- Bongo Doit Partir - http://www.bdpgabon.org -

Gabon : La tension monte entre les enseignants et la tutelle

A l’issue de l’assemblée générale tenue le 11 octobre à Libreville, les différents syndicats de l’Education nationale réunis au sein de la Convention nationale des syndicats du secteur de l’éducation (CONASYSED) ont décidé de maintenir leur mouvement de grève sur l’étendue du territoire national jusqu’à la mise en place des préalables exigés dans le cadre de négociations avec la tutelle. Convoqués le 10 octobre par le ministère de l’Education nationale pour entamer les pourparlers, les enseignants ont boycotté la rencontre en raison des pressions exercées par la tutelle qui menace de suspendre les salaires des grévistes. Jusqu’où ira ce bras de fer?
Les enseignants gabonais, en grève depuis le 6 octobre dernier, ont manifesté leur volonté à poursuivre leur mouvement jusqu’à la satisfaction de leurs revendication ou la mise en place des préalables exigés pour une négociations avec le ministère de l’Education nationale.

Réunis en assemblée générale le 11 octobre dernier au siège du Syndicat de l’Education nationale (SENA) sis au quartier La Peyrie, à Libreville, la dizaine de syndicats du secteur fédérés au sein de la Convention nationale des syndicats du secteur de l’éducation (CONASYSED), les enseignants ont décider de maintenir la grève pour contrer les tentatives d’intimidations de la tutelle.

Après le début des négociations le 8 octobre, la tutelle avait convoqué les enseignants grévistes le 10 octobre pour trouver un consensus capable d’amorcer une rentrée des classes complète. Mais la CONASYSED a refusé de se rendre à cette rencontre, en réaction à une note de service diffusée la veille, qui menaçait les grévistes d’une suspension immédiate des salaires.

La note en question appelait les chefs d’établissements à “faire parvenir les noms, suivis des numéros matricules ou d’identification des agents grévistes (…) avant le 15 octobre 2008, pour application stricte de la mesure portant suspension des salaires et caisses de soutien, dès cette fin de mois, par la Direction de la Solde”.

Après le boycott de l’appel du ministre du 10 octobre, la CONASYSED a “rappelé au ministre que la levée ou la suspension de la grève dépendait de la base et surtout de la satisfaction des préalables”. En d’autres termes, les grévistes attendent une preuve de la bonne volonté de la tutelle à prendre en compte leurs revendications pour entamer les négociations dans un climat apaisé.

Les revendications des agents de l’Education nationale concernent principalement l’harmonisation des salaires et la prise en compte de l’ancienneté, l’augmentation de la prime de logement à 200 000 francs CFA, la mise en place d’académies provinciales et la construction des infrastructures scolaires et sportives réclamées par le Syndicat national des enseignant de l’éducation physique et sportive (SNEEPS) depuis plusieurs années. Les enseignants affirment avoir déposé leur cahier des charges à la tutelle depuis le 6 août dernier.

Le modérateur de la CONASYSED, Simon Ndong Edzo, a expliqué que “notre tutelle cherche à nous diviser, en invitant séparément les bureaux exécutifs de nos structures syndicales. Mais, ayant constaté que nous sommes souvent tombés dans leur piège depuis de nombreuses années, nous avons décidé de former un bloc indivisible pour mieux discuter de nos problèmes avec le gouvernement”.

Face au silence de la tutelle, les enseignants étaient entrés en grève le 6 octobre dernier après un préavis de grève de huit jours et de multiples appels lancés pour la prise en compte de leurs revendications.


