Socialisez

FacebookTwitterRSS

RDCongo: nouveaux combats dans l’Est, l’ONU renforce ses troupes

Auteur/Source: · Date: 5 Nov 2008
Catégorie(s): Afrique

Des combats ont opposé mardi les rebelles congolais de Laurent Nkunda à des miliciens pro-gouvernementaux après une accalmie de cinq jours dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC), où l’ONU a annoncé le renforcement de ses troupes.
Ces accrochages de quelques heures, les premiers depuis l’instauration par les rebelles le 29 octobre d’un cessez-le-feu unilatéral, sont survenus alors que le tout nouveau Premier ministre congolais, Adolphe Muzito, arrivait à Goma.

Les rebelles de Laurent Nkunda se sont opposés à des miliciens locaux d’autodéfense Maï-Maï, issus de différentes ethnies et alliés de l’armée congolaise, au niveau de Kiwanja, près de Rutshuru, à 80 km au nord de Goma, capitale provinciale du Nord-Kivu.

Une petite base de la Mission de l’ONU en RDC (Monuc) à Kiwanja a été “prise au milieu de tirs croisés” des troupes du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP de Laurent Nkunda) et des Maï-Maï, a indiqué la porte-parole de la Monuc à Goma, Sylvie van den Wildenberg.

Le CNDP a accusé les Maï-Maï, les Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR, rebelles hutus rwandais) et les Forces armées de RDC (FARDC) d’avoir “tenté de prendre la ville (…) avant d’être repoussés à plusieurs kilomètres”.

La Monuc n’a pas confirmé l’impliquation des FDLR ni des FARDC dans ces combats. Selon elle, l’armée congolaise ne se trouvait à priori pas dans cette zone. Le porte-parole militaire des Maï-Maï de la région, Didier Bitaki, a prévenu que l’offensive reprendrait mercredi.

Le 29 octobre, la rébellion de Laurent Nkunda avait décrété un cessez-le-feu unilatéral après avoir infligé une défaite cuisante à l’armée en arrivant aux portes de Goma. Lundi, elle a menacé de renverser le gouvernement qui rejette l’idée de négociations directes.

Dans ce contexte explosif, le secrétaire général adjoint de l’ONU chargé des opérations de maintien de la paix, Alain Le Roy, a annoncé que la Monuc était “en train de renforcer (sa) présence à Goma”.

M. Le Roy, en tournée dans le Nord-Kivu, a souhaité que le nombre de Casques bleus dans cette ville soit porté à 1.500 – contre un millier actuellement sur les 5.500 soldats de la paix déployés actuellement dans le Nord-Kivu.

“Nous avons demandé des troupes supplémentaires en plus des 17.000” Casques bleus présents en RDC, a-t-il également rappelé, en faisant référence à une demande faite en octobre par la Monuc au Conseil de sécurité qui n’a pas encore tranché.

De son côté, le chef du gouvernement est arrivé à Goma, première étape d’une tournée de trois jours visant à “réconforter” la population et qui doit aussi le conduire dans le Sud-Kivu et la Province Orientale. Investi il y a trois jours par le président Joseph Kabila, M. Muzito a comme tâche prioritaire “la sécurité et la reconstruction”.

L’instabilité récurrente depuis le milieu des années 90 dans cette région, frontalière notamment du Rwanda et très riche en minerais, menace en effet la stabilité de la RDC et de l’Afrique centrale.

Les autorités congolaises accusent le Rwanda de soutenir Laurent Nkunda, un général congolais déchu, ce que Kigali dément. Mardi, le Rwanda a d’ailleurs critiqué la communauté internationale dont plusieurs émissaires ont fait étape à Kigali.

“L’hypothèse dominante affirmant que la crise est un problème entre le Rwanda et la RDC est fausse”, a déclaré le gouvernement rwandais, martelant que “les problèmes de l’est de la RDC (étaient) pour l’essentiel congolais”.

La situation humanitaire reste effroyable dans le Nord-Kivu où plus d’un million de personnes ne vivent plus chez elles, dont 100.000 déplacées par les combats de la semaine dernière.

