Socialisez

FacebookTwitterRSS

L’ Amérique va-t-elle vivre sa “révolution” du 4 novembre ?

Auteur/Source: · Date: 3 Nov 2008
Catégorie(s): Monde

Mardi soir, une ère sera close : celle de la présidence Bush – même si la passation de pouvoir à son successeur n’interviendra que le 20 janvier 2009. Une présidence que le New York Times a jugée “la pire de l’histoire américaine” : sur le plan de l’économie, de la sécurité nationale, du respect de l’état de droit… Jamais, depuis que ces sondages existent, la cote de popularité d’un président n’était tombée aussi bas : 25 % d’opinions favorables, 68 % de défavorables. Rien d’autre n’explique que Barack Obama ait fait du “changement” le mot-clé de sa campagne. Et que, dès sa désignation, son adversaire, John McCain, ait lui aussi revendiqué ce slogan. Pour autant, l’humiliante agonie du “bushisme” est insuffisante pour donner la mesure du “moment” que les commentateurs s’évertuent à désigner comme “exceptionnel”. L’Amérique blessée de l’après-11 septembre 2001 était celle des certitudes. L’Amérique de novembre 2008 est celle des interrogations, des convictions ébranlées.

“Nous sommes bons”, avait dit George Bush avant d’attaquer l’Irak. Les Etats-Unis étaient la seule hyperpuissance et ses ennemis désignés : le Mal. Le néoconservateur Paul Wolfowitz élaborait un monde où son pays aurait assuré sa sécurité et ses approvisionnements énergétiques pour cinquante ans. Le conseiller en politique intérieure de George Bush, Karl Rove, voyait son camp dominer la carte électorale pour longtemps.

Ces visions se sont fracassées sur des réalités non conformes aux assurances des idéologues. Mais aucune réponse univoque n’a émergé pour les remplacer. Par son charisme et sa capacité rhétorique exceptionnels, le candidat démocrate Barack Obama a suscité une mobilisation sans précédent autour de deux mots : “espoir” et “changement”. Et il en a esquissé les grandes lignes : la fin de l'”unilatéralisme” américain adossé à sa puissance militaire dans les relations internationales ; le retour de l’Etat dans la régulation de l’économie, de son investissement dans les grandes infrastructures : environnement, santé, éducation.

Mais il suffit d’interroger ses partisans de tous âges et toutes origines pour constater combien leurs attentes peuvent être parfois divergentes, et leurs interrogations plus nombreuses que leurs certitudes. Ils savent ce dont ils ne veulent plus. Mais le “comment” – comment faire autrement – reste souvent sans réponse. De même, il suffit, sur certains dossiers – du retour de la croissance à l’énergie, de l’Afghanistan au conflit israélo-palestinien – de constater combien ses conseillers ont des conceptions diverses, parfois divergentes, pour saisir l’étendue des questions qui taraudent l’Amérique une fois la page Bush tournée. La même chose est vraie côté républicain.

L’image convenue consiste à évoquer l’affrontement de “deux Amériques”. La jeune contre la vieille, la blanche contre la métissée, la conservatrice contre la progressiste, l’Amérique paupérisée des classes travailleuses contre celle des financiers et des nouveaux riches ou, enfin, l’Amérique traditionnelle, que Sarah Palin, la colistière de M. McCain, incarnerait, contre la nouvelle, celle de Barack Obama. Ces clivages, indubitablement, existent. Mais ils ne résument pas l’affrontement du 4 novembre.

SENTIMENT D’URGENCE

Sinon, comment expliquer que nombre d’ouvriers voteront McCain, quand tant de brokers voteront Obama ? Que Francis Fukuyama, néoconservateur bon teint, réinventeur du concept de la “fin de l’Histoire” – la victoire définitive du capitalisme démocratique comme seul modèle universel – se retrouve désormais du côté de M. Obama ? Et que Joe Lieberman, candidat démocrate à la vice-présidence en 2000, soit désormais un homme-lige de M. McCain ?

Comment expliquer, surtout, la montée en force spectaculaire du nombre des électeurs “indépendants”, sinon par l’absence de réponses satisfaisantes apportées à leurs interrogations. Et celle, non moins spectaculaire, de la participation électorale attendue, sinon par le sentiment d’urgence à obtenir des réponses ? Comment expliquer enfin que, si la cote de M. Bush est au plus bas, celle du Congrès, pourtant dominé depuis deux ans par les démocrates, l’est encore plus : 17,3 % d’opinions favorables sur son activité, 74,7 % de défavorables.

La désaffection vis-à-vis du “bushisme” s’accompagne d’une remise en cause globale de la gestion politique du pays. M. Obama, par son originalité intrinsèque, y puise sa force. M. McCain s’est vite positionné comme un “franc-tireur”, promettant de “réformer Washington”. Pour caricaturer, l’un promet de tout changer, la forme et le fond ; l’autre de tout changer pour que rien ne change, pour préserver la “véritable Amérique”, dirait Sarah Palin.

