Socialisez

FacebookTwitterRSS

“Sarko en Afrique”, d’Antoine Glaser et Stephen Smith : incohérences de la politique franco-africaine

Auteur/Source: · Date: 15 Déc 2008
Catégorie(s): Françafrique

Tout va tellement vite avec Nicolas Sarkozy que, dix-huit mois après son entrée à l’Elysée, il est déjà temps de tirer un bilan de sa politique africaine. C’est en tout cas le pari que réussissent Antoine Glaser et Stephen Smith, journalistes spécialistes de l’Afrique dans un livre dont le ton ironique, parfois trop léger, adoucit la trame fondamentalement inquiétante : la chronique d’une régression et d’une perte de sens, sur fond d’abandon.

La thèse est simple : après avoir promis, pendant la campagne électorale, une nette “rupture” avec les anciens réseaux de la Françafrique et les complaisances à l’égard des dictateurs noirs, M. Sarkozy agit dans un sens diamétralement opposé. Il gère les relations avec l’Afrique en double commande : d’un côté, la diplomatie officielle chargée des dossiers stratégiques – Darfour, Tchad, Congo, Afrique du Sud -, de l’autre les relations avec le “village” francophone, gérées en direct par le secrétaire général de l’Elysée, Claude Guéant, par l’entremise opaque d’un survivant des réseaux Foccart, l’avocat Robert Bourgi, conseiller personnel du président gabonais Omar Bongo. Quant au ministre des affaires étrangères, son rôle est quasi anecdotique et ses initiatives – Tchad, Rwanda – strictement encadrées.
De Dakar à N’Djamena en passant par Libreville et Paris, les auteurs livrent un récit nourri des contradictions que génère pareil fonctionnement. Derrière les discours adressés à “la jeunesse africaine” et la volonté affichée de passer le relais à l’Europe, se manifeste, selon eux, un désintérêt pour un continent “où il n’y a que des coups à prendre”, accentué par l’obsession des économies budgétaires. Ce retrait s’opérerait à contretemps, alors que les Chinois et les Américains le réinvestissent.

Parallèlement, alors que M. Sarkozy entend favoriser la promotion des Français issus de l’immigration africaine, sa politique de fermeture des frontières impose des humiliations au continent. Acéré, nourri de mille anecdotes, le livre tresse bizarrement des lauriers à Brice Hortefeux. Finalement, le seul axe clair de la politique africaine résiderait dans les coups de pouce donnés aux projets africains des grandes entreprises françaises qui, de Bouygues à Bolloré, se trouvent être dirigées par des amis du président.

Faute d’une vision de la relation franco-africaine plus ambitieuse et exigeante que celle d’un VRP, M. Sarkozy serait réduit à actionner ce qui subsiste des vieux réseaux, et se trouverait “aux mains du clan gabonais”. Visiblement, Nicolas Sarkozy n’a rien à refuser à Omar Bongo, au pouvoir depuis… 1967. Contre l’avis de Bercy, le président a effacé 20 % de la dette du Gabon, Etat exportateur de pétrole.
Au début de l’année, il a aussi limogé Jean-Marie Bockel, le secrétaire d’Etat qui s’était étonné publiquement du maintien d’un haut niveau de pauvreté dans les pays africains pétroliers. Appointé par Libreville, Me Bourgi sert aussi de missi dominici à l’Elysée, bien que n’étant doté d’aucun statut à l’égard de l’Etat français.

Le livre suggère fortement l’existence d’un “lien d’argent”, dont il n’apporte pas la preuve mais qui expliquerait bien des choses. M. Bongo, qui est réputé avoir financé des campagnes électorales françaises, ne se targue-t-il pas de connaître les “petits secrets entre chefs d’Etat” ? L’hypothèse est si excitante qu’elle tend à donner une importance démesurée au “Bongoland”, petit Etat à l’échelle de l’Afrique. Le livre, implacable dans sa dénonciation des incohérences d’une France qui ne sait plus ce qu’elle fait en Afrique, reste muet sur les pistes de reconstruction d’une relation dont les ambivalences n’ont pas commencé avec l’élection de M. Sarkozy.
 


