Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon : Doumba renforce le contrôle du développement de la filière bois

Auteur/Source: · Date: 14 Nov 2008
Catégorie(s): Economie

Le directeur général des Eaux et Forêts, Pierre Ngavoura, représentant le ministre de tutelle, Emile Doumba, empêché, a tenu le 12 novembre à Libreville une conférence de presse visant à expliquer les modalités et les objectifs du nouveau système d’attribution des permis d’exploitation forestière. En instaurant un système d’adjudication par appel d’offres, la tutelle entend améliorer le contrôle du processus d’industrialisation de la filière bois dans le cadre de la politique de gestion et de développement durable des ressources forestières du pays et du développement de l’activité économique pour lutter contre la pauvreté et l’exode rural.

Dans le cadre du lancement du nouveau système d’adjudication des permis d’exploitation forestière par appel d’offres, le directeur général des Eaux et Forêts, Pierre Ngavoura, a tenu un point presse le 12 novembre dernier au siège du département à Libreville pour expliquer le fonctionnement et la portée de cette opération.

Cette opération s’inscrit également dans le cadre du renforcement de la transformation locale des grumes pour la diversification de l’économie nationale et la lutte contre la pauvreté et le chômage.

«Cette méthode procède de la volonté du ministère des Eaux et Forêts d’appliquer les nouvelles orientations gouvernementales qui sont conformes au Code forestier en République gabonaise et dont l’objectif visé est de parvenir à créer une classe des opérateurs nationaux dans la filière bois», a expliqué le directeur général des Eaux et Forêts.

La première phase de l’opération concernant les exploitants nationaux, le ministre délégué Ngavoura a annoncé que 125 massifs forestiers avaient été identifiés pour 16 lots à attribuer, correspondant à une surface totale d’1 373 195 hectares.

Ces concessions sont réparties sur 8 des 9 provinces du pays, l’Estuaire ayant été exempté de cette opération pour permettre la régénération de la forêt dans cette province victime d’une surexploitation forestière.

Le découpage stratégique des concessions par la tutelle devrait permettre aux exploitants nationaux d’acquérir de nouvelles parcelles et faciliter le développement du secteur, selon les critères financiers et techniques arrêtés par le ministère des Eaux et Forêts pour garantir la gestion et le développement durable de la filière bois.

Les contraintes financières arrêtées par la tutelle pour prétendre à l’obtention d’un permis d’exploitation forestière fixent notamment le prix de l’hectare par rapport à une base référentielle au plus offrant estimé à 600 francs CFA. Les postulants doivent également présenter un dossier financier solvable auprès des banques ainsi que des garanties.

Les contraintes techniques seront également déterminantes dans l’attribution des permis dans la mesure où les concessions ne seront plus octroyées au plus offrant mais au plus compétent.

«L’acquéreur, outre le fait qu’il peut paraître le mieux placé dans la pratique de l’offre parce qu’ayant misé plus que les autres, celui-ci doit absolument avoir un dossier technique qui intègre les capacités techniques» adéquats, a expliqué Pierre Ngavoura.

Le soumissionnaire devra «par exemple avoir un certain nombre d’outils et matériels d’exploitation, comme le débardeur à pneus ou à chenilles, le grumier, la niveleuse, le chargeur frontal et l’expérience professionnelle», a précisé le directeur général des Eaux et Forêts, avant d’insister sur «le respect des engagements et des normes d’intervention en milieu forestier».

Pour statuer sur les appels d’offres, le gouvernement a mis en place un comité pour l’adjudication des permis forestiers, le comité pour l’industrialisation de la filière bois, qui regroupe des représentants de neuf départements ministériels.

Pour statuer sur les dossiers soumis au comité, un système de notation a été mis en place qui évalue les investissements sur 40 points, les capacités financières et les garanties de bonne exécution sur 20 points, l’expérience professionnelle sur 25 points ainsi que les engagements et les normes d’intervention en milieu forestier sur 15 points.

Les avis d’appels d’offre ont été rendus publics depuis quelques jours et l’opération se poursuivra dans sa seconde phase, dans une quinzaine de jours, avec la diffusion par le ministère d’informations complémentaires concernant la localisation des massifs forestiers retenus, les offres financières et techniques ou encore l’achat des dossiers d’appel d’offres.


