Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon: Discours à la nation du Dr. Daniel Mengara: “Vous pouvez, Monsieur Bongo, vous mettre votre ouverture dans le trou que vous voulez”

Auteur/Source: · Date: 4 Jan 2009
Catégorie(s): Discours,Vidéos

A l’occasion de son discours de voeux de nouvel an à la nation gabonaise, le Dr. Daniel Mengara a fustigé l’immobilisme et la criminalité du régime Bongo, et appelé les Gabonais à commencer la résistance nationale et internationale contre le régime Bongo. S’adressant spécifiquement à Omar Bongo, le leader du mouvement “Bongo Doit Partir” (BDP-Gabon Nouveau) a, sans détour qualifié d'”imbécile” celui qu’il a appelé le président autoproclamé du Gabon: “Monsieur Bongo, j’ai envie de vous dire que vous êtes un imbécile” a harangué le Président du BDP-Gabon Nouveau.

S’agissant du désir du dictateur gabonais d’ouvrir le gouvernement aux forces de l’opposition, “vous pouvez, Monsieur, vous mettre votre ouverture dans le trou que vous voulez,”, a lancé le Dr. Daniel Mengara dans ce qu’il convient d’appeler un “non” catégorique du leader du BDP-Gabon Nouveau.

“Vous souvenez-vous qu’il y a eu, dans ce pays, une conférence nationale en 1990 qui a vu la naissance de plus de 300 partis politiques et associations, et que depuis lors, c’est-à-dire près de 20 ans plus tard, votre ouverture a phagocyté tous ces partis et associations, pour ramener le Gabon au système de parti unique de fait que nous vivons aujourd’hui, c’est-à-dire une monarchie quasi héréditaire avec des oppositions inventées par vous-même pour jouer aux fanfarons politiques dans votre mafia d’état?” a demandé le Dr. Daniel Mengara, avanat d’ajouter: “Qu’en est-il donc de tous ces opposants que vous avez, au fil des années, absorbés ? Où est le développement qui en a résulté, où est la compétence, où est la démocratie, où est l’état de droit, et où sont les préoccupations des Gabonais dans tout ça? Il me semble que vous êtes aujourd’hui vautré à la tête d’un état mafia, Monsieur Bongo,  et vous croyez que les Gabonais ne le voient pas ?”

Ci-dessous, retrouvez l’intégralité du discours du Dr. Daniel Mengara


mengara_1.jpg

Dr. Daniel Mengara

Gabonais, Gabonaises,

Chers compatriotes,

Je voudrais d’abord vous souhaiter la bonne année, même si je sais que beaucoup d’entre vous allez passer le nouvel an dans la misère, la précarité et le deuil, du fait justement de la gestion catastrophique dont notre pays a été l’objet au cours des quarante et une dernières années de bongoïsme dictatorial et animalier.

En m’adressant à vous aujourd’hui, je veux vous dire ma rage et ma révolte face à la débâcle de 41 ans que traverse actuellement notre pays. Et je veux pour cela, non pas vous faire un discours d’homme politique, puisque je n’en suis pas un, mais vous parler sans paravent comme un citoyen révolté se doit de le faire quand il a en face de lui des imbécillités telles que celles que vient de pondre Omar Bongo lors de son discours de nouvel an.

Imbécillités parce que voilà un vieillard devenu gâteux qui ne sait plus ce qu’il dit, et qui ne se rend même pas compte que ses discours à la nation sont devenus des redites vides de sens, à la manière d’un disque rayé qui répète indéfiniment la même séquence, la même partition depuis 41 ans, et qui finit par donner des maux de têtes aux gens qui l’écoutent.

Imbécillités parce que, au moment même où Omar Bongo faisait son discours à la nation, un discours dans lequel il annonçait un énième gouvernement d’ouverture dans lequel, nous supposons, il voudrait faire entrer, pour la énième fois, des opposants fabriqués par lui-même, il faisait, au même moment, arrêter les 30 et 31 décembre 2008, Marc Ona Essangui, Gaston Asséko, Dieudonné Koungou, George Mpaga, Alain Moupopa et Gregory Ngbwa Mintsa, six compatriotes incarcérés en plein nouvel an pour avoir osé poser des questions au régime Bongo sur sa gestion calamiteuse du patrimoine national gabonais. C’est là un acte indécent que les Gabonais ne doivent jamais pardonner à Omar Bongo.

Qu’Omar Bongo me permette donc de lui demander ce que son « ouverture » veut dire ! Il me semblait, à moi, que le mot « ouverture » ne voulait pas simplement dire intégrer dans un régime moribond des opposants achetés à coup de milliards ou des visages nouveaux venus simplement décorer la foire aux parasites qu’est le régime d’Omar Bongo? L’ouverture devrait supposer non seulement de nouvelles idées et de nouveaux visages, certes, mais également la capacité du régime Bongo à comprendre que les méthodes dictatoriales qui empêchent les citoyens de s’exprimer, de poser des questions et d’exiger la transparence sont justement à la base de ce blocage dont Monsieur Bongo se plaint. Il est donc imbécile, Monsieur Bongo, de vouloir l’ouverture sans, au préalable, vous être à vous-même ouvert l’esprit pour comprendre qu’une ouverture sans démocratie c’est comme manger du caca de chien. Cela ne veut tout simplement rien dire.

Et, puis, entre nous, Monsieur Bongo, de quelle nouvelle ouverture parlez-vous ? Vous souvenez-vous qu’il y a eu, dans ce pays, une conférence nationale en 1990 qui a vu la naissance de plus de 300 partis politiques et associations, et que depuis lors, c’est-à-dire près de 20 ans plus tard, votre ouverture a phagocyté tous ces partis et associations, pour ramener le Gabon au système de parti unique de fait que nous vivons aujourd’hui, c’est-à-dire une monarchie quasi héréditaire avec des oppositions inventées par vous-même pour jouer aux fanfarons politiques dans votre mafia d’état? Qu’en est-il donc de tous ces opposants que vous avez, au fil des années, absorbés ? Où est le développement qui en a résulté, où est la compétence, où est la démocratie, où est l’état de droit, et où sont les préoccupations des Gabonais dans tout ça? Il me semble que vous êtes aujourd’hui vautré à la tête d’un état mafia, Monsieur Bongo,  et vous croyez que les Gabonais ne le voient pas ?

Je dis donc, « imbécilités », Monsieur Bongo, parce que vous demandez sans cesse, discours après discours, années après années, des sacrifices et de la patience aux Gabonais. Mais dites-nous, Monsieur Bongo, pourquoi vous ne faites pas vous-même ces sacrifices, pour montrer l’exemple, pour une fois ?

Et pendant que vous y êtes, commencez par vendre toutes les villas que vous avez achetées en France avec l’argent volé des caisses de l’état gabonais et rapatriez cet argent au Gabon. Je suis convaincu que  les 18 millions d’Euros de biens immobiliers que vous y possédez, soit environ 12 milliards de F CFA, pourront sauver des enfants gabonais en alimentant, au minimum, nos vieux hôpitaux délabrés en médicaments pendant quelques années. En revendant, par exemple, vos Bugatti à 722 millions de F CFA, vos hélicoptères et jets privés achetés à prix lourd, puis en rapatriant l’argent accumulé sur les comptes à blanchiment d’argent que vous possédez en France, en Suisse et en Chine, je suis persuadé que votre fortune personnelle accumulée malhonnêtement pourrait au moins faire vivre tout le Gabon pendant une année ou deux sans craindre les effets de la crise dont vous parlez, Monsieur Bongo. C’est cela aussi le sacrifice que vous devez faire.

Et pourquoi, comme mesure de réduction du train de vie de l’état, ne pas commencer par débaucher la moitié de vos ministres, supprimer totalement le Sénat, organe inutile au Gabon, et, en guise de sacrifice national, pourquoi ne pas réduire de 50% votre propre salaire et celui de tous vos ministres et appointés politiques, pourquoi ne pas retirer les multiples voitures de fonctions de vos administrés et les revendre aux enchères, punir les crimes de corruption et de détournement de biens publics ? Vous verriez, Monsieur Bongo, que, rien qu’avec de telles petites mesures, le Gabon ne s’en porterait pas plus mal !

Et, au passage, au moment même où vous nous parlez de crise, expliquez-nous comment, avec un budget de 1800 milliards en 2007, un budget qui est parti de 900 milliards en 1997 et qui de 2007 à 2008 s’est retrouvé à 2700 milliards, soit une augmentation de plus d’un milliard en une seule année, vous n’arrivez toujours pas à construire dans notre pays un réseau routier, un réseau hospitalier et des structures éducationnelles dignes de ce nom ?! Je ne parlerai même pas du développement économique que le petit million d’habitants que nous sommes attend toujours depuis 41 ans.

Monsieur Bongo, j’ai envie de vous dire que vous êtes un imbécile.

Imbécile parce que, Monsieur Bongo, vous n’arrivez pas encore à comprendre que le problème du Gabon, c’est vous. Vous aurez beau gronder vos ministres, prétendre donner des ordres, proclamer des changements de mentalités et tout le cinéma habituel, tant que votre propre mentalité restera celle d’un animal, c’est dans la jungle qu’il vous faudra aller vivre avec les animaux, et non dans la société des hommes. Vos ministres et administrés sont à l’image animalière que vous avez-vous-même créée, c’est-à-dire que dans leurs vols, ils imitent le maître voleur et dans leurs incompétences, ils imitent le crapaud aux appétits génocidaires que vous êtes. Monsieur Bongo, vous avez des comptes à rendre à la population gabonaise.

Et voilà pourquoi je dis que vous êtes un imbécile.

Imbécile parce que vous croyez que des Gabonais dignes de ce nom qui aiment vraiment leur pays entreront dans ce chiffon, ce machin de gouvernement que vous dirigez ? En ce qui me concerne et en ce qui concerne le BDP-Gabon Nouveau, vous pouvez, Monsieur, vous mettre votre ouverture dans le trou que vous voulez, car vos discours creux et votre criminalité, les Gabonais en ont plus que ras le bol.

