- Bongo Doit Partir - http://www.bdpgabon.org -

La France “n’est pas là pour soutenir des régimes” en Afrique, plaide Nicolas Sarkozy

“L’armée française n’est pas là pour soutenir des régimes” en Afrique, a affirmé mercredi le président français Nicolas Sarkozy, qui s’est en revanche engagé à soutenir “les régimes démocratiques”.

Nicolas Sarkozy, qui s’exprimait à l’occasion de la 16e conférence des ambassadeurs, a renouvelé son engagement à réviser de manière systématique les accords de défense qui lient la France et les Etats africains. “J’ajoute que tous ces accords, je souhaite qu’ils soient publiés”, a-t-il dit.

“Nous voulons soutenir les régimes démocratiques”, a cependant ajouté le chef de l’Etat français, citant en exemple l’action française en Mauritanie.  


SUR LE MÊME SUJET
Le président français, Nicolas Sarkozy, dans une lettre adressé ce samedi à son homologue gabonais, Ali Bongo Ondimba, a apprécié le « partenariat rénové » entre le Gabon et la France, « les positions courageuses » que le pays adopte, ainsi que les priorités de l’agenda international que soutient le président gabonais « avec une constance et une détermination qui forcent le respect ». Cette lettre qui est parvenu à la Rédaction de l’Agence de presse GABONEWS s’inscrit dans le cadre de la célébration du cinquante et unième anniversaire de l’indépendance du Gabon, le 17 août prochain. GABONEWS propose ...
Lire l'article [1]
Selon l’association, en plein « dictateur-gate », Paris continue de soutenir les régimes autocratiques en Afrique. Réagissant à la réception du président gabonais Ali Bongo par son homologue français Nicolas Sarkozy aujourd'hui (21/2/11), l’association Survie a souligné dans un communiqué émis ce lundi que cette réception officielle disqualifiait une fois de plus la politique étrangère de la France : "En plein 'dictateur-gate' pour Michèle Alliot Marie et François Fillon, Nicolas Sarkozy maintient le cap d'un soutien fidèle et assumé aux régimes autocratiques en Afrique en recevant, ce lundi 21 février 2011, le président gabonais, Ali Bongo. Cette réception officielle disqualifie une ...
Lire l'article [2]
Le député de Corrèze François Hollande a jugé lundi que la victoire de la gauche au second tour des élections régionales était "une triple sanction à l'égard de Nicolas Sarkozy". "Il y a une triple sanction à l'égard de Nicolas Sarkozy. Il faut qu'il l'entende. Il y a une sanction à travers le vote en faveur de la gauche. Il y a une sanction dans l'abstention où son électorat s'est sans doute réfugié. Et, hélas, une sanction à travers la poussée de l'extrême droite", a-t-il affirmé sur France Info. L'ancien Premier secrétaire du Parti socialiste appelle le gouvernement à changer de politique. ...
Lire l'article [3]
Il y a quelques mois, nous riions ensemble des belles leçons d’histoire de Nadine Morano, qui prétendait tirer argument de l’indépendance du Sénégal pour convaincre un passant africain, alpagué sur un marché, qu’il n’était pas chez lui en France. Nous pointions que la secrétaire d’Etat à la famille se livrait là à une falsification dans le droit fil de l’histoire officielle de la Ve République blanciste, qui prétend que les citoyens de l’Outre-Mer français exigèrent l’indépendance. Nous rappelions que les Africains, il y a cinquante ans, réclamaient bien davantage l’égalité et la fraternité, qui leur furent refusées. En se débarrassant ...
Lire l'article [4]
Comme annoncé, le chef de l’État français se rendra donc au Gabon et au Rwanda les 24 et 25 février prochains. À Franceville, il ira se recueillir au mausolée de l’ancien président gabonais – une suggestion de son conseiller Robert Bourgi, qui devrait être de l’étape –, avant de s’entretenir avec Ali Bongo Ondimba et de passer la nuit à Libreville. Ce dernier, ravi de la venue – et donc du soutien – de Nicolas Sarkozy, fait préparer minutieusement la visite d’État depuis plusieurs semaines. L’accueil sera beaucoup plus sobre à Kigali, parfaitement étranger à tout ce qui relève du folklore ...
Lire l'article [5]
