Socialisez

FacebookTwitterRSS

RD Congo : Les FARDC s’en prennent aux civils

Auteur/Source: · Date: 13 Nov 2008
Catégorie(s): Afrique

Suite à une humiliante défaite fin octobre face à la rébellion aux portes de Goma, les Forces armées de République démocratique du Congo (FARDC) se livrent depuis le 10 novembre à des pillages et des exactions massives dans plusieurs villes au nord de la capitale provinciale du Nord-Kivu. Kinshasa a promis de sévères sanctions à l’encontre des soldats responsables de ces actions et a dépêché sur place le 12 novembre le chef d’Etat major de l’armée de terre, le général Gabriel Amisi, pour faire le point sur la situation.
Plus aucun treillis n’est de bon augure pour les populations de l’est de la République démocratique du Congo (RDC), où les soldats des Forces armées de RDC (FARDC) se livrent depuis le 10 novembre à des pillages et des exactions à grande échelle dans des localités situées au nord de la capitale provinciale du Nord-Kivu, Goma, qui cristallise depuis quelques semaines les combats entre l’armée congolaise et les hommes de Laurent Nkunda.

«Des militaires des FARDC (armée régulière) se livrent depuis lundi soir à des pillages et à des exactions contre la population civile dans la zone de Kanyabayonga», a affirmé le porte-parole militaire de la Mission des Nations unies en RDC (MONUC), le lieutenant-colonel Jean-Paul Dietrich.

Les violences se seraient progressivement étendues et concerneraient désormais également les villes de Kaïna et Kirumba, poussant vers le nord les populations qui fuient par dizaines de milliers les exactions de tous bords.

Kanyabayonga, Kaïna et Kirumba sont situées dans le territoire de Lubero, à une centaine de kilomètres au nord de Goma, la capitale de la province du Nord-Kivu, convoitée par le Conseil national de défense du peuple (CNDP) de Laurent Nkunda.

Fin octobre, repoussés par les rebelles de Laurent Nkunda arrivés aux portes de Goma, les soldats des FARDC avaient déjà commis de nombreux pillages dans la capitale provinciale, qui avaient fait plusieurs victimes.

La MONUC a lutté le 11 novembre «pour que la rébellion n’exploite pas cette situation» et n’attaque pas Kanyabayonga, a souligné le lieutenant-colonel Dietrich, précisant que la MONUC avait lancé une opération avec des hélicoptères et des blindés pour ramener le calme dans la zone. Toutes les routes venant du sud de la province convergent à Kanyabayonga, qui est le verrou d’accès au nord du Nord-Kivu.

«Il n’y a pas eu de combats» le 11 novembre a assuré le porte-parole de la rébellion, Bertrand Bisimwa, qui avait dénoncé des violences contre des civils, alors que la veille, Laurent Nkunda avait assuré de respecter le cessez-le-feu décrété unilatéralement fin octobre par son mouvement.

«Un redéploiement des FARDC et des rumeurs d’attaque» ont provoqué à Kanyabayonga «un vent de mécontentement et de panique parmi les soldats et leurs familles. Les militaires ont commencé à tirer en l’air, à voler des voitures et piller des magasins», a précisé la MONUC.

Les radios locales signalaient le 12 novembre que plusieurs villages sur la route reliant sur une trentaine de kilomètres Kanyabayonga, Kaïna et Kirumba, avaient été mis à sac et des cas de viols ont été signalés.

«C’est une chose regrettable que l’armée régulière se mette à fuir sans avoir entendu un seul coup de feu et se mette à piller la population», a déploré un porte-parole des milices Maï-Maï du Nord-Kivu, alliées à l’armée régulière.

Le gouvernement a promis de «châtier» les soldats qui se sont livrés cette semaine à des pillages dans l’est de la RDC.

«Notre principe est la tolérance zéro pour punir ce comportement qui discrédite notre armée», a déclaré le 12 novembre le porte-parole du gouvernement, Lambert Mende, il a également ajouté que «quiconque aurait commis des exactions sera châtié».

