Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon : Le CAMES veut concilier médecine traditionnelle et moderne

Auteur/Source: · Date: 3 déc 2008
Catégorie(s): Afrique

Libreville abrite depuis le 1er décembre les travaux du 15e Colloque international sur la pharmacopée et la médecine traditionnelle africaine qui doivent permettre de baliser le renforcement du partenariat entre la médecine moderne et traditionnelle sur le continent. Organisé par le Conseil africain et malgache de l’enseignement supérieur (CAMES) et le département gabonais de la Recherche scientifique, ce colloque de quatre jours devrait permettre aux chercheurs de l’espace CAMES de présenter le fruit de leurs recherches pour l’incorporation de la médecine traditionnelle dans le système de santé moderne. Treize des dix sept pays du Conseil africain et malgache de l’enseignement supérieur (CAMES) sont présents à Libreville depuis le 1er décembre dernier pour le 15e Colloque international sur la pharmacopée et la médecine traditionnelle africaine, organisé en partenariat avec le département gabonais de la Recherche scientifique.

Les travaux scientifiques ont démarré dans l’après midi au siège de l’Institut de pharmacopée et de médecine traditionnelle à Libreville. Trois communications ont ponctué la première journée, celles du Burkina Faso, de la Côte-d’ivoire et celle du Gabon.

Le ministre de la Recherche scientifique, Albert Ondo Ossa a expliqué que le coût des produits pharmaceutiques est souvent trop élevé pour la plupart des populations, déplorant qu’«à cela s’ajoutent l’éloignement et la vétusté des structures sanitaires et la précarité des infrastructures de transports (…) Au point que nos populations n’ont d’autres recours que les bonnes vieilles plantes et autres décoctions de la médecine traditionnelle», a expliqué le ministre.

Il s’agit «de donner l’opportunité aux chercheurs africains des Etats membres du Conseil africain et malgache de l’enseignement supérieur (CAMES), de livrer les résultats de leurs recherches scientifique, de faire partager leurs expériences, de partager les résultats de nos travaux avec les tradipraticiens», a expliqué le professeur de la faculté de médecine de Libreville, Blandine Akendengué.

«Nos travaux en laboratoire démarrent par des enquêtes ethnobotaniques et ethno pharmacologiques. Ce sont des enquêtes que nous conduisons auprès des populations qui sont les détenteurs du savoir faire et du savoir en matière de médecine traditionnelle, mais surtout en nous rapprochant des tradipraticiens qui depuis des millénaires détiennent ce savoir qui est transmis oralement et par écrit de génération en génération selon la définition de l’Organisation Mondiale de la Santé», a-t-elle poursuivi.

«Le réseau d’Afrique de l’ouest chargé de la valorisation des plantes et des médicaments traditionnels antipaludiques ainsi que le réseau d’Afrique centrale pour la valorisation et la production des médicaments traditionnels améliorées, devront résoudre les problèmes de l’hypertension artérielle, mais également des autres maladies métaboliques telles que le diabète», a précisé le professeur Akendengué.

Trois réseaux thématiques ont été mis en place au sein de l’espace CAMES pour coordonner des recherches sur le paludisme, les maladies métaboliques et les maladies diarrhéiques. Parallèlement, chaque laboratoire travaille sur différentes pathologies, comme la faculté de médecine de Libreville qui approfondi des études sur les plantes antiparasitaires.

Blandine Akendengué a enfin ajouté que les chercheurs de l’espace CAMES se sont également «intéressés aux plantes antivirales», dans l’espoir de pouvoir «proposer à la communauté internationale un médicament traditionnel qui pourrait guérir le Sida».

«Ce 15e colloque est une autre occasion pour les scientifiques d’Afrique et du monde, ainsi que tous les nombreux Tradithérapeutes de réfléchir ensemble et d’ouvrir de nouvelles perspectives sur les possibilités qu’offre notre biodiversité pour le traitement des pathologies de plus en plus nombreuses et complexes», a conclu le secrétaire général du Centre national de la recherche scientifique et de technologie (CENAREST), Franck Daniel Idiata.

