Socialisez

FacebookTwitterRSS

BIENS DES CHEFS D’ETATS AFRICAINS EN FRANCE: la Françafrique veille au grain

Auteur/Source: · Date: 15 Sep 2008
Catégorie(s): Françafrique

Les associations Survies et Transparency international / France viennent d’être déboutées par la justice française. Et de la manière la plus radicale. Ces ONG du Nord avaient esté en justice, après une enquête minutieuse, contre des chefs d’Etats africains qu’elles accusent d’avoir spolié leur peuple en amassant biens mobiliers et immobiliers sur le sol français.

Une démarche sans doute généreuse, voir chevaleresque qui s’inspire des grands justiciers des temps passés. Mais c’est sans compter avec la françafrique. Une telle entreprise était raisonnablement vouée à l’échec. Et c’est ce qui est arrivé. Les deux ONG vont très probablement faire appel. Mais quelle que soit l’issue judiciaire finale de cette affaire, les deux ONG ont montré tout leur mérite. Celui d’avoir utilisé leur pouvoir de dénonciation. Elles auront aussi réveillé les consciences africaines. Et à ce titre, leur action ne restera pas sans effet. La valeur pédagogique de cette entreprise hardie est sans conteste. Les tabous sont levés et ceux qui gouvernent les peuples d’Afrique savent désormais à quoi s’en tenir.

Ils sont dénonciables sinon par les citoyens africains, du moins par ceux du Nord dont la contribution à l’effort du développement du continent noir mérite un peu plus de considération. Une fois de plus, ce sont les contribuables du Nord qui prennent l’initiative face au silence et au laisser-faire de ceux du Sud.

Les deux ONG n’avaient pas forcément besoin d’espérer pour entreprendre une telle oeuvre dont on savait qu’elle serait contrariée par la françafrique. Les raisons d’Etat sont si fortes entre la France et l’Afrique que cette “affaire” ne pouvait qu’être classée sans suite. Pourtant, si elle était allée jusqu’au bout, elle aurait pu être salutaire aussi bien pour les présumés coupables que pour les peuples de ces pays. D’abord, qu’elle est la part de vérité dans cette enquête ?

Et quelle est l’ampleur des dégâts ? Quelles sont les complicités ? Autant de questions aussi citoyennes les unes que les autres. Car en vérité, ces chefs d’Etat ne sont pas tous coupables au même degré. Certains en ont accumulé plus que d’autres, en France et ailleurs. Et puis, certains plus que d’autres, sont probablement propres. En effet, en matière de biens immobiliers il y a sans doute la résidence ou le pied-à-terre du chef de l’Etat. Si c’est un bien public, il est profitable à tous les chefs d’Etat de la république, présents ou à venir. Et puis, est-il interdit à un chef d’Etat de se construire, avec son salaire, une maison en France ou ailleurs ? On sait que les fonds spéciaux qui s’expriment parfois en termes de milliards, sont un domaine secret et l’utilisateur n’a pas de compte à rendre à la nation. Le problème, finalement, se situe plus au niveau de l’ampleur des biens et donc de l’ampleur des fonds qui ont été mobilisés pour réaliser les biens immobiliers.

Une autre chose dont doivent tenir compte les chefs d’Etat africains : quand les investissements et les fonds prennent le chemin de l’étranger, ils deviennent systématiquement suspects. Ils sont beaucoup plus tolérés par le citoyen quand ils sont domiciliés en terre africaine. Dans ce dernier cas, ils présentent le double avantage de la visibilité et de l’utilité, toutes choses qui atténuent l’étonnement et le choc. 