Plusieurs milliers d’entre elles dépendent entièrement de l’aide humanitaire. Celle-ci avait repris progressivement lundi mais elle a été “suspendue” à Rutshuru après l’évacuation d’une douzaine de personnels humanitaires en raison de la proximité des combats, a indiqué l’ONU.

Selon le Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef), au moins 37 enfants ont été enrôlés par les miliciens Maï-Maï dans des camps près de Rutshuru.

Le procureur de la Cour pénale internationale (CPI), Luis Moreno-Ocampo, a indiqué suivre “de très près les informations convergentes sur des attaques menées contre la population civile”. 


SUR LE MÊME SUJET
Les pourparlers entre le gouvernement de la République démocratique du Congo (RDC) et une délégation de la rébellion congolaise de Laurent Nkunda ont débuté ce lundi après midi à Nairobi au Kenya. Il s'agit des premières discussions directes entre les deux parties. Elles se tiennent à présence de l'ex-président nigérian Olusegun Obasanjo, médiateur de l'Organisation des nations unies (ONU) dans la crise en RDC. Le dialogue, tant réclamé par Laurent Nkunda, vise à obtenir un cessez-le-feu dans l'Est du pays. Depuis août dernier, la RDC est confrontée à une reprise des combats dans le Nord-Kivu (Est) entre l'armée et la rébellion du général ...
Lire l'article
Le chef rebelle Laurent Nkunda doit effectuer samedi sa première réunion publique dans le territoire de l'est du Congo récemment conquis par ses troupes. Le rassemblement est prévu dans le stade de Rutshuru, la plus grande ville contrôlée par les rebelles, à environ 75km au nord de Goma, la capitale du Nord-Kivu, a affirmé le porte-parole rebelle Bertrand Bisimwa. Les combats opposant l'armée régulière congolaise aux hommes de Laurent Nkunda ont éclaté en août, et sont à l'origine d'une crise humanitaire qui a amené plus de 250.000 réfugiés sur les routes. A la fin du mois d'octobre, les troupes rebelles ont ...
Lire l'article
Face à une armée qui s'effondre, un petit mouvement rebelle peut former des rêves de grandeur. Dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), le Congrès national pour la défense du peuple (CNDP) progressait sans être inquiété vers la ville de Kanyabayonga. Dans cette ville qui constitue le verrou du nord de la région, plusieurs brigades de troupes gouvernementales, au lieu de combattre, étaient en train de s'enfuir, mercredi 19 novembre, dans le plus grand désordre, en pillant frénétiquement la ville qu'ils étaient supposés défendre. Alors que la chute de la Kanyabayonga paraissait inéluctable, le CNDP a annoncé, mercredi, ...
Lire l'article
Suite à une humiliante défaite fin octobre face à la rébellion aux portes de Goma, les Forces armées de République démocratique du Congo (FARDC) se livrent depuis le 10 novembre à des pillages et des exactions massives dans plusieurs villes au nord de la capitale provinciale du Nord-Kivu. Kinshasa a promis de sévères sanctions à l’encontre des soldats responsables de ces actions et a dépêché sur place le 12 novembre le chef d’Etat major de l’armée de terre, le général Gabriel Amisi, pour faire le point sur la situation. Plus aucun treillis n’est de bon augure pour les populations de ...
Lire l'article
Les initiatives diplomatiques pour tenter de ramener le calme dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC) se sont déplacées samedi à Kigali où le président rwandais Paul Kagame a reçu de hauts responsables américain et européens. Considéré comme un acteur-clé dans la région, M. Kagame a reçu le ministre belge des Affaires étrangères Karel De Gucht, puis la secrétaire d'Etat adjointe américaine aux Affaires africaines, Jendayi Frazer et enfin dans la soirée les ministres français et britannique des Affaires étrangères, Bernard Kouchner et David Miliband. "Parmi d'autres choses, ils (les deux ministres européens) ont discuté d'une future rencontre entre le ...
Lire l'article
