Socialisez

FacebookTwitterRSS

Economie : La BM dessine les opportunités de la crise financière pour l’Afrique

Auteur/Source: · Date: 8 Oct 2008
Catégorie(s): Afrique

A l’occasion des Assemblées annuelles de la Banque mondiale (BM) et du Fonds monétaire internationale (FMI), l’économiste en chef de l’institution bancaire internationale, Shanta Devarajan, a affirmé le 6 octobre dernier que la crise financière mondiale pourrait ouvrir des opportunités pour l’Afrique d’éliminer la pauvreté. Sur la base de la faible vulnérabilité des économies africaines à la crise mondiale et des taux de croissance exceptionnels enregistrés sur le continent, l’Afrique aurait l’opportunité de réaliser les aménagements réglementaires capable de faire levier sur la lutte contre la pauvreté.
L’économiste en chef de la Banque Mondiale pour l’Afrique, Shanta Devarajan, a tenu le 6 octobre dernier une importante communication à l’occasion des assemblées annuelles de la BM et du Fonds monétaire internationale (FMI) autour de l’impact de la crise financière sur les économies des pays en développement.

Devant la dizaine de pays francophones d’Afrique représentée lors de ces assises, l’économiste a dégagé la vision de la BM et le rôle accru qui doit être dévolu aux Africains pour saisir les nouvelles opportunités.

Rappelant l’importante réunion des institutions de Breton Woods prévue dans une semaine à Washington, l’économiste en chef de la BM pour l’Afrique a expliqué le problème actuel comme tenant essentiellement d’une mauvaise réglementation du système financier, notamment sur les marchés secondaires aux Etats-Unis et en Europe, non soumis aux mêmes règles que les fonds fiduciaires et boursiers.

Le chercheur et ancien professeur à Harvard a notamment expliqué que l’impact majeur à en attendre pour l’Afrique viendrait de la diminution des flux de l’aide au développement qui ont jusqu’ici soutenu l’investissement.

Monsieur Devarajan a indiqué que la crise survient dans une situation sans précédent, l’Afrique enregistrant pour la première fois depuis 30 ans des taux de croissance comparables à ceux des autres pays en développement, hormis la Chine et l’Inde.

Selon l’orateur, ce contexte offre l’opportunité de réduire, voire d’éliminer la pauvreté, eu égard que l’impact limité sur l’économie du continent en raison des règles prudentielles des banques africaines qui impliquent que la plupart des prêts restent dans leurs bilans alors que les marchés secondaires y sont très étroits.

Outre le risque de voir une chute des flux de capitaux au regard de l’impact de la crise sur les économies des donateurs traditionnels, Devarajan a également évoqué les effets liés à l’accroissement de l’inflation sur les denrées alimentaires et à la baisse de la compétitivité pour ceux de la zone Franc à cause de la parité fixe avec l’euro qui s’est déprécié de 20 à 30%.

Les questions ont principalement abordé l’impact de la récession annoncée sur les prix des produits primaires, comme le cacao de la Côte-d’Ivoire, sur le secteur textile, qui bénéficie de l’Agoa, sur les politiques d’ajustement structurel et le paradigme libéral ou sur l’éventualité d’un plan Marshall pour l’Afrique compte tenu des injections de fonds pour sauver les banques aux Etats-Unis et en Europe.

Le conférencier a estimé à cet effet que la Banque Mondiale avait préparé depuis 2 ou 3 ans certains pays, comme le Gabon, aux crises en général, grâce à la promotion d’une diversification des sources d’investissement et de financement du développement.
Sur la question des ajustements structurels, monsieur Devarajan a expliqué que les taux de croissance actuels qui tournent autour de 6,5 % ont été réalisés en partie grâce à la restauration des équilibres macroéconomiques, même si d’autres facteurs entrent en jeu et sont pris en compte, comme l’éducation, la santé et les infrastructures.

