Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon : Vers une augmentation du prix du gaz

Auteur/Source: · Date: 13 Sep 2008
Catégorie(s): Economie

En attendant les mesures d’envergures auxquelles travaillent la SGEPP avec le ministère des Mines pour pallier à la cherté des emballages, les prix du gaz butane pourraient augmenter pour les ménages gabonais. Epargnés à plusieurs reprises des augmentations des produits pétroliers mais oublié des pouvoirs publics dans l’élaboration de son bouclier contre la vie chère, le gaz domestique a toutes les chances de voir son prix augmenter au sortir de la pénurie qui touche actuellement la capitale et quelques localités de province.

En se basant sur la flambée générale des prix dont les répercussions influent sur tous les secteurs d’activités et les deux dernières augmentations des prix des produits pétroliers au Gabon, desquelles le gaz a toujours été épargné, les analystes pressentent une augmentation des prix du gaz butane, qui accuse actuellement une pénurie dans la capitale et certaines localités du province.

La Société gabonaise d’entreposage des produits pétroliers (SGEPP) a rompu le silence le 10 septembre dernier sur la pénurie de gaz domestique à Libreville, en mettant en avant les difficultés des distributeurs à renouveler le stock de bouteilles pour la commercialisation du gaz butane.

Pour pallier ces difficultés dans le renouvellement du fonds de roulement des bouteilles de gaz, monsieur Folquet a expliqué que «le ministère des Mines et la SGEPP avaient arrêté des solutions palliatives, dont le prolongement de la journée de travail par des heures supplémentaires de lundi à dimanche ainsi que d’autres mesures d’envergure en préparation entre la SGEPP et le ministère des Mines».

L’Etat gabonais débloque aujourd’hui environ 100 milliards de FCFA pour subventionner le prix du carburant à la pompe chaque année. Le Fonds monétaire international (FMI) serait opposé à ces subventions pour laisser cours au libéralisme économique mais de l’autre côté, les distributeurs de gaz butane réclameraient une revalorisation de leur marge bénéficiaire.

Les distributeurs estiment que ce marché n’est plus rentable du fait de la stagnation des prix depuis plusieurs années arguant l’augmentation du coût de transport. A Libreville, une bouteille de gaz de 12 kg est vendue à 5.625 FCFA. A l’intérieur du pays, le prix est un peu plus élevé.

Plusieurs intervenants sur la chaîne de distribution perçoivent un pourcentage sur chaque bouteille vendue, notamment la Société gabonaise de raffinage (SOGARA), la Société gabonaise d’entreposage de produits pétroliers (SGEPP), la Caisse de stabilisation et de péréquation (CAISTAB) et enfin les distributeurs.

Pour parer une éventuelle augmentation du prix du gaz auprès des consommateurs, les distributeurs ont suggéré la suppression de la part perçue par la CAISTAB, mais l’Etat ne semble pas prêt à céder ce droit au terme des débats entre le Groupement professionnel pétrolier (GPP) et le ministère des Mines.

En 2006, les distributeurs avaient obligé l’Etat à réviser à la hausse le prix du carburant. Réunis au sein du GPP, ces distributeurs, qui sont seulement quatre, pourraient peser davantage face aux pouvoirs publics.

Le 24 avril 2008, le gouvernent a pris un ensemble de mesures pour contrer la flambée des prix et lutter contre la vie chère : la suspension de la TVA et des taxes douanières sur les importations pour six mois sur les produits de première nécessité ainsi que la baisse du prix de l’essence pour les opérateurs économiques du secteur de la pêche. De mesures qui représentent une allocation de 10 milliards de F CFA sur le budget de l’Etat.

Bien qu’il soit déterminant, le gaz semble être le parent pauvre de ce bouclier, il aurait dû être pris en compte, en octroyant des allocations aux entreprises qui produisent ce produit comme l’Etat l’a fait avec la SMAG.

