Socialisez

FacebookTwitterRSS

Des chefs d’Etat africains visés à Paris par une nouvelle plainte

Auteur/Source: · Date: 2 Déc 2008
Catégorie(s): Françafrique

Les chasseurs de “biens mal acquis” par les chefs d’Etat africains reviennent à la charge. Un an après la fin d’une enquête de police qui a mis au jour l’impressionnant patrimoine immobilier de plusieurs chefs d’Etat africains en France, une nouvelle plainte a été déposée, mardi 2 décembre, devant le doyen des juges d’instruction de Paris visant les chefs d’Etat du Gabon, du Congo-Brazzaville et de Guinée équatoriale ainsi que leurs entourages pour “recel de détournement de fonds publics”.

Les plaignants – l’organisation non gouvernementale Transparency Internationalet un contribuable gabonais – accusent les présidents Omar Bongo, Denis Sassou Nguesso et Teodoro Obiang, d’avoir acquis leur fortune au détriment du budget de leur pays, et donc de leur population. “Personne ne peut croire, écrivent-ils dans la plainte, que ces biens immobiliers dont la valeur est (…) de l’ordre de plusieurs millions d’euros, ont pu être acquis par le seul fruit de leurs rémunérations”.
Ils estiment que la justice française est compétente car, selon eux, le délit de recel, constitué par l’achat d’immeubles et de voitures de luxe, a été commis en France.

Une nouvelle plainte est déposée car la première a été classée sans suite, en novembre 2007, pour “infraction insuffisamment caractérisée”. Si l’enquête policière a dressé l’inventaire de l’opulence des dirigeants de ces pays pauvres, elle n’a pas, faute de mandat dans ce sens, déterminé l’origine des fonds ayant permis ces somptueuses acquisitions concentrées entre les 16e, 8e et 7e arrondissements de Paris.

C’est précisément pour obtenir la désignation d’un juge d’instruction apte à diligenter une enquête approfondie, qu’une nouvelle plainte, appuyée par les résultats de l’enquête de police, est déposée.
Cette fois, la plainte est assortie d’une “constitution de partie civile” qui emporte, en principe, l’ouverture d’une information et donc la désignation d’un magistrat instructeur. Mais pour en arriver là, la plainte doit être considérée comme “recevable”. Elle ne le sera que si le doyen des juges d’instruction reconnaît l'”intérêt à agir” des plaignants.
La position du parquet, lié au gouvernement, sera très attendue, s’agissant d’une procédure visant des chefs d’Etat “amis de la France”.

Les promoteurs de la première plainte assurent avoir “bétonné” cet aléa juridique en cédant la place à Transparency international (TI), ONG reconnue, dont la vocation est précisément la lutte contre la corruption. “Nous avons décidé de nous placer plus résolument aux côtés des victimes de la corruption, explique Daniel Lebègue, président de TI-France. La solide enquête déjà menée ne peut rester sans suite. Mais notre but n’est pas de régler des comptes. Ce que nous visons c’est la restitution aux populations des bien mal acquis.” Le ressortissant gabonais qui signe la plainte aux côtés de TI, allègue du “préjudice” qu’il aurait subi en tant que contribuables, par suite des détournements supposés de fonds publics.

Si l’avenir judiciaire de la procédure reste incertain, l’écho favorable qu’elle a suscité dans les opinions publiques africaines et, a contrario, la fureur qu’elle a déclenchée chez les chefs d’Etat visés, semble traduire un réel retentissement.

Les pressions et les menaces, les visites d’intercesseurs mystérieux et les appels téléphoniques anonymes rapportés par les plaignants tendent à montrer que l’affaire est prise au sérieux. Ainsi, l’avocat William Bourdon, président de l’association de défense des droits de l’homme Sherpa, maître d’œuvre des plaintes, affirme avoir fait l’objet d’une “tentative de corruption privée” en septembre. Un avocat se disant mandaté par les autorités gabonaises est venu lui proposer “une somme d’argent pour Sherpa via la création d’une fondation en Suisse”.

D’autre part, Me Bourdon dit aussi avoir reçu la visite d’un personnage énigmatique se présentant comme émissaire du président Bongo et l’informant de menaces pesant sur sa personne. Me Bourdon affirme que le visiteur lui a déclaré que le président gabonais était prêt à vendre un hôtel particulier à Paris au profit d’ONG de son pays, en contrepartie du retrait de la plainte.

“La pression sur nos coplaignants est énorme”, assure M. Lebègue, le président de Transparency International-France. Si forte, semble-t-il, que deux contribuables congolais appartenant à une “plate-forme contre la corruption et l’impunité”, qui devaient cosigner la plainte y ont renoncé, vendredi 28novembre, après avoir reçu des menaces explicites contre leurs familles.