Au chapitre de la récession, le conférencier a maintenu que son impact dépendrait de la réaction des pays donateurs à la crise avec un accent mis sur le maintien des engagements de Gleeneagle. Il a par ailleurs rappelé qu’il n’y avait pas de commune mesure entre les 20 milliards de dollars d’aide à l’Afrique et les 700 milliards injectés pour soutenir les banques ou les 10 milliards que coûte chaque année la guerre en Irak. Sur les prix des produits primaires, avec une baisse prévue du baril de pétrole, seuls les pays à parité fixe en pâtiraient sérieusement.

source: le soleil


SUR LE MÊME SUJET
Bruxelles, 4 septembre (GABONEWS) – Le Président de la Banque Africaine de Développement (BAD), Donald Kaberuka, s’est entretenu jeudi dernier à Bruxelles avec les responsables de la Commission de développement du parlement européen au sujet de « l’impact sur les pays en développement de la réponse internationale à la crise mondiale », a t-on appris de source officielle. Au cours de cette séance de travail, M. Kaberuka, qui a été l’un des principaux orateurs s’exprimant devant cette nouvelle Commission, a aussi fait l’exposé des solutions et autres mesures mises en place par la BAD en réponse à la ...
Lire l'article
La Compagnie minière de l’Ogooué (Comilog), spécialisée dans l’extraction du minerai de manganèse au Gabon, va geler ses activités, à cause de la crise financière internationale, à partir de vendredi pendant une période de deux semaines, a appris l’AGP mercredi de source proche de l’entreprise. ’’C’est à cause de la crise que la Comilog envoie les gens en repos, les sous traitants aussi. En ce qui concerne les salaires, le personnel sera payé cette fin du mois comme d'habitude’’, a affirmé cette source sous couvert d’anonymat jointe par l’AGP depuis Moanda, siège sociale de la compagnie. . Mais le service minimum ...
Lire l'article
La Compagnie minière de l’Ogooué (Comilog), spécialisée dans l’extraction du minerai de manganèse au Gabon, va geler ses activités, à cause de la crise financière internationale, à partir de vendredi pendant une période de deux semaines, a appris l’AGP mercredi de source proche de l’entreprise. ’’C’est à cause de la crise que la Comilog envoie les gens en repos, les sous traitants aussi. En ce qui concerne les salaires, le personnel sera payé cette fin du mois comme d'habitude’’, a affirmé cette source sous couvert d’anonymat jointe par l’AGP depuis Moanda, siège sociale de la compagnie. . Mais le service minimum ...
Lire l'article
Les banques gabonaises sont à ce jour épargnées par les conséquences de la crise financière qui secoue l’économie mondiale, selon un rapport de la Confédération patronale gabonaise (CPG), parvenu jeudi à l’AGP. Selon le document, les dépôts collectés par l’ensemble du système bancaire gabonais ont été de 1.278 milliards de francs CFA en 2008, soit une progression de 9,5% par rapport à l’année précédente. En outre, les dépôts bancaires ont été collectés à hauteur de 1.031 milliards francs CFA, soit une augmentation de 9,6% dans la même période. Toutefois, on note une baisse de 10,3% en fin novembre 2008. Pour ce faire, les ...
Lire l'article
Les exportations de bois du Gabon ont relativement chuté à hauteur de 19,8% en fin septembre 2008, a rapporté ce jeudi le Conseiller du ministre de l’Economie et des Finances, Régis Immongault, lors des assises sur l’impact de la crise financière internationale sur l’économie gabonaise. Le prix du pétrole est parti de 140 dollars par baril à moins de 40 dollars entre juillet et décembre 2008. Le produit intérieur brut (PIB) devrait croître de 2% contre une estimation de 3,4% anticipée en septembre de cette même année 2008. En raison de la baisse de la production de manganèse à ...
Lire l'article
Le Premier ministre gabonais, Jean Eyéghé Ndong a ouvert mercredi à Libreville un colloque gouvernemental sur "les perspectives de l'économie gabonaise" face à la crise financière internationale, a constaté l'AGP sur place. La conférence regroupe pendant deux jours les parlementaires, les opérateurs économiques, les institutions financières de l'ONU et la société civile gabonaise dans le but d'être informés et de proposer des solutions de stabilisation de l'économie gabonaise dans la situation de la crise mondiale. "Le Gabon, à l'instar d'autres pays africains, s'inquiète de la propagation de la crise actuelle et de sa propagation rapide sur nos économies bien fragiles", a déclaré ...
