Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon : Le docteur Pyebi Oyoubi revendique la paternité de la Fagaricine 532

Auteur/Source: · Date: 6 Nov 2008
Catégorie(s): Science

Deux plaintes ont été déposées les 7 et 8 juillet au parquet de Paris par Paul Rebollo et le docteur Pierre Pyebi Oyoubi, à l’encontre du professeur Bruno Eto, ses sociétés et laboratoires biomédicaux et ses collaborateurs, pour détournement de propriété industrielle, escroquerie et menaces de mort. Le 23 septembre dernier, le professeur Eto, avait présenté à Libreville la Fagaricine 532 comme un puissant immunostimulant naturel de sa découverte, ouvrant de nouvelles perspectives pour le traitement des malades du Sida, notamment pour les enfants et les femmes enceintes pour qui le traitement est compatible. Le docteur Pierre Pyebi Oyoubi, éminent médecin gabonais, a revendiqué dans une plainte déposée le 7 juillet dernier au Tribunal de grande instance de Paris le paternité de la Fagaricine 532, et dénoncé un vaste complot qui aurait été orchestré par le professeur Eto pour s’approprier son invention et détourner des financements.

Le parquet de Paris a été saisi de deux plaintes, avec celle de Paul Rebollo, qui s’ajoutent à celle déposée le 5 février dernier, à l’encontre du professeur Bruno Eto, de sa société Etobiotech à Paris, du laboratoire TBC dans le nord de la France et de son collaborateur, Jérôme Gombaud, pour «détournement de propriété industrielle , fabrication illégale de médicaments, abus de confiance, escroqueries, spoliation, faux et usage de faux, calomnie, diffamations, propagation de rumeur d’assassinat et menaces de mort».

Les plaignants expliquent que «le docteur Pyebi Oyoubi, inventeur de la Fagaricine, a mandaté Bruno Eto courant 2003 pour déposer en France le brevet pour protéger sa découverte dénommée Fagaricine 532».

«Peu de temps après, se répandit une rumeur sur la mort du président du Gabon, dont le docteur Pyebi était le médecin personnel. Cette rumeur a provoqué la disgrâce du docteur qui pour échapper à plusieurs tentatives d’assassinat a été contraint de se réfugier en France en août 2005, abandonnant ses biens, son épouse et sa fille au Gabon», poursuit la plainte.

«Pendant ce temps, Bruno Eto a multiplié les manœuvres pour s’approprier le Brevet d’Invention de la Fagaricine», dénoncent les plaignants.

«Après m’avoir signé divers contrats et mandats où il se présentait comme le propriétaire de cette invention, j’ai présenté en toute bonne foi Bruno Eto en Libye où des institutions avaient accepté de financer la fabrication et la commercialisation de ce produit», affirme monsieur Rebollo, ajoutant que «monsieur Bruno Eto (…) a alors multiplier les manœuvres pour m’écarter de mes relations et poursuivre tout seul les démarches que j’avais entreprises».

«Devant mes menaces de plainte en France, Bruno Eto s’engagea à ne plus se rendre en Libye et ne plus intervenir sur la Fagaricine (…) [mais] le docteur Eto et Jérôme Gombaud ont poursuivi leurs démarches à travers diverses structures juridiques (sociétés et association) et se sont rendu à nouveau en Libye, pour la dernière fois du 29 mai au 2 juin 2008, puis sont allé au Gabon où ils ont fait courir le bruit de mon assassinat en Libye et de celui à venir du Docteur Pierre Pyebi Oyoubi», accuse Paul Rebollo dans sa plainte du 8 juillet.

Monsieur Rebollo affirme également que le président Libyen «aurait alloué les 3 millions de dollars que j’avais demandés pour la réalisation du laboratoire. (…) ces fonds auraient été détournés et partagés. (…). Monsieur Eto aurait ainsi construit une maison au Cameroun et une autre en Haïti».

«Le docteur Bruno Eto est un usurpateur qui s’est soustrait à la confrontation avec le corps médical avec qui j’avais organisé des rencontres et a engagé une démarche parallèle préférant des subventions occultes à un crédit officiel des autorités libyennes pour financer un projet industriel destiné à répondre aux demandes de la République Démocratique du Congo», poursuit la plainte de monsieur Rebollo.

«Le docteur Eto a également cherché à faire vendre le brevet qui ne lui appartient pas par l’intermédiaire d’une société Sud-Africaine», ajoute encore le plaignant.