Le chef d’état-major de l’armée de terre, le général Gabriel Amisi, est arrivé le 12 novembre à Kanyabayonga pour faire le point de la situation.
Sur le front humanitaire, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a recensé 1 000 cas de choléra depuis début octobre dans l’Est et craint une épidémie. L’ONU s’était également inquiétée que certaines zones du Nord-Kivu soient devenues des «trous noirs humanitaires» après le départ de ses équipes victimes de l’insécurité.

L’organisation Human Rights Watch (HRW) a par ailleurs affirmé qu’au moins 50 civils avaient été tués, la majorité par la rébellion, la semaine dernière à Kiwanja (80 km au nord de Goma), où l’ONU a dénoncé la perpétration de «crimes de guerre».

L’armée congolaise, en pleine restructuration depuis la fin de la guerre de 1998-2003, commet régulièrement viols, pillages et assassinats de civils. Mal payés et indisciplinés, ses soldats étaient responsables de 40% des violations des droits de l’Homme enregistrées en RDC dans les six derniers mois de 2006, selon l’ONU.
 


SUR LE MÊME SUJET
Des milliers de Librevillois ont pris d’assaut samedi les différents cimetières de Libreville afin de les nettoyer à la veille de la célébration de la fête de la Toussaint appelée "Fête des morts", a constaté un correspondant de Xinhua sur place. Dès la levée du jour, de nombreux Librevillois sont arrivés aux différents cimetières de la capitale munis de pèles et machettes, afin de manifester leur attachement à leurs disparus en nettoyant leurs dernières demeures. "Nous sommes venus nettoyer nos cimetières et le 1er novembre nous viendront rien que pour le dépôt des gerbes des fleurs", a annoncé Charlotte Moulongo une veuve. Les ...
Lire l'article
Coup d'Etat confirmé au Niger. Un groupe de soldats mutins a annoncé jeudi soir avoir renversé le président Mamadou Tanjda, suspendu la Constitution et dissout les institutions républicaines. Le pays est désormais dirigé par une junte baptisée Conseil suprême pour la restauration de la démocratie. Quelques heures après l'attaque en plein jour du palais présidentiel, les militaires ont pris la parole à la télévision nigérienne, confirmant avoir pris le pouvoir dans la journée. "Le Conseil suprême pour la restauration de la démocratie (CSRD), dont je suis le porte-parole, a décidé de suspendre la Constitution de la VIe République et de dissoudre toutes ...
Lire l'article
Après Libreville, la dépouille d’Edith Lucie Bongo Ondimba reçoit depuis son arrivée en début d’après – midi à Brazzaville, l'une des rives du fleuve Congo, son pays natal, des hommages de la Nation et de pays amis au stade Saint Denis, rapporte la chaîne de télévision privée gabonaise « TéléAfrica » qui retransmet la cérémonie en direct. Le corps sans vie de l’épouse du chef de l’Etat gabonais, fille aînée du président congolais, Sassou Nguesso, est exposé sous une tente, dans un cercueil toujours recouvert du drapeau gabonais (Vert-jaune-bleu). Plusieurs personnalités congolaises et étrangères dont le chef de l’Etat centrafricain, François Bozizé ...
Lire l'article
Les pourparlers entre le gouvernement de la République démocratique du Congo (RDC) et une délégation de la rébellion congolaise de Laurent Nkunda ont débuté ce lundi après midi à Nairobi au Kenya. Il s'agit des premières discussions directes entre les deux parties. Elles se tiennent à présence de l'ex-président nigérian Olusegun Obasanjo, médiateur de l'Organisation des nations unies (ONU) dans la crise en RDC. Le dialogue, tant réclamé par Laurent Nkunda, vise à obtenir un cessez-le-feu dans l'Est du pays. Depuis août dernier, la RDC est confrontée à une reprise des combats dans le Nord-Kivu (Est) entre l'armée et la rébellion du général ...
Lire l'article
Face à une armée qui s'effondre, un petit mouvement rebelle peut former des rêves de grandeur. Dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), le Congrès national pour la défense du peuple (CNDP) progressait sans être inquiété vers la ville de Kanyabayonga. Dans cette ville qui constitue le verrou du nord de la région, plusieurs brigades de troupes gouvernementales, au lieu de combattre, étaient en train de s'enfuir, mercredi 19 novembre, dans le plus grand désordre, en pillant frénétiquement la ville qu'ils étaient supposés défendre. Alors que la chute de la Kanyabayonga paraissait inéluctable, le CNDP a annoncé, mercredi, ...
