Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon : Biyoghe Mba propose un plan d’urgence 2009-2013 pour le secteur agricole

Auteur/Source: · Date: 5 Déc 2008
Catégorie(s): Economie

La commission nationale pour la sécurité alimentaire et le développement agricole a tenu sa première réunion le 3 décembre à Libreville autour du chef de l’Etat, qui a invité le gouvernement à mettre en œuvre un plan d’urgence pour juguler à court terme la dépendance alimentaire du pays et les fortes dépenses alimentaires qui en découlent. Le ministre de l’Agriculture, Paul Biyoghe Mba, a dressé un diagnostic alarmant de la sécurité alimentaire au Gabon et présenté un programme d’investissement 2009-2013 qui vise à réduire les importations alimentaires d’au moins 5% par an sur un panel de produits ciblés. Avec 250 milliards d’importations alimentaires par an, le gouvernement gabonais cherche à atténuer sa dépendance alimentaire vis-à-vis de l’extérieur en programmant des solutions à court terme qui permettraient de réorienter une partie des dépenses alimentaires en investissement pour le secteur agricole.

La Commission nationale pour la sécurité alimentaire et le développement agricole s’est réunie pour la première fois le 3 décembre à Libreville pour faire le point sur la situation de la sécurité alimentaire au Gabon et l’avancement des programmes de développement agricole initié depuis quelques années.

Cette réunion a réuni autour du chef de l’Etat le vice président de la République, Didjob Divungi Di Ndingue, le Premier ministre, Jean Eyeghé Ndong, ainsi que de nombreux membres du gouvernement concernés.

Les facteurs mis en cause par le ministre sont notamment le niveau trop bas de la production agricole nationale, l’exode rural, le vieillissement de la population rurale dont la moyenne d’âge est passée de 46 ans en 1960 à 56 ans en 2007, le mauvais état des infrastructures routières, l’insuffisant encadrement des producteurs et surtout l’absence de financements adaptés pour engager la révolution agricole.

«La commission a fait l’état des lieux de la sécurité alimentaire au Gabon afin de voir ce que nous importons, voir ce que nous consommons et les déficits», a expliqué Paul Biyoghe Mba.

«La commission a également examiné en première lecture un programme d’urgence pour assurer la sécurité alimentaire au Gabon. Aujourd’hui nous importons 85 à 90 % de ce que nous consommons. Dans ces 85 à 90 %, il y des produits qui peuvent être produits, cultivés au Gabon et avoir en quantité et qualité les mêmes produits», a-t-il souligné.

Le ministre a rappelé que le nombre élevé «d’importations nous fait sortir de l’argent du Gabon pour acheter ailleurs, nous dépensons en tout près de 250 milliards pour manger, mais surtout ces importations nous fragilisent parce que naturellement il n’existe pas de dépenses directionnelles pour ce que l’on mange».

«Si rien n’est fait d’ici 2010, les importations atteindront 291 milliards de francs CFA et 447 milliards de francs CFA en 2015», a averti monsieur Biyoghe Mba.

Le ministre de l’Agriculture a présenté un programme d’investissement à moyen terme pour les cinq prochaines années, sur la période 2009-2013, qui vise à «réduire d’au moins 5% par an un certain nombre de produits de première nécessité, notamment le manioc, la banane plantain, le riz, le choux, la tomate, mais aussi les produits garnis tels que la volaille, la viande de porc, le lapin et les petits ruminants».

«Voici de simples produits qui sont très largement importés et qui peuvent être produits au Gabon. Si nous nous organisons de manière conséquente à partir de maintenant, nous sommes persuadés que malgré les difficultés, car il y en aura forcément, nous pourrons atteindre cet objectif de réduction de 5% au moins par rapport à ces produits», a assuré Paul Biyoghe Mba.

«Nous avons l’obligation de nous améliorer, et surtout d’être performants, parce que nous sommes aujourd’hui dans un monde de compétition. Le Gabon n’est pas le seul pays d’Afrique et du reste du monde, donc si on n’est pas performant, naturellement, on va avoir des difficultés», a-t-il rappelé.

