Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon: Gabon-Café: la Caistab, maître d’œuvre de la réhabilitation de la filière.

Auteur/Source: · Date: 17 Nov 2008
Catégorie(s): Economie

Apres l’embellie des années 70, quand le Gabon produisait 3 000 tonnes de café par an, la production caféière nationale s’était effondrée d’environ 90% au début des années 2000. Depuis quelques années, la filière renaît de ses cendres grâce au coup de pouce de l’Etat.A l’origine de cette régénération de la filière, les préconisations majeures du Document stratégique de croissance et de réduction de la pauvreté, qui ont ouvert sur une nouvelle vision du développement post-pétrole.

C’est dans ce cadre qu’est dévolue à la Caisse de Stabilisation et de Péréquation, encore appelée Caistab, la mission de transformer la caféiculture en levier de développement et outil d’aménagement du territoire.

Avec des fonds publics en hausse constante, les plantations recouvertes par la forêt sont réhabilitées par la Caistab, qui assure en même temps la formation des paysans et la commercialisation du café, avec un prix garanti capable à terme de rendre les producteurs autonomes. Le postulat des autorités gabonaises est clair : le café peut, doit et va redonner du travail et un revenu régulier à ceux qui s’y investiront. Et ce ne sont pas les mesures d’incitation qui font défaut.

Le directeur général de la Caistab, Matthias Otounga Ossibadjouo, en est bien imprégné. Il use d’ailleurs de formules simples pour définir un grand dessein : < < espérer apporter un peu de prospérité dans le monde rural et générer des devises>> pour l’Etat.

Pour Matthias Otounga Ossibadjouo, < < la stratégie s’échelonne en six missions : réhabiliter le verger national, vieux d’un peu plus de trente ans ; créer de nouvelles plantations en misant sur une nouvelle génération de planteurs ; développer des pépinières de nouvelles variétés a meilleur rendement (18-24 mois) ; intensifier la lutte phytosanitaire ; créer un centre d’apprentissage pour inculquer les savoirs utiles aux postulants, à condition qu’ils disposent de terres appropriées et leur procurer un accompagnement sur six mois environ ; encadrer les planteurs en les amenant à utiliser de nouvelles méthodes culturales et rechercher des financements et la garantie des prêts aux acteurs de la filière >>. 


