Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon: un journaliste “brutalisé” par des militaires à la présidence

Auteur/Source: · Date: 10 Déc 2008
Catégorie(s): Médias,Société

Un journaliste de l’hebdomadaire satirique privé gabonais Le Nganga a été admis aux urgences le 6 décembre après avoir été “brutalisé par des militaires (…) dans l’enceinte de la présidence” à Libreville, a rapporté mercredi l’ONG Reporters sans frontières (RSF).

Jointe par l’AFP, une source officielle a déclaré: “Je confirme cet incident, mais il (le journaliste) est sorti, il va mieux”. Elle n’a pas souhaité en dire plus. Habib Papy Boubendji, journaliste d’investigation au Nganga, “a été sévèrement brutalisé par des militaires dans la nuit du 5 au 6 décembre dans l’enceinte de la présidence” où il avait été “convoqué”, affirme RSF dans un communiqué reçu par l’AFP, citant des “sources concordantes”.

M. Boubendji a ensuite été “déposé” par des gendarmes dans un hôpital d’instruction des armées à 9 km de Libreville, où il est “traité depuis le 6 décembre à l’unité de soins intensifs”. “Seule sa femme est autorisée à lui rendre visite”.

“Il présenterait plusieurs contusions au visage, aurait deux côtes brisées et une jambe cassée”, précise RSF, dénonçant une agression “intolérable”.

L’organisation de défense des droits de la presse demande “aux autorités gabonaises de faire la lumière sur cette affaire et de donner publiquement des nouvelles du journaliste et de son état de santé”.

Un journaliste gabonais ayant requis l’anonymat a affirmé à l’AFP avoir “recoupé et confirmé l’information”. M. Boubendji “est interné à Melen”, a-t-il indiqué, précisant que sa tentative de lui rendre visite s’était soldée par un refus de “militaires à l’accueil”.

RSF et ce journaliste lient cette agression à la parution, le 27 novembre, d’un article du Nganga s’interrogeant sur un possible détournement de fonds qui impliquerait Pascaline Bongo, fille aînée et directrice de cabinet du président gabonais Omar Bongo Ondimba.

Le 21 novembre, un journaliste du média privé gabonais en ligne GabonPage, Sydney Ivembi, avait affirmé avoir été molesté et retenu plusieurs heures un jour auparavant par des gendarmes, alors qu’il couvrait une opération ville propre de la mairie de Libreville. 