Monsieur Bongo, si vous ne l’avez pas encore compris, laissez-moi vous l’enfoncer dans la tête une bonne fois pour toutes : le problème du Gabon, c’est vous. Démissionnez car vous ne servez strictement à rien à la tête de l’état gabonais. Vous êtes un homme inutile pour la destinée de ce peuple, et vous devez débarrasser le Gabon de votre présence.

Et quant à vos suppôts de Satan que l’on appelle André Mba Obame et Ali Bongo, je lance un avertissement solennel : vous ne réussirez pas à prendre en otage le Gabon ; les Gabonais ne vous laisseront pas faire. Rêvez comme vous voulez de prendre les rennes du pays après la mort de votre moribond de président autoproclamé, mais c’est dans les rues de Libreville que demain les Gabonais traîneront vos cadavres. Animaux vous êtes, animaux vous resterez. Vous ne méritez pas la considération qui est donnée aux humains.

Chers compatriotes,

Nous, au BDP-Gabon Nouveau, restons persuadés que nous pouvons faire au Gabon en 5 ans ce qu’Omar Bongo et sa clique de génocidaires n’ont pas pu faire en 41 ans de pouvoir incompétent. En 5 ans, le développement économique est possible. En 5 ans, les routes, les écoles modernes, le logement moderne, la santé et l’emploi pour tous, tout cela est possible. Mais ce Gabon-là, ce Gabon de la responsabilité et des valeurs, ce Gabon du progrès, de la dignité et du renouveau, ce Gabon qui est réalisable en cinq petites années, est un Gabon impossible tant qu’Omar Bongo et sa clique de brigands resteront au pouvoir. Cela doit donc nous interpeller.

Arrêtons donc de croire, chers compatriotes, qu’Omar Bongo est la personne par laquelle le Gabon changera. Un homme aussi animalisé est incapable de changer.

Arrêtons de croire que la réforme démocratique  que nous attendons viendra du régime Bongo lui-même. Une mafia ne se réforme pas d’elle-même. Il faut l’y forcer.

Le changement au Gabon ne viendra pas non plus par les urnes, la magie ou le miracle de Jésus Christ. Le changement ne viendra que par notre sacrifice et notre capacité à dire « trop c’est trop, Bongo doit partir ».

Il est temps de comprendre que ce ne sera ni à la France, ni aux Etats-Unis, ni aux Martiens venus de la planète mars, de venir libérer le Gabon pour les Gabonais. Ils ne le feront pas pour nous. Le Gabon ne se libérera que sur la base de la volonté et sur la base de l’acte de résistance des Gabonais eux-mêmes.

Le BDP-Gabon Nouveau réaffirme donc son soutien indéfectible aux ONGs gabonaises qui se battent aujourd’hui dans notre pays pour la dignité de notre peuple. Nous saluons le courage patriotique de Marc Ona Essangui, Gaston Asséko, Dieudonné Koungou, George Mpaga, Alain Moupopa et Gregory Ngbwa Mintsa, ces frères de lutte qui aujourd’hui se sacrifient pour le bien de leur peuple, de leur pays. Ce sont des héros nationaux. Le Gabon leur doit certainement de la reconnaissance.

A la communauté internationale, le BDP-Gabon Nouveau demande de prendre acte du caractère inacceptable de la dictature bongoïste au Gabon et d’exiger la libération immédiate des leaders d’ONGs arrêtés.

Notre mouvement en appelle également à la nation gabonaise pour que commence, dès maintenant, une prise de conscience immédiate sur la nécessité d’organiser la résistance nationale et internationale contre la dictature d’Omar Bongo au Gabon.

Cette résistance ne peut se faire de manière hésitante. Elle doit être totale et absolue. Elle ne peut se faire sur la base de concepts dépassés ou d’approches naïvement convivialistes. Elle doit être citoyenne, déterminée et virile, et se refuser aux types de compromissions qui ont fait du Gabon le cimetière de la misère et des espoirs perdus pendant 41 ans. Cette résistance nous commande à tous de faire nôtres les principes édictés à l’article 35 de la Déclaration française des Droits de l’Homme et des Citoyens de 1793, principes qui affirment que “quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré et le plus indispensable des devoirs.”

Ensemble, chers compatriotes, faisons que 2009 soit l’année de la reprise en main du Gabon par les Gabonais.

Bonne année.

Je vous remercie.

Fait à Montclair, New Jersey (USA), le 31 décembre 2008

Dr. Daniel Mengara
Président
BDP-Gabon Nouveau

Siège USA

BDP-Gabon Nouveau
P.O. Box 3216 TCB
West Orange, NJ 07052, USA
Téléphone (USA): 973-447-9763
Fax (USA): 973-447-9763

Coordination Nationale, Gabon: Tél. 07.23.39.01


SUR LE MÊME SUJET
Réponse du Dr. Daniel Mengara à l’Honorable Jean Eyegue Ndong: « Vous vous trompez d’argument, et de combat, Monsieur le Premier ministre »
Texte modifié le 14/12/2010 A Monsieur Jean Eyegue Ndong, Député à l’Assemblée nationale gabonaise Ancien Premier ministre de la République gabonaise Monsieur le Premier ministre, Honorable député, Je me permets de réagir à votre lettre du 1er décembre 2010, par laquelle vous interpellez vos collègues de l’Assemblée nationale sur la question qui préoccupe actuellement les Gabonais, notamment le projet de révision constitutionnelle proposé au parlement par Ali Bongo. Sur le fond de vos analyses, je suis en parfaite harmonie avec vous, car les conséquences politiques de l’acte de révision constitutionnelle engagé par Ali Bongo, que l’on doit qualifier de prise en otage et de confiscation de ...
Lire l'article
Discours de voeux à la nation du Dr. Daniel Mengara: “Pour que le Gabon change, la peur doit changer de camp”
Rompant un silence de près de trois mois qu'il présente comme un "silence méditif" sur les déboires électoraux du peuple gabonais, le Dr. Daniel Mengara a, dans son discours de voeux à la nation, annoncé la transformation, d'ici deux semaines, du BDP-Gabon Nouveau en une vaste structure d'action clandestine en vue de la promotion de l'ingouvernabilité au Gabon. Croyant plus que jamais à la futilité des élections au Gabon comme moyen d'alternance politique démocratique, le Dr. Daniel Mengara a affirmé que la seule voie du changement au Gabon, qu'on le veuille ou pas, passe par la violence politique. "(...) le système électoral ...
Lire l'article
Mesdames et messieurs les journalistes Chers compatriotes Dans tout ce que vous avez entendu ces dernières 48 heures, il y a du vrai et du faux. Et comme je n’ai jamais été un homme de mensonges, mais plutôt de vérité, je vais ici dire toute la vérité comme à mon habitude. Le faux, c’est que nous ayons été incapables de payer la caution requise pour la validation de notre candidature. Il faut comprendre que quand on vient des Etats-Unis et que les délais sont aussi courts, il y a un certain nombre de tracasseries administratives auxquelles nous avons été confrontés, notamment la nécessité ...
Lire l'article
Dr Daniel Mengara, leader du mouvement ‘’Bongo Doit Partir’’ (BDP), a annoncé mercredi à Libreville, sa candidature à l’élection présidentielle du 30 août prochain en déclarant que « je ne suis pas venu vous parler d’une ethnie, d’une tribu, d’un clan ou dune famille, mais de la nation et d’unité nationale ». Dans son discours d’investiture prononcé ce mercredi à Libreville, le Dr Daniel Mengara a indiqué, dès l’entame, que « je ne suis pas venu vous parler d’une ethnie, d’une tribu, d’un clan ou dune famille, mais de la nation et d’unité nationale ». Car a-t-il relevé, « la situation du ...
Lire l'article
Interdiction du meeting de Rio : Le Dr. Daniel Mengara répond à Mba Obame : « Monsieur le ministre, vous déshonorez le titre de « docteur » en science politique que vous portez ».
Suite à l'interdiction du meeting du BDP-Gabon Nouveau à Rio samedi dernier, le Dr. Daniel Mengara, dans une lettre adressée aujourd'hui même à Monsieur André Mba Obame, Ministre de l'intérieur, lrépond aux allégations du Ministre selon lesquelles le meeting du mouvement avait été interdit parce que le BDP-Gabon Nouveau serait, aux yeux du Ministre, un mouvemen illégal. Réponse du Dr. Mengara à André Mba Obame : « Monsieur le ministre, vous déshonorez le titre de « docteur » en sciences politiques que vous portez ». Cette lettre aura également été présentée aux journalistes au cours de la conférence de presse que ...
Lire l'article
Allocution du Dr. Daniel Mengara, Président du BDP-Gasbon Nouveau, lors de la tenue du premier meeting constitutif de la Coalition Gabonaise du Refus et de Salut National à Paris les 20, 21 et 22 février 2009. Le BDP-Gabon Nouveau est membre signataire de la Coalition Gabonaise du Refus et de Salut National. Ce discours fut lu le vendredi 20 février au matin lors de la cérémonie d’ouverture des travaux de la Coalition. ---------- Mesdames et messieurs, Chers compatriotes et chers invités, Il me fait plaisir de conclure cette série d’interventions par des idées qui me sont chères et qui sont chères au mouvement Bongo Doit Partir, ...
Lire l'article
BDP-Gabon Nouveau: Discours du 17 août du Dr. Daniel Mengara: « Monsieur Bongo, quand le piment prend 41 ans pour mûrir, il finit par pourrir »
 Voici ci-dessous le discours du Dr. Daniel Mengara, président du BDP-Gabon Nouveau, à l'occasion du quarante-huitième anniversaire de l'accession du Gabon à l'indépendance. Ce discours adressé au peuple gabonais constitue, entre autres, une réponse au discours creux d'Omar Bongo prononcé à l'occasion de ce même anniversaire. Le Dr. Daniel Mengara, fustigeant les oppositions conviviales, appelle également à une nouvelle prise de conscience chez les Gabonais.  La vidéo de ce discours suivra dans quelques jours. Chers compatriotes, Comme il m’est désormais devenu coutume, je voudrais m’adresser à vous à l’occasion de ce 17 août 2008, quarante-huitième anniversaire de l’accession de ...
Lire l'article
Le formulaire de contact ci-dessous vous permet de contacter le BDP-Modwoam par courrier électronique. Vous avez la possibilité d'y attacher des pièces jointes de documents ou d'images que vous souhaitez nous transmettre.
Lire l'article
Vous pouvez, si vous êtes un patriote ou une patriote qui croit en la nécessité de démanteler immédiatement le régime Bongo, participer à l'effort collectif en animant une cellule ou un Comité BDP dans la ville où vous vivez. Pour animer une cellule, vous devez devenir membre du BDP-Gabon Nouveau en remplissant notre formulaire d'adhésion. Et si vous êtes déjà membre, contactez-nous pour nous parler de votre projet de cellule. L'adhésion est entièrement libre et gratuite. Cependant, vous êtes libre de faire des donations volontaires pour soutenir financièrement notre combat, qui est également le vôtre. Pour plus d’informations sur les modalités d’adhésion au BDP-Gabon ...
Lire l'article
Réponse du Dr. Daniel Mengara à l’Honorable Jean Eyegue Ndong: « Vous vous trompez d’argument, et de combat, Monsieur le Premier ministre »
Bongo Doit Partir
Discours de voeux à la nation du Dr. Daniel Mengara: “Pour que le Gabon change, la peur doit changer de camp”
Communiqué: Déclaration de Presse de Daniel Mengara depuis Libreville: “Monsieur Ali Bongo, il n’était pas nécessaire pour vous de me kidnapper pour me rencontrer”
Gabon: « Je ne suis pas venu vous parler d’une ethnie, d’une tribu, d’un clan ou dune famille, mais de la nation et d’unité nationale
Interdiction du meeting de Rio : Le Dr. Daniel Mengara répond à Mba Obame : « Monsieur le ministre, vous déshonorez le titre de «
Discours du Dr Daniel Mengara aux Coalisés: “Pour que le Gabon change, il faut que le pays ne soit pas trop calme et que le
BDP-Gabon Nouveau: Discours du 17 août du Dr. Daniel Mengara: « Monsieur Bongo, quand le piment prend 41 ans pour mûrir, il finit par pourrir
Nous Contacter
Animer une Cellule

