- Bongo Doit Partir - http://www.bdpgabon.org -

Soudan : Sarkozy resserre l’étau sur El Béchir

A l’occasion de la célébration 60e anniversaire de la déclaration universelle des Droits de l’Homme, le président français, Nicolas Sarkozy, a donné une échéance de quelques jours au président soudanais, Omar El Béchir, pour s’engager clairement dans la pacification du Darfour. Le président soudanais est sous le joug d’un mandat d’arrêt de la Cour pénale internationale (CPI) depuis le 14 juillet dernier pour crimes contre l’humanité. Le président français avait proposé le 23 septembre dernier un délai pour permettre au président El Béchir d’amorcer concrètement la pacification du Darfour, à la faveur de quoi le Conseil de sécurité de l’ONU serait prêt à suspendre la procédure judiciaire engagée contre lui. Les “arrangements” du chef de l’Etat français pour le Darfour ne semblent pas avoir porté leurs fruits, ou pas dans les délais escomptés, eu égard au discours tenu le 8 décembre dernier à Paris par Nicolas Sarkozy, qui a donné une échéance de quelques jours au président soudanais pour changer sa politique de gestion de la crise du Darfour.

Dans un discours prononcé à l’occasion du 60e anniversaire de la Déclaration universelle des Droits de l’Homme, le président français a affirmé que le président El Béchir devait “faire le choix” de la paix au Darfour dans “les jours qui viennent”, estimant qu’il avait “son avenir dans les mains”.

“Nous avons besoin du gouvernement soudanais pour trouver enfin la paix au Darfour, nul ne le conteste, mais le président Béchir a bien peu de temps pour décider, il a son avenir dans les mains”, a déclaré Nicolas Sarkozy.

“Soit il change d’attitude, et la communauté internationale peut discuter avec lui, soit il ne change pas d’attitude, alors il sera face à ses responsabilités, notamment devant la Cour pénale internationale (CPI) qui est un progrès de l’humanité”, a poursuivi le chef de l’Etat français.

“C’est un choix qu’il doit faire non pas dans les semaines qui viennent, mais dans les jours qui viennent”, a insisté le président en exercice de l’Union européenne (UE).

“Quand on a dans son gouvernement un homme qui est poursuivi pour crimes, alors la communauté internationale ne peut pas parler avec vous”, a estimé le président Sarkozy.

Le procureur de la Cour pénal international (CPI), l’Argentin Luis Moreno-Ocampo, avait requis le 14 juillet dernier à La Haye, aux Pays-Bas, l’inculpation du président soudanais Omar El Béchir et sa poursuite devant les chambres de la CPI pour «génocide et crimes contre l’humanité».

Le président Béchir a jusqu’à présent toujours refusé de livrer à la justice internationale son ministre aux Affaires humanitaires, Ahmed Haroun, ainsi qu’un chef de milice pro-gouvernementale janjawid, Ali Kosheib, également recherché par la CPI.

“J’ai eu l’occasion de le lui dire à Doha de la façon la plus claire”, a rapporté le président français en évoquant son entretien avec son homologue soudanais le 29 novembre dans la capitale du Qatar, en marge de la conférence de l’ONU sur le financement du développement.

“Je sais bien qu’un certain nombre de gens ont dit – mais comment osez vous parler avec le président Béchir ?-“, a-t-il ajouté, avant de demander que “si on n’en parle pas au président soudanais, comment trouvera-t-on la solution dans cette partie du monde?”.

“Si le président soudanais ne change pas de politique, alors plus personne ne lui parlera”, a conclu le président français.

A la tribune de la 63e assemblée générale des Nations Unies à New-York le 23 septembre, le président français, Nicolas Sarkozy, a proposé au président soudanais Omar El Béchir, un arrangement alternatif aux recours judiciaires mis en branle pour résoudre la crise du Darfour. Le chef de l’Etat français a exhorté son homologue soudanais à un profond remaniement politique qui permettrait au Conseil de sécurité de l’ONU de suspendre pour un an les poursuites de la Cour pénale internationale à son encontre.

L’article 16 des statuts de la CPI prévoit que les 15 membres du Conseil de sécurité peuvent voter une résolution pour différer de douze mois renouvelables toute enquête ou poursuites initiées par la CPI.

