Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon : La France ne respecte pas l’accord de gestion concertée des flux migratoires

Auteur/Source: · Date: 11 Oct 2008
Catégorie(s): Diplomatie

Promulguée en France dans le journal officiel le 6 septembre dernier, l’accord de gestion concertée des flux migratoires entre la France et le Gabon serait toujours transgressé par les autorités administratives et policières françaises. Les ressortissants gabonais en France témoignent que depuis l’entré en vigueur de l’accord le 1er septembre dernier, les policiers continuent d’exiger les visas des fonctionnaires gabonais détenteurs de passeports de service et les préfectures appliquent toujours les anciennes durée d’autorisation de séjour aux étudiants.

L’entrée en vigueur le 1er septembre dernier de l’accord de gestion concertée des flux migratoires entre la France et le Gabon, très attendue par la partie gabonaise, devra encore attendre la bonne volonté des pouvoirs publics français pour une application effective de ses termes.

Publiée au journal officiel le 6 septembre 2008, la loi sur la gestion concertée de l’immigration entre la France et le Gabon serait toujours régulièrement transgressée par les autorités administratives et policières françaises.

Le premier constat a été fait dans les aéroports français, où les contrôles de police continuent d’exiger les visas aux fonctionnaires gabonais détenteurs de passeports de service, alors que l’article 1 dudit accord les en dispense.

A Melun, en Seine-et-Marne dans la région parisienne, un jeune ressortissant gabonais titulaire d’une licence professionnelle technologique aurait sollicité au mois de septembre une autorisation de séjour de 9 mois, conformément à l’article 2 de l’accord. Mais à la réception du document, le jeune étudiant ne se serait vu accordé qu’une autorisation de séjour de 6 mois, soit l’ancienne durée réglementaire.

L’alinéa 2 de l’article 2 de l’accord stipule en effet qu’«une autorisation provisoire d’une durée de validité de neuf mois renouvelable une fois est délivrée au ressortissant gabonais qui, ayant achevé avec succès, dans un établissement d’enseignement supérieur habilité au plan national un cycle de formation conduisant à la licence professionnelle ou à un diplôme au moins équivalent au master, souhaite compléter sa formation par une première formation professionnelle».

Portant réclamation à la préfecture documents à l’appui, le jeune étudiant gabonais aurait été vidé manu militari, sortant de cette altercation le visage tuméfié, certifié par un médecin de l’hôpital de Melun, et estampillé d’une convocation judiciaire le 28 novembre prochain pour «violence sur agent en uniforme accomplissant sa mission».

L’autorisation provisoire de séjour délivrée comporterait également une seconde anomalie, en portant restriction significative de la durée hebdomadaire de travail autorisé, alors que l’accord dispose que «les étudiants gabonais en France désireux de trouver un premier emploi auront accès, sur les sites Internet de l’Agence nationale pour l’emploi (ANPE) et de l’Agence pour l’emploi des cadres (APEC), à l’ensemble des offres d’emploi disponibles».

Ces cas de transgressions auraient été enregistrés à Toulouse, Marseille, Bordeaux, Montpellier, Grenoble, Strasbourg, Tours ou encore Reims.

La France et le Gabon ont signé en juillet 2007, un accord relatif “à la gestion concertée des flux migratoires et au co-développement” sensés faciliter les déplacements et le séjour en France des salariés ou étudiants gabonais et inversement.

Le document prévoyait la suppression des visas de court séjour pour les titulaires de passeports de service et instaure des “visas de circulation” de deux ans à entrées multiples “notamment pour des motifs économiques, professionnels, médicaux ou familiaux” pour les Gabonais.

Si le Gabon avait ratifié ce document le 5 juillet 2007, le Parlement français n’a entériné l’accord qu’en août dernier, un retard qui avait vivement irrité la partie gabonaise. Au mois de mars dernier, les relations diplomatiques entre la France et le Gabon avaient été brouillées suite à l’expulsion jugée abusive de plusieurs étudiants gabonais de France.