SUR LE MÊME SUJET
Rebondissement dans l’affaire dite des "biens mal acquis" des chefs d’Etat gabonais Omar Odimba Bongo, congolais Denis Sassou N’Guesso et équato-guinéen Théodoro Obiang Nguema. Alors que, jusque-là, l’examen du dossier "butait" contre le refus du Parquet de Paris d’ouvrir une information judiciaire, ce coup-ci, les lignes pourraient enfin bouger. Et pour cause : la plainte déposée par deux associations est à présent recevable, comme l’a annoncé la doyenne des juges du pôle financier de Paris. Mais avant que la justice puisse ouvrir une information judiciaire, c’est-à-dire enquêter, il va évidemment falloir attendre de savoir si le procureur, qui a cinq ...
Lire l'article
La justice française va se pencher sur les biens acquis en France par Omar Bongo (Gabon), Denis Sassou Nguesso (Congo-Brazzaville) et Théodore Obiang (Guinée-Equatoriale). La justice française va enquêter sur les biens acquis en France par trois chefs d'Etat africains. Un juge d'instruction a en effet décidé d'instruire la plainte déposée notamment pour "blanchiment" par une association, Transparence internationale France, a-t-on appris mardi 5 mai de source judiciaire. "C'est une décision sans précédent. C'est la première fois qu'une enquête est possible s'agissant de chefs d'Etat en exercice", s'est félicité Me William Bourdon, l'avocat de Transparence internationale France. L'avocat se dit confiant, en dépit d'un ...
Lire l'article
La justice française va enquêter sur les biens acquis en France par trois chefs d'Etat africains. Un juge d'instruction a en effet décidé d'instruire la plainte déposée notamment pour "blanchiment" par une association, Transparence internationale France, a-t-on appris mardi de source judiciaire. "C'est une décision sans précédent. C'est la première fois qu'une enquête est possible s'agissant de chefs d'Etat en exercice", s'est félicité Me William Bourdon, l'avocat de Transparence internationale France. L'avocat se dit confiant, en dépit d'un probable appel du parquet. "Le droit est l'allié des plaignants depuis le début de cette affaire. Cet appel sera perçu comme une tentative politique ...
Lire l'article
Contre l'avis du parquet, un juge d'instruction de Paris a décidé mardi d'ouvrir une information judiciaire pour "recel de détournement de fonds publics" concernant le patrimoine détenu en France par trois présidents africains de pays producteurs de pétrole, a-t-on appris mardi auprès du bureau du procureur. Contre l'avis du parquet, Françoise Desset, la doyenne des juges d'instruction du pôle financier de Paris, a décidé d'ouvrir une information judiciaire pour recel de détournement de fonds publics concernant le patrimoine détenu en France par trois présidents africains de pays producteurs de pétrole et leurs proches: Omar Bongo, président du Gabon (à gauche), Teodoro ...
Lire l'article
Le parquet de Paris va s'opposer à l'ouverture d'une information judiciaire après une plainte visant trois chefs d'Etat africains soupçonnés de posséder en France des biens immobiliers financés par de l'argent public détourné, a-t-on appris mercredi de source judiciaire. Déposée le 2 décembre par les associations Transparency International France (TI) et Sherpa ainsi qu'un ressortissant gabonais, cette plainte avec constitution de partie civile concerne les chefs de recel de détournement de fonds publics, de blanchiment, d'abus de bien social, d'abus de confiance et de complicités. Elle vise "les conditions dans lesquelles un très important patrimoine immobilier et mobilier a été acquis en ...
Lire l'article
Les biens, ils sont en France, des dizaines de comptes bancaires, des collections de voitures de luxe et des propriétés de rêve… Ils appartiennent à trois dirigeants africains : le Congolais Denis Sassou N'Guesso, le Gabonais Omar Bongo et le président de Guinée Equatoriale, Teodoro Obiang. Il y en a pour des millions d’euros. Au départ un rapport sorti en mars 2007 du CCFD, le Comité catholique contre la Faim et pour le Développement. Son titre : "Biens mal acquis... profitent trop souvent". On y apprend qu'en quelques décennies, des dirigeants, des dictateurs, du monde entier, ont détourné au bas ...
Lire l'article
Une délégation de la Direction générale de la concurrence et de la consommation (DGCC) est récemment descendue sur le terrain pour vérifier les prix pratiqués par les importateurs et les grossistes sur les produits de premières nécessités concernés par le plafonnage des marges bénéficiaires décidées par le gouvernement pour contrer la flambée des prix des denrées alimentaires. La première étape de cette tournée d’inspection, menée par le directeur général, Michel Lelaga, concernait le premier importateur de riz du pays, l’entreprise Afrique-Europe-Asie. Face à la sensible montée prix enregistrée dans certains quartiers périphériques de la capitale gabonaise, la Direction générale de la ...
Lire l'article
Une nouvelle plainte pour "recel de détournement de biens publics" concernant le gigantesque patrimoine immobilier détenu en France par plusieurs chefs d'Etat africains a été déposée mercredi à Paris par deux ONG et des ressortissants gabonais et congolais, annoncent les plaignants. "Ce patrimoine n'a pu être acquis grâce aux seuls salaires et émoluments des personnes visées. Il existe pour certains d'entre eux de très sérieuses présomptions d'être ou d'avoir été les instigateurs d'importants détournements de biens publics", déclarent Transparency international et Sherpa dans un communiqué. Ils souhaitent que le juge d'instruction qui, selon eux, doit être désigné, enquête sur les conditions d'acquisition ...
Lire l'article
L'ONG Transparence International France (TI) a annoncé jeudi avoir déposé une plainte visant cinq chefs d'Etat africains, dont le Gabonais Omar Bongo, qu'elle accuse de posséder en France des biens immobiliers financés par de l'argent public détourné. Une première plainte à ce sujet avait déjà été déposée en mars 2007 par trois associations françaises, entraînant l'ouverture d'une enquête préliminaire sur le patrimoine de ces chefs d'Etat. Mais elle avait été classée sans suite en novembre par le parquet de Paris. La plainte de Transparence International, déposée mercredi, pour "recel de détournements d'argent public" vise "les conditions dans lesquelles un très important patrimoine ...
Lire l'article
Gabon : Ali Bojji veille au grain des intérêts marocains à Gabon Télécom
L'ambassadeur du Maroc au Gabon, Ali Bojji, a rencontré le ministre gabonais de la Communication, Jean Boniface Assélé, le 2 avril pour faire le point sur la reprise des activités au sein de Gabon Télécom. Suite au retour au calme et à la reprise normale des activités au sein de Gabon Télécom et de sa filiale Libertis, l'ambassadeur du Maroc au Gabon, son excellence Ali Bojji, a rencontré le ministre gabonais de la Communication, Jean Boniface Assélé, le 2 avril dernier pour faire le point sur la situation économique et le climat social au sein de l'entreprise contrôlée ...
Lire l'article
BIENS DES CHEFS D’ETAT AFRICAINS EN FRANCE: qu’on en finisse pour de bon
Enquête sur les biens de 3 chefs d’Etat africains
“Biens mal acquis”: le juge décide d’instruire sur les biens de chefs d’Etat africains
Gabon: Enquête en France sur les biens de trois présidents africains
France – Afrique: Biens de présidents africains en France: le parquet opposé à une enquête
Les biens mal acquis de 3 dirigeants africains en France
Gabon : La Direction générale de la concurrence et de la consommation veille au grain
Nouvelle plainte en France visant des chefs d’Etat africains
Corruption: une ONG porte plainte contre cinq chefs d’Etat africains
Gabon : Ali Bojji veille au grain des intérêts marocains à Gabon Télécom


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 15 Sep 2008
Catégorie(s): Françafrique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*