Il avait également demandé que “des gens qui sont accusés de génocide ne restent pas ministres dans le gouvernement soudanais”.

Ces “arrangements” avaient suscité l’inquiétude de nombreuses ONG de défense des droits de l’Homme, qui craignent une remise en cause de la procédure engagée par la justice internationale.

Depuis 2003, les forces gouvernementales appuyées par les milices arabes janjawid luttent contre des mouvements rebelles du Darfour. Le conflit a fait jusqu’à 300 000 morts et déplacé 2,2 millions de personnes, selon l’ONU, alors que Khartoum ne parle que de quelque 10 000 morts. 


SUR LE MÊME SUJET
CAN 2012. Drogba et la Côte d’Ivoire assurent leur entrée face au Soudan (1-0)
Empruntée et timorée, la Côte d'Ivoire, l'une des grandes favorites de la CAN-2012, n'a pas spécialement brillé pour ses débuts dans la compétition mais a assuré l'essentiel en dominant le Soudan grâce à un but de Didier Drogba (1-0), dimanche à Malabo (groupe B). Après l'exploit des Zambiens face aux Sénégalais (2-1), samedi, les Eléphants peuvent au moins se dire qu'ils se sont évités une bien mauvaise surprise face à l'une des formations les plus faibles de la Coupe d'Afrique. Mais leur prestation a de quoi laisser perplexe alors qu'ils font figure de prétendants sérieux à la victoire finale. Si cette ...
Lire l'article [1]
Les Eléphants de Côte d'Ivoire se sont imposés difficilement face au Soudan sans avoir véritablement pu imprimer leur rythme tout au long de la rencontre, en match comptant pour la première journée du Groupe B de la phase finale de la Coupe d'Afrique des Nations. A la 39ème minute de jeu, Didier Drogba ouvre le score pour la côte d'Ivoire pendant que les Soudanais tiennent le coup jusqu'à ce que, au cours de seconde période l'épuisement les rattrape . C'est en effet, à la 39ème minute de jeu que le capitaine ivoirien Didier Drogba inscrit l'unique but de la rencontre en ...
Lire l'article [2]
Le stade de Franceville, d'une capacité de 20.0000 spectateurs, appelé à accueillir le groupe D de la Coupe d'Afrique des Nations-2012 au Gabon et en Guinée équatoriale, a été inauguré lundi avec un nul (0-0) entre le Gabon et le Soudan. Rénové et agrandi avec notamment un toit sur une partie des tribunes, le stade aux couleurs bleu et jaune du Gabon doit recevoir le groupe D avec le Ghana, le Mali, la Guinée et le Botswana, puis accueillir aussi un quart de finale de la compétition qui commence le 21 janvier. Lundi, environ 15.000 spectateurs ont fait le déplacement pour voir ...
Lire l'article [3]
Disputé dans un stade plein et en présence du président du Soudan M.Omar El Béchir, le match n’a pas tenu ses promesses, mais l’essentiel a été fait pour les Soudanais. La sélection nationale du Soudan a battu non sans mal le Gabon (1-0), mi-temps (1-0), vendredi soir au stade international de Khartoum en match d’ouverture de la 2e édition du championnat d’Afrique des Nations CHAN-2011, compétition réservée aux joueurs locaux, organisée au Soudan du 4 au 25 février. Disputé dans un stade plein et en présence du président du Soudan M.Omar El Béchir, le match n’a pas tenu ses promesses, mais l’essentiel ...
Lire l'article [4]
Par Elise Colette, envoyée spéciale à Nice. Le premier sommet Afrique-France de Nicolas Sarkozy s'ouvre à 14 heures, ce lundi 31 mai, à Nice. Le président français y accueille 38 chefs d'Etat et de gouvernement. « Trente-huit chefs d'Etat et de gouvernement seront présents. C'est exactement le même nombre que lors du dernier sommet de Cannes, en 2007 », tient-on à préciser à l'Élysée. Sous-entendu : Nicolas Sarkozy ne fait pas moins bien que son prédécesseur, Jacques Chirac, que l'on disait pourtant plus proche des Africains. Alors que, depuis plusieurs années, la perte d'influence de la France en Afrique est constatée et commentée, ...
Lire l'article [5]
