Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon: Pour préparer la rentrée les jeunes de Mouila se lancent dans l’exploitation et le commerce du sable

Auteur/Source: · Date: 21 Août 2008
Catégorie(s): Economie,Education,Société

Profitant de la baisse des eaux du fleuve Ngounié en période de saison sèche, les jeunes de la commune de Mouila (plus de 425 km de Libreville) s’adonnent à l’exploitation et au commerce du sable pour, disent-ils, préparer la rentrée scolaire, a constaté GABONEWS.

De manière générale, ils organisent en groupes de deux ou trois pour extraire le sable du fleuve avant de l’entasser sur les rives. Deux « carrières » sont le plus fréquentées : la rive à proximité de l’hôtel « Le Lac Bleu » et le lieu communément appelé « La pointe » situé derrière la brasserie de la ville.

Selon Yann, un jeune très actif dans le domaine, les prix, fixés au minimum de 20.000 francs CFA, varient selon la capacité du camion.

Les jeunes ne sont les seuls à tirer avantage ce commerce. Car, les propriétaires de camion de la localité les font à ceux qui sont dans le besoin de transporter leurs tas de sable. Le tour est fixé à 150.000 f CFA. Toutefois, pour des distances jugées trop longues, ce prix peut être revus à la hausse.

Lorsqu’on leur demande s’ils ont conscience que l’exploitation de sable, tel qu’ils le pratiquent, accentue le processus d’érosion côtière, beaucoup comme Yann se justifient : « Nous sommes conscients. Mais à Mouila il n y a pas de sociétés qui puissent offrir de l’emploi-vacance aux jeunes. Donc pour mieux préparer la rentrée scolaire, nous sommes contraints de nous lancer dans cette activité ».

Que vous disent les ONG environnementales ?

« Là, c’est un peu compliqué dans la mesure où la plupart des ONG locales sont aimées par nous-mêmes, nos frères ou nos amis. Donc on se comprend entre nous » confesse Janvier qui, effectivement, est membre de l’ONG « Muyissi environnement » et également marchand de sable.


