Socialisez

FacebookTwitterRSS

Omar Bongo condamné à rembourser un homme d’affaires

Auteur/Source: · Date: 1 Oct 2008
Catégorie(s): Révélations

L’homme d’affaires français, René Cardona, avait dû payer une somme de 457.000 euros avant d’être libéré d’une prison au Gabon en 1996, où il avait été emprisonné à la suite d’un litige financier avec le président gabonais.

La cour d’appel de Bordeaux a condamné mardi le président gabonais Omar Bongo à rembourser un homme d’affaires français, René Cardona, qui avait dû payer une somme de 457.000 euros avant d’être libéré d’une prison au Gabon en 1996. Selon le journal Sud-Ouest qui révèle l’affaire mercredi 1er octobre, René Cardona, ancien patron des Pêcheries de Libreville, avait vendu celles-ci à une société dont Omar Bongo et plusieurs membres de sa famille étaient actionnaires.

Virus Ebola

Omar Bongo avait ensuite porté plainte pour escroquerie, estimant que certains bateaux de la flottille étaient en mauvais état. La plainte avait été instruite par un magistrat membre de la famille d’Omar Bongo. René Cardona avait alors été emprisonné et son fils avait dû payer 457.000 euros pour obtenir sa libération d’une prison où sévissait le virus Ebola. Les défenseurs d’Omar Bongo affirment que cela correspondait au règlement du litige concernant l’état de la flottille. Les magistrats bordelais ont estimé qu’il s’agissait d’un paiement indu. Le président Omar Bongo peut se pourvoir en cassation, mais le jugement est exécutoire.