SUR LE MÊME SUJET
Par L.B. Jean-Christophe Rufin, ex-ambassadeur au Sénégal, dénonce un Quai d'Orsay devenu "sinistré" et "complètement marginalisé" par l'Elysée, notamment en matière de politique africaine. 541 commentaireArticle suivant dans France : Le petit Nicodème retrouvé mort Jean-Christophe Rufin © LCITous les "vieux travers" de la politique africaine de la France se sont reconstitués à cause du secrétaire général de l'Elysée, Claude Guéant, déclare l'ancien ambassadeur de France au Sénégal Jean-Christophe Rufin. Nommé en août 2007, Jean-Christophe Rufin, écrivain et académicien, a quitté ses fonctions le 30 juin, après que le président sénégalais Abdoulaye Wade ait demandé son départ. Dans un entretien publié mardi par ...
Lire l'article
Dans ce second volet du bilan, c’est la Françafrique qui est à l’honneur. Nicolas Sarkozy avait promis une "rupture" avec certaines pratiques néocoloniales. Or, rien a vraiment changé entre Paris et ses anciennes colonies. a scène se passait à Dakar, il y a peu, par une chaude soirée. Un serveur dont le client était assailli par les moustiques s’est exclamé : "Ce ne sont pas des moustiques, ce sont des Français !" Il ne fait pas bon être français en Afrique francophone par les temps qui courent. Alors que le combat pour la démocratie gagne, l’un après l’autre, les pays de ...
Lire l'article
Tunis, 15 septembre (GABONEWS) - La Facilité Africaine de l’Eau (FAE), « hébergée et gérée » par la Banque Africaine de Développement (BAD), accordera très prochainement 1,430 millions d’euros à la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale (CEEAC), pour développer la Politique régionale de l’eau au sein des pays membres, a-t-on appris ce mardi de sources officielles. Selon les ministres africains en charge de l’eau qui, en 2006, avaient fait l’état des lieux des besoins en cette ressource dans les pays d’Afrique centrale, la réalisation de ces politiques est estimée à un montant total de 2,263 millions ...
Lire l'article
Les récentes déclarations de Robert Bourgi, présenté comme le conseiller officieux de Nicolas Sarkozy pour l'Afrique, sur le Gabon et "l'affaire Bockel" ont mis l'exécutif français dans l'embarras, au moment où Paris s'efforce de convaincre que la page de la "Françafrique" a été tournée. En moins de deux semaines, quelques phrases auront suffi à l'avocat franco-libanais, qui se targue d'être LE confident des chefs d'Etat africains, pour à nouveau jeter le trouble sur les liens que la France entretient avec les pays de son ancien "pré carré". Alors que Paris répétait depuis des semaines qu'il n'avait "pas de candidat" pour la succession ...
Lire l'article
En apparence, "l'Afrique de Papa" a eu raison de Nicolas Sarkozy. Trois ans après le discours de Cotonou (Bénin), où le candidat à l'Elysée avait promis l'avènement d'"une relation nouvelle (...), équilibrée, débarrassée des scories du passé", le président, qui s'envole jeudi 26 mars pour son quatrième voyage en Afrique noire, n'agite plus la bannière de la "rupture" avec la tradition d'opacité des relations africaines de la France postcoloniale. Dès juillet 2007, le Gabon, dont le chef de l'Etat a été installé par le général de Gaulle en 1967, avait eu le privilège de son premier déplacement. Aujourd'hui, le Congo de ...
Lire l'article
Le mandat de Jean Ping à l’Union africaine sera-t-il celui au cours duquel l’on comptabilisera le plus de coups de force ? Avec le récent passage en force d’Andry Rajoelina à Madagascar, il est fort à parier que ce sera le cas. Hier il en était ainsi aux Îles Comores, en Mauritanie, en Guinée-Conakry et en Guinée-Bissau. Aujourd’hui, c’est la Grande Île qui voit sa démocratie naissante stoppée dans son élan par un jeune homme qui doit sa victoire à la rue et à l’armée. Face à ce qui est arrivé, c’est le scénario habituel : condamnation sans appel de l’Union ...