SUR LE MÊME SUJET
Le gouvernement a mis à exécution sa sanction pour les enseignants qui n'ont pas retrouvé leurs postes de travail depuis le 12 octobre dernier, en procédant au paiement de leur solde par bons de caisse du trésor public. Seuls ceux qui ont assuré les cours dans leurs établissements respectifs pourront être payés sur la base des listes de présence élaborées par les inspecteurs délégués d'académie mandatés par la tutelle. Si la première rencontre du nouveau patron de l'Education nationale avait semblé apaiser le climat entre les enseignants et la tutelle, la mise en œuvre des sanctions promises par le gouvernement devrait ...
Lire l'article [1]
A l'issue de l'assemblée générale du 17 octobre, la Convention nationale des syndicats du secteur éducation (CONASYSED) a décidé de la poursuite du mouvement de grève jusqu'à la satisfaction totale de leurs revendications. Cette position fait suite à la décision de la tutelle de suspendre les salaires des enseignants grévistes, après la reprise du mouvement de grève depuis la rentrée des classes le 5 octobre dernier. Malgré les sanctions de la tutelle pour contraindre les enseignants à reprendre le chemin des classes, la Convention nationale des syndicats du secteur éducation (CONASYSED) a décidé de maintenir son mouvement de grève à l'issue ...
Lire l'article [2]
Les enseignants qui ont envahi ce mercredi, l’esplanade du ministère de l’Education nationale à Libreville, ont indiqué après le recensement effectué séance tenante que plus de 1800 d’entre-deux avaient été omis par la tutelle sur les listes devant permettre la distribution des primes d’incitation à la fonction enseignante. « Ce matin, nous sommes arrivés pour retirer nos bons de caisse afin d’appliquer la volonté du chef de l’Etat, Omar Bongo Ondimba, qui stipule que ‘’ les enseignants devraient recevoir leurs primes d’incitations à la fonction enseignante ‘’. Beaucoup sont arrivés et ils ont constaté que leurs noms ne figurent pas ...
Lire l'article [3]
Les enseignants gabonais du secteur public, en grève depuis le 6 octobre dernier pour des revendications notamment financières, ont suspendu mercredi à Libreville leur mouvement de grève. '' Les enseignants ont décidé unanimement de suspendre le mouvement. Ça veut donc dire que nous suivrons attentivement l'application du protocole d'accord à travers la mise en place du comité de suivi'', a déclaré Alain Mouangouadi, modérateur de la Conasysed. ''Demain (jeudi), les enseignants vont se retrouver dans leurs salles de classe, mais nous suivrons les négociations attentivement'', a insisté M. Mouangouadi. Fin février et le 26 mai, les syndicats feront le point si les ...
Lire l'article [4]
Les enseignants adhérant à la Convention nationale des syndicats du secteur de l'éducation (CONASYSED), réunis pour la énième fois en Assemblée générale, samedi à Libreville, ont décidé de maintenir leur grève pour la cinquième semaine consécutive. Selon eux, étant donné qu'aucune avancée n'a été enregistrée durant les quatre réunions de conciliation entre octobre et novembre, les enseignants grévistes considèrent que le climat de confrontation qui prévaut entre les deux parties (gouvernement et enseignants grévistes) fait que les négociations relèvent d’un dialogue de sourds. Ainsi, la CONASYSED accuse le gouvernement d'avoir bloqué les négociations et dit ne pas être pas responsable d'une ...
Lire l'article [5]
Le chef de l’Etat gabonais a demandé mardi aux enseignants qui observent depuis le 6 octobre dernier un mouvement de grève, de reprendre les cours, tout en poursuivant les négociations entamées avec le gouvernement, a rapporté la télévision nationale (RTG1). ‘’Acceptez ce que vous propose le gouvernement et levez votre mouvement tout en poursuivant les discussions avec le gouvernement’’ a exhorté le président Bongo Ondimba lors de l’audience qu’il a accordé aux responsables de la Convention nationale des syndicats du secteur de l’éducation (CONASYSED). ‘’Vous avez choisi la fonction d’enseignant alors reprenez les cours parce que vous êtes des exemples des ...
Lire l'article [6]
Le Premier ministre gabonais, Jean Eyéghé Ndong, a rencontré les syndicats de l’éducation nationale le 13 octobre à Libreville pour reprendre les négociations avec les enseignants qui sont entrés en grève depuis la rentrée des classes le 6 octobre. Les enseignants ont réclamé un cadre normatif de dialogue dûment adopté comme garantie à l’ouverture du dialogue. Le Premier ministre a exhorté les enseignants grévistes à reprendre les cours afin de prévenir d’importantes répercussions sur l’année scolaire, tandis que le Conseil des ministres du 14 octobre a offert la garantie recherchée par les enseignants.L’ouverture des négociations entre les enseignants grévistes et ...
Lire l'article [7]
La Convention nationale des syndicats du secteur éducation (CONASYSED), regroupant des enseignants en grève a dénoncé jeudi à son siège provisoire de la peyrie (3ème arrondissement de Libreville), les pressions du ministre de l’Education nationale et menace de durcir le ton. Dans une note adressée aujourd’hui aux chefs d’établissements, le ministre de l’Education nationale demande aux inspecteurs délégués d’académie de lui fournir les noms, numéros matricules ou déification des agents grévistes au plu tard le mercredi 15 octobre pour suspension des salaires des enseignants à la fin du mois encours. La loi 18/92 du 18 mai 1993 fixant les conditions de constitution ...
Lire l'article [8]
Le gouvernement Gabonais a demandé mardi aux enseignants grévistes réunis au sein de la convention nationale des syndicats de l’Education (COSYNED), de lever leur mouvement de grève, en vue d’ouvrir les négociations. La COSYNED avait lancée samedi dernier, un mot d’ordre de grève pour le jourde la rentrée des classes, le lundi 6 octobre, estimant que le gouvernement n'avait pas pris en considération leur plate forme revendicative. Les enseignants avaient déposé au mois d’Août dernier,un cahier de charg qui demandait notamment une amélioration de sconditions de travail ainsi que l'harmonisation des primes et des salaires,l'augmentation de la prime de transport. Le premier ministre ...
Lire l'article [9]
Un bras de fer est engagé depuis quelques jours entre le ministère de l'Education nationale et le syndicat de l'éducation nationale (SENA) à propos des certaines revendication faites par ce mouvement notamment, la régularisation des situations administratives des enseignants, celle des enseignants engagés après 1991, le paiement des rappels etc. Le ministre de l'Education nationale de l'instruction civique, Michel Menga M'Essono a réuni jeudi dans son cabinet de travail tous les Syndicats de l'Education nationale avec lesquels il s’est entretenu sur les éventuelles voies et moyens à mettre en place et suivre pour ne pas perturber la tenue des examens de ...
Lire l'article [10]
Gabon : Les enseignants grévistes ne passeront pas à la caisse
Gabon : Les enseignants grévistes campent sur leur positions
Gabon: Environ 2000 enseignants omis par la tutelle sur les listes de la prime incitative à la fonction enseignante
Education : Les enseignants du secteur public suspendent leur grève
Gabon: Crise à l’Education: les enseignants grévistes campent sur leur position
Gabon: Social : Bongo Ondimba demande aux enseignants de reprendre les cours
Gabon : Le gouvernement tend l’oreille aux revendications des enseignants
Gabon: Grève des enseignants : La CONASYSED s’insurge contre les pressions de la tutelle et menace de durcir le ton
Gabon: Enseignants: Le gouvernement gabonais invite les enseignants à lever la grève pour de nouvelles négociations
Gabon: Grande tension entre le ministère de l’Education nationale et le Syndicat des enseignants (SENA)