Même s’il la refuse encore, la concession des droits de l’Etat sur le gaz à travers la taxe perçue par la CAISTAB semble une option intéressante et la pression exercée par le GPP associée à la pression latente du front de la société civile contre la vie chère pourrait inciter le gouvernement à revoir ses positions. 


SUR LE MÊME SUJET
Comme l’avait annoncé la Direction générale de l’économie en janvier, les prix à la consommation connaissent effectivement une hausse en 2011. Depuis quelques semaines, les prix des produits alimentaires de première nécessité, tels que le lait, l’huile, la farine ou encore le sucre, connaissent effectivement une hausse significative. Les prévisions de la Direction générale de l’économie dans son rapport "Tableau de bord : situation 2009 et perspectives 2010-2011", se sont avérées justes concernant la hausse des prix à la consommation en 2011. Il a été, en effet, enregistré ces dernières semaines, à Libreville notamment, une augmentation des prix ...
Lire l'article
La Société d’investissement pour l’agriculture tropicale (SIAT Gabon) a procédé à une nouvelle augmentation du prix du kilogramme de caoutchouc aux planteurs villageois du Woleu-Ntem (nord) et Kango dans l’Estuaire (ouest), de 450 à 800 FCFA, soit une hausse de 350 FCFA. Cette nouvelle hausse, qui intervient après celles d’août (300 à 350 FCFA) et d’octobre 2010 (350 à 450 FCFA), a été annoncée jeudi à Libreville par la société dans un communiqué de presse rendu public à Libreville. Selon le communiqué, les dirigeants de la filiale gabonaise de SIAT ont décidé de répercuter l’embellie des cours mondiaux du ...
Lire l'article
KANGO (AGP) – La majorité des restaurants de la ville de Kango (100 km au sud de Libreville) ont augmenté les prix de manière unilatérale depuis le septembre dernier, au grand dam des consommateurs, a constaté le correspondant de l’AGP. Le paquet de machoirons, poisson très apprécié est actuellement vendu à 1500 FCFA au lieu de 1200 FCFA. Le même poisson mais cuit à l’étouffée à grimper à 2000 FCFA alors qu’il était acheté à 1500 FCFA. La viande de brousse (gibier) a également enregistré une augmentation. Le plat varie désormais entre 2500 voire 3000 FCFA. Cette hausse des prix selon les restaurateurs, ...
Lire l'article
Les prix des produits pétroliers enregistrent depuis vendredi, de nouveaux prix au Gabon conformément au mécanisme d’indexation des prix de ces produits, selon une nouvelle tarification publiée samedi dans le quotidien l’Union. Pour ce mois de mai, le ministère des Finances, le prix du litre de gasoil baisse, puisque de 435 FCFA en avril, il est vendu désormais à 430 FCFA dans les stations services, soit une baisse de 5 FCFA. En janvier et février derniers, les prix affichés à la pompe étaient respectivement de 450 FCFA et 435 FCFA. En revanche, l’essence super est vendue depuis vendredi à la pompe à 480 ...
Lire l'article
Ibrahim Tsiendjet Mboulou, président de l’Organisation gabonaise des consommateurs est monté au créneau ce mardi, pour fustiger l’augmentation du prix du gaz domestique, annoncé il y a quelques jours à travers le quotidien national « l’Union plus ». Vendu jusqu’à dimanche soir au prix de 5 625 francs CFA à Libreville, la bouteille de gaz butane de 12,5 kg coûte désormais 6000 francs CFA, une augmentation supplémentaire de 375 francs, soit 6, 25%. Selon Ibrahim Tsiendjet Mboulou, cette mesure vient d’avantage compliquer l’équation à de nombreuses familles qui éprouvaient déjà de grosses difficultés à pouvoir se procurer ce produit de grande consommation. Il ...
Lire l'article