Le CAMES a établit un programme d’action depuis 1974 visant à promouvoir la pharmacopée et la médecine traditionnelle africaine à travers l’établissement d’une relation étroite entre les hôpitaux modernes et les structures traditionnelles ; l’intégration des tradipraticiens dans les hôpitaux ainsi que la promotion et la canalisation des efforts des chercheurs et tradipraticiens dans la valorisation de la pharmacopée.

Les travaux devraient se poursuivre jusqu’au 4 décembre prochain et seront clos à l’Immeuble Arambo où s’est déroulée la cérémonie d’ouverture. 


SUR LE MÊME SUJET
Les travaux de la 28ème session du Conseil africain et malgache de l’enseignement supérieur (CAMES) se sont achevés vendredi à Libreville sur une note de satisfaction générale au regard des recommandations qui seront transmises aux gouvernements des états membres. Les travaux qui se sont déroulés cinq jours durant ont permis aux experts qui, eux, ont entamé leurs assises trois jours avant les ministres des états membres du CAMES, de passer au peigne fin tous les points inscrits à l’ordre du jour de cette réunion. Des échanges qui ont débouché sur une satisfaction générale quant à l’aboutissement favorable de tous ...
Lire l'article
Le ministre Gabonais de l’Education, de l’Enseignement Supérieure, de la Recherche Scientifique, de l’Innovation et de la Culture, Séraphin Moundounga a ouvert lundi à Libreville, les travaux des Experts en prélude à la 28ème session ordinaire du conseil des Ministres du Conseil Africain et Malgache pour l’Enseignement (CAMES) qui se tiendra du 14 au15 avril prochains au Gabon. En ouverture des travaux, Séraphin Moundounga a signifié à ses hôtes que la quête de renforcement de l’intégration africaine par des mécanismes et dynamiques que pourrait impulser le CAMES, devrait amener les uns et les autres à une profonde introspection de ...
Lire l'article
L’inspecteur régional de la santé pour la province du Woleu-Ntem (nord), Pierre Nnang Obame a souhaité l’établissement d’un cadre juridique de la médecine traditionnelle en vue de sa reconnaissance par les pouvoirs publics lors d’une rencontre avec les tradipraticiens de cette région du pays, dans la perspective d’un atelier national prévu à Oyem du 22 au 23 avril prochain. En prélude à cet atelier, M. Nnang Obame a invité les tradipraticiens de la province septentrionale à se faire immatriculer en vue de rendre cette corporation légale et performante. ‘’Mon approche est pédagogique et peut aussi revêtir un caractère ...
Lire l'article
La 28ème session ministérielle du Conseil Africain et Malgache pour l’enseignement supérieur (CAMES) aura lieu du 11 au 15 avril prochain à Libreville sous la direction du ministère de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique, de l’Innovation et de la Culture, rapporte ce samedi un communiqué officiel parvenu à GABONEWS. Le département ministériel chargé de l’éducation au Gabon peaufine actuellement l’organisation de cette 28ème session ministérielle du CAMES dont le programme officiel indique qu’après les allocutions des différents intervenants le lundi 11 avril dans un hôtel de la capitale gabonaise, s’en suivront les travaux des ...
Lire l'article
Un salon international de la médecine traditionnelle, le premier du genre organisé au Gabon, se tiendra à Libreville du 5 au 15 juin 2011, afin notamment de développer et promouvoir cette médecine et présenter à la communauté internationale le savoir-faire du pays en la matière. Organisé par le gouvernement gabonais, le salon doit également favoriser les échanged d’expériences entre praticiens, souligne un communiqué officiel publié à l’issue d’un l’atelier de normalisation de la médecine traditionnelle tenu du 29 au 31 mars dans la commune du Cap Estérias, au nord-ouest de Libreville. Organisé par l’association gabonaise des tradi-praticiens avec ...
Lire l'article