Intimidation, mais aussi pressions sur le microcosme associatif de la diaspora : la nouvelle plainte sur les “biens mal acquis” a déclenché de multiples réactions. A Libreville (Gabon), une association baptisée “Touche pas à mon président” s’est constituée cet été pour dénoncer la “cabale” visant M. Bongo.

A Paris aussi, l’affaire est suivie de près. En avril, Nicolas Sarkozy avait fait prévaloir l’amitié d’Omar Bongo, doyen des chefs d’Etat africains influent mais controversé, sur ses déclarations de campagne favorables à un aggiornamento des relations franco-africaines et à la fin des “complaisances” à l’égard de certains régimes africains.

Il avait dépêché au palais présidentiel de Libreville le secrétaire général de l’Elysée, Claude Guéant, afin d’apaiser la colère du président gabonais suscitée par l’enquête sur ses immeubles à Paris et les critiques de Jean-Marie Bockel, alors secrétaire d’Etat à la coopération.
Avant d’être écarté de ce poste, M. Bockel avait affirmé que “certains pays ont d’importantes ressources pétrolières mais [que] leur population n’en bénéficie pas”. Une assertion qui sonnait comme une approbation officielle de la plainte visant les “biens mal acquis”.
 


SUR LE MÊME SUJET
Le chef de l’Etat gabonais, Ali Bongo Ondimba, est présent, ce mercredi 14 juillet, parmi la douzaine de chefs d’Etat africains invités par leur homologue français, Nicolas Sarkozy, à la tribune officielle, pour le défilé du 14 juillet, fête nationale française, selon l’Elysée. A cette occasion des militaires venus de treize pays (Bénin, Burkina Faso, Cameroun, Centrafrique, Congo, Gabon, Mali, Mauritanie, Madagascar, Niger, Sénégal, Tchad, Togo) ont remonté le boulevard Des Champs Elysées, une première, pour ainsi marquer le cinquantenaire des indépendances des ex-colonies africaines acquises en 1960. Absence des présidents ...
Lire l'article
Chers compatriotes, Bienvenue sur la page de la Nouvelle Constitution Gabonaise Sur cette page, nous attendons, dès le 12 juin, vos réactions et propositions sur la mouture de nouvelle Constitution gabonaise que vos frères et sœurs de la Coalition Gabonaise du Refus et de Salut National ont produite à Bruxelles les 30 et 31 mai 2009. Nous voulons vos suggestions d’amélioration en amont de la Tournée Internationale de la Réforme que nous planifions, tournée au cours de laquelle nous nous rendrons dans vos villes et pays de résidences aux fins de venir discuter de la Réforme constitutionnelle que nous avons commencée avec vous. ...
Lire l'article
C’est une première : un magistrat française a jugé recevable la plainte d’une ONG à l’encontre de trois chefs d’Etat africains en exercice. Transparency International les accuse d’avoir acquis des biens en France avec de l’argent volé aux finances publiques de leur pays. En ligne de mire : Omar Bongo, Denis Sassou N’guesso et Téodore Obiang, respectivement présidents du Gabon, Congo et Guinée Equatoriale. D’après une enquête préliminaire de la police, Omar Bongo détiendrait 39 propriétés, 70 comptes bancaires ; 18 propriétés et 112 comptes pour les Sassou N’guesso ; enfin plusieurs voitures de luxe pour le clan Obiang, d’une valeur ...
Lire l'article
La cour d'appel de Paris devra dire si la justice peut enquêter sur les biens de trois chefs d'Etat africains soupçonnés d'avoir été financés par de l'argent public détourné, après que le parquet a exprimé son opposition à l'ordonnance d'une juge autorisant ces investigations. La doyenne des juges du pôle financier de Paris, Françoise Desset, avait donné mardi son feu vert à cette enquête, jugeant recevable la plainte avec constitution de partie civile de l'association Transparence international France (TI), spécialisée dans la lutte contre la corruption. Cette plainte, déposée le 2 décembre, vise "les conditions dans lesquelles un très important patrimoine immobilier ...
Lire l'article
Une enquête judicaire pourrait être ouverte à Paris concernant des biens acquis en France par le Gabonais Omar Bongo, le Congolais Denis Sassou Nguesso et l'Equato-Guinéen Théodoro Obiang Nguema. Mardi, la juge d'instruction Françoise Desset a déclaré recevable la plainte déposée par deux associations. Le 20 avril dernier le Parquet de Paris s'était prononcé contre l'ouverture d'une enquête. Il dispose désormais de cinq jours pour faire appel. Le 20 avril dernier le procureur, c'est-à-dire le représentant de l'Etat français, s'était prononcé contre l'ouverture d'une information judiciaire dans l'affaire dite des « biens mal acquis ». Le procureur estimait que les plaignants, les associations ...
Lire l'article
