Socialisez

FacebookTwitterRSS

Le Gabon à l’épreuve du pétrole bon marché

Auteur/Source: · Date: 7 Déc 2008
Catégorie(s): Economie

Le Gabon accuse la chute des cours du pétrole dans sa proposition de loi de Finances 2009. Toutefois, la situation n’est pas alarmante car son endettement a bien baissé cette année et ses réserves sont bonnes. Reste à connaître les arbitrages qui seront faits en accord avec le FMI et la notation pays qui en découlera. Les arbitrages financiers auront, sans aucun doute, été à l’ordre du jour des rencontres entre le ministre gabonais des finances et le FMI lors du séjour de Blaise Louembe à Washington la semaine du 16 novembre. L’effondrement des cours du pétrole, la crise financière internationale et le raffermissement du dollar conduisent en effet les autorités à revoir un projet de loi de finances élaboré en septembre et présenté au Parlement il y a un mois. Les données, aujourd’hui, sont radicalement différentes. Les nouvelles hypothèses budgétaires se fondent sur un cours du pétrole fortement revu à la baisse, à 63,7 $ contre les 114,5 $ initialement prévus. Notons que vendredi 21 novembre, le baril passait en dessous de la barre des 50 $ à New York.

Un budget qui subit aussi fortement les vicissitudes monétaires, car les prix des trois principaux postes à l’exportation du Gabon – le pétrole, le manganèse et le bois exporté vers l’Asie – s’échangent sur une base dollar sur les marchés mondiaux. Et le billet vert s’est nettement affermi ces derniers mois face à l’euro, et donc au franc CFA. Le budget 2009 serait calculé sur la base d’un taux de change de 436,6 francs pour un dollar.

Ainsi, le Gabon, comme tous les autres pays, n’aura pas l’aisance budgétaire initialement anticipée. La loi de finances serait plutôt de l’ordre de 1600 milliards FCFA, soit en nette repli par rapport aux 2600 milliards FCFA initialement escomptés. On revient ainsi au niveau du budget 2008 qui était de 1675 milliards FCFA.

Excédents confortables

En réalité, Libreville tire relativement bien son épingle du jeu grâce à quatre facteurs. Tout d’abord, les excédents confortables dégagés de la formidable envolée des cours des matières premières en 2007 et début 2008 devraient permettre au pays, selon le FMI, de réduire son endettement international à 15,6% de son PIB d’ici la fin de l’année. De 1163 milliards FCFA versés en paiements d’intérêt et de capital en 2008, ce poste tomberait à 328 milliards FCFA en 2009, expliquant en grande partie la chute de 44% des dépenses budgétaires. Le niveau d’endettement global du Gabon serait de 30% alors que les critères de convergence au sein de la CEMAC sont de 60%.

En réalité, le budget qui s’esquisse pour 2009 donne, sans le vouloir, un avant goût de l’ère post-pétrole, avec une chute anticipée de 30% des recettes pétrolières entre 2008 et 2009, tandis que le reste progresserait de 10%.

Toutefois, ce retournement de situation sur le marché mondial des matières premières pourrait impacter sa notation et affecter ses conditions de crédit à l’international. Rappelons que le pays a émis, fin 2007, son premier emprunt obligataire international de l’ordre d’un milliard de dollars et sa première émission obligataire sur le marché de la CEMAC de 81,5 milliards FCFA, lui permettant de rembourser une grande partie de sa dette publique bilatérale. En réalité, la crise actuelle aurait comme principale conséquence pour le Gabon un recul plus lent que prévu de son niveau d’endettement, déjà fortement réduit.

Le deuxième facteur favorable au Gabon tient au pétrole. Certes, les cours ont chuté, mais ceci serait partiellement compensé par une progression anticipée de 15% de sa production de brut, à 13,8 millions de tonnes. Idem pour le manganèse dont les exportations sont estimées en croissance de 5,7% à 3700 tonnes, alors que son cours mondial baisse : les autorités gabonaises se basent sur un prix moyen de 347,9 $ la tonne contre 358,8 $ dans la loi de Finances 2008.

En revanche, le pays reste optimiste sur le bois : si les volumes exportés baisseraient à un total de 1 791 000 m3 d’okoumé, d’ozigo et de bois divers contre les 1 815 000 m3 stipulés dans la loi de finances 2008, les prix à l’exportation sont prévus en hausse à 100 666 FCFA (contre 97 829 dans la loi de Finances 2008) le m3 d’okoumé, 97 766 FCFA (contre 95 010) pour l’ozigo et 160 758 FCFA (contre 156 227) pour les bois divers.

