Socialisez

FacebookTwitterRSS

Cameroun : Biya interpelle Obiang Nguéma sur la disparition d’un réfugié politique

Auteur/Source: · Date: 22 Oct 2008
Catégorie(s): Afrique

Suite à la disparition depuis le 8 octobre de Cirpiano Nguéma Mba, opposant équato-guinéen réfugié politique au Cameroun, Yaoundé a demandé des comptes à Malabo, soupçonnée d’avoir récupéré ce réfugié en corrompant la police camerounaise. Deux policiers camerounais ont été arrêtés le 17 octobre et inculpés pour avoir enlevé l’opposant politique et l’avoir livré aux services secrets équato-guinéens contre une importante somme d’argent. Le colonel équato-guinéen avait été condamné à mort en 2005 pour une tentative de coup d’Etat contre le président Obiang Nguema au pouvoir depuis 1979.
La tension monte entre Yaoundé et Malabo depuis la disparition le 8 octobre de l’opposant équato-guinéen Cipriano Nguéma Mba, réfugié politique au Cameroun depuis 2005.

Le ministère camerounais des Relations extérieures a invité le 20 octobre l’ambassade de Guinée Equatoriale à Yaoundé «à fournir au gouvernement (…) toutes les informations susceptibles de faire la lumière» sur la disparition de Cipriano Nguema Mba, «jouissant du statut de réfugié politique» dans ce pays et enlevé le 8 octobre dernier.

Le réfugié politique aurait été enlevé par deux policiers camerounais et «livré» à l’ambassade de son pays, une opération qui «serait une violation flagrante des usages et convention diplomatiques en vigueur», prévient Yaoundé.

«Le gouvernement du Cameroun n’est, d’aucune manière, impliqué dans cette regrettable opération, qui est une initiative propre des deux personnels de la Sûreté nationale», précise le ministère des Relations extérieures.

«Des sanctions exemplaires sont en train d’être prises à l’encontre de ces deux agents indélicats, sur la base des premiers résultats de l’enquête administrative ouverte au sujet de ces comportements qui constituent des manquements à la discipline et à l’éthique professionnelles», précise le communiqué du ministère.

Les deux policiers ont été inculpés pour «intelligence avec un service de renseignement étranger» par la justice militaire camerounaise et seront traduits devant le conseil de discipline de la Sûreté nationale.

Le 17 octobre dernier, le chef de l’Etat camerounais, Paul Biya, avait suspendu pour trois mois deux fonctionnaires de la police nationale, soupçonnés d’avoir livré un réfugié politique équato-guinéen à l’ambassade de son pays à Yaoundé, en dehors de toute consigne de la hiérarchie.

L’officier Ndam Ibrahim, en service à la direction de la police judiciaire à Yaoundé et le gardien de la paix Ndam Hamidou, agent des renseignements généraux officiant au commissariat central de la même ville, ont été sanctionnés «sans préjudice des poursuites judiciaires» pour «arrestation irrégulière d’un réfugié».

Le 8 octobre dernier, ils avaient interpellé monsieur Cipriano Nguema Mba, officiellement enregistré parmi les réfugiés politiques au Cameroun par le Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) et condamné à mort dans son pays en septembre 2005 pour «tentative de putsch», à l’encontre du régime du président Obiang Nguéma, au pouvoir depuis 1979.

Les deux policiers camerounais auraient livré le réfugié politique contre une somme de 15 millions de francs CFA.

Le HCR a saisi le ministère des Relations extérieures pour solliciter l’intervention du gouvernement camerounais pour protéger la vie de l’intéressé dont on demeure toujours sans nouvelles à ce jour.


