Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon: Les « Percu-Nomades » du Bénin: la grande attraction du dernier festival international de théâtre du Gabon

Auteur/Source: · Date: 6 Oct 2008
Catégorie(s): Culture

Les « Percu-Nomades », trio de chanteurs – danseurs béninois, avec leur prestation singulière, ont été, aux yeux de nombreux observateurs, la grande attraction de la 5ème édition du festival international de théâtre du Gabon (FITHEGA), organisée récemment au centre culturel français (CCF) de Libreville.
Leur particularité, souligne Paul Gandonou, le leader du groupe, c’est que « contrairement aux autres comédiens qui récitent les textes, nous, nous les chantons tout en dansant. Aussi, comme notre nom l’indique, nous n’avons pas besoin de grand-chose pour nous produire. Nos corps suffisent pour donner un spectacle où que nous soyons».

Effectivement, c’est à un autre type de prestation scénique que s’adonnent les trois artistes (Paul Gandonou, Albert Hounga et Benoît Avocetien) originaires de Porto-Novo, la deuxième ville du Bénin, car, eux, ‘‘jouent’’ avec corps, chants et sons produits par des instruments typiquement africains (cauris, calebasses, tambours) le tout avec la participation du public et la contribution du plancher.

Atypique et singulier le spectacle des Percu-Nomades l’est aussi parce qu’ils sont « le seul groupe au Bénin, comme partout ils sont passés (Belgique, Pays-Bas, Kenya, Cameroun, Côte d’Ivoire, etc.) qui, pour la sauvegarde de celle-ci, puise dans la tradition africaine et ne fait pas dans la chorégraphie classique », affirme M. Hounga.

Ce n’est pas tout. Ils sont désormais des rares africains qui affirment « vivre de leur art ». Tous ont oublié leurs métiers d’électronicien pour Paul, mécanicien pour Albert et de chauffeur pour Benoît qu’ils exerçaient avant 2000, date de la première officielle du trio né en 1998. « Aujourd’hui, nous sommes fières de le dire à haute voix, c’est avec ce que nous avons choisi désormais de faire que nous subvenons à nos besoins personnels et ceux de nos familles respectives », clament fièrement les trois.

Pourtant, leur trajectoire n’a pas été linéaire. « La création du groupe date de 1998. A l’époque nous nous contentions d’animer pour des sommes dérisoires, et parfois gratuitement, des cérémonies de mariage, baptêmes, anniversaires, etc. C’est en 2000 que le directeur du centre culturel français de Cotonou de l’époque, qui nous avait surpris en pleine séance de répétition, nous accorde 12 min. de prestation en avant-première d’un spectacle d’un groupe de danse français », racontent-ils.

C’est donc là qu’est partie la renommée internationale des Percu-Nomades qui, grâce au soutien d’une ONG hollandaise, ont participé à plusieurs festivals dans le monde. Mais comme nul n’est prophète chez soi, « ce n’est qu’en 2006 que les parents de chacun sont mis au courant et le premier spectacle, chez nous à Porto-Novo est prévu en novembre prochain. Nous sommes plus connus à l’extérieur qu’au Bénin. », confient-ils.

Au-delà de tous les voyages que les trois garçons de Porto-Novo ont effectués, le déplacement de Libreville est celui qui les a plus marqués. Car, témoignent-ils, «lorsque nous avons annoncé à notre entourage que nous partons à Libreville, et de surcroît en avion, beaucoup n’ont pas cru ».
« En effet, ont-ils poursuivi, pour beaucoup de jeunes béninois, arriver à Libreville c’est plus qu’un rêve. Et l’un d’entre nous a été longtemps habité par cette envie d’y arriver par tous les moyens. Aussi, les drames de l’immigration clandestine dans lesquels nombreux de nos frères et sœurs périssent dans les eaux, nous ont profondément touchés, ajoutent-ils avant de conclure que c’est à ce titre que notre voyage sur Libreville reste jusqu’alors le plus marquant ».

C’est parce qu’ils estiment qu’en dépit de toutes les vicissitudes, il ne faut pas souvent prendre la vie du mauvais côté, qu’effectivement le premier spectacle qu’ils ont monté était intitulé « GBEVIVI » qui veut simplement dire « la vie est belle ». Lors de la 5ème édition du FITHEGA, ils ont présenté « le bruit du silence ».