Il précise également que «ni le laboratoire de Biotechnologie T.B.C – France, ni le laboratoire Transcellab ne sont un département de Biotechnologie de la Faculté de Médecine Xavier Bichat qui n’est en rien concernée par les recherches revendiquées par ces deux sociétés de droit privé. (…) vérification faite, il [monsieur Eto] squatte un local d’une autre personne qu’il a pu abuser».

Le docteur Pyebi Oyoubi, a effectivement expliqué avoir mandaté monsieur Eto «afin d’effectuer les démarches auprès de l’Institut National de la Protection Industriel, pour protéger ma découverte que j’ai baptisée Fagaricine 532. Je lui demandais de mentionner le nom du Docteur en Pharmacie Alphonse Louma en temps qu’inventeur et lui proposé d’y rajouter son nom dans le cadre de notre collaboration à venir mais qui restait à définir».

Et que celui-ci aurait «constitué à mon insu la société Etobiotech pour gérer le brevet de la Fagaricine 532, sans y être habilité».

Le docteur Pyebi accuse le professeur Eto et son collaborateur monsieur Gombaud d’avoir «rendu visite au docteur Alphonse Louma à qui ils ont demandé de rester neutre et ont déclaré que monsieur Rebollo avait été assassiné en Libye et que j’allais l’être à mon tour. (…) messieurs Eto et Jérôme Gombaud ont donc répandu cette rumeur d’assassinat en Afrique et en France à leur retour».

«Bruno Eto m’a trompé en utilisant à tord l’intitulé de la Faculté de Médecine de Paris – Xavier Bichat ; tente de me spolier en s’attribuant la propriété de ma découverte ; commercialise des produits fabriqués sans mon accord alors que je suis seul détenteur de la formule et des dosages ; a fabriqué et livré en Libye des produits ; met en danger la santé des patients à qui il fournit des produits «contrefaits» ; continue à vouloir me contourner et m’écarter de toutes mes relations en France, au Gabon et en Libye et répand la rumeur de mon assassinat prochain après celui de Monsieur Rebollo qui m’assiste dans mes démarches», conclu le plaignant.

Au regard du préjudice moral et matériel subi, le docteur Pyebi Oyoubi demande au tribunal de condamner monsieur Eto et son collaborateur à lui verser 1 000 000 d’euros en réparation du préjudice matériel, 500 000 euros en réparation du préjudice moral et 10 000 euros de remboursement des frais de procédure judiciaire.

Monsieur Rebollo réclame pour sa part 150 000 euros de réparation au préjudice matériel et 10 000 euros en réparation au préjudice moral à monsieur Eto, ainsi que 5 000 euros en réparation eu préjudice matériel et 10 000 euros en réparation au préjudice moral à monsieur Gombaud. Il demande également le remboursement des frais de justice engagés à hauteur de 10 000 euros.

Le docteur Pyebi a enfin demandé au tribunal «d’interdire à monsieur Eto, Jérôme Gombaud, les sociétés Etobiotech, TBC et toutes autres sociétés dans lesquelles monsieur Eto aurait directement ou indirectement des intérêts : de revendiquer la propriété de l’invention Fagaricine 532, de fabriquer et commercialiser directement ou indirectement la Fagaricine 532, de promouvoir et parler de la Fagaricine 532 en public, dans les congrès ou conférences, de se présenter en mon nom dans les manifestations internationales, ce qui lui donne force et crédit alors que j’ignore tout de ces agissements».

Le professeur Eto avait présenté le 23 septembre dernier à l’Institut de l’économie et des finances (IEF) de Libreville la Fagaricine comme un puissant immunostimulant naturel de sa découverte, qui ouvre de nouvelles perspectives pour le traitement des malades du Sida, notamment pour les enfants et les femmes enceintes pour qui le traitement est compatible.

La Fagara est une plante typiquement gabonaise déjà largement utilisée dans la médecine traditionnelle locale. La Fagaricine avait été présentée comme l’un des premiers médicaments issu de la pharmacopée traditionnelle qui parvient à obtenir les agréments de l’OMS Afrique et l’OAPI. 