Des Casques bleus sollicités à l'extrême sont la seule force organisée restante à Goma, dans l'est de la RDC (République démocratique du Congo), d'où les troupes gouvernementales ont fui devant l'avance d'un groupe rebelle, a affirmé jeudi un porte-parole de l'ONU. Les troupes de la Monuc (mission de l'ONU en RDC) sont "à la limite de leurs capacités" alors que la diplomatie internationale cherche à rétablir la paix dans la province du Nord-Kivu, a déclaré à la presse Kevin Kennedy.Selon lui, la Monuc, dont l'effectif total est de 17.000 hommes, dispose d'un bataillon d'environ 850 soldats, principalement indiens, appuyés par des ...
Lire l'article
La pluie, la boue, des rebelles, une armée en fuite et les Nations unies en perdition : toutes les conditions d'une débâcle de premier ordre sont en passe d'être réunies dans les collines du Nord-Kivu, la province extrême-orientale de la République démocratique du Congo (RDC). Cette débâcle est avant tout celle de l'armée gouvernementale. Les Forces armées de RDC (Fardc) plient depuis plusieurs jours devant une nouvelle offensive des rebelles de Laurent Nkunda. Ce dernier, ancien militaire passé par plusieurs rébellions congolaises satellites du Rwanda voisin, appartient à la communauté tutsie du Nord-Kivu. Il a déjà pris Bukavu en 2004, la ...
Lire l'article
Deux hélicoptères de combat de la Mission de l'ONU en République démocratique du Congo (Monuc) sont entrés en action mercredi contre la rébellion dans la zone de Kibumba, à 30 km au nord de Goma, capitale provinciale du Nord-Kivu, a constaté un journaliste de l'AFP. Les appareils ont été vus survolant la zone en direction des positions rebelles. Cependant l'un des hélicoptères de la Monuc, en tirant, "a touché par mégarde l'une de nos positions", a indiqué à l'AFP un commandant de l'armée congolaise (FARDC), sous couvert de l'anonymat. Des combats à l'arme lourde avaient repris tôt mercredi entre l'armée congolaise et la ...
Lire l'article
Le général Laurent Nkunda, leader du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP), a annoncé le 2 octobre dans un discours à la BBC la mue du CNDP en mouvement pour la libération totale de la République démocratique du Congo (RDC). Il a appelé dans son allocution radiodiffusée tous les congolais à s’unir contre le gouvernement en place pour une libération effective et définitive du peuple alors que les combats ont repris depuis le 28 août dans le Nord Kivu. Alors que les rumeurs circulaient sur sa mort ou son mauvais état de santé, le général Laurent Nkunda est ...
Lire l'article
L'accident d'un avion de ligne d'Hewa Bora, une compagnie privée de République démocratique du Congo (RDC), a fait mardi "21 morts" à Goma (est), mais aucun encore confirmé parmi les passagers, a affirmé dans la soirée à l'AFP le président de la compagnie. "Il y a 21 morts confirmés, dont les corps ont été retrouvés et amenés à la morgue de (l'hôpital général de) Goma. Mais on ne peut à l'heure actuelle confirmer aucun décès parmi les passagers", a déclaré Stavros Papaioannou, estimant que les victimes avaient été "fauchées" au sol au moment du crash. "Il y avait au total 85 personnes ...
Lire l'article
RD-Congo: Le gouvernement de Kinshasa et la rébellion de l’Est entament le dialogue
RDC: réunion publique du chef des rebelles
La rébellion congolaise suspend l’offensive mais renforce ses positions
RD Congo : Les FARDC s’en prennent aux civils
RDCongo: initiatives diplomatiques pour tenter d’arrêter les combats dans le Nord-Kivu
RDC: la force de l’ONU s’efforce de maintenir l’ordre à Goma
Une offensive rebelle enflamme l’est du Congo-Kinshasa
RDCongo: des hélicoptères de l’ONU engagés contre les rebelles
RD Congo : Nkunda veut conquérir le pays
Accident d’avion en RDCongo: 21 morts, mais pas parmi les passagers


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 5 Nov 2008
Catégorie(s): Afrique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*