Effets positifs de la crise

En réalité, le budget qui s’esquisse pour 2009 donne, sans le vouloir, un avant-goût de l’ère post-pétrole, avec une chute anticipée de 30% des recettes pétrolières entre 2008 et 2009, tandis que le reste progresserait de 10%. Les deux postes réduiraient ainsi considérablement leur écart en totalisant 950 milliards FCFA pour les premières et 786 milliards FCFA pour les recettes hors pétrole.

Mais il ne faut pas se leurrer : des économies devront être faites. Mais où ? Les dépenses de fonctionnement, considérées comme « incompressibles », accuseraient même une hausse de 0,7% dans le projet de loi de finances 2009, à 823 milliards FCFA : de ceci, 336 milliards seraient destinés aux traitements et salaires.

Restent les dépenses d’investissement, soit 315 milliards FCFA prévus en 2009 contre 295 milliards cette année. Mais l’impact de cette baisse pourrait être fortement atténué, du moins en 2009, en raison de la logique triennale des plans. Il en est notamment ainsi des 25 milliards FCFA accordés, tout à tour, à chaque province du Gabon pour développer ses infrastructures. Ces projets s’effectuent sur un laps de temps de trois à quatre ans et certains risquent de se voir repoussés à des jours meilleurs. « La crise pourrait même avoir des effets positifs », souligne-t-on en haut lieu, « car elle incitera à plus de rigueur dans la gestion des investissements. »  


