Socialisez

FacebookTwitterRSS

Après l’Italie, la France doit-elle payer une « dette » coloniale?

Auteur/Source: · Date: 1 Sep 2008
Catégorie(s): Monde

Est-ce un coup d’éclat entre deux démagogues ? Ou le geste de Silvio Berlusconi envers la Libye de Mouammar Kadhafi, de payer cinq milliards de dollars au titre de la « dette coloniale » italienne, servira-t-il de précédent pour d’autres revendications, voire transactions ? En clair, la France doit-elle, elle aussi, payer sa « dette » coloniale ?

Kadhafi en avait l’un de ses thèmes favoris: l’Italie doit payer pour ses années de colonisation de la Libye. Et, contre toute attente, le président du Conseil italien a accepté de débourser deux cents millions de dollars (au fait, pourquoi des dollars et pas des euros’) par an pendant vingt-cinq ans à la Libye, au titre de réparations de colonialisme.

Une repentance coûteuse, mais dans laquelle l’Italie espère se refaire grâce à de juteux contrats avec un pays bénéficiaire de la manne pétrolière.

Cet accord entre l’Italie et la Libye ne manquera pas de susciter des réactions sur le continent africain, où, régulièrement, s’élève la demande de compensations pour la période de l’esclavage, et celle de la colonisation. La France, la Grande Bretagne ou encore le Portugal, principales puissances coloniales en Afrique, n’ont jamais accepté de s’engager sur cette voie, et en récusent jusqu’au principe, estimant la page tournée et privilégiant une « coopération » tournée vers l’avenir.

Le problème est que l’Italie a accepté de payer pour une période historique qui est en tous points comparable à ce qu’ont pratiqué les autres puissances européennes. Ce type de « réparations » s’appliquait jusqu’ici essentiellement aux crimes liés à des guerres: l’Allemagne et le Japon ont ainsi payé des sommes considérables après la deuxième guerre mondiale, tant aux Etats qu’aux victimes individuelles.

L’esclavage et le colonialisme ont été traités différemment. En France, la loi Taubira de 2001 qualifie l’esclavage de « crime contre l’humanité », mais ne porte que sur la mémoire, pas sur d’éventuelles réparations.

S’agissant du colonialisme, c’est encore plus complexe. On se souviendra de la bronca engendrée par la loi du 23 février 2005 enjoignant aux professeurs d’histoire d’enseigner les bienfaits de la colonisation. Depuis, on en est passé à la reconnaissance tardive d’un « colonialisme profondément injuste », selon la formule savamment pesée employée par Nicolas Sarkozy lors de son voyage en Algérie en décembre dernier. Mais de compensations, il n’a jamais été question.

Il y a d’une part la question de principe: faut-il payer? Qui doit payer (par exemple: les Européens n’ont pas été les seuls à pratiquer la traite négrière, doivent-ils être les seuls à payer?)?

Et il y a la question de l’évaluation du dommage. L’Italie paye ainsi cinq milliards de dollars pour seulement trente-deux ans d’administration italienne de la Libye. A combien évaluera-t-on les cent cinquante de présence française en Algérie, ou les quatre-vingt ans de domination du Congo Brazzaville ?

Bref, Berlusconi risque d’avoir ouvert une boîte de Pandore sans fond, pour les autres plus que pour lui-même, l’activité coloniale italienne en Afrique ayant été limitée en raison de la défaite italienne dans la seconde guerre mondiale. Il sera intéressant de voir si Berlusconi proposera le même principe à l’Ethiopie et à l’Erythrée, les principales victimes africaines de l’Italie de Mussolini.

Dans un premier temps, il est probable qu’on se contentera de hausser les épaules à Paris, Londres ou Lisbonne, en espérant que le « mauvais exemple » italien reste isolé. C’est donc dans le camp africain qu’il faudra suivre les retombées du chèque de Berlusconi, pour savoir s’il fait des émules, décidés à faire payer une Europe qui se serait débarrassée à bon compte du « fardeau de l’homme blanc » à coup de repentance… verbale.
 