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (28 votes, moyenne 4,61 sur 5)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 4 Jan 2009
Catégorie(s): Discours,Vidéos
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

83 Réponses à Gabon: Discours à la nation du Dr. Daniel Mengara: “Vous pouvez, Monsieur Bongo, vous mettre votre ouverture dans le trou que vous voulez”

  1. sostene mavoungou

    12 Jan 2009 a 19:53

    NON! NON! je n’arrive pas a croire qu’il yait des gens qui prennent leur clavier pour écrire de telles conneries!!!!!!!
    vous osez dire LAISSER “BONGO TRANKIL” ??? mon dieu qu’ai je fait pour meriter ce sors??
    je m’adresse a “LINGOUMOUNA “…qui que tu soit saches que tu n’ai qu’un de ces nombreux gabonais qui vivent sans vraiment vivre..tu n’a rien compri de ce qui se passe au gabon..en fait tu ne veux meme pas comprendre…je supose que tu as tes parents dans ce pasys des freres et soeurs pere et mere ect..mais bon sang! ouvre les yeux mon frere comment peut tu accepeter de les voir vivre comme ça??? dans un pays ou rien ni personne n’est respecter un pays ou les droits les plus elementaires sont bafoués? qu’est ce que ça te fait? rien? un pays ou les riches continuent de s’enrichir et les pauvres continuent de s’apauvrir..ça ne te fait rien? meme la fait de croire que ton propre avenir est entre guillemets ne te fait pas peur? MR MENGARA ne defend pas seulement la cause des agbonais d’aujourdui mais de toute cette jeunesse qui arrive et qui doit prendre le flambeau! ya peut etre des egens qui vivent bien au gabon mais mon frere ya a qui tire le diable par la queue…peut etre que toi t’es un enfant du systeme mais ces enafants d’AKEBE DE RIO DE DRAGON de toutes ces zones ou la misere est le mot clef qu’est ce que cela t’inspire????? si tu dit que tu n’aime pas MENGARA ok pas de Probleme Mais reconnait au moins que son discours est tres réaliste et fondé…
    Tu parles d’etre contre la violence? n’importe quoi!! mais ouvres les yeux mon cher tous les peuples du monde sont passés par la pour etre la ou ils sont…le gabon ne merite t il pas qu’on fasse un petit sacrifice pour lui??? tu parles comme quelqun qui veux faire la morale aux gens…moi je ne veux pas voir mes enfants grandir dans cet enfer meme s’il faille que je donne ma vie pour eux je le ferai…..comme je pourai donner ma vie pour ma patrie… toi tu peut laisser tes enfants grandir dans ce trou vas y!! on combat bongo et son systeme de merde! qu’il laisse notre beau pays trankille ils ont fait leur preuves on a vu…maintenant le gabon veut avancer…….

  2. ABESSOLO

    12 Jan 2009 a 19:19

    Bravo BEN MOUBAMBA et les ONG Françaises,malgré cette libération il faut maintenir la plainte,il faut aussi élargir les enquêtes sur les autres membres du gouvernement ou ceux qui ont occupé une parcelle d’autorité pour les biens mals acquis,le Gabon doit changer,nous ne pouvons plus rester impuissant lorsque des individus se servent du Gabon pour devenir riche,nous pouvons compter sur quelques amis Français qui pensent qu’ils peuvent nous aider à changer le destin de ce Gabon.la lutte continue,nous maintenons la grêve des enseignants ,il nous faut du concrêt dans nos bulletins.C’est fini avec le mensonge,ils sont en face d’une nouvelle génération,une nouvelle mentalité,les intimidations ne marchent plus,le monde est un village planetaire,si nous parvenons à sensibiliser les grandes institutions sur le cas du Gabon( par le passé on ne pouvait pas parler des problèmes du Gabon en tant que individu,aujourd’hui c’est possible,puisque BEN à pu inverser la tendance)il est possible que les comportements changent,certains croient qu’ils sont intouchables,aujourd’hui nous assistons aux procès internationaux pour certains responsables politiques.Eux ils optent pour la violence,nous utilisons la rue et la sensibilisation c’est une méthode intélligente.Ce pays souffre parceque des individus au lieu de servir le pays,se servent du pays pour devenir riche et la notion de sanction n’existe pas au Gabon.Par exemple le président de l’assemblée nationale du Gabon il y a de cela un an, avait fêté ses 17.000.000.000f.Tout le monde même les MBA OBAME,OYÉ MBA CASIMIR à piller au ministère du plan,ils sont nombreux.Vivement que les choses changent au Gabon.Que ceux qui se battent de prêt au de loin pour la libération du Gabon que DIEU les bénisse.

  3. lingoumouna "ligumuna"

    12 Jan 2009 a 13:35

    Bonjour à toutes et à tous!
    j’ai survolé les discussions et autres et je me suis rendu compte que pour la plupart la haine anime leur entendement. Je m’explique.
    Tout d’abord je m’adresse à vous M. Daniel MENGARA “Docteur” je vous trouve osé comme personne je dirai mieux puéril dans votre façon d’intervenir, c’est bien beau de soutenir des personnes incarcérées vu que vous ne l’êtes pas; je vous trouve hypocrite dans vos propos comme tous nos grands frères et nos pères qui ont voulu essayé de se révolter avant vous. Soyons réaliste, 40ans est loin de faire ou d’être 40 jours ou heures, en 40ans vous n’avez pu rien accomplir ni faire et par votre faute des naïfs se font tuer ou incarcérer car ils ont cru en vous et en vos idéaux.
    J’en ai mare de toutes ses injures inutile proféré à l’égard du Père OBO. Vous le savez très bien qu’il ne joue que le rôle de président et qu’il n’est pas seul, faites le bilan de votre pays et dites moi sincèrement si une seule personnes peut faire autant de vacarme?
    Vous docteurs ingénieur matières grises prétendu gabonais que faites vous?
    Pour moi tous autant que vous êtes vous êtes des OBO caché, vous crier parce que vous avez faim et dès qu’on vous proposera du porc épic ou du manioc vous allez courir telles des bêtes affamées. MENGARA intellectuelle que tu es pour qui te prend tu pour te permettre de mettre autant de doute dans “mon” esprit ( je suis un gabonais) cette esprit qui pense à demain qui se dit j’en ai rien à foutre l’important est que je mange, que je vive au maximum, que je profite de la vie.
    Vous les barbares pensez vous vraiment que la violence peut tout résoudre? prenez le cas du congo rdc où sont ils actuellement, comment vivent ils? le Rwanda et tous ces pays victimes de guerre, pensez un peu à tous ces innocents ki ne veulent qu’une seule chose vivre.Vous prétendez être intellectuel et êtes incapable de tenir des propos décents à l’endroit des autres si vous même prétendu futur leader de ce Gabon nouveau tenez de tel propos alors vous êtes pire qu’eux, si vous futur leader pensez à la violence pour résoudre vos problèmes et soigner vos plaies pensez ainsi alors vous êtes pire qu’eux.
    Je me dois hélas de vous quitter mais ne vous inquiétez pas je n’en ai pas fini avec vous…
    proposer vos idées mais ne montrez personne du doigt, agissez sans blesser, grandissons et soyons intellectuel posons des actes nobles sans affront aidons ce père qui n’a peut être pu rien faire pour un meilleur développement de son pays à mettre en place une offensive pour quand il partira, pourquoi crier un début à toujours une fin, pensez à cette fin prévenez le danger qui nous guette et épargniez nous des pertes inutiles.
    A bon entendeur…