Lire l'article
La Françafrique, même pas morte ! Durant sa campagne présidentielle en 2007, Nicolas Sarkozy avait annoncé sa fin imminente. Pour l’avoir pris au mot, son éphémère secrétaire d’Etat à la Coopération, Jean-Marie Bockel, a pris la porte, à la demande expresse du champion incontesté de la Françafrique, le président du Gabon Omar Bongo. Dans un livre alerte et souvent drôle, Antoine Glaser et Stephen Smith décrivent par le menu ce revirement, symbolisé par la résurrection d’un go-between influent, l’avocat Robert Bourgi. Marginalisé sous le règne de Jacques Chirac, ce Franco-Libanais, qui a grandi au Sénégal, est parvenu - affirment les ...
Lire l'article
Député (UMP) du Haut-Rhin, Jean-Louis Christ est mécontent. "C'était chaud, hier, la réunion des membres de notre mission, dit-il. Comme démocrate-chrétien, je suis convaincu qu'un rapport parlementaire sur la politique africaine de la France, sauf à le laisser dormir dans un tiroir, ne peut pas se contenter de considérations mercantiles. Il y a d'autres dimensions qu'on ne peut occulter, qu'il s'agisse des droits de l'homme ou de l'aide au développement." Président d'une mission d'information de la commission des affaires étrangères de l'Assemblée nationale sur la "politique africaine de la France", créée il y a un an, M. Christ ne se retrouve ...
Lire l'article
Discours / La réorganisation du dispositif militaire français en Afrique, annoncée par Nicolas Sarkozy lors de sa visite en Afrique du Sud fin février, provoque des inquiétudes chez les chefs d’Etat africains concernés. Mais l’Elysée se veut rassurant : le processus ne sera pas effectif avant 2011-2012. Juste avant de s’en aller batifoler, à la plus grande gêne de ses conseillers, dans la réserve du Kruger en Afrique du Sud, le bon président Sarkozy s’est quand même fendu, fin février, d’un discours devant les parlementaires locaux, au Cap. Un discours bien moins polémique que son précédent laïus de Dakar et salué ...
Lire l'article
Pour s’attirer les bonnes grâces du riche Président gabonais Omar Bongo le présidentiable Sarkozy est prêt à toutes les promesses. Y compris l’exonération de visa pour les Gabonais. Bongo, le grand président gabonais est un homme riche et qui a le bras long particulièrement dans la sphère politique française. Il est donc de coutume, en temps de préchauffe électorale de draguer un tel homme. Même Jean-Marie Le Pen a fait deux-trois pas de danse avec lui. Nicolas Sarkozy, apôtre de la « rupture », n’échappe pas à la règle. Et n’hésite pas à faire quelques entorses à ses grands principes sur ...
Lire l'article
France- Afrique: L’ex-ambassadeur au Sénégal critique la politique africaine
POLITIQUE AFRICAINE : La colère monte contre l’ancienne métropole
Gabon: La Facilité Africaine de l’Eau accorde 1,430 millions d’euros à la CEEAC pour la Politique régionale de l’eau
Robert Bourgi, perturbateur de la politique africaine de la France ?
La politique africaine de Nicolas Sarkozy tarde à rompre avec une certaine opacité
Union africaine et instabilité politique: Les voies de Ping sont insondables
Livre: La Françafrique bouge encore: Tout sur les relations : Chirac, Sarko, Bongo, Gbagbo…
La politique africaine de la France agite l’Assemblée nationale
Afrique : le nouveau Cap de Sarko
Quand Sarko drague Bongo


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne 3,00 sur 5)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 15 Déc 2008
Catégorie(s): Françafrique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*