Le président de la Commission de l’Union africaine, Jean Ping, est en visite au Soudan où il devrait s’entretenir avec le président Omar Hassan El-Bechir et d’autres responsables du gouvernement des questions relatives aux accusations de crimes de guerre et de génocide formulées par la Cour pénale internationale (CPI) à l’encontre du chef de l’Etat soudanais. Le président de la Commission de l'Union africaine (UA) est depuis le 3 août à Khartoum, pour le faire le point avec les autorités soudanaises sur les accusations de la CPI à l'encontre du président soudanais. M. Ping est accompagné de l’ambassadeur Ramtane Lamamra, le Commissaire ...
Lire l'article [6]
Pick-up chargés d'hommes en armes passant en trombe, blindés déployés, rumeurs affolantes sous le vrombissement des hélicoptères d'attaque : Abéché, la grande ville de l'Est tchadien, hume l'air de la guerre qui vient. Celle que se livrent, par procuration, le Tchad et le Soudan vient d'entrer dans une nouvelle phase, encore incertaine, avec l'irruption de rebelles tchadiens en provenance de leurs bases arrière du Darfour, à l'ouest du Soudan. Leur entrée en territoire tchadien, jeudi après de brefs combats, ressemblait à une simple démonstration militaire, avant la saison des pluies, qui va figer les activités d'ici quelques semaines. Lundi matin 16 juin, ...
Lire l'article [7]
Gabon : Libreville accueille la première réunion du «Groupe de contact» sur la crise tchado-soudanaise
Le «groupe de contact» sur la crise Tchado-soudanaise, mis sur pied le 13 mars dernier à Dakar (Sénégal), en marge du 11ème sommet de l’Organisation de la conférence islamique (OCI), tient sa première réunion ministérielle, ce jeudi 10 avril à Libreville. Outre les Etats membres du groupe de contact - Libye, Congo, Sénégal, Erythrée, Gabon, Tchad et Soudan -, cette réunion va enregistrer aussi la participation des secrétaires généraux de la Communauté des Etats sahalo-sahariens (CEN-SAD) et de la Communauté économique des Etats d’Afrique centrale (CEEAC). Il n’est pas exclu que des représentants des Etats-Unis, de la France, ...
Lire l'article [8]
La diplomatie gabonaise est de nouveau en première ligne dans la recherche de la paix et de la stabilité régionale, via le règlement de la crise politico-diplomatique entre Ndjaména et Karthoum, en raison de la tenue, annoncée comme pratiquement acquise et imminente, à Libreville, de la première réunion du Groupe de contact de l’accord de Dakar sur le Tchad et le Soudan, à laquelle prendront part les ministres des Affaires étrangères et de la Coopération de plusieurs pays du continent (Libye, Congo-Brazzaville, Sénégal, Erythrée, et Gabon), les représentants de nombreuses Organisations internationales (CENSAD, CEEAC, UA, UE, ONU), auxquels devraient se ...
Lire l'article [9]
Le Chef de l'Etat Omar Bongo Ondimba a reçu le 8 janvier dernier une délégation d'émissaires du président soudanais Oumar El Béchir. Ces émissaires sont venus recueillir les avis du président gabonais sur les questions de paix et de sécurité sur le continent, particulièrement dans l'optique de parvenir au dénouement de la crise du Darfour qui s'étend aujourd'hui au voisin tchadien. C'est pour recueillir les avis et conseils du doyen des chefs d'Etat africains dans la crise qui déchire son pays et qui touche aujourd'hui le Tchad, que le président soudanais Oumar El Béchir a envoyé une délégation d'émissaires à la ...
Lire l'article [10]
CAN 2012. Drogba et la Côte d’Ivoire assurent leur entrée face au Soudan (1-0)
La Côte d’Ivoire s’impose face au Soudan
Le Gabon fait match nul contre le Soudan
Le Soudan bat le Gabon sans convaincre
Sommet Afrique-France : la toute première fois pour Sarkozy
UA : Jean Ping à Khartoum pour des discussions sur les accusations de la CPI
Dans l’est du Tchad, premier incident armé entre Eufor et rebelles venus du Soudan
Gabon : Libreville accueille la première réunion du «Groupe de contact» sur la crise tchado-soudanaise
Gabon: Diplomatie : le Groupe de Contact de l’accord de Dakar sur le Tchad et le Soudan en réunion à Libreville
Des émissaires soudanais chez Bongo Ondimba