  4. Davy NGOMO

    12 Jan 2009 a 13:35

    C’est intéressant de voir les commentaires de certaines personnes sur ce site: “Laissez Bongo tranquille!…” “Vous êtes des lâches…” “Vous n’avez pas de couilles…” “Bande de gabonais qui vivent à l’étranger…” Bref, que de niaiseries. Continuons comme ça et notre Président ainsi que le gouvernement corrompu qui gravite autour n’auront même plus besoin de faire de la répression pour nous diviser encore plus, vu qu’on le fait déjà très bien nous même. Il faut savoir ce que l’on veut. Soit on veut sortir le Gabon du pétrin et je pense que plus on sera nombreux, que ce soit au Gabon ou à l’étranger, mieux ce sera et on vaincra, soit on continue dans la distraction du style: “Vous n’êtes pas de vrais gabonais, vous êtes des peureux, vous êtes de faux opposants…!” mais à ce moment, on restera encore bien longtemps dans l’obscurité. Vous croyez qu’on libère un pays de la tyrannie lorsque qu’une partie de la population et pas la moindre est mise à l’écart par une autre sous prétexte qu’elle n’est pas sur place?! Si c’est votre façon de voir les choses, on n’en a encore pour longtemps pas seulement avec Bongo mais avec le système qu’il a mis en place qui bien ancré dans les mentalités de certains malheureusement d’après les réactions ça et là sur ce site. Tout le peuple gabonais veut la démocratie, très bien est-ce que seulement chacun de nous sait ce que c’est. Très franchement, une bonne partie l’ignore rien qu’à lire les discours des uns et des autres ici!! Y a une compatriote qui parle de liberté de la presse au Gabon, je ne sais pas si c’est ce que tous les gabonais pensent mais je doute fort que nos journalistes soient libres. La preuve, citez les noms (mise à part ceux qui sont emprisonnés) de ceux qui ont osé critiquer les actes qui ont été commis par le gouvernement à l’égard de responsables de la société civile. Lorsque le directeurs de la RTG1 et le RTG2 sont nommés par le gouvernement ou le Président de la République, vous croyez que cette chaîne est libre? Lorsque les batiments de la RTG2 sont situés dans l’enceinte même de la Présidence de la République, vous croyez que cette chaîne est libre? Lorsque le ministre de l’Intérieur est propriétaire d’une chaîne de télévision, vous croyez cette chaîne est libre? De temps en temps, faut arrêter de sortir des niaiseries. Nous sommes dans une dictature et tout le monde le sait, ne nous voilons pas la face!! Et dans une dictature, tout est fait pour que le peuple ne soit pas libre. C’est la définition même de la dictature. Y a plein de gens qui sont morts pour notre pays, d’autres y passeront encore!! Par contre, tant qu’on n’arrêtera pas de lyncher toute personne qui ose lever son petit doigt pour dénoncer la tyrannie, ce sera une seconde de plus, une minute de plus ou une année de répis de plus pour le régime Omar Bongo car ce que certains disent ici c’est exactement ce que dit Omar Bongo. Tant qu’on ne sera pas unis, Omar Bongo et son régime nous écraserons à chaque fois. Chacun en fonction de ses moyens, doit user de son courage et de sa détermination pour faire tomber le régime actuel. Que l’on soit aux Etats-Unis, en France, au Canada ou en Angleterre, on a le droit et le devoir de critiquer et de poser des actes pour faire tomber le régime Bongo. Il n y a pas de gabonais de l’étranger et les gabonais du Gabon. Il n y a que des gabonais. Ceux de l’étranger ont la possibilité et je dirai même le devoir d’alerter la communauté internationale pour mettre la pression sur le régime tyrannique actuel car c’est pas nos médias qui le feront ni le citoyen lambda gabonais, ils n’ont ni les moyens ni les marges de manoeuvre qu’il faut. Par contre ceux qui sont au Gabon doivent ne doivent pas non plus baisser les bras et se laisser distraire ni par de faux opposants, ni par ceux qui nous tuent lentement mais sûrement. Le Gabon nous appartient tous. On aura toujours des corrompus, on aura toujours des faux opposants, on aura toujours des tricheurs, des tripatouilleurs, mais si le peuple tient bon, on s’en sortira. Le peuple, c’est moi, c’est vous tous ici sur ce site, c’est ceux qui sont à l’étranger. On n’a pas à se diviser entre nous, sinon on est foutu. Ce n’est même pas la peine de tenter quoique ce soit sinon on passe à la trappe ou la guillautine!! J’admire beaucoup ce que font nos enseignants actuellement. Chaque fois qu’un leader est soupçonné de fricoter avec le système, il est limogé, chaque fois qu’un leader ne tourne pas rond, il est débarqué purement et simplement et ils ne se désolidarisent pas, bien au contraire. C’est le moment, je pense pour les gabonais de faire comprendre à nos dirigeants qu’il est temps pour eux de débarasser le plancher. Et ce n’est pas, je le répète, en voudrant s’octroyer chacun le leadership de l’opposition qu’on y arrivera. Les autres pays dans la planète se sont sorti de la misère car ils sont resté unis et solidaires dans la difficulté et la souffrance. Le système Bongo qu’on critique c’est aussi le fait que de nombreux gabonais vont dans les rues avec des pancartes sur lesquelles sont inscrites des conneries comme: “Touche pas à mon Président” ou lorsque des compatriotes vont porter plainte à Transparency international ou Sherpa ou encore à l’association Survie. Le système Bongo c’est aussi de continuer à accpeter des pots de vin pour faire un travail pour lequel tu es payé. Y a tout un tas de choses que je pourrais énumérer sur ce site, mais ça prendra au moins une semaine d’écriture. Le système Bongo c’est aussi la mentalité des gabonais actuellement, à savoir, telle ou telle personne vole, moi aussi je vais prendre ma part. On ne pense pas à nous pendant 5 ans le jour des campagnes législatives, nous on va les bouffer, c’est toute ces conneries à l’apparence innocente qui ont miné notre quotidien qui devient de plus en plus invivable. Pour avoir un passeport au Cedoc, il faut miser le coca, pour avoir une bourse d’études, il faut mouiller la barbe ou la gorge de je ne sais qui. Y a un travail de fond que nous devons tous faire sur nous mêmes pour pouvoir lutter face à ce système. Tant qu’on tombera tout le temps dans le piège du système, à savoir l’argent facile, corruption à grande échelle, absentéisme au travail… On ne pourra rien faire contre ce système. Ce qu’il faut que nous sachions c’est que nous travaillons pour le pays et pas pour Omar Bongo et donc nous n’avons pas à nous soumettre à des choses que nous estimons néfastes pour le bien de la nation sinon ça ne sert à rien de mener le combat car il est perdu d’avance. J’exhorte fortement tous nos compatriotes à faire preuve de dignité, de patriotisme, de courage car qu’on ne se le cache pas, la tâche est lourde, grande et difficile. Certains pays ont mis des siècles à y parvenir, à nous de montrer qu’on est capable de le faire. Pour conclure, aucun pays de la planète de viendra nous aider si nous même ne faisons rien pour pour notre pays. Les français ne viendront jamais réparer le désordre qu’ils ont installé, pareil les américains ne bougeront pas leur petit doigt si on ne bouge pas. Les chinois et autres, resteront sourds tant que nous resterons les bras croisés. Le Gabon c’est notre pays à tous, il nous appartient et c’est à nous tous de nous battre côte à côte pour le sortir du sous-développement.

  5. alain

    12 Jan 2009 a 12:52

    Bonjour
    M. MENGARA, cela fait des années que je suis sur le net ce que vous faites. Loin d’être un assidu au point de ressortir chaque évènement de votre mouvement, je remarque simplement, certainement avec bien d’autres, un durcissement et une passion dans vos propos qui ne peuvent que vous désservir. Si nous sommes tous unanimes sur les limites du camp bongo, si nous avons tous bien compris que si les ministres sont à blamer, il demeure le véritable (peut-être pas le seul) problème du gabon, nous sommes certainement partagés sur la forme de votre combat, notamment la subversité qui vous anime de plus en plus, au point de doter votre mouvement d’une branche armée. Sincèrement je trouve cela très imprudent.
    Quant à votre discours, vous n’avez pas besoin de d’insulter bongo de cette manière en le traitant d’imbécile et en lui demandant de mettre son ouverture dans le “trou qu’il veut”. Très franchement, sans être bongoiste, je crois que vous vous égarez. Vous donnez l’impression de quelqu’un qui, fort de son succès, se sent pousser des ailes. Une telle attitude peut laisser perplexe quant à la suite des évènements. Les faits tels que vous les avez rappelés condamnent à eux seuls le régime, pas la peine alors de vous décrédibiliser à ce point, au risque de tomber plus bas encore que la personne que vous semblez combattre dans l’estime de vos “adeptes”.
    A bon entendeur…!

  6. Bamboula

    12 Jan 2009 a 07:01

    Beau discours et très touchant, mais je reste quand même très sceptique quand à la réaction des Gabonais et au relais de telles informations,avec ce qui vient de se passer( emprisonnement des représentants de la société civile), les gens vont de plus en plus se terrer et n’oseront plus se mettre en avant. Et c’est justement là où joue le gouvernement en place, sur la terreur qu’il sème dans la population.
    Moi personnellement, je me sent lâche, et je tremble rien qu’à l’idée de savoir ces hommes aux mains des sbires du pouvoir. J’espère que le pouvoir en place sait que quelque soit ce qui se passe actuellement, ils auront à répondre devant le peuple Gabonais de tous les actes qu’ils posent.
    J’ai très peur pour le Gabon, car on arrive à une page critique et déterminante pour l’avenir de notre peuple, Serons-nous à la hauteur? Sommes-nous prêts pour le changement? Car c’est pas seulement un changement politique qu’il nous faut, mais un changement radical et en profondeur des mentalités. Aurons-nous suffisemment d’ouverture d’esprit pour bien appréhender ce virage? Surtout pourrons-nous un jour pardonner à ces gens qui nous ont appauvris ,brisés intellectuellement,culturellement et deshonorés sans vergogne notre pays au delà de nos frontières?
    Je suis prêt à me battre comme beaucoup d’entre nous, Mais sommes-nous prêt à nous battre jusqu’à la mort? J’en doute enfin pour moi bien sûre.
    Le Gabon à besoin de tous ses enfants et c’est ensemble que nous pourrons traverser cette étape; à ceux qui s’accrochent au pouvoir en place juste parce qu’ils pensent à leus petits intérêts, je dis méfiez-vous, faite attention, la colère d’un peuple peux faire beaucoup de victimes et il est mieux d’être du côté du peuple et vous savez parfaitement ce que pense le peuple du pouvoir en place.

