Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon : Le gouvernement met la pression sur Veolia

Auteur/Source: · Date: 13 Sep 2008
Catégorie(s): Economie

Suite à la coupure générale de plusieurs heures dans la nuit du 7 au 8 septembre qui a entraîné une paralysie de l’activité socio économique de la capitale, le conseil des ministres du 11 septembre a exhorté le gouvernement à accélérer la révision du contrat de concession à la société Veolia, la maison-mère de la SEEG. La rencontre du 9 juillet dernier entre le ministre des Mines et le président de la région Afrique-Moyen Orient de VEOLIA Water avait abouti à la renégociation des accords qui lient la société à l’Etat gabonais signés en 1997 mais qui ne sont plus adaptés à l’ampleur de la demande dans ce secteur.

La double et longue coupure d’électricité générale dans la nuit du 7 au 8 septembre dernier à Libreville a vivement préoccupé le gouvernement gabonais, qui a demandé lors du conseil des ministres du 11 septembre aux responsables du département des Mines d’activer et d’accélérer la révision du contrat qui lie la société Veolia, actionnaire majoritaire de la Société d’Eau et d’Energie du Gabon, et l’Etat gabonais.

Le ministère en charge de l’Energie et des Ressources hydrauliques, Casimir Oyé Mba avait reçu le président directeur général de VEOLIA Water pour la zone Afrique – Moyen Orient – sous continent indien (AMI), Patrice Fonlladosa, le 9 juillet dernier pour planifier la révision des termes de ces accords pour les adapter aux évolutions du secteur énergétique gabonais, au regard de la croissance de la demande.

«Il y a une croissance de la demande en eau et en électricité dans ce pays qui est absolument exceptionnelle, entre 8 et 10% par an, ce qui est très important et surtout très bien au-delà de ce qui avait été prévu dans les contrats d’origine» avait expliqué monsieur Fonlladosa lors de cette rencontre.

Pour la première fois depuis plusieurs années, le quotidien l’Union n’avait pu être distribué dans la matinée du 8 septembre en raison des dégâts matériels et techniques entraînés par la coupure.

Le journal avait accusé la Société d’Eau et d’Energie du Gabon (SEEG) de profiter de sa position de monopole en dépit des accords conclus avec le gouvernement pour pallier ces insuffisances.

Le quotidien reprochait également à la SEEG de ne pas investir suffisamment dans le lourd potentiel du réseau hydraulique gabonais et de privilégier la réhabilitation sommaire des centrales hydroélectriques vétustes de Kinguélé et Tchimbelé.

L’accord conclu entre l’Etat gabonais et Veolia portait sur la production, le transport et la distribution d’eau potable et d’électricité dans le pays. La population desservie s’élève à près d’un million d’habitant, dont 526 000 à Libreville. Le contrat de concession, d’une durée de 20 ans conclu en juin 1997, prévoit également la prise en charge par la SEEG de la réalisation des investissements nécessaires au développement des secteurs de l’eau et de l’électricité via l’amélioration de la qualité des services, l’augmentation des taux de desserte, la réduction des tarifs.

Créée en 1950, la Société d’eau et d’énergie du Gabon (SEEG) a été rachetée par le groupe Veolia en 1997 avec 51 % des actions contre 49 % pour les privés et l’Etat gabonais. Elle dispose d’un capital de 15 milliards. La société est actuellement l’objet de graves récriminations dues aux nombreux délestages et au coût élevé du Kwh.

Le 9 février 2007, le gouvernement avait demandé au ministre en charge de l’Energie «d’organiser, sans délai, l’examen approfondi de la convention de concession liant l’Etat gabonais à Veolia dans le cadre de l’obligation faite à cette entreprise de maintenir une qualité de service public irréprochable». La SEEG avait alors été sommée «de prendre en compte, avec célérité, les demandes de dédommagements qui ne manqueront pas de lui être adressées».