SUR LE MÊME SUJET
Gabon: Un journaliste échappe au lynchage
Jean Raoul Mbadinga, journaliste à la Télévision publique gabonaise (RTG 1) a échappé samedi dernier, à Libreville à un lynchage des militants et sympathisants de l’opposition, alors qu’il venait de couvrir leur meeting. Ces militants surexcités ont voulu se jeter sur Jean Raoul Mbadinga mais ils ont été stoppés par un groupe de journalistes formant une ceinture de sécurité pour protéger leur confrère en difficulté. La police qui encadrait le meeting ayant constaté cet acharnement est venu intervenir au moment où un proche de l’ancien président de l’ex-UN, Zacharie Myboto, a décidé d’embarquer le journaliste et son cadreur dans sa voiture. Encerclé par ...
Lire l'article
Le journaliste Jean Ovono Essono a été nommé président du Conseil national de la communication (CNC), l’organe de régulation des médias au Gabon, en remplacement de M. Emmanuel Ondo Methogo, ex-vice-Premier ministre, nommé en février dernier, conseiller politique du président Ali Bongo Ondimba. ‘’Je ne serai pas le père fouettard de la presse’’, a déclaré le nouveau président du CNC qui prendra ses fonctions en début de semaine prochaine. ‘’J’essaierai de travailler avec les journalistes, parce qu’il est constaté que ce sont plutôt des militants qui écrivent dans les journaux, ce qui pose un problème de déontologie et d’éthique au niveau ...
Lire l'article
Des individus non encore identifiés seraient actuellement à la recherche du journaliste Jonas Moulenda du quotidien national l’union pour lui faire « payer » l’audace d’avoir publié un bilan autre que celui de trois morts établi par le gouvernement après la violente répression militaire qui s’est abattue sur Port-Gentil, pour venir à bout des violentes émeutes qui se sont déroulées dans la capitale économique gabonaise du 3 au 6 septembre, a appris APA. Auteur d’une série de reportages intitulés « Je reviens de Port-Gentil », Jonas Moulenda, a fait l’objet d’une deuxième perquisition illégale de son domicile par des inconnus dans ...
Lire l'article
Le média privé gabonais d'information en ligne Gabonews a affirmé lundi à l'AFP qu'un de ses journalistes avait reçu des menaces de mort en lien avec des articles sur l'élection présidentielle du 30 août et ses suites, à l'instar d'un reporter du quotidien national L'Union. Les premières menaces remontent à "une dizaine de jours" et étaient alors verbales, jusqu'à un message électronique reçu dernièrement et menaçant de "brûler vif" le journaliste, a expliqué Rodrigue Asseyi, directeur de publication de Gabonews, sans divulguer l'identité de son collaborateur pour raison de sécurité. "On a localisé ta demeure et si par malheur je vois encore ...
Lire l'article
Le journaliste gabonais Jonas Moulenda, du quotidien national L'Union, a affirmé mercredi à l'AFP être recherché et recevoir des menaces de mort en lien avec des articles qu'il a écrits notamment sur les violences post-électorales à Port-Gentil (ouest). Le 26 septembre, trois personnes en civil et qui ne se sont pas identifiées "se sont présentées à mon domicile", a raconté M. Moulenda, lors d'un entretien avec l'AFP par téléphone depuis un lieu qu'il n'a pas dévoilé. "Je n'y étais pas, j'étais réfugié quelque part" en raison de menaces devenues "inquiétantes", a poursuivi M. Moulenda, qui réside habituellement à Ozangué (est de ...
Lire l'article
Trois leaders d'ONG gabonaises, un journaliste et un gendarme, interpellés fin décembre, ont été placés sous mandat de dépôt mercredi, a appris l'AFP auprès de leur avocat alors qu'un autre journaliste a été laissé en liberté provisoire. Marc Ona, considéré comme le porte-parole de la société civile gabonaise, Georges Mpaga, président du Réseau des organisations libres de la société civile pour la bonne gouvernance au Gabon (ROLBG), et Gregory Ngbwa Mintsa, Gabonais associé à une plainte d'ONG françaises visant les présidents gabonais, congolais et équato-guinéen quant à l'acuisition de biens en France, ont été placés sous mandat de dépôt et transférés ...
Lire l'article
Une journaliste de l’Agence de presse privée en ligne GABONEWS, Murielle Mendoua, s’est mariée ce vendredi à Libreville avec un autre journaliste de la chaîne de télévision privée « TV+ », Christian Ndong Eyene, dans les liens sacrés du mariage. Les deux communicateurs ont été unis pour la vie sous le régime monogamique et de la communauté des biens par le 2ème adjoint au maire de la commune de Libreville Constant Odoumba. Les nouveaux mariés se sont promis fidélités "pour le meilleur et pour le pire" devant un parterre d’invités dont leurs collègues journalistes. Ils ont démontré leur amour en jurant devant ...
Lire l'article
Habib Papy Boudendji, dit Habib Bilalou, de l'hebdomadaire satirique Le Nganga, est sorti de l'hôpital, le 10 décembre 2008, aux alentours de 14 h 30. Le journaliste avait été sévèrement brutalisé par des militaires dans la nuit du 5 au 6 décembre, dans l'enceinte de la présidence de la République. Un de ses articles, publié dans l'édition du Nganga du 27 novembre, mettait en cause la fille ainée du chef de l'Etat et directrice de son cabinet, Pascaline Bongo, dans un détournement de fonds présumé. Interrogé par Reporters sans frontières, le journaliste a déclaré avoir été frappé à coups de matraque ...
Lire l'article
Un journaliste d’investigation de l’hebdomadaire satirique Le Nganga, Habib Papy Boubendji, dit Habib Bibalou, a été sévèrement brutalisé par des militaires, dans la nuit du 5 au 6 décembre 2008, dans l’enceinte de la présidence de la République, a appris Reporters sans frontières auprès de sources concordantes. Le journaliste se trouve actuellement en soins intensifs dans un hôpital militaire proche de Libreville, où seule sa femme est autorisée à lui rendre visite. "L’agression dont a été victime Habib Bibalou et les zones d’ombre qui l’entourent sont absolument intolérables. Nous demandons aux autorités gabonaises de fournir des explications sur cette affaire et ...
Lire l'article
Un journaliste d'investigation de l'hebdomadaire satirique Le Nganga, Habib Papy Boubendji, dit Habib Bibalou, a été sévèrement brutalisé par des militaires, dans la nuit du 5 au 6 décembre 2008, dans l'enceinte de la présidence de la République, a appris Reporters sans frontières auprès de sources concordantes. Le journaliste se trouve actuellement en soins intensifs dans un hôpital militaire proche de Libreville, où seule sa femme est autorisée à lui rendre visite.   "L'agression dont a été victime Habib Bibalou et les zones d'ombre qui l'entourent sont absolument intolérables. Nous demandons aux autorités gabonaises de fournir des explications sur cette affaire et ...
Lire l'article
Gabon: Un journaliste échappe au lynchage
Un journaliste nommé président du Conseil national de la communication au Gabon
Un journaliste gabonais menacé de mort
Gabon: un journaliste du média privé en ligne Gabonews menacé de mort
Gabon: un journaliste de L’Union se dit recherché et menacé de mort
Gabon: trois leaders d’ONG, un journaliste et un gendarme écroués
Gabon: Une journaliste de GABONEWS rompt avec le célibat
Gabon: Le journaliste brutalisé par des hommes du Président est sorti de l’hôpital
Un journaliste d’un hebdomadaire satirique brutalisé par des hommes du Président
Gabon: Un journaliste d’un hebdomadaire satirique brutalisé par des hommes du Président


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne 5,00 sur 5)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 10 Déc 2008
Catégorie(s): Médias,Société
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Une Réponse à Gabon: un journaliste “brutalisé” par des militaires à la présidence

  1. Kudi

    11 Déc 2008 a 10:30

    Désolation, désolation que peut-on dire de telles agrétions que l’on a pas encore dit Bongo et ces esclaves font tout ce qu’ils veulent et personne ne fait rien heureusement que l’on a le bdp Gabon nouveau pour nous informer clairement sur certaine choses.
    Liberté, liberté laissé nous s’il vous plait n’avez vous pas assez volé le Gabon dans les années 70 vous assassiniez les journalistes et les oposants à “olando” vous n’avez toujours pas arreté svp laissez nous maintenant on en a marre le jour arrive ou on prendra tout ce qui est à notre porté pour nous défendre ce jour est proche pensez y

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*