  7. Demiche

    12 Jan 2009 a 03:44

    Bjr à tous les lescteurs et visiteurs de ce site

    Mr Mengara,

    Depuis un certains moment j’ai découvert cet site, et je sais que vous en êtes l’initiateur. j’ai lu votre msg à la nation gabonaise, c’est interressant mais revoltant.

    Vous savez que vous à des milliers de km du gabon, vous vivez dans un état démocratique à 90%; Ne comparez pas vos points de vues spectaculaires ou encore utopiques à ceux des gabonais du gabon. Vous ne savez pas ce qui se passe vraiment au gabon. Et laissez-moi vous dire que c’est parce que nombreux sont des gabonais qui ne connaissent pas ce site; sinon vous seriez peut-être émotivé sur tout ce que vous conseillez à la pauvre et innocente population du gabon.

    Laissez le Pdt Bongo tranquille… Vous à – t-il interdit de s’éjourner au gabon? ou bien vouis n’êtes pas gabonais?
    Et alors pourquoi, vous et vous seul, vous demandez à toute une population qui n’arrive même pas à s’offrir un train de vie minimum à se lever contre son président, non et non et je dis encore non. venez au gabon vous même, occupez les médias car il y aussi la liberté d’expression au gabon là vous pourrez denoncer votre désarroi et ensuite tout le peuple vous suivra.

    très fraternellement Demiche

  8. bibalou

    12 Jan 2009 a 02:59

    Pauvre Abessolo,
    La lutte contre Bongo ne doit pas seulement se limiter au Gabon (on ne gagnera rien).
    Il faut pklutot l engager sur plusieurs fronts
    Bruno Ben Moubamba le fait tres bien
    Allez les enfants

  9. MonfangAkoakam

    11 Jan 2009 a 11:10

    Bien cher compatriote,
    Premièrement je suis au Gabon, principalement dans la province du
    Woleu-N’tem, il est vrai que j’ai fait mes études universitaires en Europe
    mais je ne suis pas du parti BDP Gabon sinon, du parti P.R.I.D
    qui défend l’égalité de non seulement des gabonais sinon également des africains, car nous croyons qu’une Afrique Nouvelle est possible, libérant l’Afrique des malfrats français (qui sans cesse nous aide à être encore moins développer qu’avant) les Etats-Unis,etc.
    Le BDP qui définit très mal son adversaire politique, nos adversaires principalement ne sont pas en Afrique sinon en Europe.
    Voilà donc, notre objet politique principal, il est peut-être vrai que certains pays ont conquis la paix après des années de guerres civiles mais nous n’avons point besoin de la violence en Afrique, notre masse populaire est tellement jeune qu’elle est sacrée, mais ce pendant, nous n’acceptons plus des violences dans notre continent, mais je vous l’assure qu’en libérant l’Afrique qui est en otage en Europe secuestrée par des malfrats français.

    En ce moment, nous devons tous travailler ensemble pour sortir notre continent de son trou, de sa souffrance coloniale et sa la seule maladie qui détruit le peuple africain.En acceptant les ETATS UNIS D’AFRIQUE.
    Ainsi donc, notre parti est au Gabon, et nos adversaires sont en
    Europe et aux Etats-Unis, non au Gabon ni en Afrique.

    Recevez nos cordiales salutations, Le Président fondateur du P.R.I.D
    Afrique Nouvelle

  10. Mujabitsi

    11 Jan 2009 a 04:29

    Monsieur Abessolo tu n’as encore rien compris.

    Un seul doit ne lave pas le visage

  11. ABESSOLO

    10 Jan 2009 a 23:49

    Je vous dis arrêter de distraire les Gabonais avec des discours creux,qui vous a dit que la justice Gabonaise est indépendante,qui vous a dit qu’il existe une démocratie au Gabon, nous sommes à libreville,nous avons amorcé la revolte,on vous demande d’acheter vos billets venez vous joindre à nous,tous les pays sous l’emprise de la dictature ont connus la liberté par la revolte.Bande de lâche,vous vaquer tranquillement à vos occupations là où vous êtes en France,aux États Unis,au Canada,nous autres exposons nos vies,mais je tiens à vous dire que nous allons triompher,mais ne venez plus au Gabon.Rigolo que vous êtes,tout se passe sur le terrain ici à libreville,rester avec vos théories dans vos terriers,les enseignants du superieurs sont avec nous,certain parti politique de l’opposition nous assiste,puisqu,il intervienne à la télévision pour défendre notre cause.Nous on n’a pas besoin de vous.La lutte continue.Bande de Gabonais vivant à l’étranger,ne revendiquer rien.

  12. Mujabitsi

    10 Jan 2009 a 18:39

    Libreville, 10 janvier (GABONEWS) rapporte que le ministre de l’intérieur, chargé de l’immigration, André Mba Obame a apporté vendredi au cours d’un point de presse des éclaircissements sur l’affaire des trois leaders de la société civile gabonaise mis en détention.

    La question est de savoir pourquoi nos députés ne réagissent pas à la détention arbitraire des citoyens gabonais? Pourquoi la cours constitutionnel ne réagit pas? Ou sont passés tous nos docteurs en droit constitutionnel?

    Il y a lieu de s’interroger sur l’importance de notre constitution? Et sur la signification même des mots “libertés”, “démocratie pluraliste” de notre constitution.

    Le seul alibi qu’évoque André Mba Obame est la déstabilisation de l’ordre public et la sécurité du pays,et de facto accuse la société civile de:

    -Tentative d’incitation à la révolte contre la personne du Chef de l’État – article 88

    – Réception des fonds de l’étranger en vue d’une opération visant à déstabiliser les institutions du pays – article 89

    – Complot pour attentat – article 68

    – Désobéissance civile – article 75

    – Détention de documents compromettants – article 90

    Monsieur André Obame préférant être implicite qu’explicite n’a apporte qu’aucune preuve tangible de ce qu’il qualifie de déstabilisation sociale.

    Certains de nos magistrats préférant passer pur des juges activistes ont simplement cautionné cet acte impunité. L’activisme judiciaire peut être défini quand les juges choisissent de ne pas de trancher sur la base de comment une lois ou une constitution a été comprise par le peuple qui a passé cela, mais plutôt préfère donner une nouvelle signification de cette loi.

    La constitution Gabonaise garantie une démocratie pluraliste, dans laquelle:
    “Tous les êtres humains sont égaux en liberté”.

    Dans un système tyrannique les citoyens sont dépouillés de tout puisque sans liberté, paradoxe inconcevable, puisque les gabonais possède plusieurs institutions censé défendre ses droits.

    L’égalité de liberté confère le même pouvoir aux partenaires sans que l’un puisse se prévaloir d’une autorité quelconque sur l’autre.

    Nos représentants élus constituent le frein principal à la démocratie et à la liberté. Voila que les citoyens gabonais sans défense sont emprisonnés qu’il n’osent même pas bouger leurs petits pouces.

    Monsieurs Gregory Ngbwa Mintsa, Marc Ona Essangui, Georges Mpaga,prisonniers sont privés de leurs libertés. Il ne peuvent que tourner en rond entre les quatre murs de leurs cachot. Et leurs libertés garanties par la constitution ne peuvent pas être entendus. Comme l’intelligence, la liberté ne peut être ni vendue ni donnée ni aliénée. Elle aussi appartient à son propriétaire et fait partie de sa personne. Si elle peut être bridée, brisée, enchainée, elle vit néanmoins dans la conscience.

    La désinformation est-ce cela l’État de droit.

    L’état de démocratie suppose vivre sous un gouvernement qui ne fait pas mal à personne. Dans le cas des leaders des ONG, l’État fait mal a des innocents individus, et aux familles de ceux-ci.

    L’état de démocratie suppose vivre sous un gouvernement qui est contrôlé par la constitution. Le gouvernement ne peut pas vouloir faire ce qu’il veut. Quand la constitution est bafouée par le gouvernement alors le système devient une tyrannie.Dans le cas de l’emprisonnement des leaders des ONG, le ministre de l’intérieur se moque et du dictionnaire et de la constitution.

    L’état de démocratie suppose vivre sous un gouvernement qui cherche l’intérêt commun et non le désavantage de l’entière société.Dans le cas de l’emprisonnement des leaders des ONG le ministre de l’intérieur ne cherche pas apaiser les esprits mais plutôt radicaliser la tension social et mettant ainsi en danger l’ordre public.

    L’état de démocratie suppose, et la liberté d’opinion et la liberté d’expression, ce qui implique le droit de n’être pas inquiété pour ses opinions et celui de chercher, recevoir et répandre les informations et les idées,sans considérations de frontières, par quelque moyen d’expression que ce soit.

    La désaffection générale à l’égard de toute cette comédie de démocratie manifeste aussi bien le dégout de la population qu’une saine prise de conscience de la véritable nature du système représentatif.

    L’état de démocratie suppose et la liberté d’opinion et la liberté d’expression, ce qui implique le droit de n’être pas inquiété pour ses opinions et celui de chercher, recevoir et répandre les informations et les idées, sans considérations de frontières, par quelque moyen d’expression que ce soit.

    Monsieur André Obame doit savoir que la démocratie est fondée sur la primauté du droit et l’exercice des droits de l’homme. Dans un État démocratique, nul n’est au-dessus de la loi et tous les citoyens sont égaux devant elle, même un chef d’État doit pouvoir répondre de sa gestion ou de ses actes.

    La liberté reste à conquérir.

