bel, à l’activité de séchage du poisson, en complément à leurs époux qui eux, ont le devoir de ravitailler les fumoirs avant l’étape de la vente. Autrefois réservé aux hommes, l’activité de séchage et de fumage de poisson à grande échelle qui se pratique au village des pêcheurs de Cocobeach se trouve actuellement entre les mains de femmes. Très habiles, ces femmes passent au fumoir différentes variétés de poisson. Chacune nécessitant une certaine durée bien déterminée. Pauline N, de nationalité camerounaise, une des plus anciennes du village explique ...
Lire l'article
Le prix du poisson frais a plus que grimpé ces derniers temps à Lambaréné, capitale provinciale du Moyen-Ogoué, où le kilogramme de carpe est passé de 700 à environ 2500 francs CFA, pénalisant énormément les consommateurs qui ne savent plus à quel saint se vouer, a-t-on appris. A l’origine de cette situation , la forte pluviométrie de ces derniers temps qui provoque la montée des eaux; toute chose qui empêche les pêcheurs de faire de bonnes parties de pêche. Ainsi, pour la carpe fraîche, poisson très prisé et le moins coûteux, le kilogramme passe de 700 à 2500 FCFA, et les autres ...
Lire l'article
Certains jeunes de la commune de Lambaréné (chef-lieu provincial du Moyen-Ogooué, centre), ont choisi d’embrasser le métier d’écailleur de poisson pour lutter contre l’oisiveté et la délinquance juvénile, a constaté GABONEWS. Surpris sur la berge du quartier commercial d’Isaac (2ème arrondissement) de la commune de Lambaréné, où ils passent presque toute la journée, deux écailleurs de poissons nous ont renseignés sur cette nouvelle activité en pleine expansion. « Je suis arrivé dans ce métier parce que j’ai vu les autres gagner de l’argent », explique Koumba Ngadi qui a dû cesser de travailler dans la livraison de boisson pour devenir ...
Lire l'article
Plusieurs semaines après la période des fêtes du nouvel an, au cours de laquelle il avait déjà connu des fluctuations, le prix du poisson est de nouveau en hausse à Lambaréné (Moyen-Ogooué), au grand dam des consommateurs locaux, a constaté le correspondant de GABONEWS. Parmi les diverses espèces de ce produit alimentaire, celle communément appelée « sans nom », qui jadis faisait le bonheur des familles nombreuses, est désormais facturée, selon le poids, entre 2000 et 2500 francs CFA, une envolée par rapport au prix initial qui ne dépassait pas les 2000 francs. Même constat pour le poisson le ...
Lire l'article
En cette période de saison sèche au Gabon, propice à la chasse et à la pêche, les populations vivant dans la province septentrionale (Woleu-Ntem) ont plutôt épousé certaines habitudes alimentaires; un comportement qui laisse croire que ces derniers ne se nourrissent que du poisson d’eau douce (silures), et de gibier, en plus des légumes, ce, en dépit des lois interdisant la capture de certaines espèces animalières Entre autres mets très souvent commandés dans les restaurants et autres lieux de restauration de proximité dans les villages et les villes du nord, on note le paquet de silures, le pangolin, le porc-épic et ...
Lire l'article
Le prix du poisson salé connaît une hausse dans les campements des pêcheurs et au marché municipal de Cocobeach, à plus de 120 km au nord de Libreville, a constaté lundi le correspondant de l'AGP. Vendu habituellement à 1800 FCFA, le kg de Thon et du Mâchoiron est passé à 2300 FCFA, alors que celui du Bar, de la carpe noire, du Capitaine et du poisson rouge est passé de 1900 à 2500 FCFA le kg. Ces prix sont fixés unilatéralement par les commerçants, qui, non seulement ne tiennent pas compte de la mercuriale municipale mais ne donnent aucune raison justificative. Ces derniers ...
Lire l'article
Les pêcheurs artisanaux qui alimentent le marché de la capitale en poissons, se plaignent de la pénurie constatée depuis un moment ; une situation qui devient de plus en plus préoccupante pour ces milliers d’hommes et femmes qui ont fait de cette activité, la principale source de revenus, a constaté GABONEWS. Selon Pocho, Nigérian, pêcheur depuis 10 ans, « cette pénurie est surtout due à la vétusté de nos matériels de pêche. Les contrôles incessants de la marine marchande nous empêchent aussi de pêcher normalement depuis l’arrivée de la nouvelle équipe », s’est-il indigné en précisant qu’elle leur demande ...
Lire l'article
Frédéric Van De Vyver : ‘’Au Gabon, il y a une activité économique très importante’’
Sécurité alimentaire : Les « coupés-coupés », une viande très prisée mais à quel prix ?
Le commerce des parapluies très en vogue sur les marchés de Libreville lors des grandes pluies
Le fumage de poisson, activité principale des femmes à Cocobeach
Société / Le prix du poisson frais connaît une hausse vertigineuse à Lambaréné
Débrouillardise : Les jeunes de Lambaréné écaillent du poisson pour lutter contre l’oisiveté et la délinquance juvénile
Moyen Ogooué : Nouvelle hausse du prix du poisson à Lambaréné
Gabon: La viande de brousse et le poisson d’eau douce: des plats très appréciés par les Oyémois
Consommation : Le prix du poisson salé en hausse à Cocobeach
Gabon: La pénurie de poisson inquiète les pêcheurs artisanaux de Libreville et Port-gentil


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 20 Août 2008
Catégorie(s): Economie,Société
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*