Socialisez

FacebookTwitterRSS

Angola : Paris ouvre le dossier de l’ «Angolagate»

Auteur/Source: · Date: 6 Oct 2008
Catégorie(s): Monde

Le procès de l’ «Angolagate», la retentissante affaire de trafic d’armes présumé vers l’Angola dans les années 1990 impliquant des dizaines de personnalités politiques et hommes d’affaires français, s’est ouvert ce 6 octobre à Paris. 42 personnes doivent comparaître jusqu’au 4 mars prochain dans cette affaire qui jette un froid sur les relations diplomatiques entre Paris et Luanda depuis plusieurs années.
Le parquet de Paris a ouvert ce 6 octobre le procès de l’ «Angolagate» qui doit lever le voile sur le trafic d’armes présumé vers l’Angola en plein guerre civile dans les années 1990 qui aurait été orchestré par des personnalités politiques et des hommes d’affaires français et israéliens.

Au total, ce sont 42 personnes qui devraient comparaître lors de ce procès qui se tiendra jusqu’au 4 mars prochain. Au nombre des personnes impliquées, on compte notamment l’ancien ministre français de l’Intérieur, Charles Pasqua, le fils aîné de l’ancien président François Mitterrand, l’homme d’affaires français Pierre Falcone ou encore le milliardaire israélien Arcadi Gaydamak, qui encourent tous 5 à 10 ans de prison.

Le tribunal tentera durant cinq mois de déterminer les responsabilités de chacun dans ce vaste trafic d’armes présumé vers l’Angola entre 1993 et 1998, et qui représenterait près de 790 millions de dollars US.

Si aucun angolais ne figure parmi les prévenus, l’accusation estime qu’une trentaine d’officiels, au premier rang desquels le président Eduardo Dos Santos, auraient été corrompus dans cette affaire.

Le président angolais José Eduardo Dos Santos aurait cherché en 1993 à se procurer des chars et des munitions dans le cadre de la guerre civile menée par les rebelles de l’Unita, des armements que la France aurait refusé de fournir à l’Angola.

Des contacts officieux auraient amené le président angolais à l’homme d’affaires français Pierre Falcone.

Introduit auprès de Charles Pasqua, alors ministre de l’Intérieur, Pierre Falcone se serait associé à l’Israélien d’origine russe Arcadi Gaydamak qui, grâce à ses contacts dans les états-majors de l’ancien bloc soviétique, serait parvenu à dénicher l’arsenal nécessaire.

Les contrats négociés avec le président angolais lui auront entre autres permis d’acquérir quelques 420 chars, 150 000 obus, 170 000 mines antipersonnel, 12 hélicoptères ou encore six navires de guerre. Les transactions se seraient faites au moyen de sociétés fictives, avec des marges de 50% pour les fournisseurs.

L’argent généré par les recettes pétrolières est viré sur des comptes de différentes sociétés à Paris, Genève ou Tel-Aviv, avant de partir vers des sociétés écran à Jersey, dans les îles Vierges Britanniques ou Monaco.

Parmi les bénéficiaires français présumés ses transactions malhonnêtes figurent des intermédiaires comme Jean-Christophe Mitterrand, Charles Pasqua et son bras droit Jean-Charles Marchiani.

L’écrivain Paul-Loup Sulitzer aurait également été soudoyé pour redorer l’image des personnalités impliquées dans ce scandale, ainsi que l’ancien sherpa de François Mitterrand, Jacques Attali, qui aurait usé de son influence dans un redressement fiscal.

De nombreux employés de Brenco, la société de Pierre Falcone, seraient également inquiétés, comme les jeunes hôtesses chargées d’accueillir les invités de passage comme les militaires angolais.

Le juge du tribunal de Paris, Jean-Baptiste Parlos, et ses deux assesseurs auront 58 audiences pour pouvoir démêler ce volumineux dossier. Arcadi Gaydamak, réfugié en Israël, sera le grand absent de ces assises. Pierre Falcone en revanche, récemment condamné à 4 ans ferme pour fraude fiscale et qui vient de faire appel devrait être présent.

Les juges devront faire face à une défense solide qui demande le non lieu puisque les armes ne transitaient pas par la France, un argument récemment repris par le ministre français de la Défense, Hervé Morin. Pour le gouvernement français, ce procès tombe en effet au mauvais moment puisque la France cherche à se rapprocher de l’Angola, résolument engagé dans le processus démocratique et en phase de devenir le premier producteur africain de pétrole.