    Pour l’instant je ne prends pas parti mais j’attends voir les fameux documents du ministre de l’intérieur.

  13. ABESSOLO

    10 Jan 2009 a 18:12

    Vous êtes des lâches, les véritables Gabonais sont au Gabon,ils ne font pas la lutte en se cachant aux États unis,en France,au Canada ou à ailleurs,ils sont en prison pour montrer à la face des Gabonais que pour obtenir le bonheur on passe par la douleur,voici des Gabonais qui ont des couilles,moi je suis convaincu que vos fameux parleurs en distance sont des femmes.Rester avec votre Bongo Doit Partir en distance,même quand il ne sera pas au pouvoir.Arrêter de nous distraire,nous on se bat au Gabon avec des grêves,nous affrontons les difficultés,vous vous cacher derrière vos faux discours.Nous sommes dans les rues de librevile,nous avons bloqué l’année scolaire,on nous ménasse les coupures de salaire.Vous parlez comme des perroquets,bandes de nul compatriote,rester là où vous êtes on n’a pas besoin de vous pour bousculer ce regime,nous sommes plus intelligent et surtout courageux.cachez vous définitivement,ne parler plus au nom du peuple Gabonais. Bande de pareusseux.

  14. MonfangAkoakam

    10 Jan 2009 a 10:59

    Monsieur Mengara,

    J’ai bien écouté votre discours, je ne suis ni opposant au regime ni contre vous, notre parti le P.R.I.D, nous nous opposons au régime français, americain, U.E…
    Tout simplement, souvenez-vous de feu Thomas Sankara, l’homme qui a donné sa vie pour sauver toute l’Afrique, non seulement l’ancienne Haute Volta (Burkina Faso), il a été completement eliminer par les sauvages français sous les auspices de l’ancienne CEE et les USA, alors cher, opposant Mengara, il n’est pas du juste ce que vous dite que le pays peut prosperer en cinq ans même si Omar Bongo Ondimba vous cède sa place, je vous le conjure que tant que nous n’avons pas abolie les fameux accords du colonialisme au Gabon et en Afrique en générale, aucun pays africain ne connaitra la paix ni l’independance que tant vous souhaité.
    Alors nous vous recommandons de rejoindre notre porte, le P.R.I.D qui prévoit non seulement liberer le Gabon sinon toute l’Afrique, recalquer les idéologie de notre héroe Thomas Sankara, c’est la solution du problème africain.
    L’U.E ne permettra jamais que l’Afrique sorte de l’eau pour des simples raisons économiques.
    En vous l’informant, l’UE envisage la création de l’Union Pour la Mediterrannée (upm), pour la dépendance de l’énergie que souffre le vieux continent, voyez-vous comment la grande Russie met à génoux-flexion la majorité des 27(UE).
    l’U.P.M, va se construire tout simplement pour une question de stratégie politique économique, diviser l’Afrique pour qu’elle ne fonctionne comme les ETATS UNIS D’AFRIQUE…
    Alors, vous êtes éloquant mais vous n’avez pas bien ciblé votre adversaire. Redefinisser votre combat politique.
    Nous vous rappelons que nous ne sommes pas bongoiste mais contre la France, l’UE, ONU, LES USA, nous voulons créer un marché commun africain, afin que nos masses populaires soient content de leur continent, de leurs hommes politiques, que l’Afrique soit également une puissance parmi les puissances.

    Président du P.R.I.D pour une Afrique Nouvelle

  15. merlin

    10 Jan 2009 a 05:32

    MERCI BEAUCOUP PRESIDENT MENGARA , TON DISCOURS EST BEAU ET REFLETE COMBIEN DE FOIS TU ES MATURE . JE SOUHAITE TE VOIR PRENDRE LES COMMANDES AU GABON . JE SOUTIENS TA PENSEE ,BONGO EST UN ANIMAL ,CE VIEIL HOMME DOIT PARTIR!

  16. mwane bouarangue

    9 Jan 2009 a 22:04

    le bangala des ministres!!!

  17. mwane bouarangue

    9 Jan 2009 a 22:02

    le bangala de OBO et le banglal de ces lèches culs!!!
    merci.

  18. mizoguchi

    9 Jan 2009 a 21:32

    “laisser Bongo tranquille”
    Franchement j’ai l’impression que les jeunes gabonais n’ont pas encore pris consciences de ce qui se passe dans notre pays. Ouvrez les yeux bon sang rien ne va plus avec ce vieux président, il faut qu’il débarrasse le plancher . par ailleurs n’aller pas croire que après son départ tout ira bien ,on récoltera toute la mauvaise herbe que ce vieux à planter durant ces années pendant un bon bout de temps, car c’est un gros travail qui nous attends de tout reconstruire , alors que c’est une étape qui devait être dépassé depuis longtemps, et plus il est à la tête de ce pays , plus les choses vont mal.Soyons sérieux!!! , donc pour le bien de tous et pour la génération de demain qui est la notre secouons le cocotier pour que se vieux tombe.

  19. Le Roi Soleil

    9 Jan 2009 a 21:29

    Socrate a dit: “ce que je sais, est que je ne sais rien”
    Bougnoule……

  20. le nganga

    9 Jan 2009 a 21:25

    BADECON boussamba!!!!!!!!!! vas dormir!chuut! on travaille ici!

  21. le nganga

    9 Jan 2009 a 21:22

    bsr mujabitsi

    ecoute et ecoute moi bien, ensuite essaye d’anayler ceci:
    many, le wé du commentaire ke tu as do là est mbouara et ya meme pas un peu de sens. ce ke tu as fais là ya ke les mougous ki tchek comme çà! comme a dit ayatola tu n’es k1 mbrrr!badecon!
    bien maintenant, analyse çà!
    entre autre chose, monsieur!
    je voudrais vous poser un certains nombre de question. je n’ai pas la prétention d’être un expert en langue française, mais je suis tout de même un gabonais très soucieux de son patrimoine. vous savez, un pays n’est pas seulement un amas de terre et de ressources naturelles, mais un ensemble de propriétés et de valeurs. savez-vous:
    – que ces valeurs concernant les gabonais sont en voie de disparition?
    – qu’un peuple qui n’a plus le droit à la liberté d’expression est un peuple mort?
    – que le gabon a été divisé de air gabon à l’union gabonaise des banques en passant par: la seeg, l’hotel intercontinental okoumé palace, le terrain du dialogue, l’hypermarché MBOLO, gabontelecom et gabon poste…? pour ne citer que ceux-là.
    – que depuis 4mois les lycées et collèges du Gabon sont fermés et que dès lundi il en sera peut-être de même pour notre chère Université?
    – qu’un article figurant dorénavant dans la constitution gabonaise stipule que: toute personne surprise à parler de rawiri est passible de poursuites judiciaires et de plaintes de la part de l’Etat(OBO) mais ki devrait etre l’Etat selon vous(vous et moi)?
    alors cela pour vous faire comprendre, mon cher, que lorsqu’on est en presence d’un message on ne cherche d’abord à en analyser la forme, mais à en comprendre le fond!
    ESKE TU KNOW? MBINDI MBROUKOUTOU MOUGOU MBRRR FAYOT ALLOBOY!!!!
    ta’a bora mecane!
    t’as senti, hein!! bonne analyse!ou bien?!

  22. Le Roi Soleil

    9 Jan 2009 a 20:45

    Espece d’idiot et tu te croi gabonai en disant ce genre de connerie!!!!
    Prend toi au serieu mon frere!!!
    Prend conscience que toi et ns sommes le gabon de demain, je n connai pas s que tu fait dans la vie, mai si tu as fait des etudes et des etude digne de ce nom ton jugement est irresonnable et irrefléchi, attend tu n’a plu 10ans ou bien excuse moi surement que as effectivement 8ans donc tu ne sai de quoi on parle?
    Alors ferme la et va te coucher et d’aurenavant laisse les adulte conversé en paix…
    Excuse moi si je te vexe mai mon type la situation au pays est critik, te rends tu compte que sa fait 4 moi maintenant que les enseignants sont en greve???????????????
    Et que tes petit ou grand freres vu que t’as 10ans risque passé une année blanche??? Toi t’as pas de pincement au coeur serieusement mani non pas mani petit frere, c’est désolant pour toi, je te comprend bonne nuit, allez au lit…..!

  23. sostene mavoungou

    9 Jan 2009 a 09:26

    Bien parlé!!!!!
    bongo est un animal il ne mérite pas d’etre appeler homme..
    ce qui m’etonne c’est que ce papi veuille tant rester au pouvoir alors qu’il sait pertinemment que le changement qu’on attend depuis 40 ans n’aura jamais lieu tant qu’il sera president..
    mais je le comprend le pauvre! il a peur d’etre poursuivi pour vol, assassinat,viol,detournement,corruption,et tout les motifs qui peuvent exister sur cette terre….
    honte a lui et sa clik de merde! il ne mérite meme pas d’aller en enfer..on doit lui trouver une autre destination cet animal..il a tué toutes les énergies du gabon..toutes! on a des mentalités de perdants partout ou on passe.. a l’etranger les autres se moquent de nous en disant vous vivez dans une prison terrestre..les gabonais n’ont plus d’honneur plus de dignité il a tout gaspiller..je te souhaite le pire des sores qu’on peut souhaiter a un “homme”…non a une bete..

  24. Spin Doctor

    9 Jan 2009 a 08:42

    Mince alors ! Que de savants dans le coin ? De voir à quel point le débat est tombé aussi bas, cela n’augure rien de beau pour le futur… Est-ce donc avec une telle mentalité vindicative que l’on compte contribuer à l’édification du Gabon Nouveau (en d’autres termes, un Gabon complètement <>…) ? Non chers compatriotes, laissons de côté les querelles de cochers et concentrons notre reflexion sur la nécessité de sauver notre payer d’une succession (le fils voulant succéder au père) qui en se veux un coup d’état constitutionnel et donc, une injure de plus à la souverainété du peuple Gabonais.