Les produits de première nécessité enregistrent une hausse des prix spectaculaires à Tchibanga (sud-ouest) au regard du prix des tas de banane qui passe du simple au double. Depuis la semaine dernière, le prix du tas de banane qui coutait habituellement 500 francs CFA est passé à 1000 Francs. Cette hausse selon les femmes commerçantes serait consécutive à la faible production de cet aliment dans les plantations des fournisseurs d’une part, et aux ravages causés par des éléphants à leur passage d’autre part. Une situation que les consommateurs vivent inconfortablement à Tchibanga.
Lire l'article
Le Gabon a baissé les prix à la pompe de l'essence sans plomb (super) et du gasoil en raison de la chute du cours sur le marché mondial du pétrole, importante source de revenus pour le pays, a rapporté samedi le quotidien national L'Union. Cette mesure est entrée en vigueur le 1er janvier. Le prix du litre de super est ainsi passé de 595 à 540 FCFA (0,97 à 0,82 euro), en baisse de 9,24%. Le litre de gasoil est désormais vendu à 450 FCFA contre 470 FCFA (0,69 euro contre 0,72 précédemment), en baisse de 4,25%. La réduction a été décidée ...
Lire l'article
Les habitants de la capitale gabonaise recherchent en vain à s'approvisionner en gaz domestique depuis plus d'une semaine et la pénurie risque de s'éterniser. Le secrétaire général de la Société gabonaise d'entreposage des produits pétroliers (SGEPP) a tenu une conférence de presse le 11 septembre à Libreville pour donner les raisons de cette raréfaction, qui serait due à un manque de bouteilles sur le marché. La SGEPP a rompu le silence sur la pénurie de gaz domestique à Libreville, en mettant en avant les difficultés des distributeurs à renouveler le stock de bouteilles pour la commercialisation du gaz butane. Face à ...
Lire l'article
Le Directeur général de la société gabonaise d’entreposage des produits pétroliers (SGEPP), Léon Louis Folquet, a expliqué au cours d’un point de presse que la pénurie de gaz butane constaté sur le marché n’incombe pas à cette structure, contrairement à ce qui a été indiqué par certains organes de presse. Pour lui, la responsabilité de la société s’arrête après le remplissage des bouteilles. « La responsabilité de la SGEPP dans la pénurie actuelle ne peut être envisagée que dans les cas suivants: rupture de stocks, défaillance des équipements techniques, mouvement d’humeur du personnel entraînant arrêt de production. Or, au cours des ...
Lire l'article
Libreville, la capitale gabonaise, connaît depuis quatre jours une pénurie du gaz butane, due au manque de bouteilles chez l'un des principaux distributeurs ENGEN (ex Pizo-Shell), a appris l'AGP vendredi auprès des gérants des stations services. ''Il n y a plus de gaz depuis environ quatre à cinq jours. Cela est dû au fait que Shell a refusé d'utiliser les bouteilles de Pétro Gabon'', a indiqué Charles Solagni, chef de piste dans une station Shell à Libreville, qui dit avoir commandé 350 bouteilles mais n'en a obtenu que 50. Dans les stations services Pétro Gabon, il y a plus de bouteilles ...
Lire l'article
Gabon : Hausse des prix des produits alimentaires de première nécessité
Nouvelle augmentation du prix du kg du caoutchouc de 350 FCFA au Gabon
Consommation : Augmentation des prix dans les restaurants à Kango
Gabon: Les prix des carburants enregistrent une nouvelle tarification à la pompe depuis vendredi
Gabon: L’Organisation gabonaise des consommateurs fustige l’augmentation du prix du gaz butane
Gabon: Augmentation des prix des produits de première nécessité à Tchibanga
Gabon: baisse des prix du super et du gasoil à la pompe
Gabon : Libreville en rupture de gaz domestique
Gabon: Pénurie du gaz butane: la SGEPP clarifie face à la presse son rôle dans la chaîne de distribution au Gabon
Gabon: Le manque des bouteilles à l’origine de la pénurie du gaz butane à Libreville


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 13 Sep 2008
Catégorie(s): Economie
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*