Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon : La filière bois perd des billes

Auteur/Source: · Date: 5 Déc 2008
Catégorie(s): Economie

Le ministre de l’Economie forestière, Emile Doumba, a réuni, le 1er décembre dernier à Libreville, les acteurs privés et publics de la filière bois du Gabon en vue de faire le point sur la santé du secteur et les moyens de prévenir les répercussions de la dégradation des marchés occidentaux sur les exportations nationales. Les techniciens du ministère de tutelle ont dressé un bilan inquiétant de la filière gabonaise du bois, dû notamment à la baisse de la demande européenne et asiatique. Tandis que les opérateurs économiques ont affiné cette analyse en dressant un panorama de leurs activités respectives. Face à la baisse des exportations dans la filière bois, consécutives à la baisse de la demande sur les marchés européens et asiatiques, le ministre de l’Economie forestière, Emile Doumba, a convoqué, le 1er décembre dernier à Libreville, une réunion des différents opérateurs publics et privés du secteur en vue de faire le point sur la situation.

Cet atelier sur «la conjoncture économique de la filière bois en 2008» a réuni le vice-Premier ministre en charge de l’Environnement, Georgette Koko, le ministre des Petites et moyennes entreprises, Vincent Essono Mengue, le ministre délégué à l’Economie forestière, Alexandre Barro Chambrier, le ministre délégué au Finances, Charles Mba et le ministre délégué au Commerce, Fabien Ovono Ngoua.

Les opérateurs privés du secteur et les partenaires au développement étaient également conviés à ces assises qui devaient permettre d’identifier les moyens de limiter les répercussions de la dégradation des marchés occidentaux sur l’activité économique nationale dans la filière bois.

«Nous savons tous que ce secteur est un maillon incontournable de l’équilibre économique et social de la nation en terme d’emplois créés, de richesses générées au profit des ménages, des entreprises et du budget de l’Etat, ainsi que des contributions importantes à l’équilibre écologique de notre planète», a rappelé le ministre de l’Economie forestière à l’ouverture des travaux.

Le rôle majeur de cette filière et la menace de la crise économique et financière qui frappe les marchés occidentaux ont été au centre de cette réunion qui a permis «d’échanger avec vous tous qui intervenez à un niveau ou à un autre de la chaîne des activités se rapportant à la filière bois», a expliqué monsieur Doumba.

Administrations, operateurs économiques, société civile et organismes internationaux ont ainsi procédé à un examen de la contraction de la demande afin d’en estimer les conséquences nationales sur le secteur et de valider un diagnostic partagé de la situation actuelle de la filière bois.

«Nous avons reçu un certains nombre de signaux expliquant que la filière bois était en crise, il était donc nécessaire au niveau du ministère de faire un point chiffré sur les volumes exportés et les valeurs en fin septembre 2008», a ajouté le conseiller du ministre des Eaux et Forets, Viviane Magnagna Mayaya.

«Nous avons une baisse de 19% de nos exploitations de grumes, nous avons une relative croissante à hauteur de 2,5% sur les bois œuvrés», a notamment annoncé le conseiller du ministre.

Viviane Magnagna Mayaya a invité les operateurs économiques «à donner une version un peu plus affinée par rapport à leur propre situation, puisque le ministère présente une situation d’ensemble mais les opérateurs peuvent se porter relativement bien et d’autres affronter une crise un peu plus profonde».

La crise économique et financière mondiale a provoqué l’entrée en récession des pays d’Europe, des Etats-Unis et du Japon, entraînant une forte contraction de la demande de matières premières, notamment sur les marchés européens et asiatiques. Cette baisse de la demande a déjà entraîné la fermeture de quelques usines dans certaines provinces du pays.

Alors que 2007 avait vu une progression 22% de la filière bois, l’exercice 2008 présente des chiffres en baisse significative, faisant de la filière une des premières victimes de la crise économique et financière mondiale dont les économistes avaient avancé que le Gabon serait épargné. 