    A mon avis aussi, aussi humble soit-il, le Dr Mengara fait son devoir de citoyen, de patriote et d’intellectuel (eh oui ! un intellectuel a le devoir de prendre position quant aux problèmes qui se posent dans la gestion de la cité…)et personne de bonne foi de devrait le lui reprocher. Aimer sa manière d’exprimer son point de vue n’est pas du tout le problème à l’heure actuelle; le fait est tout simplement que tout les faits et maux qu’il dénonce -à sa façon et c’est là son droit le plus absolu- sont bien connus de tous les gabonais conscients et préoccupés du devenir de leur pays qui n’a cessé d’avancer à reculons sur tous les plans. La misère est partout rampante, la corruption, le vol, le fétichisme, l’imposture, la concussion, etc… on été érigés en règles de fonctionnement de l’état. Plus on pille, plus on est l’ami du “roi”… Alors, demandons nous avec M. Mangara s’il nous gabonais, patriotes avons le droit de laisser le Gabon et partant notre propre devenir continuer d’être pris en otage par une bande mafieuse d’outrecouidants ? Assurément non, non et non !!!

    Salut !

  25. Ayatollah

    8 Jan 2009 a 19:05

    Je me demande comment on peut même parler de respecter Bongo, un homme qui a tué tant de nos parents par la misèe. je rêve ou quoi? Bongo mérite-til vraiment notre respect? est-ce qu’on doit respecter un criminel? Mais comme j’ai dit à un maboule sur ce forum, il est insensé de parler de Mengara comme quelqu’un qui est trop dur et qui ne sait pas ce qu’il fait. Au début de son discours, mengara dit clairement qu’il va parler comme un citoyen révolté et non comme un homme politique. Donc il savait exactement ce qu’il voulait dire en parlant avec des mots durs. La majorité des Gabonais partagent cette rage de mengara. Moi y compris.

  26. willy

    8 Jan 2009 a 18:17

    Aucun scrupule!!!
    bongo est le malheur du gabon..le virus qui tue..il a gaspiller ma patrie! et je ne pardonerai jamais..un homme sans coeur sans instinct comment peut on appeler “ça” un homme????????

  27. ben

    8 Jan 2009 a 18:13

    bongo doit etre decapiter comme sadam hussein!!

  28. akomga Medang

    8 Jan 2009 a 18:09

    J’ai du mal a croire qu’il y ait des gabonais dans notre ère qui disent..”laisser bongo tranquille” pitié de vous..je prefere croire que ce sont les beneficiaires du systeme..honte a vous!
    Mr mengara incarne l’avenir de ce beau pays, j’ai envi de croire encore, quand je le lis, ça me redonne l’espoire et je reve a nouveau..tous nos reves brisés! je penses a ma famille a mes amis a moi meme! je penses a mon avenir et puis je me dis ya pas d’avenir dans ce pays tant que cet “homme” est encore “pilote”. j’ai eu la chaire de poule en lisant ce discours qui pu tant le reve, tant l’espoire et tant la verité..
    je reste convaincu d’une chose..le communisme est tombé ce n’est pas bongo qui va resister…..

  29. Bobo

    8 Jan 2009 a 12:27

    La fin est proche. Où? ce sont les rêveurs qui pensent que la fin est proche. Vous croyez aux Martiens dont parle le Dr. dans son discours, je suppose. Les incantations qui disent la fin est proche me font rigoler. Apès le père, le fils est la nouvelle équation. Dans 20 ans, tes enfants aussi diront la fin est proche en parlant d’Ali Bongo. Cessez de rêver. A moins de mettre une balle dans la tête de ces gens, ce sera jamais la fin.

  30. Bobo

    8 Jan 2009 a 12:23

    OK, mais dans ce cas, avoue plus tôt que tu es venu aire la pub de ton blog et on te comprendra. mais de là à prétendre aalyser un discours qui de toute évidence te dépasse, c’est trop simpliste. Ce discours a une intention et cette intention est clair. garde tes présupposés pour toi-même. Cela ne nous intéresse pas.

  31. MOMBO NGOMA

    8 Jan 2009 a 09:10

    Ce n’est pas Bongo qui est responsable mais le système Bongo dont lui meme Bongo est devenu victime. Salut!

  32. ABESSOLO

    8 Jan 2009 a 08:57

    BONGO et son groupe n’échapperont pas à l’histoire,le peuple Gabonais n’est pas dupe ou aveugle.
    Je vous dis une chose: la colère de l’homme n’accomplit pas la justice de Dieu.
    Nous avons connu sur cette planète terre des personnes plus terribles que BONGO, que sont-ils devenus, le cas MUBUTU,YADEMA,BOKASSA,IDIAMINE DADA pour ne citer que ceux-là.
    Il ne sert à rien à MENGARA de souiller sa conscience en insultant BONGO.Toutes les propositions ou suggestions d’autres personnes avant MENGARA avait décliné ce chapelet à BONGO,il est resté insensible,BONGO peut distraire les Gabonais,mais pas le tout puissant,les Gabonais dans son ensemble,du nord au sud,de l’est à l’ouest savent que nous sommes entrain de vivre les derniers moments du regime.
    Ce que je repproche à mon cher compratriote MENGARA,je ne sais pas s’il a vraiment l’ambition de présider à la destinée du Gabon,il faut qu’il incarne la valeur ou la stature d’un véritable leader,parceque après le depart de BONGO,il y a des fils et des filles du Gabon qui sont aussi pret à soumettre au peuple Gabonais leur projet de développement pour le Gabon.
    Le Gabon est un pays bizarre,ne pense pas que tout est gagné d’avance,car il y a une nouvelle vague d’intellecte qui existe au pays,ils sont intègre et anonyme. A toi de méditer.

  33. bibalou

    8 Jan 2009 a 02:04

    Les amis,
    nous ne sommes pas o lycee….damandez donc a mengara de preciser sa pensee..il n’est pas mort.
    Ceux qui ne veulent pas comprendre ne comprendront jamais..Ils croient pouvoir continuer a piller en toute quietude..Dieu est grand, mon frere Ayatollah…Dieu est grand et la fin approche

  34. Mujabitsi

    8 Jan 2009 a 00:12

    Je ne prétends être un expert en analyse du discours politique, mais je trouve un plaisir à explorer les limites de mon ignorance.

    Je me suis simplement exercé à l’exercice périlleux de décrypter le discours d’un citoyen comme moi, tout en essayant de ne pas désubtancialisé son discours.” Déjà en son temps Foucault mesurait la difficulté de cette discipline c’est pourquoi il a dit ‘le problème de l’analyse d’un discours politique c’est d’en créer une autre idéologie ‘. Fin de citation.

    De plus nous avons le devoir de mémoire de comprendre les discours afin que le passé ne se reproduisent plus’.

    Si vous allez dans mon blog gaboncultura, vous réaliserez que je l’ai aussi bien fait pour le discours Monsieur Bongo.

    Je n’ai personnellement aucun grief avec la personne de monsieur Mengara qui est un compatriote gabonais comme moi et que je suis entrain de découvrir.

    Veuillez bien m’en pardonner pour les omissions et pour ne pas été a la hauteur de vos attentes. Bien qu’étant pas un expert de l’analyse du discours politique, cela l me parait important m’incombe en tant que citoyen de comprendre les tenants de la politique de ceux qui entendent un jour présider notre destinée.

    Vos remarques et vos contributions sont les bienvenues dans gaboncultura

    Je terminerais en citant, Socrates: “C’est pas que je connais, je ne connais pas”.

    A très bientôt

  35. Mujabitsi

    7 Jan 2009 a 23:00

    Les gars qu’es-ce qui vous arrivent depassioné vous un peu. En tou cas je ne vais pas mourir pour Mengara ou Bongo.

  36. Mujabitsi

    7 Jan 2009 a 22:56

    Les gars qu’es-ce qui vous arrive dépassionné vous un peu?
    haa haaa

  37. Ayatollah

    7 Jan 2009 a 22:22

    Bien dit, Bobo. Tu rejoins mon analyse. Je me disais bien que ce gars là ne tournait pas rond avec son analyse.

  38. Bobo

    7 Jan 2009 a 22:16

    TU es idiot mon pauvre vieux.

    regarde un exemple de ce que tu dis. Tu dis que:

    CITATION
    Utilisation des formules réponses. Avec des questions simples, et des réponses tout aussi simples, raccourcies et sans support.
    Monsieur Bongo, de quelle nouvelle ouverture parlez-vous ?
    FIN CITATION.

    Mais regarde toi meme ton idiotie. Tu dis que menagara parle sans support.

    As-tu lu juste après cette question qu’il ddonne une réponse complexe à cette question quand il cite les 300 partis et associations? Or, toi tu oses dire qu’il le fait sans support.

    Ton commentaire critique ne repose que sur des idioties de ce genre. C’est toi qui fait des commentaires sans support. Commentaires mensongers même vu que tu déformes le discours du Dr.

    IDIOT, va.

  39. Mujabitsi

    7 Jan 2009 a 22:03

    Voici ce qui arrive qu’on lit quelqu’un de travers, de manière oblique…On s’embourbe dans tous sortes de raisonnement fallacieux.

    Relis plusieurs fois le poste, imprègne toi du texte ensuite
    reviens me voir.
    J’accepte tes insultes car c’est pour mon une forme exagérée d’admiration.
    Espèce de prétentieux à la matière commence par faire ta propre analyse du discours de Mengara ensuite on pourra en parler.

    Pendant que tu es continuer à gesticuler comme un chimpanzé dans la foret, en finira par découvrir ton derrière.

    Respectueusement votre..

  40. Ayatollah

    7 Jan 2009 a 21:37

    Ton president aime trop les femmes. Il donné trop d’argent aux prostituées.