«Nous avons suffisamment tiré de leçons, nous avons bien su identifier les travers, les mauvais projets, les surdimensionnements, les mauvaises gestions, les personnels pas souvent qualifiés, les choix pas toujours opportuns», a estimé le ministre, avant d’expliquer que les «nouvelles orientations doivent maintenant tenir compte des critères de performance, de compétitivité et de compétence». 


SUR LE MÊME SUJET
Le représentant du président du Fonds International de Développement Agricole (FIDA), Mohamed Beavogui, a, lors de la cérémonie d’ouverture du 6ème forum régional du FIDA déclaré que « le taux de croissance annuelle du secteur agricole est passé de 2,3% dans les années 80 à plus de 5% en 2010 », en présence du ministre gabonais de l’Agriculture, Raymond Ndong Sima. Les assises de Libreville qui se tiennent sous le thème « Rendre les petites exploitations d’Afrique de l’Ouest et du Centre plus productives et plus rentables », voient la participation de plus 250 acteurs du développement rural de ...
Lire l'article
Le gouvernement Gabonais par le biais du ministère de l’Agriculture ambitionne de mécaniser l’agriculture en vue d’une amélioration de la production agricole au Gabon. Pour le gouvernement, cette stratégie vise à sédentariser les populations agricoles en leur donnant les moyens de pratiquer une agriculture intensive et diversifiée, tout en renforçant leurs capacités dans la pratique de l’agriculture de conservation. L’analyse de la situation actuelle et des opportunités faite récemment au cours d’un atelier à Libreville a montré que la réussite de cette opération dépend des solutions apportés à un certain nombre de facteurs concourant à l’amélioration des conditions de travail des ...
Lire l'article
Le ministre gabonais de l’agriculture, Raymond Ndong Sima, a entamé une tournée dans les neuf provinces du pays pour procéder au lancement le Programme agricole de sécurité alimentaire de croissance (PASAC). M. Ndong Sima et sa délégation sont en route pour Tchibanga, chef-lieu de la province de la Nyanga (sud), après avoir séjourné lundi à Mouila, dans la province de la Ngounié (sud), et samedi dernier à Lambaréné, chef-lieu de la province du Moyen-Ogooué (centre), première étape de la tournée de lancement du PASAC. Ce programme se trouve au centre du ‘’Gabon vert’’, un des trois piliers de ...
Lire l'article
Le ministre gabonais de l’Agriculture, Raymond Ndong Sima a annoncé en fin de semaine dernière, le déploiement effectif de la politique agricole de sécurité et de croissance (PASCAC) sur le terrain, dans le but de tendre vers une autosuffisance alimentaire au Gabon, GABONEWS. Selon le ministre Raymond Ndong Sima, cette politique agricole de sécurité et de croissance, en abrégé PASCAC, sera mise en œuvre par les différentes directions générales ainsi que les organismes y rattachés notamment l’Institut Gabonais d’Appui au Développement (IGAD), l’Office national de développement rural (ONADER), le Fonds international pour le développement de l’agriculture (FIDA), le CIAM et le ...
Lire l'article
Le président de la République, Ali Bongo Ondimba, a reçu ce jeudi, à la Présidence de la République de Libreville, le Directeur général du Fonds des Nations Unies pour l’Alimentation (FOA), Jacques Diouf, au Gabon dans le cadre d’une visite de travail et d’amitié, avec qui il a échangé sur les possibilités de renforcement et de développement du secteur agricole au Gabon. Lors de cette audience, les deux hommes ont passé en revue les questions relatives aux conditions des programmes d‘échange entre cette structure onusienne et le Gabon, mais aussi sur le développement de l’agriculture urbaine et périurbaine de même que ...
Lire l'article
La Coalition Gabonaise du Refus et de Salut National a publié mercredi 10 juin son « Plan de Paix et de Réconciliation Nationale » pour le Gabon, un plan de paix que la Coalition définit comme une Proposition de Paix et de Réconciliation Nationale à l’endroit du Gouvernement, des Institutions et des membres de la société civile et politique gabonaise. La publication de ce « Plan de Paix » de 21 pages fait suite au meeting de la Coalition à Bruxelles les 30 et 31 mai 2009, meeting au cours duquel les membres de la Coalition ont planché pendant deux jours ...