La campagne avait débuté sous l’ombre des difficultés américaines en Irak. Une seule question a dominé sa dernière phase : l’état de l’économie et sa relance. En filigrane, une autre l’a constamment accompagné : la “question raciale”. Un Noir peut-il être président ? Mais des questions apparues essentielles en début de campagne ont quasi disparu avec le temps : ainsi la relation avec la Chine ou l’immigration.

Ces deux questions sont pourtant directement liées à l’économie et à la place de l’Amérique dans la mondialisation. Or cette place n’a été évoquée quasiment qu’en termes de sécurité nationale (Iran, Russie, terrorisme) ou, à quelques rares occasions, d’équité commerciale. M. McCain a promis chaque fois de “préserver le leadership de l’Amérique” ; M. Obama a évoqué la nécessité de le “restaurer” car il a été terni sous M. Bush.

Mais l’un comme l’autre ont tenu pour évident que ce leadership était naturel. Il l’est aussi pour l’opinion. Or celle-ci, entre l’impossibilité de remporter la “victoire” en Irak et en Afghanistan, l’incapacité à faire reculer l’Iran sur la question nucléaire, l’effondrement des repères économiques reaganiens qu’elle tenait pour éternels, l’émergence de la Chine et de l’Inde, perçoit confusément que c’est l’avenir de l’Amérique dans le monde qui est en jeu. Certes, l’éventualité qu’un Noir y accède à la présidence confère en soi à ce scrutin un caractère unique. Mais ce questionnement – l’Amérique restera-t-elle l’Amérique ? – évoqué dans des colloques, des débats télévisés durant la campagne, constitue l’arrière-fond du sentiment partagé par tant de ses citoyens de connaître cette année une élection “exceptionnelle”.  