SUR LE MÊME SUJET
Gabon : comment Libreville compte relancer sa filière bois avec Olam
Par Stéphane Ballong Le parc industriel intégré de Nkok sera consacré aux opérateurs de la filière bois. Le parc industriel intégré de Nkok sera consacré aux opérateurs de la filière bois. © Desirey Minkoh pour J.A. Pour favoriser l’industrialisation de la filière bois, le Gabon a inauguré une zone économique spéciale cofinancée par Olam. Attirer près de 700 millions d’euros d’investissements privés (gabonais et étrangers) et favoriser la création de plus de 50 000 emplois à terme. Tels sont les objectifs que le Gabon fixe à sa toute nouvelle zone économique spéciale (ZES), inaugurée le 9 septembre à Nkok, à près de 30 km ...
Lire l'article
Libreville et Paris viennent de signer un accord de conversion d’une partie de la dette gabonaise vis-à-vis de la France pour plus de 970 millions de francs CFA. Cette initiative permettra de créer un Bureau industrie bois (BIB) destiné à appuyer l’industrialisation de la filière bois. A l’occasion de la quatrième réunion du comité d’orientation stratégique de l’accord de conversion de dettes, le 11 février à Libreville, le Gabon et la France ont signé deux nouvelles décisions d’engagement des fonds d’un montant de plus de 970 millions de francs CFA destinées au secteur bois. La convention ...
Lire l'article
Engagé dans un vaste programme d’industrialisation de sa filière bois, le Gabon se dote d’outils pour y parvenir. Après l’adoption du projet de décret fixant les règles et conditions d’accès au fonds créé par l’Etat, le gouvernement a actualisé le 14 octobre l’article 2 du décret relatif à la composition et au fonctionnement du comité pour l’industrialisation de la filière bois. Réuni le 14 octobre à Libreville, le Conseil des ministres a adopté le projet de décret portant modification de l’article 2 du décret N° 001031/PR/MEF du 1er décembre 2004, sur la composition et le fonctionnement du comité ...
Lire l'article
La première réunion relative à la mise sur pied de l’industrialisation de la filière bois s’est tenue le 23 septembre. Présidée par les ministres des Eaux et Forêts, Martin Mabala, et du Travail, Maxime Ngozo Issoundou, cette rencontre visait la mise en place des stratégies de lancement de la phase d’industrialisation, ainsi que les moyens de régulation de celle-ci dans le pays. Dans le cadre l’industrialisation de la filière bois, le ministre des Eaux et Forêts, Martin Mabala, et son collègue du Travail, Maxime Ngozo Issoundou, ont tenu le 23 septembre à Libreville avec les opérateurs de cette filière, la ...
Lire l'article
Le coordonnateur général de la Zone économique spécial (ZES) de Nkok (27 km à l’est de Libreville), Théophile Ogandaga, a présenté, en début de semaine, à Port-Gentil, les tenants et aboutissants de ce projet aux opérateurs de la filière bois de la deuxième ville du pays, a rapporté, ce mardi, la télévision nationale (RTG1), dans son édition de 20h. A ses interlocuteurs, Théophile Ogandaga a rappelé que , dans le cadre de la valorisation du bois( un des secteurs stratégiques pour l’Afrique du Gabon dans l’après-pétrole), la ZES sera principalement dédiée à la maitrise de la ...
Lire l'article
L’exploitant forestier Rougier a récemment annoncé une perte nette de près de  10 milliards de Francs en 2009, et un chiffre d’affaire en baisse de 21,1% (81 milliards de francs), rapporte le quotidien L’Union. « Les résultats 2009 reflètent l’impact de la crise économique dès la mi 2008 et la forte contraction des marchés mondiaux dans la filière bois », a indiqué la firme par voix de communiqué en date du 31 mars dernier, et cité par le quotidien. En effet, en 2008, le groupe n’enregistrait pourtant qu’une perte de 2 milliards de Francs. Toutefois, selon notre confrère, malgré cette contre performance, ...
Lire l'article
Le Premier ministre gabonais, Paul Biyoghé Mba, a confirmé l'interdiction d'exporter le bois en grumes, tout en promettant des mesures d'accompagnement lors d'un forum sur la gestion forestière à Libreville. "Nous devons engager immédiatement l'industrialisation de la filière du bois", et l'interdiction d'exporter le bois en grumes (arbre abattu, mais resté brut avec son écorce, ndlr), décidée en novembre, en "est le moyen", a affirmé à l'AFP le Premier ministre en quittant le forum lundi 15 février à Libreville.. "Il y a aura des mesures d'accompagnement sur le plan législatif, fiscal, douanier, économique. Il faudra aider les opérateurs économiques de la ...
Lire l'article
La Commission interministérielle de suivi des mesures de sortie de crise de la filière bois a tenu une réunion le 13 mars dernier à Libreville pour dresser le bilan de leurs travaux sur les moyens de redresser ce secteur durement touché par la crise. La concertation des différents acteurs de ce secteur qui interviennent notamment dans le transport et la logistique des grumes a permis d’adopter des mesures incitatives susceptibles de permettre aux opérateurs du secteur de surmonter la baisse de la demande extérieure induite par la récession économique mondiale. Face aux dommages collatéraux engendrés par la dégradation de ...
Lire l'article
Un atelier sur la conjoncture économique de la filière bois au Gabon pour la création d’un ‘’Observatoire’’ s’est ouvert ce lundi à Libreville. Le ministre de l’Economie forestière, des eaux, de la pêche et de l’Aquaculture, Emile Doumba, a fait remarqué qu’entre 2006 - 2007 « le pays a connu une forte croissance de la valeur ajouté (progression de 22% passant de 190, 9 milliards de F CFA en 2006 à 232,9 milliards de FCFA en 2007». « Ceci est marqué par une embellie relevant de l’augmentation des recettes d’exportation (de 262,2 milliards de FCFA en 2006 se sont situées à ...
Lire l'article
Gabon : L’Economie forestière compte ses billes
Le secteur du bois au Gabon est en pleine expansion, c'est ce qui ressort du conseil des ministres du 8 mai dernier lors duquel le ministre de l'économie forestière, Emile Doumba, a présenté les chiffres de la filière bois au 31 décembre 2007. Cette filière se caractérise par une croissance confortable du secteur ave presque 16,5% de croissance par rapport à l'exercice 2006. Le ministre gabonais de l'Economie forestière, des Eaux et de la Pêche, Emile Doumba, a présenté au gouvernement les bons comptes 2007 de la filière gabonaise du bois à l'occasion du Conseil des ministres ...
Lire l'article
Gabon : comment Libreville compte relancer sa filière bois avec Olam
Gabon : 970 millions de FCFA pour l’industrialisation de la filière bois
Gabon : Un nouveau pas vers l’industrialisation de la filière bois
Gabon : Comment industrialiser la filière bois ?
Les opérateurs de la filière bois, à Port-Gentil, édifié sur le bien-fondé de la Zone économique spécial (ZES) de Nkok
Filière bois: Le groupe Rougier annonce une perte de 10 milliards de Francs CFA en 2009
Gabon: Vers l’industrialisation de la filière bois ?
Gabon : La filière bois s’organise pour sortir du bourbier
Gabon: Economie forestière : vers la création d’un Observatoire économique de la filière bois au Gabon
Gabon : L’Economie forestière compte ses billes


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 5 Déc 2008
Catégorie(s): Economie
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*