Tous aujourd’hui percussionnistes, chanteurs, danseurs et chorégraphes, c’est de manière collective, mais sous la supervision du leader groupe, qu’ils préparent leurs œuvrent qu’ils classent dans « l’art dramatique d’un autre genre ». 


SUR LE MÊME SUJET
La 3ème édition du festival culturel international des arts et de la parole dénommée ‘’Dire en fête ‘’ débute lundi prochain au Centre culturel français (CCF) de Libreville, a annoncé, jeudi, le directeur du CCF, Emmanuel Vaslain, au cours d’une conférence de presse. Slammeurs, chanteurs, conteurs, poètes, écrivains, photographes en provenance de France, du Cameroun et du Mali sont attendus dans la capitale gabonaise pour participer à cette manifestation de six jours, a indiqué M. Vaslain. La quasi-totalité des slammeurs gabonais, notamment Eyo Slam, Alef D’py, Régis Divassa, sera présente à cette 3ème édition du festival qui sera marquée par la ...
Lire l'article
La 6ème édition du festival international de danse contemporaine africaine du Gabon « Akini a Loubou » débute lundi à Libreville pour s’achever samedi prochain, a appris dimanche l’AGP des organisateurs. Ce festival permettra à une quinzaine de danseurs de croiser et échanger afin de valoriser leur patrimoine culturel respectif. Au cours de ce rendez-vous, Les différents danseurs présenteront leur travail et partageront des ateliers de création, a indiqué un organisateur du festival. Cette 6ème édition verra la participation des danseurs venus de la République démocratique du Congo (RDC), du Cameroun, du Burkina Faso, du Congo Brazzaville, de la ...
Lire l'article
L'association J-Bag donne du 27 avril au 10 mai prochain, la 4ème édition du festival international de danse ''Akini-a-Loubou'', au Centre culturel français de Libreville, a-t-on constaté. Le président de J-Bag (Juste Bouger Artistiquement au Gabon), Sandrin Lekongui, joint par téléphone, a affirmé qu'il est ''toujours animé par la volonté de favoriser le développement professionnel des danseurs et la diffusion de la danse contemporaine en Afrique''. ''Je lance à nouveau le défi de réunir des danseurs d'horizons divers pour des échanges chorégraphiques, lors de spectacles et de sessions d'ateliers'', a-t-il annoncé, ajoutant que '' Les danseurs gabonais seront autour de leurs collègues ...
Lire l'article
La quatrième édition du Festival international de danse contemporain « Akini à Loubou », a débuté ce lundi au Centre culturel français (CCF) de Libreville. L’événement est organisé par l’Association « Juste bouger artistique du Gabon (JBAG ») en partenariat avec le CCF et l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF). Jusqu’au 9 mai prochain, le programme prévoit des ateliers de formation, des projections cinématographiques et des spectacles de danse contemporaine avec les compagnies venues du Bénin, Cameroun, Congo-Brazaville, Mali, RDC, et Haïti. Pour cette édition, « un accent particulier sera mis sur le hip hop, car la pratique de cette danse requiert ...
Lire l'article
Organisé par l’Atelier de théâtre gabonais (ATG), la 5ème édition du Festival international du théâtre au Gabon (FITHEGA) s’ouvre dimanche à Libreville sous le thème « théâtre et environnement ». Selon le Comité d’organisation, « cette cinquième édition du FITHEGA accueillera plus d’une dizaine de compagnies. Des artistes venus du Tchad, du Cameroun, du Congo, de la République démocratique du Congo (RDC), de la République Centrafricaine, de la Guinée Equatoriale, de la Côte d’Ivoire, du Bénin, de Guinée Conakry et du Gabon qui viendront affirmer leurs talents sur scène et échanger autour de rencontres et d’ateliers ». Outres les différents spectacles et ...
Lire l'article
L’artiste peintre, Guy Roger Mouanda, a représenté l’art gabonais au festival international d’art et culture de Rodby au Danemark du 1er au 7 août dernier, a-t-il confié vendredi à GABONEWS. Selon Guy Roger Mouanda, occasion était donnée aux artistes venus de tous les horizons d’exposer leurs sculptures de manière gratuite dans la galerie Sigvardson du peintre de renommée internationale, Bo Sigvardson « J’ai exposé quatre tableaux: ‘’People of forest’’ (le peuple de la forêt), qui met en exergue le peuple pygmée; ‘’ The lost faces (les visages perdus) qui parle des masques qui pleurent du fait qu’ils sont loin de chez eux ...