Lire l'article
Le bimensuel gabonais d'information économique, « Gabon Economie », organise depuis ce mercredi à Libreville, un forum sur la crise financière avec en point de mire « l'économie gabonaise face à la crise financière internationale.» Pour les organiseurs, les intervenants devront formuler des propositions visant à ériger « un bouclier national contre les conséquences inévitables de la crise ». Marcel Saint-Calr Eyene du Bimensuel « Gabon Economie » li s’agit en outre, « de prévenir les fluctuations du marché international qui peut surprendre à tout moment ». Lyn François Madjoupa, secrétaire général de la chambre de commerce et d’industrie qui abrite le ...
Lire l'article
La crise financière qui secoue actuellement le monde laisse difficilement insensibles tous ceux dont la mission est de veiller sur les effets prévisibles de l’onde de choc de la situation , Willy Ontsia, le directeur général de la Bourse des Valeurs mobilières de l’Afrique centrale (BVMAC) livre son analyse. Les ministres des Finances et les gouverneurs des Banques centrales d'Afrique se sont réunis le 12 novembre 2008 à Tunis, à l'initiative de la Banque africaine de développement (BAD) et de la Commission de l'Union africaine (UA). Ils ont examiné et évalué les effets de la crise financière internationale ...
Lire l'article
Un groupe d’experts financiers a indiqué le 30 septembre que la crise financière qui frappe les pays occidentaux pourrait affecter la croissance économique africaine si les pays du continent ne trouvaient pas rapidement des marchés alternatifs. La baisse du pouvoir d’achat des principaux partenaires commerciaux de l’Afrique pourrait inciter des économies du continent à se détourner du modèle capitaliste pour prévenir les répercussions socio économique de la crie financière mondiale sur les populations locales. Face à la dégradation de la conjoncture économique et financière mondiale, l’Afrique, encore relativement épargnée de ces fluctuations, cherche les moyens de juguler l’impact de la ...
Lire l'article
Le président du Groupe de la Banque africaine de développement (Bad), Donald Kaberuka, a annoncé, vendredi 2 mai 2008 à Tunis, que le Groupe de la Bad mobilisera un milliard de dollars supplémentaire qui portera à 4,8 milliards de $ son portefeuille agricole actuel pour faire face à la crise alimentaire qui sévit dans plusieurs pays africains, a appris GABONEWS de sources officielles de la BAD. Dans une déclaration aux médias, M. Kaberuka a également indiqué que, dans le cadre de son plan d’action à court terme, que la Bad restructurerait son portefeuille en vue de dégager environ ...
Lire l'article
Gabon: Le président de la BAD analyse l’impact de la crise financière au parlement européen
Economie : La crise financière contraint la Comilog à geler à nouveau ses activités pour 2 semaines
Economie : La crise financière contraint la Comilog à geler à nouveau ses activités pour 2 semaines
Gabon: Economie/Crise financière : les banques gabonaises encore épargnées (patronat)
Gabon: Crise financière: Révision à la baisse des prévisions de croissance pour 2008 et 2009 au Gabon
Economie : Le PM lance les travaux d’un colloque gouvernemental sur les effets de la crise financière au Gabon
Gabon: Economie : « Gabon Economie » fait disserter la crise financière
Gabon: Crise financière internationale: « Il est temps pour l’Afrique de compter sur ses propres forces, ses valeurs et sa capacité d’innovation », soutient WIlly
Economie : La crise financière guette l’Afrique
Gabon: Crise alimentaire / La Bad mobilise un milliard de dollars supplémentaire pour répondre à la crise alimentaire en Afrique

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 8 Oct 2008
Catégorie(s): Afrique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*