source: nouvelobs


SUR LE MÊME SUJET
Un défilé des jeunes du parti démocratique gabonais (PDG) et une projection du film, mercredi au palais des congrès de Libreville, sur les œuvres de feu président Omar Bongo Ondimba ont marqué la deuxième journée, commémorant le 1er anniversaire du décès du deuxième président de la république gabonaise organisée par le PDG et qui a vu la présence du camarade président de cette formation politique. Avant la projection du film, Le camarade Président du PDG et chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba a remercié les camarades militantes et militants, ainsi que les honorables invités d’avoir répondu nombreux à la célébration du ...
Lire l'article
Décédé le 8 juin, le chef d'État gabonais Omar Bongo n'a pas vu ses comptes parisiens débités quelques se-maines plus tard. Courant juillet, René Cardona, l'ancien armateur de Libreville, a reçu, selon Sud-Ouest qui révèle l'information, un chèque de 1,131030 million d'euros en réparation de la rançon que lui avait extorquée le chef d'État africain en 1996. En 1995, René Cardona, alors propriétaire d'une pêcherie dans la capitale gabonaise, avait cédé ses installations à une société dont Omar Bongo, son épouse et deux de ses enfants mineurs étaient actionnaires. L'affaire ne tardant pas à battre de l'aile, le président avait demandé ...
Lire l'article
Inexorablement, l'heure de l'addition se rapproche pour Omar Bongo, le chef de l'État gabonais. Hier, le juge de l'exécution du tribunal de grande instance de Paris a refusé d'ordonner la mainlevée des saisies pratiquées sur les comptes bancaires du président africain depuis le 13 février dernier. Ce jour-là, en application d'un arrêt rendu par la cour d'appel de Bordeaux, un huissier s'était présenté devant les locaux de deux agences de la BNP-Paribas et de LCL (ancien Crédit lyonnais) à Paris. À sa requête, neuf comptes appartenant à Omar Bongo et crédités de 4,2 millions d'euros avaient été bloqués sans que ...
Lire l'article
Elle refuse d’annuler les saisies de neuf comptes bancaires du président gabonais Le juge d’exécution du tribunal de grande instance de Paris a refusé, mardi, d’ordonner la mainlevée des saisies de neuf comptes bancaires appartenant au président Omar Bongo Ondimba. Ces comptes, domiciliés à la BNP-Paribas et au Crédit Lyonnais, en France, avaient été bloqués en février après une décision de la cour d’appel de Bordeaux. A Monaco, dans "l’affaire des biens mal acquis", une enquête judiciaire ordonnée par la justice de la principauté révèle l’existence de deux comptes au nom de la défunte première dame du Gabon, Edith Bongo. Mais ...
Lire l'article
A plusieurs reprises déjà, contre le "Mollah Omar" Bongo, contre son beau-père le "Son of the Beach" Denis Sassou Nguesso, contre 2 ou 3 autres de leurs amis, des plaintes ont été déposées, relatives à des biens mal acquis. Parallèlement, il y a peu, le nom du Mollah apparaît dans les médias, au sujet de comptes en banque français bloqués. Aucun lien entre les deux affaires. Elles ont pourtant, depuis le premier article, paru dans Sud-Ouest, et, peu ou prou, repris partout, été systématiquement évoquées ensemble. Pour la clarté, c’est tellement mieux… Il sera toujours temps de dénoncer ensuite les amalgames. En ...
Lire l'article
Des comptes bancaires français du président gabonais Omar Bongo ont été saisis après sa condamnation en France à rembourser 457.347 EUR versés par un Français pour faire libérer son père détenu à Libreville en 1996, a indiqué jeudi l'avocat du plaignant. "Les comptes détenus par Omar Bongo dans deux banques françaises ont été saisis. Il s'agit du Crédit Lyonnais - dans lequel le président gabonais possède deux comptes de dépôt, deux comptes sur livret et un compte-titre - et de comptes à la BNP, où il possède deux comptes-chèque, un compte-épargne et un compte-titre", a indiqué Me Jean-Philippe Le Bail à ...
Lire l'article
La saisie est intervenue dans le cadre de l'affaire opposant le président gabonais à l'industriel René Cardona qui avait été emprisonné au Gabon et avait dû verser une rançon pour sortir. "Les comptes français du président gabonais sont saisis dans le cadre d'un jugement prononcé à Bordeaux", affirme, jeudi 26 février, à sa "une" le quotidien régional Sud-Ouest. Une information confirmée par la suite par l'avocat du plaignant René Cardona, Me Jean-Philippe Le Bail. "Les comptes détenus par Omar Bongo dans deux banques françaises ont été saisis. Il s'agit du Crédit Lyonnais -- dans lequel le président gabonais possède deux comptes de ...
Lire l'article
Condamné en septembre par la justice française, le chef d'État gabonais refusait de rembourser à un industriel français la somme que ce dernier lui avait versé pour sortir de la prison de Libreville. Plusieurs comptes bancaires français détenus par Omar Bongo ont été saisis à la suite d'une condamnation en septembre du chef d'État gabonais, par la cour d'appel de Bordeaux. L'information, révélée jeudi par le quotidien régional Sud-Ouest , a été confirmée par l'avocat du plaignant, un industriel français emprisonné au Gabon puis libéré contre rançon. «Les comptes détenus par Bongo dans deux banques françaises ont été saisis. Il s'agit ...
Lire l'article
Omar Bongo condamné à reverser 457.000 euros à un Français
La cour d'appel de Bordeaux a confirmé la condamnation du président du Gabon, Omar Bongo, à rembourser 457.000 euros à un Français qui lui avait versé cette somme en 1996 pour faire libérer son père détenu à Libreville, apprend-on de source judiciaire. René Cardona, ancien patron des pêcheries de Libreville, avait été incarcéré un an après avoir vendu son entreprise à une société dont le président gabonais et sa famille étaient actionnaires. L'activité ayant chuté, Omar Bongo lui avait demandé en vain de racheter les pêcheries. La plainte du président pour escroquerie avait entraîné l'incarcération de René Cardona. Son fils Thierry avait ...
Lire l'article
Feu Omar Bongo Ondimba : un homme au destin exceptionnel
Bongo Doit Partir
Bongo rembourse à titre posthume
Le juge dit non à Bongo
La justice française ne lâche pas Omar Bongo
Gabon : Entre ses “Congolais” et ses avocats, la solitude du Mollah Omar
Saisie de comptes bancaires français du président gabonais Bongo
Les comptes français d’Omar Bongo ont été saisis
Les comptes en banque français d’Omar Bongo saisis
Omar Bongo condamné à reverser 457.000 euros à un Français

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 1 Oct 2008
Catégorie(s): Révélations
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Une Réponse à Omar Bongo condamné à rembourser un homme d’affaires

  1. BEMBA

    25 Oct 2008 a 07:41

    Bongo pensait qu’il avait une influence sur la France. En Janvier 1976, le cabinet du Ministre Français de la coopération écrivait à propos de Bongo : “le président Bongo pense qu’il peut traiter très largement d’égal à égal avec la France…”

    Bongo est infantile, il n’a jamais compris que si la France passait à ses caprices, c’était uniquement parce que le Gabon avait du pétrole, et que Bongo était le pantin idéal pour la France dans sa volonté de déstabiliser les pays progressistes d’Afrique, ou riches en richesses naturelles et hostiles au néocolonialisme Français en Afrique. (le coup d’état rater contre le Bénin, l’aide aux séparatistes Katanguais, aux séparatistes Biafrais, le coup d’état aux Comores).

    Si la France a approuvée l’assassinat de Germain M’BA par Bongo, c’est parce qu’elle savait qu’il serait bien plus difficile à couillonner que Bongo, car il avait une tête bien pleine contrairement à Bongo.

    Si Bongo refuse de payer, il a 33 résidences en France, il suffira à la France de vendre un de ses appartements pour rembourser René CARDONA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*