SUR LE MÊME SUJET
Le Gabon a recouvré en 2010, des recettes publiques de l’ordre de 1703,6 milliards de FCFA, contre 1441,5 milliards de FCFA en 2009, soit une hausse de 18,2 %, a appris l’AGP. Selon la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC), les statistiques relatives aux opérations financières fin décembre n’étant pas encore disponibles, la situation des finances publiques à fin novembre 2010 se présente ainsi qu’il suit : l’exécution du budget s’est soldée par un excédent primaire de 251,2 milliards de FCFA, un excédent base ordonnancements de 191,9 milliards de FCFA et un solde global ‘’base caisse’’ de ...
Lire l'article
Gabon – Pétrole : la “gabonisation” en marche
Au terme d’une grève lancée par le syndicat majoritaire, l’État s’est engagé à mieux contrôler le recours aux travailleurs étrangers. Et menace d’expulser les employés en situation irrégulière. Avis de gros temps pour les salariés étrangers du secteur pétrolier gabonais. Certains pourraient être rapatriés dans les semaines à venir, au frais du pays d’Ali Bongo Ondimba. C’est la menace que fait planer l’accord conclu entre le gouvernement et l’Organisation nationale des employés du pétrole (Onep), mettant fin à une grève de quatre jours. Le mouvement, qui a déclenché des pénuries de carburant dans la capitale, Libreville, a fait perdre, selon l’Onep, ...
Lire l'article
Les recettes hors pétrole du Gabon ont atteint 486 milliards de francs CFA (environ 1 milliard de dollars), soit une hausse de 8% par rapport aux prévisions budgétaires, a annoncé ce week-end le directeur général des Impôts, Joël Ogouma. Selon le directeur général des Impôts, en 2010 les recettes des impôts du secteur hors pétrole se sont élevées à 486 milliards de francs CFA. Les prévisions de la loi des finances tablaient sur 448 milliards de francs CFA (922 millions de dollars). Ces bons résultats sont cependant en recule par rapport à 2009, année où les impôts ont collecté 553 milliards de ...
Lire l'article
Le Gabon a enregistré quelque 486 milliards de FCFA de recettes fiscales hors pétrole, soit un dépassement de 8% par rapport aux prévisions de la loi de finances rectificative 2010 qui tablait sur 448 milliards de FCFA, a annoncé la direction générale des impôts (DGI). Selon le directeur des études et de la prospective à la DGI, M. Martin Essangui Obame, les taxes indirectes ont rapporté plus de 151 milliards de FCFA contre 150 milliards attendus alors que les impôts directs, payées par les sociétés hors pétrole, l’impôt sur le Revenu des personnes physiques (IRPP), la retenue ...
Lire l'article
Le gouvernement gabonais a décidé de donner la priorité aux secteurs de l'agriculture et des infrastructures dans lesquels il compte investir respectivement 34 milliards et 540,33 milliards de FCFA, a appris la PANA jeudi de source officielle. Dans les années précédentes, le budget de l'Agriculture était passé de 5,086 milliards de FCFA en 2007 à 4,132 milliards de F CFA en 2008. Quant aux infrastructures, son budget annuel a évolué, au cours de la même période, de 45,069 milliards FCFA en 2007 à 69,967 milliards de FCFA en 2008. Pour le ministre du Budget, Blaise Louembé, "l'utilisation de ce financement permettra de réduire ...
Lire l'article
Le gouvernement gabonais a adopté jeudi un projet de loi de finances rectificative 2009, selon le communiqué final ayant sanctionné cette réunion et dont l'AGP a reçu copie. Au terme de cette nouvelle loi, les ressources propres se chiffreraient à 1.238,6 milliards de Fcfa contre 1.703,2 milliards de Fcfa prévus dans la loi de finances initiale, soit une baisse de 464,6 milliards de Fcfa. Les ressources d'emprunt s'élèveraient à 303 milliards de Fcfa contre 70,6 milliards de Fcfa dans la loi initiale (...). Cette loi de finances rectificative est notamment marquée par la poursuite du programme économique et financier entamé depuis avril 2009 ...
Lire l'article
La masse salariale au Gabon atteindra 320,8 milliards de FCFA (environ 660 millions de dollars US) en 2009 contre 312,3 milliards de FCFA en 2008, a appris la PANA mardi de source officielle. Arrêtées à 185 milliards de FCFA dans le budget initial de 2008, les dépenses relatives aux "biens et services" connaîtront une hausse de 7,5 milliards de FCFA pour s'établir à 192,5 milliards de FCFA. Rappelons que le gouvernement gabonais avait estimé récemment les dépenses de fonctionnament à 726,3 milliards de FCFA dans le budget initial mais l'a réévalué à 817,5 milliards de FCFA dans le budget rectifié de l'année ...
Lire l'article
L'Etat gabonais a estimé son budget pour 2009 à près de 2.500 milliards de francs CFA (3,8 milliards d'euros), en hausse de 38% par rapport à 2008, prévoyant notamment une augmentation de ses recettes pétrolières, a-t-on appris mercredi de source officielle. Le budget de l'année 2009 "s'établirait à 2.485,5 milliards de FCFA, contre 1.798,1 milliards de FCFA arrêtés dans la loi de Finances de l'année 2008", indique le communiqué du conseil des ministres tenu mardi et lors duquel a été présenté le projet de loi de Finances 2009. Cela représente une "hausse de 687,4 milliards de FCFA (1,05 milliard d'euros, +38,22%) qui ...
Lire l'article
L'Etat gabonais a estimé son budget pour 2009 à près de 2.500 milliards de francs CFA (3,8 milliards d'euros), en hausse de 38% par rapport à 2008, prévoyant notamment une augmentation de ses recettes pétrolières, a-t-on appris mercredi de source officielle. Le budget de l'année 2009 "s'établirait à 2.485,5 milliards de FCFA, contre 1.798,1 milliards de FCFA arrêtés dans la loi de Finances de l'année 2008", indique le communiqué du conseil des ministres tenu mardi et lors duquel a été présenté le projet de loi de Finances 2009. Cela représente une "hausse de 687,4 milliards de FCFA (1,05 milliard d'euros, +38,22%) qui ...
Lire l'article
APA Libreville (Gabon) Le budget de l’Etat gabonais pour l’exercice 2008 a augmenté de 67,90%, soit de plus de 850 milliards de FCFA, passant de 1.798,1 milliard de FCFA à 2.648,1 milliards de FCFA, a appris APA. Cette hausse est liée à un relèvement de 32,6% des recettes pétrolières et une progression de 1% des recettes hors pétrole, indique le communiqué publié jeudi soir à Libreville, à l’issue du conseil des ministres, présidé par le président Omar Bongo Ondimba, au cours duquel le budget rectifié a été adopté. La production pétrolière nationale devrait baisser de 6,3% pour s’établir à 12,057 millions de ...
Lire l'article
Plus de 1700 milliards de FCFA de recettes publiques recouvrées au Gabon en 2010
Gabon – Pétrole : la “gabonisation” en marche
Gabon : 486 milliards de francs CFA de recettes hors pétrole en 2010
Le Gabon engrange près de 500 milliards de FCFA de recettes hors pétrole en 2010
L’agriculture et les infrastructures, priorités du Gabon en 2010
Gabon: Economie : Le gouvernement gabonais adopte un projet de loi de finances rectificative 2009
Augmentation de la masse salariale du Gabon en 2009
Gabon: +38% pour le budget grâce aux recettes du pétrole
Gabon: +38% pour le budget grâce aux recettes du pétrole
Hausse de 67,90% du budget gabonais pour l’exercice 2008


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 7 Déc 2008
Catégorie(s): Economie
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*