Lire l'article
Les pionniers de la comédie gabonaise dont le regretté Dekombel, Marokou ont été couronnés samedi dernier, lors du premier Festival international de l’humour africain organisé dans la capitale gabonaise par la structure ODO production. Pour montrer qu’il n’est pas totalement effacé de cet art, Marokou, longtemps resté en silence a refait surface avec une comédie pointant la question de l’immortalité et du changement d’identité. Il a sans ambages, démontré son expérience dans la comédie en rappelant aux jeunes comédiens de fixer des objectifs précis dans l’exercice de leur art. Selon Omar Defunzu, le président du Comité d’organisation, c’est une occasion de rendre ...
Lire l'article
Le Festival international de l’humour africain (FIHA) s’est déroulé deux jours durant à Libreville, avec deux grands concerts l’un, VIP au cinéma le Komo vendredi dernier, et l’autre grand public au gymnase Oloumi, samedi, avec pour thème: « partager le rire pour la paix en Afrique ». Ce festival s’est ouvert officiellement le 1er août dernier dans la salle du cinéma le Komo avec un spectacle VIP. Ce dernier a vu défiler les comédiens de tout bord. En effet, le public a été gratifié des sketchs, des comédies musicales présentées par les nouvelles étoiles de comédie nationale (Serrez les côtes, Souleymane, ...
Lire l'article
Les lampions se sont éteints vendredi, au soir sur le festival international des dames (FESTIDAMES), ponctué par un dîner de gala, une cérémonie de clôture à laquelle prenaient part, d’imminentes personnalités féminines, membres du gouvernement, mais aussi du corps diplomatique accrédité au Gabon, et qui aura permis à plusieurs artistes féminin en tête desquelles, Marie Colombe Gondjout, de se produire, en offrant aux convives, un spectacle digne de l’évènement, occasion toute indiquée pour les organisateurs de présenter les jeunes talents artistiques féminins, toutes tendances confondues, une démarche qui colle parfaitement avec les objectifs recherchés par ce concept qui était à ...
Lire l'article
Le principal spectacle de clôture de la 4ème édition du festival Gabao hip hop a quasiment été un fiasco à cause d'une pluie légère mais persistante tombée dans la capitale dimanche durant tout l'après midi, a constaté un journaliste de GABONEWS. Un impeccable décore a pourtant été planté sur la plage du Lycée Léon Mba où devait se dérouler le spectacle. Une sonorisation titanesque était déjà en place et déversait déjà des milliers de décibels. Mais, rien à faire, le temps n'a pas du tout été clément. Le maigre public qui a bravé l'averse commençait à rebrousser chemin à 17 h (16h ...
Lire l'article
Début lundi prochain au Gabon de la 3ème édition du festival international des arts et de la parole
Début lundi du 6ème festival international de danse contemporaine du Gabon, à Libreville
Gabon: 4ème édition du festival international de danse ”Akini-a-Loubou” du 27 avril au 10 mai à Libreville
Gabon: La 4ème édition du Festival international de danse contemporain a débuté ce lundi à Libreville
Gabon: La 5ème édition du Festival international du théâtre au Gabon (FITHEGA) s’ouvre dimanche
Gabon: Art/Culture: l’art gabonais représenté au Festival international de Rodby au Danemark
Gabon: Les pionniers de la comédie gabonaise couronnés au Festival international de l’humour africain
Gabon: Festival international de l’humour africain à Libreville pour « partager le rire pour la paix en Afrique »
Gabon: Clôture à Libreville de la 7ème édition du Festival international des Dames
Gabon : Echec du grand spectacle en plein air du festival Gabao hip hop


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 6 Oct 2008
Catégorie(s): Culture
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*