L’évolution de la demande énergétique a rendu désuètes les capacités actuelles d’approvisionnement en eau et en électricité de la SEEG. Cette société semble aujourd’hui à bout de souffle pour répondre à cette demande. 


SUR LE MÊME SUJET
L’Union européenne n’a rien eu à redire sur le rachat de la moitié des 51% des parts de la Société d’énergie et d’eau du Gabon (SEEG), détenus par Veolia Environnement SA. La Commission européenne a validé ce 25 janvier le contrôle conjoint de la SEEG par les deux groupes. La Commission européenne a autorisé ce 25 janvier la prise de contrôle commune de la Société d'énergie et d'eau du Gabon (SEEG) par Veolia Eau et Electricité de France (EDF), via l'acquisition en commun de la société Veolia Water India Africa, actuellement exclusivement contrôlée par Veolia Eau. ...
Lire l'article
Le Gabon attend pour fin août le rapport d'audit sur la Société d'énergie et d'eau du Gabon (SEEG), filiale du groupe français Veolia, a affirmé à l'AFP vendredi le ministre de l'Energie, précisant que l'Etat n'envisageait pas "pour l'instant" de résilier la concession. "Après un appel d'offres" le cabinet "Deloitte va faire une analyse technique, comptable, financière au niveau des tarifs pour qu'on ait une vision objective de la concession. Fin août on aura l'audit. On verra quelles mesures prendre", a affirmé Régis Immongault, ministre de l'Energie et des Ressources hydrauliques, dont la compétence ne s'étend pas sur le pétrole. La ...
Lire l'article
La télévision nationale gabonaise RTG1 a annoncé jeudi lors d'un poisson d'avril très remarqué que l'Etat gabonais allait rompre la concession la liant à la Société d'énergie et d'eau du Gabon (SEEG), filiale du groupe français Veolia. Alors que les coupures de courant et d'eau sont devenues fréquentes à Libreville, provoquant la colère de nombreux consommateurs, la télévision a annoncé que le gouvernement avait décidé de rompre le contrat qui court normalement jusqu'en 2017. "C'est un poisson d'avril", a précisé à l'AFP le ministre de l'Energie Régis Immongault. Dans une interview au site internet Gabonnews, le ministre a toutefois précisé: "Si la SEEG ...
Lire l'article
Des responsables d'une association de consommateurs ont entamé mercredi à Libreville une grève de la faim, en indiquant protester contre la Société d'énergie et d'eau du Gabon (SEEG), filiale du groupe français Veolia, a constaté une journaliste de l'AFP. "Nous sommes une demi-douzaine" de SOS Consommateurs à observer la diète, qui entre "dans le cadre de trois journées d'actions contre la SEEG-Veolia", a affirmé Christian Abiaghe Ngomo, président de l'association. L'objectif est de réclamer "des mesures urgentes visant une meilleure prise en compte des intérêts des consommateurs", subissant depuis plusieurs mois des coupures d'eau et d'électricité longues et répétées. M. Abiaghe s'est installé ...
Lire l'article
La Société d'énergie et d'eau du Gabon (SEEG), filiale du groupe français Veolia, mise en cause pour manquement, accuse à son tour ce matin l'Etat gabonais de ne pas avoir respecté ses engagements financiers pour assurer un approvisionnement correct des Gabonais. "La SEEG exerce l'activité de gestion du service public de l'eau potable et de l'électricité en vertu d'un contrat de concession passé avec la République gabonaise en 1997" pour une durée de 20 ans, explique la société dans ce texte publié par le quotidien semi-officiel L'Union. Selon elle, ce contrat a fait l'objet d'un protocole conclu "le 21 août 2007". "Malheureusement, l'un ...
Lire l'article