Lire l'article
26 produits alimentaires issus de l’activité agricole, de l’élevage, de la pêche et de la chasse ont été déclarés exonérés de la TVA, selon le Code Agricole gabonais adopté par l’Assemblée nationale et le SENA le 10 décembre 2008, a-t-on appris lors de la conférence de presse organisée lundi à Libreville par le ministère de l’Agriculture. Cette liste concerne en grande partie, pour ce qui est des produits de l’élevage et de la pêche, les viandes de porc, de bœuf, de mouton, les volailles, les œufs, le poisson frais, congelé, fumé et salé. Pour ce qui est de l’agriculture, ...
Lire l'article
Les administrateurs du ministère de l’Agriculture ont ouvert le 9 décembre à Libreville une rencontre avec les bailleurs de fonds internationaux et les partenaires au développement pour présenter le plan d’urgence de développement agricole pour la période 2009-2013. Face au diagnostic alarmant de la sécurité alimentaire au Gabon, le ministre de l’Agriculture, Paul Biyoghe Mba, avait présenté un programme d’investissement sur 5 ans qui vise à réduire les importations alimentaires d’au moins 5% par an sur un panel de produits ciblés. Le plan d’urgence quinquennal de Biyoghe Mba pour le développement agricole est présenté aux bailleurs de fonds potentiels depuis ...
Lire l'article
Les stratégies commerciales propices à réduire la facture annuelle des importations alimentaires du Gabon ont été présentées le 12 septembre par le ministre du Commerce et du Développement industriel en charge du Nepad, Paul Biyoghe Mba, devant les conseillers économiques et sociaux. Ouverte le 2 septembre à Libreville, la deuxième session ordinaire du CES est consacrée à l'identification des moyens de réduire de la dépendance alimentaire du Gabon vis-à-vis de l’extérieur. Après l'exposé du ministre de l'Agriculture, Faustin Boukoubi, sur le développement de l'agriculture au Gabon, le ministre du Commerce et du Développement industriel en charge du Nepad, Paul Biyoghe Mba, ...
Lire l'article
A l’initiative du Conseil économique et social (CES), réunie en session ordinaire depuis le 2 septembre dernier autour du thème « L’autosuffisance alimentaire : un défi pour le Gabon», le ministre de l’Agriculture et du Développement rural, Faustin Boukoubi, a présenté mercredi aux la politique agricole du gouvernement gabonais. Dans sa plaidoirie, Faustin Boukoubi a présenté les axes fondamentaux de la politique agricole du gouvernement qui se résume par des missions de conception, de formation, d’encadrement et de contrôle. « Le ministère s’occupe désormais de ses missions régaliennes. Le ministère ne garantit plus la récolte agricole mais veille plutôt à la qualité ...
Lire l'article
« Le taux de croissance annuelle du secteur agricole est passé de 2,3% dans les années 80 à plus de 5% en 2010 », Mohamed
Société / Mécanisation du secteur agricole au Gabon pour une amélioration de la production
Le ministre de l’agriculture à l’intérieur du pays pour lancer le programme agricole de sécurité alimentaire de croissance
Economie / Déploiement de la politique agricole pour l’autosuffisance alimentaire au Gabon
Gabon/FAO: Ali Bongo Ondimba et Jacques Diouf échangent pour le renforcement du secteur agricole au Gabon
Plan de Paix
Gabon: 26 produits issus de l’activité agricole, de l’élevage, de la pêche et de la chasse exonérés de la TVA
Gabon : Paul Biyoghé présente son plan d’urgence agricole aux bailleurs de fonds
Gabon : Biyoghe Mba présente au CES sa stratégie de commercialisation agricole
Gabon: CES: Faustin Boukoubi présente la politique agricole du gouvernement


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 5 Déc 2008
Catégorie(s): Economie
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*