SUR LE MÊME SUJET
Libreville et Paris viennent de signer un accord de conversion d’une partie de la dette gabonaise vis-à-vis de la France pour plus de 970 millions de francs CFA. Cette initiative permettra de créer un Bureau industrie bois (BIB) destiné à appuyer l’industrialisation de la filière bois. A l’occasion de la quatrième réunion du comité d’orientation stratégique de l’accord de conversion de dettes, le 11 février à Libreville, le Gabon et la France ont signé deux nouvelles décisions d’engagement des fonds d’un montant de plus de 970 millions de francs CFA destinées au secteur bois. La convention ...
Lire l'article
Engagé dans un vaste programme d’industrialisation de sa filière bois, le Gabon se dote d’outils pour y parvenir. Après l’adoption du projet de décret fixant les règles et conditions d’accès au fonds créé par l’Etat, le gouvernement a actualisé le 14 octobre l’article 2 du décret relatif à la composition et au fonctionnement du comité pour l’industrialisation de la filière bois. Réuni le 14 octobre à Libreville, le Conseil des ministres a adopté le projet de décret portant modification de l’article 2 du décret N° 001031/PR/MEF du 1er décembre 2004, sur la composition et le fonctionnement du comité ...
Lire l'article
La première réunion relative à la mise sur pied de l’industrialisation de la filière bois s’est tenue le 23 septembre. Présidée par les ministres des Eaux et Forêts, Martin Mabala, et du Travail, Maxime Ngozo Issoundou, cette rencontre visait la mise en place des stratégies de lancement de la phase d’industrialisation, ainsi que les moyens de régulation de celle-ci dans le pays. Dans le cadre l’industrialisation de la filière bois, le ministre des Eaux et Forêts, Martin Mabala, et son collègue du Travail, Maxime Ngozo Issoundou, ont tenu le 23 septembre à Libreville avec les opérateurs de cette filière, la ...
Lire l'article
Dans le cadre de la nécessité d’industrialiser la filière bois au Gabon qui découle de l’interdiction d’exportation des grumes, le chef de l’Etat a annoncé le 4 mars à Port-Gentil une série de mesures d’accompagnements pour les opérateurs du secteur. Il s’agit notamment de la mise en place d’un fonds de soutien de 20 milliards de francs CFA, de l’exonération temporaire des droits d’entrée des matériels et équipements de transformation du bois. Les opérateurs de la filière bois au Gabon sont désormais fixés sur la nature des mesures d’accompagnement mises en place par l’Etat pour accompagner le ...
Lire l'article
En vue d’examiner les conséquences de l’interdiction d’exporter les grumes et étudier les mesures d’accompagnement de cette décision, un forum sur la gestion forestière au Gabon a été organisé du 15 au 17 février dernier à Libreville. Ayant rassemblé tous les acteurs du secteur, les travaux ont débouché sur la nécessité d'adoucir l'interdiction d'exportation des grumes en janvier 2010 et ont notamment recommandé un calendrier progressif jusqu'en 2012. Réunis autour du thème «bilan de la gestion forestière au Gabon et perspectives pour la valorisation des produits forestiers», plus de 500 experts représentant les administrations impliquées, les opérateurs privés de la ...
Lire l'article
Le Premier ministre gabonais, Paul Biyoghé Mba, a confirmé l'interdiction d'exporter le bois en grumes, tout en promettant des mesures d'accompagnement lors d'un forum sur la gestion forestière à Libreville. "Nous devons engager immédiatement l'industrialisation de la filière du bois", et l'interdiction d'exporter le bois en grumes (arbre abattu, mais resté brut avec son écorce, ndlr), décidée en novembre, en "est le moyen", a affirmé à l'AFP le Premier ministre en quittant le forum lundi 15 février à Libreville.. "Il y a aura des mesures d'accompagnement sur le plan législatif, fiscal, douanier, économique. Il faudra aider les opérateurs économiques de la ...
Lire l'article
''Le gouvernement de la République attend que nous éliminions l'exploitation illicite du bois et le braconnage pour faire place à des activités gérées de façon durable et responsables'', a déclaré jeudi à Libreville le ministre gabonais de l'Economie forestière, des Eaux et de la Pêche, Emile Doumba. Le ministre qui intervenait à la clôture de l'atelier sur le renforcement des capacités des services déconcentrés de son ministère, a également émis le voeu de voir de telles actions se renouveler chaque année, et non tous les cinq ans comme c'est le cas actuellement. Il a félicité l'ensemble des participants, tant pour la ...
Lire l'article
Le ministre de l’Economie forestière, Emile Doumba, a réuni, le 1er décembre dernier à Libreville, les acteurs privés et publics de la filière bois du Gabon en vue de faire le point sur la santé du secteur et les moyens de prévenir les répercussions de la dégradation des marchés occidentaux sur les exportations nationales. Les techniciens du ministère de tutelle ont dressé un bilan inquiétant de la filière gabonaise du bois, dû notamment à la baisse de la demande européenne et asiatique. Tandis que les opérateurs économiques ont affiné cette analyse en dressant un panorama de leurs activités respectives. Face ...
Lire l'article
Le Conseil des ministres a adopté le 24 juillet le projet de décret fixant les conditions d'attribution du Permis de gré à gré (PGG). Présenté par le ministre de l'Economie forestière, Emile Doumba, ce nouveau type de permis concerne des concessions en zones rurales d'un maximum de 50 arbres certifiés et destinés à la transformation locale. Dans le cadre des objectifs fixés par le gouvernement de hisser le taux de transformation locale des grumes de 46% à 72% d'ici 2012, le ministre de l'Economie forestière, Emile Doumba, a fait adopté le 24 juillet dernier par le Conseil des ministres un projet ...
Lire l'article
«L’évolution de la gouvernance pour la gestion durable des écosystèmes forestiers dans le bassin du Congo», c’est face à ce défi que les décideurs de l’administration forestière africaine et les représentants des ONG internationales ont ouvert le 23 mai dernier à Libreville, un atelier visant à adapter les outils de régulation à l’évolution de l’exploitation forestière dans la sous région. L’Association interafricaine des industries forestières (IFIA) a ouvert le 23 mai dernier dans la capitale gabonaise un atelier de réflexion sur l’adaptation des outils de régulation pour faire face à l’évolution de l’exploitation forestière dans le bassin du ...
Lire l'article
Gabon : 970 millions de FCFA pour l’industrialisation de la filière bois
Gabon : Un nouveau pas vers l’industrialisation de la filière bois
Gabon : Comment industrialiser la filière bois ?
Gabon : Ali Bongo sort son attirail d’industrialisation de la filière bois
Gabon : Deux ans de sursis pour industrialiser la filière bois ?
Gabon: Vers l’industrialisation de la filière bois ?
Gabon: Le gouvernement attend que nous éliminions l’exploitation illicite du bois et le braconnage (Emile Doumba)
Gabon : La filière bois perd des billes
Gabon : Les petits permis de Doumba
Gabon : Libreville à la recherche des outils de gouvernance de la filière bois dans la sous région

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 14 Nov 2008
Catégorie(s): Economie
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*