  41. Ayatollah

    7 Jan 2009 a 21:36

    le pauvre, c’est toi Mujabitsi. Tu as fait une analyse de gamin qui n’apporte rien à personne. Tu te donnes des airs que tu ne mérites pas. Pour analyser le discours de quelqu’un comme Mengara, tu devrais aller à l’école encore. Tu analyses stupidement en prêtant des intentions que le bon Dcoteur n’avait pas. Quand tu dis discours pas rassembleur, est-ce qu’il t’a dit qu’il voulait faire un discours rassembleur? Tu dis qu’il est moins percutant que la dernière fois, par rapport à quoi? Avant de pouvoir juger le texte de quelqu’un, pose toi d’abord la question: quelle était son intention? Si son intention était d’être dur, explicatif, simple, et tout le bla bla qu tu as dit, ton analyse tombe à l’eau. Même avec le peu d’école que j;ai fait, je sais qu’on analyse pas le texte de quelqu’un en disant ce qu’il aurait dû dire, mais en essayant de comorendre ce qu’il a voulu dire. Toi, tu fais l’opposé, tu te mets à sa place ettu t’interposes entre son message et ta susceptibilité. Tu est nul. Tout ce qu’on retire de ton analyse c’est que tu es un lèche cul bongoiste. Y a que les bongoites qui n’aiment pas quand on a un ton dur contre le voleur de lewai.
    Si tu veux que je t’aide avec la tecnique d’analyse, dis-le, c’est plus simple. Mais tu est aussi nul que ton ami Bongo. C’est quand même incroyable que pour toi la seule façon de montrer qu’on est percutant et rassembleur c’est en évitant de s’attaquer à Bongo. Heureusement qu’il ya encore des gens avec le franc parler comme Mengara. on a besoin de ça au Gabon.

    Bon, va dormir.

  42. le mirador

    7 Jan 2009 a 19:32

    je suis un jeune Gabonais de 20ans, j’aime trop ce pays et ca fait du bien de voir qu’il y’a encore de nos ainés certains qui luttent contre ce systeme. Au lieu de nos montrer des bons documentaires sur la “francafrique” sur le devenir de “notre continent”,sur “l’affaire elf” sur le passé de OBO au service de la france à la télé au Gabon,on nous montre des choses triplement connes (ma belle mere,gretta, mariemare)c’est tres bien,sauf qu’un jour il faudra payer. parlez nous quand meme des gens telsque “cheick anta diop”,”steave BIKO”,”sankara” au lieu de Bongo le matin,à midi…
    tellement t’as hébété nos parents,toi meme tu t’es aussi hébété.
    Apres la politique il y’a une vie, laisse nous laisse nous!!!!!!merci quand meme.

  43. Mujabitsi

    7 Jan 2009 a 18:52

    Ayotollah

    Qu’on a pas compris on se la boucle.

    Ta place dans une république mais dans les plaines d Afghanistan

    Heureusement que le vrai Ayatollah n’est pas stupide comme toi.

    pauvre….

  44. vious

    7 Jan 2009 a 16:56

    mais arrêtez de dénigrer le pauvre président. posez vous d’abord la question de savoir ce que vous feriez si vous étiez à sa place…? bien sûre que vous vous feriez mieu vu que vous n’avez pas encore tout ce argent du gabon à gérer. bref consommant seulement…

  45. Ayatollah

    7 Jan 2009 a 14:51

    Qu’est-ce qu’on a à foutre que tu sois d’accord ou pas avec Mengara? Et qu’est-ce q’on a à foutre de ton analyse scolaire qui ressemble à une explication de texte de lycée. Tu ne nous apportes rien dans ce que tu dis, le discours de mengara était déja assez simple comme ça. Et puis qu’est-ce que tu appelles un discours rassembleur? Meme dans les pays démocratique, un discours dit rassembleur ne rassemble pas forcément tout le monde. Même Obama, avec ses discours rassembleurs, n’a pas gagné 100% des votes, mais 52% contre son adversaire.

    C’est toi qui ne sait pas ce que c’est que la politique, je crois. Le discours de Mengara ne s’adresse pas à tous les ©abonais, mais seulement à ceux qui pensent que Bongo doit partir. Toi, tu es un lèche-cul de Bongo. Quel gabonais n’aprécierait pas le discours dur de Mengara, en dehors de toi?

  46. Mujabitsi

    7 Jan 2009 a 14:22

    (la version corrigée)

    Le discours de Mengara est plutôt explicatif et fait dans un ton révolutioniste, on observe une prise en charge par l’orateur de son discours, par le recours des pronoms” je”. Son discours est marqué par huit épisodes.

    En effet, le contenu est construit autour des mots d’une violence rare tels qu” Animal’,” à l’image animalière’, ”animaux vous êtes”, ”animaux vous resterez”, ”des suppôts de satan”,”imbeciles” des thèmes qui ne sont ni consensuels, ni fédérateurs. Il est difficile à tous les gabonais de s’identifier dans son discours qui ne propose que comme seule solution le départ de Bongo par la rue.

    Nous ne sommes pas d’accord avec l’utilisation des qualificatifs incandescent de Mengara pour attaquer ses adversaires politiques, dans le contexte d’un discours de voeux qui se voulait plutôt sobre.

    La structure de son discours est articulé autour de quatre sujets:

    * Bongo
    * Ali bon Bongo et Andre Mba Obame
    * La communaute International
    * Le peuple Gabonais

    Mengara fait utilisation de l’énumération dans son discours,
    “Il me semblait, à moi, que le mot « ouverture » ne voulait pas simplement dire intégrer dans un régime moribond des opposants achetés à coup de milliards ….
    “L’ouverture devrait supposer non seulement de nouvelles idées et de nouveaux visages, certes, mais également la capacité du régime Bongo à comprendre que les méthodes dictatoriales qui empêchent les citoyens de s’exprimer”.

    Utilisation des formules réponses. Avec des questions simples, et des réponses tout aussi simples, raccourcies et sans support.
    Monsieur Bongo, de quelle nouvelle ouverture parlez-vous ?
    Monsieur Bongo, pourquoi vous ne faites pas vous-même ces sacrifices, pour montrer l’exemple, pour une fois ?

    De plus son discours renferme des redondances multiples de certainnes formules tels que: ” Arrêtons donc de croire,”

    En gros le discours de monsieur Mengara n’a pas été percutant cette foi-ci comme lors de son dernier discours. Le discours de Mengara contient de nombreux réminiscences du discours populiste et est réalisé par l’intermédiaire du ressort de l’émotionnel, son discours n’est pas un discours rassembleur, mais son discours a le mérite au moins de nous plonger dans une profonde réflexion quant au terme ouverture de monsieur Bongo.

  47. Mujabitsi

    7 Jan 2009 a 14:02

    Le discours de Mengara est plutôt explicatif et fait dans un ton révolutioniste, on observe une prise en charge par l’orateur de son discours, par le recours des prenoms je. Son discours est marque par huit épisodes.

    En fait le contenu est construit autour des mots d’une violence rare tels qu” Animal’,” à l’image animalière’, ”animaux vous êtes”, ”animaux vous resterez”, ”des suppôts de satan”. Des thèmes ne sont ni consensuels, ni fédérateurs. Il est difficile a tous les gabonais de s’identifier dans son discours qui ne propose que comme seule le depart de Bongo par le moyen de la rue.

    Nous ne sommes pas d’accord avec l’utilisation des qualificatifs indescent de Mengara pour attaquer ses adversaires politiques, dans le contexte d un discours de voeux il aurait due plutôt être sobre.

    Le structure de son discours est articulé autour de quatre sujets:

    * Bongo
    * Ali bon Bongo et Andre Mba Obame
    * La communaute International
    * Le peuple Gabonais

    Mengara fait utilisation de l’énumération dans son discours,
    “Il me semblait, à moi, que le mot « ouverture » ne voulait pas simplement dire intégrer dans un régime moribond des opposants achetés à coup de milliards ….
    “L’ouverture devrait supposer non seulement de nouvelles idées et de nouveaux visages, certes, mais également la capacité du régime Bongo à comprendre que les méthodes dictatoriales qui empêchent les citoyens de s’exprimer”.

    Utilisation des formules réponses. Avec des questions simples, et des réponses tout aussi simples, raccourcies et sans support.
    Monsieur Bongo, de quelle nouvelle ouverture parlez-vous ?
    Monsieur Bongo, pourquoi vous ne faites pas vous-même ces sacrifices, pour montrer l’exemple, pour une fois ?

    De plus son discours renferme des redondances multiples de certains formulaires: ” Arrêtons donc de croire,”

    En gros monsieur le discours de monsieur Mengara n’a pas été percutant cette foi-ci comme lors de son dernier discours. Le discours de Mengara contient de nombreux réminiscences du discours populiste et est réalise par l’intermédiaire du ressort l’émotionnel. son discours n’est pas un discours rassembleur, mais son discours a le mérite de nous plongerdans une réflexion plus profonde quant au terme ouverture.

    Ici le lien du discours de Mengara

    Source: Gaboncultura

  48. YTA

    6 Jan 2009 a 06:58

    j’ai eu des larmes aux yeux en lisant ce discours du frère pourquoi il s’osbtine à rester au pouvoir?le Gabon va mal les gabonais survivent comment celà est possible avec un pays aussi riche que le nôtre et si petit?
    Avant le gabonais allait faire ses études à l’étranger et rentrait pour servir le pays,maintenant on a peur de rentrer après des longues années d’études à l’étranger, comment on peut avoir le courage de rentrer quand les parents vous disent faites tout pour rester labà, car ici il n’y a plus rien et Dieu seul sait combien la tâche peut s’avérer encore plus difficile pour un étranger diplômé pour trouver du travail à l’étranger surtout en ce moment de crise rajouté à la solitude,le racisme, la nostalgie du pays, et ce mal qui vous ronge en vous disant j’aurai été chez moi avec tous ces diplômes, je n’aurait eu tous tracas pour travailler.
    41 ans c’est beaucoup, il faut que ça change, on aime notre pays et on a des projets à réaliser dans ce pays pour le bien de tous merci.

  49. Boussamba

    5 Jan 2009 a 16:12

    Laissez Bongo tranquille.

  50. Bobo

    5 Jan 2009 a 03:24

    Bien dit. Bongo est un animal.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*