SUR LE MÊME SUJET
Paul Biya réélu président du Cameroun avec 77,9% des voix
Paul Biya a été réélu président du Cameroun lors de l'élection du 9 octobre avec 77,9% des suffrages, a annoncé vendredi la Cour suprême. Celle-ci avait rejeté jeudi un appel présenté par l'opposition pour faire annuler les résultats du scrutin. Sept candidats de l'opposition estiment que l'élection a été entachée de fraudes et ont demandé la tenue d'un nouveau scrutin. Ils ont menacé d'organiser des manifestations si leur demande était repoussée. Paul Biya, 78 ans, qui dirige le Cameroun depuis près de trente ans, a reconnu qu'il y avait peut-être eu des "imperfections" dans le déroulement du vote mais a nié les ...
Lire l'article
Paul Biya se prépare à un nouveau mandat au Cameroun
Le président camerounais Paul Biya, dont la victoire à l'élection de dimanche ne fait guère de doute, consacrera le nouveau mandat qui se profile à peaufiner son héritage politique par de grands projets d'infrastructure et à désigner un successeur, déclarent des analystes. En près de trente années de pouvoir, Paul Biya a maintenu le Cameroun sur une voie relativement stable dans une région agitée, parfois aux dépens de la démocratie, selon ses adversaires. Le scrutin présidentiel à un tour de dimanche intervient quelques semaines après une alternance politique sans accrocs en Zambie, qui a montré que l'Afrique pouvait connaître des changements pacifiques ...
Lire l'article
Cameroun: coups de feu à Douala pour demander le départ de Biya
Des hommes armés en tenue militaire ont pris jeudi à dix jours de l'élection présidentielle du 9 octobre le pont sur le Wouri à Douala, tirant en l'air et demandant le départ du président Paul Biya, au pouvoir depuis 1982, avant d'être maîtrisés par l'armée. Les versions divergent encore sur le nombre d'assaillants. Dans un communiqué, Faï Yengo Francis, le gouverneur du Littoral où se trouve Douala la capitale économique a affirmé que l'action était l'oeuvre d'un homme seul: "Autour de 6 heures, un individu non identifié, armé et arborant un uniforme militaire a interrompu la circulation sur le pont du ...
Lire l'article
Cameroun: Coups de feu à Douala, appels au départ de Biya
Des hommes en uniforme ont tiré des coups de feu jeudi à Douala, la capitale économique du Cameroun, en réclamant la démission du président Paul Biya au pouvoir depuis 29 ans. Les autorités ont repris le contrôle du pont traversant le fleuve Wouri, sur lequel ces hommes manifestaient, rapporte une chaîne de télévision. Les opposants, dont le nombre n'a pu être déterminé, ont pris la fuite. A dix jours de l'élection présidentielle du 9 octobre, l'un d'entre eux brandissait une banderole sur laquelle était écrit: «Paul Biya le dictateur doit s'en aller à tout prix». La réélection de Biya est ...
Lire l'article
Appel à une Méga Révolution populaire non violente au Gabon le 21/02/2011 et au Cameroun, Ali Bongo et Paul Biya Dégagent !
"Chers compatriotes et amis, Après la chutte de Ben Ali, puis de Moubarak; à qui viendra le tour? L'Afrique subsaharienne va t-elle se contenter de regarder ce qui se passe au Maghreb sans réagir à son tour? Il semblerait que certaines communautés africaines se décident à se lever...": c'est le message que Gloria Mika, cette belle mannequin africaine d'origine du Gabon, lance à tous les africains pour enfin chasser tous les dictateurs du pouvoir. Aujourd'hui, c'est particulièrement à Paul Biya que s'adresse ce message, même s'il est envoyé à tous les dictateurs à travers l'Afrique... Ils se croyaient invincibles et se prenaient ...
Lire l'article
La disparition du président Omar Bongo Ondimba le 8 juin 2009 à Barcelone, en Espagne, a ouvert la course des Chefs d’Etats de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEMAC) pour le leadership de la sous-région. Mais les récentes résolutions du 10e Sommet de la CEMAC en janvier à Bangui, en République centrafricaine, laisse de plus en plus à penser que le président équato-guinéen, Teodoro Obiang Nguema, s’impose comme le nouveau «patron» de l’Afrique centrale. Teodoro Obiang Nguema serait-il le nouveau doyen de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEMAC) ? S’il ne ...