SUR LE MÊME SUJET
France Présidentielle 2012: une diplomatie de gauche existe-t-elle?
Afghanistan, Iran, Françafrique... Ce qui sépare François Hollande de Nicolas Sarkozy est ténu. Sauf peut-être sur le dossier européen. En France, comme ailleurs, on ne gagne pas les élections avec la politique étrangère. Mais en cas de crise internationale, on peut très bien les perdre. Valéry Giscard d’Estaing en sait quelque chose. François Mitterrand, le dernier – et le seul – candidat socialiste qui ait gagné l’élection présidentielle, avait porté un coup décisif au président sortant en le traitant en 1980 de «petit télégraphiste» du numéro un soviétique, Léonide Brejnev. C’était à propos de l’Afghanistan. Le président français avait pris pour argent ...
Lire l'article
Le gouvernement gabonais s’est engagé à payer 6,5 milliards de FCFA à la Société d’énergie et d’eau du Gabon (SEEG), le distributeur exclusif de ces produits dans le pays au titre d’une dette qu’il doit à cette entreprise, selon un communique parvenu jeudi à l’AGP. Cet engagement de l’Etat fait suite à un article paru dans le quotidien l’Union, un journal gabonais. Dans cet article, l’entreprise a déclaré que l’Etat gabonais lui devrait une somme de 15,5 milliards de FCFA. Selon le communiqué du gouvernement gabonais, cette dette s’élève actuellement de 8,4 milliards de FCFA au lieu de 15,5 milliards de FCFA ...
Lire l'article
Manifestation du 17 août 2010: Lettre à Nicolas Sarkozy, Président de France : “Si la dictature ne peut être tolérée en France, elle ne doit pas être tolérée au Gabon”
Ci-dessous, veuillez trouver la lettre remise aux autorités diplomatiques de l'ambassade de France aux Etats-Unis au cours de la manifestation symbolique d'enterrement de la Françafrique qui s'est tenue devant l'ambassade de France à Washington le 17 août 2010. C'est en effet à l’occasion du 50e anniversaire de l’indépendance du Gabon que des Gabonais, amis du Gabon et autres africains victimes des méfaits avilissants du colonialisme français en Afrique ont organisé cette manifestation ayant pour objectif réel et symbolique de prier pour les martyrs africains et enterrer définitivement, au cours d’une cérémonie funéraire en bonne et due forme, la Françafrique. Les Manifestants ont ...
Lire l'article
Le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-Moon, est arrivé au Gabon dans la nuit du 30 juin. Il a été reçu en audience, ce 1er juillet, par le président Ali Bongo et par Guy Nzouba Ndama, président de l’Assemblée nationale où il a prononcé un discours au avant de rencontrer l’opposition qui lui a remis un mémorandum et de terminer sa journée par une conférence de presse. Le Secrétaire général de l’organisation des Nations Unies (ONU), Ban Ki-moon, est arrivé à Libreville dans la nuit du mercredi 30 juillet. En provenance de Kinshasa où il où il a ...
Lire l'article
Peut-il y avoir une élection libre au Gabon pour choisir le successeur d'Omar Bongo, qui a régné sans partage sur ce pays pétrolier d'Afrique centrale pendant plus d'un quart de siècle ? Le résultat du scrutin sera-t-il accepté par les partisans des perdants ? La France et les réseaux de la « Françafrique » seront-ils neutres ? Voici quelques unes des questions lourdes de conséquences qui se posent alors que s'est ouverte samedi la campagne électorale pour le scrutin présidentiel du 30 août. Peut-il y avoir une élection libre au Gabon pour choisir le successeur d'Omar Bongo, qui a régné sans partage ...
Lire l'article
Cela s'est passé en France, rien que depuis le début de l'année 2009. En janvier : * - La suppression de la publicité sur les écrans des chaînes publiques décidée unilatéralement par Nicolas Sarkozy, entre en vigueur. Propriétaire de TF1, Martin Bouygues, «le meilleur ami» du président, peut se frotter les mains. * - Le Président de la République annonçe la suppression du juge d'instruction indépendant. Les enquêtes judiciaires seront désormais toutes dirigées par le Parquet, soumis au pouvoir politique. Même les plus sensibles politiquement. * - Bernard Kouchner, convaincu d'avoir facturé ...
Lire l'article
La campagne d’entretien routier de l’année 2009 a été lancée ce lundi à Libreville par le ministre des Travaux publics, Flavien Nziengui Nzoundou, lors de la réception de la deuxième tranche du matériel roulant devant servir à l’amélioration et à la construction de ces routes. " Nous fêtons également la mise sur rampe de la campagne de l’entretien routier 2009. Vous comprenez que les Gabonais attendent beaucoup du projet du président de la République, « Des actes pour le Gabon ». Près de 12 milliards de francs CFA ont été consentis en l’espace de 2 ans par l’Etat pour la ...
Lire l'article
A Libreville débutent les discussions portant sur l'utilisation des 60 millions d'euros de conversion de dette accordée par la France au Gabon dans le cadre d'un développement durable des écosystèmes forestiers gabonais. Pionnier sur ces mécanismes de conversion de dette-nature expérimentés avec la Bolivie à la fin des années 80, le WWF a tout naturellement été désigné comme représentant de la société civile française pour participer au Comité d'Orientation Stratégique de ce processus. Claude Dumont, président du WWF-France y assiste dès aujourd'hui aux côtés du ministre gabonais de l'économie forestière et de l'Ambassadeur de France au Gabon. Au sein du Bassin ...
Lire l'article
Bongo condamné à Bordeaux
Le 1er juillet dernier, les deux ténors du barreau de Libreville dépêchés par Omar Bongo en Gironde avaient multiplié lors de l'audience les propos à l'emporte-pièce. Ces mots haut en couleur n'ont pas pour autant tiré d'affaire le chef d'Etat gabonais. Pour lire l'article, Bongo condamné à Bordeaux.
Lire l'article
France Présidentielle 2012: une diplomatie de gauche existe-t-elle?
L’Etat gabonais s’engage à payer 6,5 milliards de FCFA à la société de distribution d’eau et d’électricité au titre d’une dette
Manifestation du 17 août 2010: Lettre à Nicolas Sarkozy, Président de France : “Si la dictature ne peut être tolérée en France, elle ne doit
Gabon / Ban Ki-Moon : «L’Afrique va gagner la Coupe du monde [et] elle doit marquer des buts pour les OMD»
Bongo Doit Partir
Gabon : La campagne électorale lancée, la France est-elle neutre ?
La France est-elle une république bananière ?
Gabon: « La route doit reprendre et elle doit avancer au Gabon », M.Nziengui Nzoundou, ministre des Travaux public
Conversion de dette France-Gabon : 60 millions d’euros pour protéger et gérer durablement les écosystèmes forestiers gabonais
Gabon: Omar Bongo doit payer !


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 1 Sep 2008
Catégorie(s): Monde
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*