Le gouvernement gabonais a adressé mercredi un avertissement à une filiale locale de Veolia Environnement (VIE.PA: Cotation) en lui demandant d'améliorer la qualité de la distribution d'eau dans la capitale, Libreville, sous peine de voir sa concession gelée. "Le système de distribution d'eau subit des pénuries depuis 2003 en raison de l'obsolescence et de la saturation du système de transport de l'eau traitée", a déclaré le porte-parole du gouvernement, Séraphin Moundounga, à l'issue d'un conseil des ministres. Certains quartiers de Libreville n'ont aucun approvisionnement en eau tandis que dans d'autres, l'eau est parfois coupée jusqu'à huit heures par jour, a-t-il ajouté. L'absence d'amélioration ...
Lire l'article
Lors d’une conférence de presse qu’il a animée samedi soir à son siège d’Awendjé (4ème arrondissement de Libreville), le leader de l’Union du peuple gabonais (UPG/ opposition), Pierre Mamboundou a demandé au gouvernement de « recapitaliser la Société d’énergie et d’eau du Gabon (SEEG, filiale du groupe français VEOLIA) qui est un bras séculier de la politique sociale », a constaté GABONEWS. Relevant les difficultés auxquelles la SEEG reste confrontées (approvisionnement, production) d’une part et ceux des consommateurs (taxation du prix du KWh), Pierre Mamboundou s’est interrogé sur les termes de la convention de privatisation de la société, 12 ans après ...
Lire l'article
Le ministre gabonais en charge de l’Energie et des Ressources hydrauliques, Casimir Oyé Mba, a reçu le 3 octobre Patrice Fonlladosa, le représentant régional de VEOLIA Water, maison mère de la Société d’Eau et d’Energie du Gabon, dans le cadre de la renégociation des termes du contrat qui lie la société à l’Etat gabonais. A la suite d'une coupure au début du mois de septembre ayant engendré d’importants désagrément, le gouvernement avait demandé l’accélération de la révision du contrat pour l’adapter aux évolutions du secteur énergétique gabonais au regard de la croissance de la demande. Les responsables de Veolia Water et ...
Lire l'article
Le Conseil des ministres de jeudi, préoccupé par les dernières coupures d'électricité et d’eau qui ont causé d'importants désagréments à Libreville à demandé de réviser le contrat de concession accordé à la société VEOLIA exploitant de la Société d’eau et d’électricité du Gabon (SEEG). Cette décision aurait été motivée par la busque coupure d’électricité d’environ 5 heures de temps qu’a enregistré la capitale gabonaise dans la nuit de dimanche à lundi dernier. Coupure qui a occasionnée de nombreux désagréments et des dégâts matériels dans les ménages et les industries qui travaillent à plein temps. Ainsi, les désagréments subis par les consommateurs cette semaine, ...
Lire l'article
Le gouvernement gabonais, réuni en Conseil des ministres vendredi 6 juin dernier autour du président de la République, suite à « la situation préoccupante du service public de l’eau potable et de l’énergie électrique », a autorisé le ministre des mines, du pétrole, des hydrocarbures, de l’énergie, des ressources hydrauliques et de la promotion des énergies nouvelles « à renégocier la convention de concession signée le 13 juin 1997 entre l’Etat et VEOLIA-SEEG » ; une décision jugée, aux yeux de nombreux gabonais, opportune au regard de leur insatisfaction face à la qualité des prestations et services qui leur sont ...
Lire l'article
Gabon : L’UE dit oui au contrôle de la SEEG par Véolia et EDF
Gabon: audit sur Veolia fin août, pas de résiliation de concession
Poisson d’avril: la télévision gabonaise s’en prend à Veolia
Eau, électricité: des grévistes de la faim contre le groupe Veolia au Gabon
Gabon: le groupe Veolia accuse l’Etat
Le Gabon adresse un avertissement à Veolia sur un contrat d’eau
Gabon: Pierre Mamboundou demande au gouvernement de « recapitaliser la SEEG »
Gabon : Veolia tente de sauver son contrat
Gabon: Le gouvernement gabonais envisage une révision du contrat de concession accordé à la société VEOLIA
Gabon: Etat gabonais VEOLIA-SEEG: les raisons d’une renégociation de la convention de concession


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 13 Sep 2008
Catégorie(s): Economie
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*