En visite de travail à Libreville le 16 septembre dernier, le ministre français de l’Immigration, Brice Hortefeux, avait rassuré le gouvernement gabonais du respect et de l’application de cet accord dès son entrée en vigueur. 


SUR LE MÊME SUJET
Nicolas Sarkozy, qui est arrivé au Gabon en visite officiel de 24 heures, a rassurer les autorités gabonaises de la poursuite de la coopération sur les questions migratoires qui ont fait l’objet d’intense débat ces derniers temps à travers certains événements malheureux vécus de part et d’autre. En effet, ayant encore en mémoire les expulsions considérées d’abusives par les autorités gabonaises de deux étudiants gabonais, notamment de mademoiselle Raïssa Mengue Ondo et Leguy Mbira en février 2008, il était judicieux que le président Français se prononce à ce sujet pour essayer d’aplanir les inquiétudes des gabonais. Mademoiselle Raïssa Mengue Ondo, ...
Lire l'article
Un nouvel accord de défense France-Gabon signé mercredi
Nicolas Sarkozy signera mercredi à Libreville un nouvel accord de défense qui, à l'inverse des traités historiques liant la France à ses anciennes colonies africaines, ne prévoit plus d'intervention automatique de Paris pour défendre des gouvernements menacés. Après le Cameroun et le Togo, le Gabon sera le troisième pays africain à réviser ainsi des accords militaires qui, pour certains, remontaient à leur indépendance en 1960. A l'inverse des précédents, le président français a décidé que chaque nouvel accord devrait être ratifié par le Parlement et que ses termes seraient rendus publics. "On sort de la logique initiale qui était celle de 1960", explique-t-on ...
Lire l'article
Huit associations d’aide aux immigrés jugent ces textes déséquilibrés, au détriment des pays africains L’Assemblée nationale française a approuvé, jeudi, des accords relatifs « à la gestion concertée des flux migratoires et au co-développement » entre la France et la Tunisie, le Congo Brazzaville, le Bénin et le Sénégal. La veille, huit associations d’aide aux immigrés avaient appelé les députés à refuser ces textes « déséquilibrés, conclus essentiellement à l’avantage de la France pour servir ses objectif de renforcement des contrôles migratoires ».Malgré l’appel lancé par huit associations d’aide aux immigrés, l’Assemblée nationale a approuvé, jeudi, quatre accords de gestion concertée ...
Lire l'article
Le Secrétaire général du ministère de l’Enseignement supérieur Bertrand Mbatchi et le Président de l’Université Jean Monnet de Saint Etienne Khaled Bouabdallah ont signé ce lundi, un accord cadre pour un Master « Génie industriel », au bénéfice de leur pays respectif, a constaté ce lundi un journaliste de GABONEWS. La signature a eu lieu en présence de l’Ambassadeur de France accrédité au Gabon, Jean-Didier Roisin. Le document a été paraphé par les recteurs de l’école normale supérieure de l’enseignement technique (ENSET) de Libreville, de l’université des sciences et technologie de Masuku (USTM) de Franceville et par le président de l’université Jean ...
Lire l'article
Le Secrétaire général du ministère de l’Enseignement supérieur, Bertrand Mbatchi et le Président de l’Université Jean Monnet de Saint Etienne, M. Khaled Bouabdallah signeront lundi prochain, un accord cadre pour un Master « Génie industriel », au bénéfice de leur pays respectif, rapporte ce samedi une source de l’ambassade de France au Gabon. Le projet comporte également la création à terme d'une école doctorale en Génie Industriel, de la première année de licence au doctorat, à l'Ecole normale de l’enseignement technique (ENSET) de Libreville. « L’Université des Sciences et Techniques de Masuku, l’Ecole normale supérieure de l’enseignement technique de ...
Lire l'article