Il aura fallu l’élection d’un nouveau président à l’Elysée pour entrevoir un renouveau diplomatique entre Luanda et Paris, dont les relations avaient été fortement dégradées suite à l’ouverture par la France, sous Jacques Chirac, d’une enquête sur le numéro un angolais pour trafic d’armes.

L’ouverture en 1998 d’une enquête par la justice française sur des ventes d’armes, entre 1993 et 2000, au président angolais José Eduardo Dos Santos, alors en guerre contre les rebelles de l’Unita de Jonas Savimbi, avaient été très mal vue par Luanda.

Même s’il n’est pas formellement poursuivi dans le procès qui s’ouvre à Paris, le numéro un angolais avait fort peu apprécié d’être associé à cette affaire. «L’Angola a été traité de manière indigne, accusé de trafic d’armes alors qu’il s’agissait d’acquisitions régulières d’armements par un Etat légitime et souverain», s’offusquait récemment le ministre angolais des Affaires étrangères, Joao Miranda.

«Dos Santos était persuadé que ces ventes d’armes avaient eu le feu vert de la France (…) il en a beaucoup voulu à Jacques Chirac et à ses ministres de l’avoir laissé traîner dans l’opprobre» avait alors ajouté un proche du dossier. Huit mois après avoir renoué à New York avec son homologue angolais, Nicolas Sarkozy a consacré le 23 mai dernier à Luanda la reprise de la coopération entre les deux pays. 