SUR LE MÊME SUJET
Probablement pour tentative d’extorsion de fonds ou trafic d'influence, l’inspecteur général de la Santé, le Docteur Stéphane Iloko, comparait ce lundi 2 mai devant le tribunal de première instance de Libreville, dans la salle des audiences civiles et commerciales du palais de justice. L’inspecteur générale de la Santé, le Docteur Stéphane Iloko, comparait ce jour devant le tribunal de première instance de Libreville qui a été saisi par monsieur Blaise Nyonsé, un opérateur économique, propriétaire de l’entreprise «Foire aux ordinateurs», rapporte le quotidien "L’union". Selon les faits relevés par ce journal dans sa publication du 2 mai 2011, ...
Lire l'article
Les autorités gabonaises ont dissous, mercredi 26 janvier, l'Union nationale (UN), principal parti de l'opposition, en accusant son secrétaire exécutif André Mba Obamé de trahison pour s'être proclamé chef de l'Etat lors d'un simulacre de cérémonie d'investiture mardi soir. Evoquant la "cérémonie de prestation de serment" de M. Mba Obamé, le ministre de l'intérieur, Jean-François Ndongou, a déclaré que "cela constitue un crime de haute trahison passible de la loi". La dissolution de l'Union nationale marque une escalade de la tension au Gabon depuis qu'Ali Bongo Ondimba a succédé à son défunt père Omar en 2009 au terme d'une élection contestée. Le ...
Lire l'article
Le Président du nouveau-né des formations politiques gabonaises - l’Union Nationale en l’occurrence – Zacharie Myboto, a mis à profit, samedi matin, au siège de son parti sis au quartier ‘’Ancienne Sobraga’’, la célébration de l’obtention du quitus du ministère de l’intérieur pour répliquer aux déclarations insistantes de Bruno Mbacky Nzagou, réclamant la paternité du parti politique cité supra, a constaté GABONEWS Depuis bientôt des mois, Bruno Mbacky Nzagou multiplie ses sorties médiatiques pour réclamer la paternité de l’union Nationale dont le récépissé de reconnaissance a été délivré, le 20 avril dernier, par le ministre de l’Intérieur, Jean François Ndongou, ...
Lire l'article
Ebruitée depuis quelques mois, c’est le 21 avril que l’affaire de la paternité de l’appellation «Union nationale» a éclaté avec la conférence de presse lors de laquelle Bruno Nzagou Mbacky a affirmé que le nom de ce parti lui appartenait depuis 2005 et annoncé qu’il avait porté plainte contre le directoire du nouveau parti de l’opposition pour «expropriation et usurpation intellectuelle». Bruno Nzagou Mbacky peut-il réellement prétendre à la paternité de l’appellation «Union nationale» ? C’est la question qui taraude les esprits à l’aube des élections législatives partielles et alors qu’une action en justice aurait été entamée le 12 ...
Lire l'article
Le Vice-président du Rassemblement pour le Gabon (RPG), Pierre Claver Mvelé, a procédé lundi dernier dans la soirée, au siège du parti situé au quartier Petit-Paris de Libreville, à l’installation du nouvel exécutif du parti créé par Paul Mba Abessole il y a environ 10 ans. Le renouvellement du Secrétariat exécutif du RPG n’a pas touché la tête de celui-ci puisque c’est le Docteur Benoît Mba Mezui qui a été reconduit sur décision du président du parti. Il est secondé par Mme Charlotte Kombila, sénateur au 6e arrondissement de Libreville. Parmi les promus au bureau exécutif, figurent au secrétariat national à ...
Lire l'article
La province du Moyen-Ogooué située au centre du Gabon dont son chef-lieu, Lambaréné, une ville mondialement connue à travers l'hôpital du célèbre Docteur Albert Schweizer, regorge d’innombrables richesses dont le tourisme : Présentation. Dans le dialecte myènè, une des composantes de cette partie du Gabon, Lambaréné provient des Goloa et signifie « Nous voulons l’essayer, essayons ». Situé au centre du Gabon à 250 km de route au sud-est de Libreville, sur les rives du Moyen-Ogooué, cette entité administrative est la troisième province du Gabon alors que son chef-lieu (Lambaréné), est la cinquième plus grande ville du pays ...
Lire l'article