Le 15e Colloque sur la pharmacopée et la médecine traditionnelle africaine a clos ses travaux le 4 décembre à Libreville au terme de quatre jours de travaux qui ont permis aux tradipraticiens, médecins et chercheurs venus de onze pays africains de baliser le renforcement du partenariat entre la médecine moderne et traditionnelle sur le continent. Les participants ont notamment insisté sur la nécessité de restructurer le programme de la pharmacopée et de la médecine traditionnelle africaine (PHMTA) et de renforcer l’interconnexion des réseaux africains de recherches en médecine traditionnelle. Les médecins traditionnels et modernes africains viennent de jeter à Libreville ...
Lire l'article
Pour le docteur Magaran Bagayoko, représentant de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), « L’OMS a organisé la Conférence internationale sur les soins de santé primaires et les systèmes de santé à Ouagadougou, au Burkina Faso du 28 au 30 avril 2008, pour célébrer les 30 ans de la Déclaration d’Alma-Ata et réaffirmant ces principes», ainsi que pendant cette 6ème Journée africaines de la médecine traditionnelle. Selon le représentant de l’OMS, la conférence a réaffirmé les principes de la Déclaration d’Alma-Ata, en ce qui concerne la santé en tant que droit humain fondamental et le devoir qu’ont les gouvernements de veiller ...
Lire l'article
Le ministère de la Santé et de l’Hygiène publique, chargé de la Famille et de la Promotion de la Femme organise, en différé, du 6 au 7 septembre, en collaboration avec l’Organisation mondiale de la santé (OMS), au Centre hospitalier de Libreville (CHL), la 6ème Journée africaine de la médecine traditionnelle. Selon la Chargé de l’information et de la promotion de la santé de l’OMS/Gabon, Gislène Moussouamy, le thème de cette année est « le rôle des tradipraticiens dans les soins de santé primaires ». Ainsi, elle révèle qu’il y aura des conférences débats sur les thèmes suivants: « Le médecin traditionnel ...
Lire l'article
C’est dans le cadre des échanges de coopération bilatérale entre Libreville et Paris, notamment le département de la Seine Saint Denis, qu’une forte délégation d’infirmières françaises participent à un stage de formation à Port Gentil, dans la province de l’Ogooué Maritime, parmi leurs collègues issus des structures sanitaires locales, où les agents de santé ont pu bénéficier du savoir et de l’expérience des tradi-praticiens, sur les pratiques et les méthodes de travail de la médecine traditionnelle. Sous l’égide Du ministère de la santé publique et de l’OMS, la rencontre avec les tradi-praticiens aura été plus qu’édifiante, d’autant plus que cette collaboration ...
Lire l'article
Gabon : La médecine traditionnelle s’organise à Makokou
Le syndicat national des tradi-thérapeutes du Gabon a procédé à l’installation de sa représentation locale à Makokou, la capitale provinciale de l’Ogooué Ivindo, lors d’une assemblée tenue le 7 avril dernier dans cette localité pour promouvoir et soutenir l’action de la médecine traditionnelle dans cette province. Face à la qualité et l’intensité de la contribution sanitaire des thérapeutes traditionnels de l’Ogooué Ivindo, le syndicat national des tradi- thérapeutes du Gabon a décidé de mettre en place une antenne locale à Makokou au cours d'une rencontre qui s'est déroulée le 7 avril dernier. Présidée par le président provincial du syndicat ...
Lire l'article
Les travaux de la 28ème session ordinaire du CAMES se sont achevés sur la recherche d’une université africaine de qualité
Education / Les travaux du conseil des Ministres du CAMES se sont ouverts ce lundi à Libreville
Un cadre juridique pour encadrer la médicine traditionnelle au Gabon
La 28ème session ministérielle du CAMES a lieu du 11 au 15 avril prochain à Libreville
Premier salon international de la médecine traditionnelle au Gabon en juin prochain
Gabon : Le CAMES le réseautage de recherche en médecine traditionnelle
Gabon: 6ème Journée africaine de la médecine traditionnelle à Libreville: l’OMS réaffirme les principes de la Déclaration d’Alma-Ata
Gabon: Santé / OMS: Célébration en différé de la 6ème Journée africaine de la médecine traditionnelle à Libreville
Gabon: Santé: les élèves infirmières françaises, au contact de la médecine traditionnelle gabonaise
Gabon : La médecine traditionnelle s’organise à Makokou


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...Loading...

Auteur/Source: · Date: 3 déc 2008
Catégorie(s): Afrique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>