SUR LE MÊME SUJET
Robert Bourgi, qui distille depuis trois jours ses accusations sur l’argent noir de la Françafrique, va être entendu par la brigade financière à la demande du parquet de Paris. Quel crédit porter aux allégations de l’avocat ? Par Steven JAMBOT (texte) Le parquet de Paris a demandé, mardi, à la brigade financière d’interroger l’avocat Robert Bourgi sur ses déclarations distillées depuis trois jours dans les médias français. L’avocat franco-libanais de 66 ans accuse notamment l’ancien président Jacques Chirac et celui qui fut son chef de cabinet puis Premier ministre, Dominique de Villepin, d’avoir reçu des millions de dollars en espèces ...
Lire l'article
Valises africaines : le parquet de Paris ouvre une enquête pour entendre Robert Bourgi
L'avocat a accusé des figures politiques comme Jacques Chirac, Dominique de Villepin ou même Jean-Marie Le Pen d'avoir reçu des fonds occultes de dirigeants africains pour financer leur campagne Le parquet de Paris a ouvert mardi une enquête préliminaire pour entendre l'avocat Robert Bourgi qui a accusé Jacques Chirac, Dominique de Villepin et Jean-Marie Le Pen d'avoir reçu des fonds occultes de chefs d'Etat africains, a-t-on appris auprès du parquet. L'enquête a été confiée à la brigade financière, a-t-il précisé. Conseiller de l'ombre de l'Elysée pour les affaires africaines, l'avocat franco-libanais a assuré, dans les médias, avoir remis à l'ancien président Jacques ...
Lire l'article
Le ministre iranien des Affaires étrangères, Manouchehr Mottaki, était en visite non officielle le 2 avril à Libreville, où il a été reçu par le chef de l’Etat pour faire le point sur la crise diplomatique avec la communauté internationale depuis le lancement par l’Iran de son programme de développement nucléaire. Sur la question, le président Ali Bongo a fermement réaffirmé que le nucléaire ne doit être exploité qu’à des fins énergétiques civiles. «Oui pour le nucléaire mais à des fins civiles et pacifiques», a répondu le chef de l’Etat, Ali Bongo, au chef de la diplomatie ...
Lire l'article
Vive émotions et réactions opposées à Libreville, quant à l’aspect sécuritaire lors de la CAN 2010 qui s’est ouvert ce dimanche en Angola, 2 jours après l’attaque meurtrière sur la délégation des « Eperviers » du  Togo à l’enclave du Cabinda. « TRENTE ANS DE GUERRE CIVILE » Pour Zubeidah, commerçante d’origine togolaise, le choix de la Confédération africaine (CAF) d’organiser ces joutes continentales en  Angola, qui sort de trente ans de guerre civile, était une « mauvaise idée ». « L’Angola n’est pas un pays de paix, tout le monde le sait. Il n’aurait pas  dû organiser la CAN là-bas, ce pays sort quand même de ...
Lire l'article
Les Aigles du Mali ont réussi, grâce à leur pugnacité et leur génie, à changer le court du match d’ouverture de la 27ème édition de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) de football, qui était apparemment déjà scellé en faveur des Palancas Negras d’Angola, en arrachant un nul (4-4) en marquant 4 buts en moins de 6 minutes. En effet, l’équipe nationale du Mali a été menée 4-0 durant les 80 premières minutes de la rencontre, et ce dès la première mi-temps, grâce à deux buts de Flavio, renforcés par deux penaltys logiques transformés par Gilberto et Manucho. Avec cette avance, ...
Lire l'article
Suite à l'attaque rebelle qu'a subie la délégation sportive togolaise à la frontière entre le Congo et l'Angola, précisément à Cabinda, dont le bilan provisoire fait état de deux morts, la Communauté Economique des Etats de l'Afrique Centrale (CEEAC), réagit vivement, en condamnant l'acte et en affirmant sa profonde consternation via un communiqué de presse parvenu à la rédaction de GABONEWS. TEXTE INTEGRAL « Le Secrétariat Général de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale (CEEAC) a appris l’attaque barbare dont a été victime l’équipe nationale de foot-ball du Togo : les Eperviers. Le Secrétariat Général de la CEEAC ...
Lire l'article
Sur cette page, vous trouverez des liens vers les divers meetings de la Coalition. Meeting de Bruxelles des 30 et 31 mai 2009, "Etats-Généraux de la Réforme au Gabon" portant Modification et révision de la Constitution Gabonaise Meeting de Paris des 20, 21 et 22 février 2009 portant naissance de la Coalition Gabonaise du Refus et de Salut National Vous pouvez aussi suivre les activités et news de la Coalition.
Lire l'article
A moins d’un mois de l’issue du procès de l’Angolagate, qui met en cause plusieurs personnalités politiques françaises dans une affaire de vente d’armes de guerre en Angola dans les années 1990, les procureurs du parquet de Paris ont rendu publics le 11 février dernier les verdicts requis contre les 42 prévenus. Contre les deux principaux inculpés, les hommes d’affaires Pierre Falcone et Arcadi Gaydamak, la justice a requis 6 ans de prison ferme et respectivement 375 000 et 5 millions d’euros d’amendes. Les peines requises contre les 42 prévenus de l’affaire de l’Angolagate ont été prononcées le 11 février ...
Lire l'article
Programme Meeting de Paris
PROGRAMME PROVISOIRE SOMMAIRE A partir de cette page, vous pouvez accéder à toutes les informations relatives aux activités de la Coalition du Refus, y compris le programme du meeting de Paris. Voir Communqué de presse de lancement. Voir Le Programme Meeting de Paris Principes et Préambule Charte du Refus Devenir membre signataire de la Charte Activités et News de la Coalition PROGRAMME PROVISOIRE SOMMAIRE PDF du Programme: Cliquez ici pour obtenir le programme provisoire en format PDF. COALITION GABONAISE DU REFUS ET DE SALUT NATIONAL Réunion du 20, 21 et 22 février 2009 HOTEL IBIS (Situation de l'établissement ) PARIS ALESIA MONTPARNASSE 49 ...
Lire l'article
Activités et News de la Coalition
A partir de cette page, vous pouvez accéder à toutes les informations relatives aux activités de la Coalition du Refus. Info Coalition Résolutions et Meetings News et Activités Principes et Préambule Charte du Refus Devenir membre signataire de la Charte Voir Communqué de presse de lancement de la Coalition. Résolutions du Meeting de Bruxelles des 30 et 31 mai 2009 Programme Meeting de Bruxelles Résolutions de la Réunion de Paris des 20, 21 et 22 février 2009 Programme Meeting de Paris des 20, 21 et 22 février 2009 Articles, Vidéos, Audios et Communiqués Pour voir le programme des réunions du 20, 21 et 22 février 2009 à Paris, Cliquez ici Pour voir ...
Lire l'article
Le parquet de Paris ouvre une enquête après les déclarations de Bourgi
Valises africaines : le parquet de Paris ouvre une enquête pour entendre Robert Bourgi
Gabon : Libreville veut tempérer Téhéran sur le dossier du nucléaire
CAN Angola 2010: Les Librevillois souhaitent le renforcement des mesures sécuritaires
CAN 2010 / Angola – Mali: Les Aigles arrachent magistralement un nul aux Palancas Negras (4-4)
La CEEAC réagit à la fusillade perpétrée contre la délégation sportive togolaise en Angola
Meetings de la Coalition
Angolagate : Paris requiert du ferme contre Falcone et Gaydamak
Programme Meeting de Paris
Activités et News de la Coalition


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne 4,00 sur 5)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 6 Oct 2008
Catégorie(s): Monde
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*