SUR LE MÊME SUJET
L'héritier (ici, en visite en Côte d'Ivoire, en janvier) abrège souvent réunions et palabres. AFP
L’affaire judiciaire, aux Etats-Unis, mettant en accusation des hommes d’affaires qui avaient tenté un bakchich avec un ministre de la Défense du Gabon, pourrait être arrivée à son épilogue le 30 janvier dernier. Au terme de dix jours de délibération, le jury n’a pu parvenir à un verdict concernant les chefs d’accusation contre la fratrie John et Jeana Mushriqui, et Morales Marc. Le juge fédéral a donc déclaré le non-lieu concernant l’incrimination de ces personnes, les dernières d’un feuilleton judiciaire qui a fait défiler à la barre vingt-deux personnes, parmi lesquels des agents secrets. Le procès, qui remonte au mois de juin ...
Lire l'article
CAN-2012: la Libye dédie sa qualification à la révolution
"Nous dédions notre qualification à tous les Libyens, à notre révolution !": c'est par ces mots que le gardien vétéran de la Libye, Samir Aboud, 39 ans, a salué le ticket arraché samedi par son équipe pour la CAN-2012 au Gabon et en Guinée équatoriale (21 janvier-12 février). L'équipe nationale peut dire merci à ce portier, dont l'agilité de chat sur sa ligne de but fait mentir son âge (il aura 40 ans en septembre 2012). Ses arrêts réflexes de grande classe ont permis à la Libye de ramener un nul de Zambie (0-0) et d'accéder, par le biais du classement ...
Lire l'article
Le retour à Libreville jeudi dernier du Secrétaire exécutif de l’Union Nationale (UN, opposition), André Mba Obame, a suscité un grand intérêt pour les nombreux militants et sympathisants de cette formation politique de l’opposition. Mais ce sont ses propos qui ont le plus retenus l’attention de l’ensemble du pays d’autant plus qu’il a lancé un appel voilé au peuple gabonais au soulèvement. En effet, cet ancien ministre tout puissant de l’intérieur, a déclaré que « la communauté internationale a affirmé avec fermeté, une fermeté insoupçonnable, la nécessité de respecter le seul souhait du peuple. Place donc au président réellement élu ...
Lire l'article
Le  responsable, zone Afrique, de Canalsat Horizon, Alexandre Cohen, a déclaré ce vendredi, à Libreville, à l’occasion d’une conférence de presse que, « canal, aujourd’hui, veut faire partager à ses abonnés la Coupe du monde comme on ne l’a jamais vécu », d’autant plus que cet évènement à lieu, pour la première fois, en Afrique, a constaté GABONEWS. L’objectif de cette conférence de presse initiée par la Direction générale de Canalsat Horizon, visait essentiellement à présenter le dispositif « exceptionnel » mis à la disposition par cette structure pour ses abonnés. Ainsi, la conférence a-t-elle permis aux responsables de cette structure d’exposer sur la stratégie ...
Lire l'article
Le président élu américain, Barack Obama, et son rival malheureux à la présidentielle, le républicain John McCain, se sont rencontrés, lundi 17 novembre, pour discuter de la possibilité de travailler ensemble. A l'issue de leur première réunion depuis les élections, ils ont tous deux appelé à des réformes d'envergure. "En ce moment fondateur de l'histoire, nous croyons que les Américains de tous partis souhaitent et ont besoin que leurs responsables travaillent ensemble pour changer les mauvaises habitudes de Washington, de telle sorte que nous puissions résoudre les défis communs et urgents de notre temps", ont expliqué les deux hommes dans ...
Lire l'article
La banque portugaise Best va lancer mardi un nouveau produit d'épargne, le "dépôt McCain-Obama", dont les intérêts seront indexés sur le résultat des élections américaines, indique un communiqué de la banque publié lundi à Lisbonne. En souscrivant en ligne un compte McCain-Obama, le nouveau client devra donner son pronostic : en cas de victoire de son candidat, son compte lui rapportera 8% d'intérêt, en cas de défaite, seulement 2%. Ces dépôts à 60 jours seront plafonnés à 50.000 euros et offerts à la souscription jusqu'au 3 novembre, veille du scrutin présidentiel aux Etats-Unis. "En donnant le vainqueur des élections nord-américaines, le client ...
Lire l'article
Surprendre les Américains. C'est ce qu'a choisi John McCain pour faire oublier aux électeurs le discours de Barack Obama. Le candidat républicain a désigné, vendredi 29 août, Sarah Palin, gouverneuse de l'Alaska, comme candidate à la vice-présidence. "J'ai cherché ce qu'il y avait de mieux pour faire bouger Washington [...]. Elle est exactement celle dont nous avons besoin", a lancé John McCain en présentant Mme Palin au public lors de la foire de l'Etat de l'Ohio à Dayton. Cette femme de 44 ans a fait des questions environnementales et énergétiques ses préoccupations principales. Elle a l'avantage d'attirer le vote féminin, dont ...
Lire l'article
Le camp de Barack Obama commence à croire à une victoire écrasante lors de l'élection présidentielle en novembre prochain. Et le dernier sondage réalisé par le magasine Newsweek qui donne une avance de 15 points à Barack Obama face à son rival républicain, John McCain, ne viendra pas ternir cet espoir. 51 % pour M. Obama contre 36 % pour M. McCain. Ce sondage, réalisé sur un échantillon de 1 010 électeurs, montre trois choses. Premièrement, le bon report des intentions de vote des électeurs de Clinton. Les incorruptibles pro-Clinton se sont finalement ralliés au sénateur de l'Illinois, renforçant ainsi le ...
Lire l'article
Selon John McCain, le futur candidat républicain à l'élection présidentielle de novembre, son adversaire démocrate, Barack Obama, augmenterait les impôts de "tous les Américains" s'il était élu. Ce dernier juge pour sa part "injuste" de comparer la politique fiscale préconisée par M. McCain à celle menée par George Bush : les propositions du sénateur de l'Arizona sont pires, selon lui. Entre les deux prétendants, le fer est engagé sur le terrain économique. M. McCain propose de pérenniser les baisses d'impôts générales accordées sous M. Bush, d'augmenter encore celles des plus fortunés, de réduire l'imposition d'une partie des classes moyennes de 2000 ...
Lire l'article
Barack Obama a réaffirmé, lundi 10 mars, son intention d'être président, sans se contenter d'une éventuelle vice-présidence de Hillary Clinton, alors qu'il espère donner un nouveau souffle à sa campagne mardi lors d'une primaire dans le Mississippi. "J'ai gagné plus de voix que la sénatrice Clinton, j'ai plus de délégués, donc je ne comprends pas comment une personne qui est en seconde position peut proposer d'être vice-président à celui qui est en première position", a lancé Barack Obama pendant un rassemblement électoral. Le sénateur a relevé un paradoxe : l'équipe Clinton "vient de passer les deux, trois dernières semaines (...) à ...
Lire l'article
Amérique, bakchich et armes vendues au Gabon : l’épilogue ?
CAN-2012: la Libye dédie sa qualification à la révolution
Le Gabon s’apprête-t-il à vivre une Côte d’Ivoire bis ?
Canalsat Horizon veut faire vivre à ses abonnés une Coupe du monde inoubliable, selon son Responsable zone Afrique
Obama et McCain se rencontrent pour “travailler ensemble”
Dépôt McCain-Obama: une banque portugaise rémunère le pronostic gagnant
John McCain choisit une femme pour la vice-présidence
Barack Obama creuse l’écart dans les sondages face à son rival John McCain
Aux Etats-Unis, le débat électoral entre M.McCain et M.Obama se focalise sur la fiscalité
Barack Obama ne se voit pas en co-listier d’Hillary Clinton en novembre


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 3 Nov 2008
Catégorie(s): Monde
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*