Le chef de l’Etat Gabonais, Ali Bongo Ondimba est à Franceville (capitale provinciale du Haut – Ogooué, sud – est) depuis ce mardi, en début d’après – midi, où il va accueillir, mercredi en matinée, son homologue Français, Nicolas Sarkozy, en mini tournée africaine. Le Gabon par Franceville et Libreville, sa capitale, vont constituer la première étape de la tournée africaine de Nicolas Sarkozy qui va ensuite se rendre à Kigali, au Rwanda. La visite de 48 heures du chef de l’Etat français au Gabon sera marquée de symboles du point de vue des relations qu’entretiennent Paris et Libreville. Car de ...
Lire l'article [6]
Le président français, Nicolas Sarkozy arrive mercredi à Franceville (650 km au sud-est de Libreville), pour une visite d’amitié et de travail de 24 heures. Selon des sources autorisées, le président français sera reçu par son homologue gabonais Ali Bongo Ondimba qui devrait quitter Libreville ce mardi pour le chef-lieu de la province du Haut-Ogooué. Le numéro un français, au cours de son séjour à Franceville visitera le Centre internationale de recherches médicales de Franceville (CIRMF). Ce centre dont la renommée scientifique dépasse largement les frontières nationales est en partie financé par la société TOTAL GABON, filiale du groupe pétrolier français TOTAL. Selon les ...
Lire l'article [7]
LIBREVILLE (AGP) – Le président français Nicolas Sarkozy a adressé ses félicitations et ses vœux de succès à Ali Bongo Ondimba, proclamé jeudi dernier nouveau chef de l’Etat gabonais, à l’issue du scrutin du 30 août, selon un message dont l’AGP a reçu copie lundi. ’’ (…) Je suis heureux de vous adresser mes félicitations et mes vœux de succès pour l’exercice des hautes responsabilités qui vous attendent’’, écrit M. Sarkozy dans ce message daté du 6 septembre. ’’Au-delà de ces défis gabonais, cette élection est venue souligner l’existence d’un défi commun, celui de la refondation de relations étroites, partenaires et équilibrées ...
Lire l'article [8]
Nicolas Sarkozy a plaidé jeudi pour la démocratie et les droits de l'homme en Afrique et réaffirmé sa volonté de mettre en place une "relation renouvelée" entre la France et le continent noir. S'exprimant devant le parlement du Congo, il a en outre invité Denis Sassou Nguesso, président de ce pays emblématique de la "Françafrique", à gagner d'autres batailles que le retour de la sécurité dans l'ancienne colonie française. "La démocratie et les droits de l'homme font partie de notre héritage commun", a dit le président français, soulignant qu'il ne s'agissait pas de valeurs occidentales "artificiellement plaquées" sur les sociétés africaines. Un ...
Lire l'article [9]
La politique africaine de la France a été oubliée par Nicolas Sarkozy lors de son intervention télévisée du 24 avril dernier. Par manque de temps (j'ose le croire), le journaliste Vincent Hervouët de LCI n'a pas pu placer une question qui aurait amené le Président à reconnaître ses erreurs sur ce plan. Lui qui avait durant la campagne électorale promis "la rupture" avec les anciennes pratiques des relations franco-africaines, déclarant: "Il faut débarrasser nos relations des réseaux d'un autre temps […] Il faut tourner la page des complaisances, des secrets et des ambiguïtés." Comme sur d'autres points, un an après, le bilan de ...
Lire l'article [10]
Nicolas Sarkozy salue le « partenariat rénové » entre le Gabon et la France et félicite Ali Bongo Ondimba pour ses « positions courageuses »
L’association ”Survie” critique la réception d’Ali Bongo par Nicolas Sarkozy
France: Régionales: “une triple sanction à l’égard de Nicolas Sarkozy”, selon François Hollande
Gabon -France :L’outrage aux ancêtres de Nicolas Sarkozy
France-Afrique : Sarkozy, de Libreville à Kigali
Ali Bongo Ondimba à Franceville pour accueillir mercredi son homologue français, Nicolas Sarkozy
Arrivée de Nicolas Sarkozy mercredi au Gabon
Gabon/France : Nicolas Sarkozy adresse ses félicitations et ses vœux à Ali Bongo Ondimba
Nicolas Sarkozy plaide pour la démocratie en Afrique
Sarkozy an I: quel bilan pour les relations France-Afrique?