Quatre scénarios résument l’avenir possible de l’Afrique à l’horizon 2025, estime le Docteur Alioune Sall, membre-fondateur de l’Institut Futurs Africains En animant, ce jeudi, au Lycée International Berthe et Jean, sis dans le district d’Essassa, conjointement avec le Docteur Cheick Modibo Diarra (Directeur Microsoft Afrique), une conférence portant sur le thème « Afrique 2025 : Quels futurs possibles pour l’Afrique au Sud du Sahara », le Docteur Alioune Sall, une célébrité scientifique africaine, membre-fondateur de l’Institut Futurs Africains, a fait étalage de quatre scénarios qui, selon le conférencier, résumeraient l’avenir du continent africain d’ici à 2025, a constaté GABONEWS. Après ...
Lire l'article
Le corps inerte du docteur serge Mba Békalé, ancien membre du gouvernement et fondateur de l’Union Socialiste du Gabon (USG, majorité), a été découvert samedi dernier, en état de décomposition, dans sa maison par la femme de ménage, rapporte l’Agence Gabonaise de Presse (AGP). La source indique que la dame de ménage aurait découvert le corps inerte en se rendant au domicile du disparu pour y accomplir sa tache habituelle (nettoyage). L’ancien ministre, sous le régime de feu le Président Omar Bongo Ondimba et député vivait seul avant son décès qui, selon la source intervient plusieurs mois après celui ...
Lire l'article
Le docteur Pierre Blaise Matsiégui, chercheur à l’unité de recherche médicale de l’hôpital Albert Schweitzer à Lambaréné au centre du Gabon, a déclaré au sujet du vaccin RTS, S que « les travaux de recherche ont obtenu l’avis favorable du Comité national d’éthique pour la recherche (CNER) ». Outre l’avis favorable du CNER, l’expert a également certifié que les travaux de recherche ont eux aussi obtenu l’autorisation de recherche du ministère de la Santé. « Nous avons passé toutes les phases de recherche au Gabon depuis 4ans en collaboration avec le Mozambique, la Tanzanie, le Ghana, le Gabon, le Burkina Faso, ...
Lire l'article
Le procès de l'assassin présumé d'un médecin français au Gabon pourrait faire resurgir quelques fantômes. Dont celui du reporter Philippe de Dieuleveult, disparu en 1985. Le docteur Loïc Dechazal a été assassiné le 1er février 2005 dans sa chambre de l'hôtel Méridien de Libreville. Ce médecin français de 59 ans, installé au Gabon, participait à un colloque sur le sida en Afrique. Dix jours plus tard, la police interpellait son meurtrier présumé. Thomas N'Guindjoi-Obame, 28 ans, avouait s'être introduit dans la nuit chez sa victime pour la voler et disait l'avoir frappée à mort pour l'empêcher d'appeler au secours. Son procès s'ouvre ...
Lire l'article
Gabon : Le Docteur Stéphane Iloko devant le juge
L’opposition à Ali Bongo revendique la présidence du Gabon
Zacharie Myboto répond à Bruno Mbacky Nzagou à propos de la paternité de l’Union Nationale
Gabon : Le débat sur la paternité de l’UN est-il fondé ?
Politique : Le Docteur Benoît Mba Mezui reconduit à la tête du secrétariat exécutif du RPG
Présentation du Moyen-Ogooué : Lambaréné, ville mondialement connue à travers l’hôpital du célèbre Docteur Albert Scweitzer
Quatre scénarios résument l’avenir possible de l’Afrique à l’horizon 2025, estime le Docteur Alioune Sall
Mort du docteur Serge Mba Békalé, ancien ministre et fondateur de l’USG
Gabon: Vaccin RTS, S : « Les travaux de recherche ont obtenu l’avis favorable du CNER», Docteur Pierre Blaise Matsiégui
L’étrange mort du docteur Loïc Dechazal au Gabon


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (4 votes, moyenne 2,75 sur 5)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 6 Nov 2008
Catégorie(s): Science
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

2 Réponses à Gabon : Le docteur Pyebi Oyoubi revendique la paternité de la Fagaricine 532

  1. pyebi lemboumba pierfreed

    25 Jan 2012 a 09:04

    Que justice soit faite

  2. mè tè Obaka

    17 Jan 2009 a 22:25

    Les enfants ne vous battez pas pour les plantes qui poussent partout dans notre riches Gabon
    Si le bandit à volé le nom que tu as crée trouve un autre nom!! aaaaaaaah vraiment
    la prochaine fois tu feras attention
    si le bandit a vraiment voler ta feuille ooooh n’ai pas peur il aura besoin de cette feuille pour se soigner au gabon la nature sait regler les problemes
    reste tranquille le bondieu est la guééé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*