Lire l'article
Le Conseil des Camerounais de la Diaspora (CCD) a déposé ce mardi une plainte à Paris contre Paul Biya le président camerounais pour "recel de détournement de fonds publics" . Dans cette plainte dont Camer.be a pu s'en procurer une copie, le chef de l'Etat Camerounais est accusé d'avoir constitué un patrimoine immobilier en France financé par des détournements des fonds publics. Selon le CCD, des enquêtes multiples et variées ainsi que certaines investigations émanant de publications et magazines reconnus, Français ou Camerounais tel «Le Monde», «Le Canard Enchaîné» ou «Germinal»sans oublier différents observateurs tel l’organisme CCFD ont recueilli un ...
Lire l'article
Le Parquet de Paris contre l’ouverture d’une enquête sur les “biens mal acquis” des dictateurs africains. Le parquet de Paris a annoncé, mercredi, qu’il s’opposera à l’ouverture d’une information judiciaire sur les biens immobiliers d’Omar Bongo, de Denis Sassou Nguesso et de Obiang Nguema en France. Les trois chefs d’Etat africains étaient visés par une plainte de deux associations et d’un ressortissant gabonais. Le porte-parole du gouvernement congolais a salué, ce jeudi, la décision de la justice française. Les présidents Omar Bongo Ondimba (Gabon), Denis Sassou Nguesso (Congo Brazzaville) et Théodore Obiang Nguema (Guinée équatoriale) pourraient échapper à la justice française. ...
Lire l'article
Deux paraguayens employés par le chef de l’Etat équato-guinéen, Teodoro Obiang Nguema, et son épouse, Constancia Mangue Nsue Okomo, ont pris la fuite en emportant avec eux près de 4 milliards de francs CFA en argent liquide et objets de valeur dérobés dans les résidences du président. Les deux employés avaient été employés depuis quelques années pour s’occuper de l’entretien des cliniques et des résidences privées de la famille présidentielle. Les services de police de Guinée Equatoriale ont déclaré le 16 janvier dernier que le chef de l’Etat avait été spolié de plus de 4 milliards de francs CFA par ...
Lire l'article
Cameroun : Biya se confectionne tranquillement un troisième mandat
Le Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais (RDPC), au pouvoir depuis 1985, a déposé le 4 avril dernier à l'Assemblée nationale une proposition controversée de révision constitutionnelle qui vise à permettre au président Paul Biya de briguer un nouveau mandat en 2011. Au lendemain des émeutes de fin février dernier qui avait été provoqué entre autres par le projet d'une révision constitutionnelle pour permettre au président Paul Biya de Briguer un troisième mandat, le parti au pouvoir au Cameroun depuis 1985, le Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais (RDPC) de Paul Biya, a soumis le 4 avril dernier à l'examen de ...
Lire l'article
Paul Biya réélu président du Cameroun avec 77,9% des voix
Paul Biya se prépare à un nouveau mandat au Cameroun
Cameroun: coups de feu à Douala pour demander le départ de Biya
Cameroun: Coups de feu à Douala, appels au départ de Biya
Appel à une Méga Révolution populaire non violente au Gabon le 21/02/2011 et au Cameroun, Ali Bongo et Paul Biya Dégagent !
CEMAC : Obiang Nguema nouveau doyen ?
France- Cameroun,Biens mal acquis: Le Conseil des Camerounais de la diaspora (CCD) dépose une plainte contre Biya à Paris
Plainte contre Bongo, Sassou Nguesso et Obiang Nguema : la justice française se défile
Guinée Equatoriale : Obiang Nguema délesté de 4 milliards de francs CFA
Cameroun : Biya se confectionne tranquillement un troisième mandat

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 22 Oct 2008
Catégorie(s): Afrique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*