La France et l'Union économique et monétaire ouest africaine (Uémoa) ont signé samedi à Ouagadougou un accord sur l'immigration visant une utilisation des compétences de la diaspora de l'Uémoa dans le développement de leur pays. L'accord signé par le ministre français de l'Immigration, Brice Hortefeux et le président de la Commission de l'Uémoa, Soumaïla Cissé, prévoit la "mobilisation des compétences de la diaspora des Etats membres de l'Uémoa" en France pour le développement communautaire. Il vise aussi à appuyer "les initiatives de la diaspora dans le cadre de programme d'échanges et de solidarité" dans les huit pays de l'Uémoa: Bénin, Burkina Faso, ...
Lire l'article
JORF n°0208 du 6 septembre 2008   Texte n°18     DECRET Décret n° 2008-900 du 3 septembre 2008 portant publication de l’accord entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement de la République gabonaise relatif à la gestion concertée des flux migratoires et au codéveloppement, signé à Libreville le 5 juillet 2007 (1)   NOR: MAEJ0818818D       Le Président de la République,  Sur le rapport du Premier ministre et du ministre des affaires étrangères et européennes,  Vu les articles 52 à 55 de la Constitution ;  Vu la loi n° 2008-569 du 19 juin 2008 autorisant l’approbation de l’accord entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement de ...
Lire l'article
L'accord signé le 5 jui llet dernier entre les autorités françaises et gabonaises relatif à la gestion concertée des flux migratoires paraît largement ignoré aux frontières françaises et dans les préfectures de Police, déplorent à Libreville les autorités gabonaises. Un incident sur la durée de validité d'un titre de séjour (portée de 6 à 9 mois en vertu de l'accord) est intervenu récemment entre un jeune Gabonais résidant à Melun, en Seine-et-Marne et un fonctionnaire de Police, qui a passé outre l'accord de flux migratoire signé entre la France et le Gabon, dénonce ce vendredi un officiel du ministère gabonais des ...
Lire l'article
Le ministre français de l'Immigration, Brice Hortefeux, est arrivé le 16 septembre à Libreville où il a été accueilli par la ministre des Affaires étrangers, Laure Olga Gondjout, avec qui il a eu un important entretien sur les questions d'immigration entre les deux pays. A l'issue de cette rencontre, le Gabon et la France se sont engagés à créer un comité de suivi composé des deux administrations compétentes respectives pour veiller à l’application de l’accord relatif à la gestion concertée des flux migratoires entre les deux pays. En visite de travail à Libreville depuis le 16 septembre dernier, le ministre français ...
Lire l'article
Monsieur le président, madame la secrétaire d’État, chers collègues, nous voici réunis afin d’examiner l’accord relatif à la gestion concertée des flux migratoires et au codéveloppement signé entre la France et le Gabon le 5 juillet 2007 à Libreville. Cet accord prétend répondre aux préoccupations des deux États devant ce que votre texte, madame la secrétaire d’État, appelle « l’ampleur des flux de migrants clandestins entre l’Afrique et l’Europe ». Mais un texte doit toujours être éclairé par son contexte. En l’occurrence, nous étions en plein débat sur l’immigration choisie, et vous aviez besoin d’un faire-valoir ! Vous avez choisi ...
Lire l'article
Gabon: Sarkozy réaffirme la poursuite de la coopération sur les questions migratoires
Un nouvel accord de défense France-Gabon signé mercredi
France : les accords sur les flux migratoires lus et approuvés par les députés
Gabon: Un accord Cadre pour un Master Génie industriel signé ce lundi entre le Gabon et la France
Gabon: Un accord cadre pour un Master « Génie industriel » sera signé lundi prochain entre le Gabon et la France
Immigration: accord entre la France et l’Uémoa sur l’utilisation des compétences
Accord Gabon/France: gestion concertée des flux migratoires
Gabon: Libreville accuse Paris d’ignorer l’accord sur les flux migratoires
Gabon : Brice Hortefeux assure le suivi de l’immigration concertée
« Accord France – Gabon » relatif aux flux migratoires : intervetion de Jean-Pierre BRARD à l’Assemblée Nationale


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne 5,00 sur 5)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 11 Oct 2008
Catégorie(s): Diplomatie
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*