SUR LE MÊME SUJET
Société / Mouila : Un grand marché spontané au « carrefour des jeunes »
Le carrefour des jeunes, dans la commune de Mouila dans la Ngounié, dispose désormais d’un grand marché spontané à ciel ouvert où sont vendus, chaque jour, des produits frais issus des champs que les agricultrices vendent aussitôt sortis de la brousse au grand bonheur des consommateurs. Exposés sur des étales de fortune, les produits alimentaires vendus, sont essentiellement des légumes de toutes sortes, des tubercules de manioc, du manioc en bâton que certaines femmes préfèrent préparer dans leurs campements en brousse à proximité de leurs plantations, de la banane plantain, ainsi que de plusieurs variétés de fruits selon les ...
Lire l'article
De nombreuses jeunes filles mères non scolarisées résidant à Mouila, bénéficient depuis quelques mois, d’une formation en coupe et couture, dans l’atelier de couture d’un particulier dénommé le « Bouton d’Or », afin de mieux envisager leur autonomisation. Situé en plein centre ville de la capitale provinciale de la Ngounié, l’atelier de couture « Bouton d’Or », propriété privée d’une couturière professionnelle, Mme Foudjem, s’attèle depuis quelques années à la formation des jeunes filles non scolarisées qui s’intéressent à la couture, moyennant la somme de 20 000F C FA par mois. Cet atelier de couture est équipé de ...
Lire l'article
Le commerce de la friperie (commerce de vêtements de deuxième main), jadis pratiqué par les expatriés, intéresse de plus en plus de jeunes Gabonais qui affichent un engouement certain dans les différents marchés de la capitale gabonaise, pour ce métier qui nourrit son homme. Entre vêtements, chaussures et autres marchandises exposés dans les hangars, parfois de fortune, les techniques pour appâter les clients rivalisent d’originalité dans les différents marchés. « 1000 -1000 francs, la chemise », « habiller –vous ici… », scandent les uns au milieu des clients toujours avides de nouveautés. Ici, seuls, les plus habiles ou ceux qui ...
Lire l'article
Les conflits concernant l'exploitation des carrières de sable s'étendent dans la localité du Cap Estérias, à une trentaine de km au nord de Libreville, et les villages environnants, a constaté l'AGP. Samedi dernier, les populations du village Bolokobouet ont empêché les exploitants illégaux d’accéder aux carrières de sable. "Nous avons intercepté plusieurs camions qui cherchaient à s’introduire dans les sites d’exploitation du sable", a déclaré un notable qui a requis l’anonymat, affirmant que les camions appartiennent à des gens qui exploitent le sable en toute illégalité. Selon des villageois interrogés par l’AGP, une dame connue sous le nom de Madola, propriétaire ...
Lire l'article
Un conflit oppose, depuis près de deux semaines, la société MCE BTP, spécialisée dans l’exploitation du sable, à ses concurrentes à Malibé, localité à une vingtaine de km au nord de Libreville, a propos de l’exploitation d’une route. Le propriétaire de l’entreprise MCE BTP, M. Vincent Ndong, a érigé des barricades sur la voie pour empêcher les entreprises concurrentes de l’emprunter, sur la base d’une décision de justice lui reconnaissant la propriété de cette route. M. Ndong a affirmé être détenteur d’un permis d’exploitation d’une carrière de sable dans la zone du Cap Estérias, délivré par le ministère des Mines alors ...
Lire l'article
La Caisse de Stabilisation et de péréquation (CAISTAB), a mobilisé plus de 1700 jeunes dans le nord du pays pour la réhabilitation des plantations de café-cacao dans la province du Woleu-Ntem (nord), en vue de relancer la culture de rente dans cette partie du pays, a-t-on appris auprès d’une source concordante. Le projet est initié par le gouvernement de la République et mis en branle sur le terrain par la direction générale de la Caisse de Stabilisation et de péréquation du Woleu-Ntem. Cette opération de réhabilitation des plantations de café-cacao dans les villages du septentrion concerne plus de 1700 jeunes qui seront ...
Lire l'article
La direction générale des Mines a lancé un avis d’interdiction d’exploitation de sable dans la zone nord de Libreville en vue de mieux réguler cette activité qui se fait de manière anarchique sans respect des mesures de protection de l’environnement. Selon Sévérin Emane Mba, directeur général des Mines, cette mesure va s’appliquer dans toute sa rigueur pour non seulement mieux réguler cette activité d’exploitation de sable qui attire de plus en plus de monde dans la zone du Cap Estérias, mais également pour protéger l’environnement. Il a à cet effet signifié que des contrôles par des agents de son service y ...
Lire l'article
Le gouvernement gabonais a décidé d'interdire l’exploitation du sable au nord de Libreville, afin de prévenir l'érosion de la façade maritime de la capitale gabonaise où l’on observe une tendance générale au recul des plages d'une moyenne de plusieurs mètres. Dans un communiqué publié lundi, le ministère des mines, du pétrole et des hydrocarbures dénonce l’attitude des opérateurs qui se livrent à une exploitation effrénée du sable, indiquant qu’aucune autorisation ne sera jamais plus délivrée dans le secteur pour cette activité. Les autorisations exceptionnelles actuelles devront prendre fin au plus tard le 31 décembre 2011, souligne le communiqué, ...
Lire l'article
L’exploitation du sable de mer au large des côtes du Cap Santa Clara à l’extrême nord de Libreville a occasionné d’énormes dégâts écologiques et matériels dans cette localité, en raison de l’avancée fulgurante de la mer dans le continent, a constaté sur place un journaliste de l’AGP. Visiblement, plusieurs maisons construites il y a longtemps à des centaines de mètres de la plage ont déjà été détruites par les eaux qui avancent chaque année davantage dans le continent, à cause de l’exploitation abusive du sable de mer. Outre des maisons, des cases touristiques érigées au pied de l’eau et des arbres qui ...
Lire l'article
L’ONG Aide et Action pour les Enfants du Gabon (2AEG), a organisé à Mouila (chef lieu de la province de la Ngounié - sud), des manifestations sportives dénommées « Sport et talents » en faveur des jeunes pour la première édition. Au menu de ces manifestations sportives, il y avait: le cross super jeunes pour les enfants âgés de 10 à 14 ans, le cross senior et le tournoi de football pour les catégories cadettes principalement. Les manifestations qui se sont déroulées le week-end sous la tutelle de l’inspection de la jeunesse et des sports ont été organisées par Jean Nestor ...
Lire l'article
Société / Mouila : Un grand marché spontané au « carrefour des jeunes »
Les jeunes filles mères de Mouila en formation dans un atelier de couture
De jeunes Gabonais de plus en plus tournés vers le commerce de la friperie
Les conflits s’étendent dans le nord de Libreville sur l’exploitation du sable
Conflit au nord de Libreville entre exploitants des carrières de sable
CAISTAB: Plus de 1700 jeunes mobilisés pour la réhabilitation des plantations de cacao et café dans le nord du Gabon
L’exploitation de sable désormais interdite dans la zone du Cap Estérias
L’exploitation du sable désormais interdite au nord de Libreville
L’exploitation du sable de mer fait des ravages écologiques au Cap Santa Clara
Gabon: L’ONG « 2AEG » à Mouila pour l’épanouissement des jeunes

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 21 Août 2008
Catégorie(s): Economie,Education,Société
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*