SUR LE MÊME SUJET
Une campagne de réhabilitation des plantations de cacao et de café a été lancée mercredi à Makokou, capitale provinciale de l’Ogooué Ivindo (nord est) dans le but de relancer l’agriculture dans cette partie du Gabon. La campagne lancée par la représentation provinciale de Caisse de stabilisation et de péréquation (Caistab) vise également à créer de nouveaux champs de cacao et de café dans toute la province. Selon un communiqué du gouverneur de la province, Rufin Moutessayigoué, la campagne concerne d’abord le verger dit provinciale. La seconde phase va concerner la création des nouvelles plantations. L’opération appelle également les planteurs de la province ...
Lire l'article
La toute première campagne d’achat du cacao produit par les planteurs de Lambaréné et ses environs dans le Moyen Ogooué, vient d’être rachetée par le Directeur général de la Caisse de stabilisation et de péréquation (Caistab), Mathias Otounga Ossibadjouo, trois ans après la relance de la culture du cacao et du café dans la province. Pour les 45 hectares de terre cultivés à Lambaréné et ses environs sur une période de trois (3) ans, une première production de 1000kg, soit une tonne de produit du cacao, a déjà été récoltée sur une superficie de 7 hectares. De quoi réjouir les ...
Lire l'article
La Caisse de Stabilisation et de péréquation (CAISTAB), a mobilisé plus de 1700 jeunes dans le nord du pays pour la réhabilitation des plantations de café-cacao dans la province du Woleu-Ntem (nord), en vue de relancer la culture de rente dans cette partie du pays, a-t-on appris auprès d’une source concordante. Le projet est initié par le gouvernement de la République et mis en branle sur le terrain par la direction générale de la Caisse de Stabilisation et de péréquation du Woleu-Ntem. Cette opération de réhabilitation des plantations de café-cacao dans les villages du septentrion concerne plus de 1700 jeunes qui seront ...
Lire l'article
Après une première réunion en avril où l’aspect financier n’a pu être abordé, le comité de gestion de la Caisse de stabilisation et de péréquation (CAISTAB) s’est une nouvelle fois réuni le 1er juin à Libreville pour examiner son bilan financier de 2007 au premier trimestre 2010, qui fait ressortir plusieurs irrégularités. Le comité de gestion de la Caisse de stabilisation et de péréquation (CAISTAB) a tenu une nouvelle assemblée générale le 1er juin à Libreville après sa réunion d’avril dernier. Il s’agissait pour le comité de faire le bilan financier des activités de la CAISTAB allant de la période ...
Lire l'article
La direction de la caisse de stabilisation et de péréquation (CAISTAB), réunie le 23 avril dernier à Libreville, a décidé de mobiliser tous les moyens nécessaires pour relancer la filière café-cacao. Elle veut arriver à une production de près de 4000 tonnes de fèves d’ici 2014, soit 2000 tonnes de cacao et 2000 tonnes de café. Le projet est ambitieux : produire 4000 tonnes de café et de cacao d’ici 2014. Pour y parvenir, le président du Comité de gestion de la caisse de stabilisation et de péréquation (CAISTAB), Félix Onkeya, estime qu’il est nécessaire de créer de nouvelles pépinières ...
Lire l'article
La Coalition Gabonaise du Refus et de Salut National a publié mercredi 10 juin son « Plan de Paix et de Réconciliation Nationale » pour le Gabon, un plan de paix que la Coalition définit comme une Proposition de Paix et de Réconciliation Nationale à l’endroit du Gouvernement, des Institutions et des membres de la société civile et politique gabonaise. La publication de ce « Plan de Paix » de 21 pages fait suite au meeting de la Coalition à Bruxelles les 30 et 31 mai 2009, meeting au cours duquel les membres de la Coalition ont planché pendant deux jours ...
Lire l'article
Les ingénieurs de la Caisse de stabilisation et de péréquation (CAISTAB) ont récemment pris part à Oyem, chef-lieu du Woleu-Ntem, à un atelier de formation aux techniques de greffage et de bouturage des plants de cacao et de café. Cette formation doit permettre aux experts de la CAISTAB de se familiariser avec des techniques susceptibles d’améliorer le rendement des cultures de cacao et de café sur l’étendue du territoire national, dans le cadre du développement du secteur et de la diversification de l’économie nationale. La capitale provinciale du Woleu-Ntem, Oyem, au nord du pays, a récemment abrité un atelier de ...
Lire l'article
Le chef de l'Etat a visité le 11 octobre les plantations de cacao et de café autour de Bongoville pour évaluer les efforts de la Caisse de stabilisation et de péréquation (CAISTAB) dans le développement de la filière du café et du cacao. Cette exploitation mise en place dans le cadre de la relance du secteur initié depuis 2005 par le gouvernement emploie aujourd'hui plus de 60 personnes. Le président gabonais a chaussé ses bottes le 11 octobre dernier pour visiter les plantations de café et de cacao situées dans la région de Bongoville, dans la province du Haut Ogooué, ...
Lire l'article
Une délégation de la Caisse nationale de stabilité et de la péréquation (CAISTAB) séjourne à partir de ce lundi dans certaines localités de la province de la Ngounié (Centre sud), en vue de l'achat du Café et du Cacao dans cette province du pays. En effet, selon cette source, environ un tiers de la population dans ces localités vit directement ou indirectement du cacao et du café. Ainsi, au Gabon, le café et le cacao représentent 20% des recettes d'exportation, et les responsables de la CAISTAB dont le directeur, Mathias Ossibadjouo, récemment primé pour les efforts fournis entendent véritablement redynamiser ce secteur ...
Lire l'article
Dans une publication du quotidien pro gouvernemental « l’Union » de ce samedi, le Directeur général de la Caisse de stabilisation et de péréquation (Caistab), Mathias Otounga Ossibadjouo, a révélé, au sujet de la relance des activités de la filière cacao – café que la production locale reste encore en dessous du « cours du marché ». Le Directeur général de Caistab, a fait savoir qu’aujourd’hui, le cours se situe autour de 1000 euros la tonne, alors que la production du Gabon est encore faible pour satisfaire la demande internationale. Pour atteindre les objectifs du Gouvernement, la Caistab s’est lancée ...
Lire l'article
Lancement d’une campagne de réhabilitation des plantations de cacao et de café dans l’Ogooué Ivindo
La Caistab annonce une première production de 1000kg de cacao dans le Moyen-Ogooué
CAISTAB: Plus de 1700 jeunes mobilisés pour la réhabilitation des plantations de cacao et café dans le nord du Gabon
Gabon : La CAISTAB planche sur ses états financiers
Le Gabon à l’heure de la relance la filière café-cacao
Plan de Paix
Gabon : La main verte de la CAISTAB pour le cacao et le café
Gabon : Bongo dans les plantations de café et cacao
Gabon: La CAISTAB dans la Ngounié pour l’achat du cacao et du café
Gabon: Cacao – café: la production locale encore en dessous du cours du marché international


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne 5,00 sur 5)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 17 Nov 2008
Catégorie(s): Economie
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Une Réponse à Gabon: Gabon-Café: la Caistab, maître d’œuvre de la réhabilitation de la filière.

  1. Eric le ndoss

    6 Jan 2009 a 20:34

    Félicitation à Monsieur Mathias Otounga Ossibadjouo, pourvu que ses objectifs soient atteint; Le Gabon serait gagnant d’un pari jusqu’ici mit en placard. La relance de l’économie par d’autre voies que le pétrole.

    Cependant pour réussir à motiver le maximum de jeune vers la culture du Café et du Cacao, il faut vraiment et de manière significative, “ENRICHIR” les planteurs actuel, pour susciter l’envie chez les autres… Comment?

    En initiant des loteries dont le seul but est de motiver les agriculteurs, Gagner des maisons, des voitures, etc… pour le meilleurs planteur, la meilleur plantation etc. Envahir les médias, tout cela finira bien par faire comprendre aux autres que par la terre, il est possible de prospérer; car regardons les choses en face, les gabonais ne sont tous pas ou plus très motivés. A problème sérieux, solution drastique.

    Félicitation à Vous monsieur Otounga Ossibadjouo, nous vous soutenons.

    Eric le ndoss

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*