La justice française va se pencher sur les biens acquis en France par Omar Bongo (Gabon), Denis Sassou Nguesso (Congo-Brazzaville) et Théodore Obiang (Guinée-Equatoriale). La justice française va enquêter sur les biens acquis en France par trois chefs d'Etat africains. Un juge d'instruction a en effet décidé d'instruire la plainte déposée notamment pour "blanchiment" par une association, Transparence internationale France, a-t-on appris mardi 5 mai de source judiciaire. "C'est une décision sans précédent. C'est la première fois qu'une enquête est possible s'agissant de chefs d'Etat en exercice", s'est félicité Me William Bourdon, l'avocat de Transparence internationale France. L'avocat se dit confiant, en dépit d'un ...
Lire l'article
La doyenne des juges du pôle financier de Paris a jugé mardi recevable une plainte visant trois chefs d'Etats africains soupçonnés de posséder en France des biens immobiliers financés par de l'argent public détourné, a-t-on appris auprès du parquet de Paris. Il s'agit des chefs d'Etat congolais Denis Sassou Nguesso, gabonais Omar Bongo Ondimba et équato-guinéen Teodoro Obiang. Dans une ordonnance de recevabilité partielle, la juge Françoise Desset a estimé que la plainte avec constitution de partie civile déposée par l'association Transparence international France (TI), spécialisée dans la lutte contre la corruption, était recevable, l'association ayant, selon son analyse, juridiquement un intérêt ...
Lire l'article
La doyenne des juges du pôle financier de Paris a jugé recevable la plainte qui vise Denis Sassou Nguesso (Congo), Omar Bongo (Gabon) et Teodoro Obiang (Guinée Equatoriale) - plainte pour recel de détournement de fonds publics, blanchiment et abus de bien sociale, entre autres. C’est une longue bataille judiciaire qui va (peut-être) s’ouvrir. Celle menée à bout de bras par l’association Transparence international France (TI), spécialisée dans la lutte contre la corruption. L’association avait porté plainte, le 2 décembre dernier, une plainte qui visait “les conditions dans lesquelles un très important patrimoine immobilier et mobilier a été acquis en France par ...
Lire l'article
Programme Meeting de Paris
PROGRAMME PROVISOIRE SOMMAIRE A partir de cette page, vous pouvez accéder à toutes les informations relatives aux activités de la Coalition du Refus, y compris le programme du meeting de Paris. Voir Communqué de presse de lancement. Voir Le Programme Meeting de Paris Principes et Préambule Charte du Refus Devenir membre signataire de la Charte Activités et News de la Coalition PROGRAMME PROVISOIRE SOMMAIRE PDF du Programme: Cliquez ici pour obtenir le programme provisoire en format PDF. COALITION GABONAISE DU REFUS ET DE SALUT NATIONAL Réunion du 20, 21 et 22 février 2009 HOTEL IBIS (Situation de l'établissement ) PARIS ALESIA MONTPARNASSE 49 ...
Lire l'article
Les Organisations non gouvernementales (ONG) Transparency International et le réseau de juristes Sherpa ont de nouveau déposé le 2 décembre à Paris une plainte contre X visant trois chefs d'Etat africains qu'ils accusent de posséder en France des biens immobiliers financés par de l'argent public détourné. Une précédente plainte déposée en mars 2007 avait débouché sur un non lieu en raison de l’insuffisance des preuves, mais cette démarche avait provoqué les foudres des dirigeants africains qui avaient dénoncé une campagne de dénigrement orchestrée par la France. Les relations diplomatiques entre la France et certains pays d’Afrique centrale pourraient être perturbées ...
Lire l'article
Le président Ali Bongo Ondimba parmi la douzaine de chefs d’Etats africains aux festivités du 14 juillet à Paris
Nouvelle Constitution du Gabon
Quand la justice française poursuit des chefs d’Etat africains
L’enquête sur les chefs d’Etat africains suspendue à une décision de la cour d’appel
Gabon: Enquête judiciaire contre 3 chefs d’Etat africains
Enquête sur les biens de 3 chefs d’Etat africains
Gabon: Feu vert d’une juge française pour enquêter sur trois chefs d’Etat africains
Gabon: Trois chefs d’Etat africains visés par une enquête judiciaire
Programme Meeting de Paris
Justice : Les ONG relancent les poursuites judiciaires contre les chefs d’Etat africains


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne 5,00 sur 5)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 2 Déc 2008
Catégorie(s): Françafrique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Une Réponse à Des chefs d’Etat africains visés à Paris par une nouvelle plainte

  1. CONSCIENCE

    12 Déc 2008 a 05:13

    J’apporte mon soutien à l’ONG TI et à ce courageux Gabonais qui a osé se mettre du côté de la vérité et de la justice que tous sachent que le Seigneur JESUS CHRIST veille sur eux et leurs familles et qu’ils n’ont rien n’a craindre des méchants car Dieu sera toujours du côté des Bons.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*