Lire l'article
L'armée régulière quadrillait mardi après-midi les rues de Kayna, petite localité de l'est de la République démocratique du Congo (RDC), théâtre dans la matinée de combats entre soldats congolais et miliciens pro-gouvernementaux Maï-Maï, a constaté l'AFP. Aucun coup de feu n'était audible dans la localité, où le calme semblait revenu.Des dizaines de soldats étaient présents et vaquaient normalement à leurs activités dans la rue principale de Kayna, à environ 120 km au nord de Goma, la capitale provinciale du Nord-Kivu. Certains étaient postés aux carrefours, d'autres étaient en train de faire leur paquetage dans le calme et rangeaient des affaires dans des ...
Lire l'article
Les travaux de la réunion de médiation ouverte le 7 novembre à Nairobi, au Kenya, sous les auspices de l'Organisation des Nation Unies (ONU) pour trouver un consensus politique à la crise qui ravage l'est de la République démocratique du Congo (RDC) a révélé un soutien supposé de l'Angola et du Zimbabwe aux troupes congolaises. Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki Moon, a appelé les participants à chercher des solutions à la source du problème afin de stabiliser cette région sur le long terme, et a mandaté l'ancien président nigérian Obasanjo comme médiateur de la crise sur le terrain. ...
Lire l'article
La situation semblait se calmer, samedi 8 novembre, dans l'est de la République démocratique Congo. Mais au cours d'une conférence de presse à Goma, le chef de la Mission de l'ONU en RDC (Monuc), Alan Doss, a "déploré les violations très graves des droits de l'homme (...) dans la région de Rutshuru, à 80 km au nord de Goma, ces derniers jours". "Nous avons malheureusement découvert des tueries dans la ville de Kiwanja et à côté, y compris des civils qui ont été visés par des groupes armés", a indiqué M. Doss. "Ce sont des crimes de guerre que nous ...
Lire l'article
La pluie, la boue, des rebelles, une armée en fuite et les Nations unies en perdition : toutes les conditions d'une débâcle de premier ordre sont en passe d'être réunies dans les collines du Nord-Kivu, la province extrême-orientale de la République démocratique du Congo (RDC). Cette débâcle est avant tout celle de l'armée gouvernementale. Les Forces armées de RDC (Fardc) plient depuis plusieurs jours devant une nouvelle offensive des rebelles de Laurent Nkunda. Ce dernier, ancien militaire passé par plusieurs rébellions congolaises satellites du Rwanda voisin, appartient à la communauté tutsie du Nord-Kivu. Il a déjà pris Bukavu en 2004, la ...
Lire l'article
Le général Laurent Nkunda, leader du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP), a annoncé le 2 octobre dans un discours à la BBC la mue du CNDP en mouvement pour la libération totale de la République démocratique du Congo (RDC). Il a appelé dans son allocution radiodiffusée tous les congolais à s’unir contre le gouvernement en place pour une libération effective et définitive du peuple alors que les combats ont repris depuis le 28 août dans le Nord Kivu. Alors que les rumeurs circulaient sur sa mort ou son mauvais état de santé, le général Laurent Nkunda est ...
Lire l'article
Toussaint : des milliers de Gabonais prennent d’assaut les cimetières de Libreville
Les militaires prennent le pouvoir au Niger
Congo: La dépouille de la Première Dame du Gabon désormais sur la rive du fleuve Congo, à Brazzavillle, terre natale
RD-Congo: Le gouvernement de Kinshasa et la rébellion de l’Est entament le dialogue
La rébellion congolaise suspend l’offensive mais renforce ses positions
Est de la RDC: retour au calme à Kayna, l’armée contrôle la localité
Crise RD Congo : L’ONU veut prévenir la régionalisation du conflit
L’ONU dénonce des “crimes de guerre” au Congo
Une offensive rebelle enflamme l’est du Congo-Kinshasa
RD Congo : Nkunda veut conquérir le pays


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 13 Nov 2008
Catégorie(s): Afrique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*