Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon: Coup de filet contre les militants anti-corruption

Auteur/Source: · Date: 6 Jan 2009
Catégorie(s): Communiqués,Politique,Société

L’association Survie, extrêmement préoccupée par la nouvelle de l’arrestation de plusieurs représentants d’organisations de la société civile gabonaise dénonçant la corruption du régime d’Omar Bongo, tient à condamner cette tentative d’intimidation à leur égard et appelle les autorités gabonaises à procéder à leur libération immédiate.

D’après les informations relayées en fin de semaine dernière par des organisations françaises et africaines, les forces de sécurité gabonaises ont arrêté le mercredi 31 décembre 2008 Grégory Gbwa Mintsa, plaignant gabonais dans l’affaire des biens mal acquis en France par des chefs d’Etat africains (dont Omar Bongo), Marc Ona Essangui, Président de l’ONG Brainforest et coordonnateur de la coalition Publiez ce que vous Payez Gabon (relais local de la campagne mondiale éponyme pour la transparence des industries extractives) ainsi que Georges Mpaga, président du Réseau des organisations libres de la société civile pour la bonne gouvernance au Gabon (ROLBG). Les bureaux de Publiez ce que vous Payez Gabon et de l’ONG Brainforest ont été saccagés et les ordinateurs de ces organisations saisis.

La veille, le mardi 30 décembre, Gaston Asseko, journaliste et directeur technique à Radio Sainte-Marie et Léon Dieudonné Koungou, du journal Tendance Gabon, avaient déjà été arrêtés suite à leur convocation au bureau des services de renseignements de l’armée gabonaise.

Bruno Ben Moubamba, porte parole des Acteurs Libres de la Société Civile Gabonaise, qui a publié le 8 décembre 2008 une lettre ouverte demandant des comptes au Président Bongo sur sa gestion financière du pays, serait quant à lui activement recherché par les autorités gabonaises. Les interpellés sont à ce jour toujours détenus dans les locaux de la police judiciaire gabonaise, sans qu’aucun motif n’ait été donné. L’état de santé de Grégory Gbwa Mintsa serait jugé préoccupant.

Survie condamne fermement cette opération coup de poing qui s’apparente à une tentative d’intimidation et à une prise d’otage dirigée contre des responsables de la société civile gabonaise qui ont eu le courage de lancer des initiatives citoyennes contre la corruption de leurs autorités, bravant ainsi un régime particulièrement répressif à l’encontre de ses adversaires.

L’organisation de ce coup de filet coordonné et le choix des cibles atteste de la fébrilité des autorités gabonaises, confrontées à une société civile de plus en plus lassée d’un régime figurant parmi les plus corrompus au monde et les moins à même d’assurer la prospérité de sa population, malgré des revenus pétroliers très confortables.

Cette répression est à mettre en parallèle avec le harcèlement subi en 2007 par Brice Mackosso et Christian Mounzéo, responsables congolais de la campagne Publiez ce que vous Payez, victimes d’un harcèlement judiciaire instrumentalisé par le pouvoir de Denis Sassou Nguesso, qui se voyait lui aussi reprocher la gestion des revenus pétroliers de son pays.

Survie appelle à la libération immédiate des détenus et demande aux autorités françaises, d’habitude si promptes à réagir pour démêler les entourloupes diplomatiques franco-gabonaises (cf la visite de Claude Guéant et Alain Joyandet à Libreville en avril 2008 suite à l’enquête de la justice française sur les biens mal acquis du dictateur gabonais en France et à l’éviction de Jean-marie Bockel), de condamner fermement cette violation manifeste des droits de l’Homme dans ce pays présenté comme « ami » de la France.

Le mutisme des autorités françaises dans cette affaire serait une preuve supplémentaire du renoncement de notre pays à la défense des droits de l’Homme lorsque des intérêts stratégiques sont en jeu, renoncement clairement annoncé par Bernard Kouchner dans son allocution du 10 décembre 2008. L’absence de réaction du secrétariat d’Etat de Rama Yade constituerait quant à elle une nouvelle preuve à charge de l’inutilité d’une institution, qui n’a jamais émis le moindre positionnement sur les violations des droits de l’Homme commises dans les pays dominés par des dictateurs africains amis de la France. 


SUR LE MÊME SUJET
Qu’il soit question du séminaire sur le rôle du journalisme d’investigation dans la lutte contre la corruption et l’enrichissement illicite organisé du 6 au 8 décembre dernier à Libreville ou de la célébration de la 2ème Journée Nationale de lutte contre le même phénomène, célébrée le vendredi 9 décembre dernier, ces deux événements ont été mis à profit par la Commission Nationale de Lutte contre la Corruption et l’Enrichissement illicite (CNLCEI) pour faire prendre conscience aux médias et à la société qu’ils sont une partie de la réponse à apporter à cette gangrène, a indiqué le président de la CNLCEI, ...
Lire l'article
Ancien fonctionnaire de l’ONU devenu consultant de cette institution internationale, Albert Yama Nkounga est arrivé à Libreville le 28 septembre. Il doit travailler, deux jours durant, avec les autorités gabonaises de Commission nationale de lutte contre l’enrichissement Illicite (CNCLEI), à la mise en place d’un réseau des institutions nationales anticorruption (INAC) pour lequel il sollicite l’appui du Gabon. En vue d’examiner avec la Commission nationale de lutte contre l’enrichissement Illicite (CNCLEI) les progrès enregistrés dans ce domaine et recueillir les recommandations de la partie gabonaise à propos de la création d’un réseau des Institutions Anticorruption de l’Afrique centrale, un consultant de ...
Lire l'article
Le Secrétariat de la Commission Economique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA) vient de dépêcher à Libreville, Monsieur Albert Yama Nkounga, ancien fonctionnaire de l’ONU et actuellement « Consultant indépendant », en vue d’examiner avec la Commission Nationale de Lutte Contre l’Enrichissement Illicite (CNCLEI) les progrès enregistrés dans ce domaine et recueillir les recommandations de la partie gabonaise à propos de la création d’un réseau des Institutions Anti-corruption de l’Afrique centrale. M. Yama Nkounga séjournera dans la capitale gabonaise du lundi 28 au 30 novembre et aura ainsi plusieurs séances de travail avec ...
Lire l'article
Quelques jours après l’annonce par le gouvernement, réuni en Conseil des ministres, le 14 janvier dernier, d’un projet de décret portant institution d’une Journée Nationale de lutte contre la corruption et l’enrichissement illicite, les Librevillois, à la faveur d’un micro-trottoir réalisé ce mardi par GABONEWS, ont exprimé leur opinion sur la question. « INITIATIVE POSITIVE » Exprimant son adhésion à l’initiative, Pamphile, jeune fonctionnaire confie : « Tout le monde n’a pas les mêmes moyens. Certains arrivent avec des portefeuilles garnis de façon malhonnête, et tout est tellement facile pour eux. Par contre, d’autres plus honnêtes, n’ont pas grand chose. Il ...
Lire l'article
Le président gabonais, Ali Bongo Ondimba a décidé d’instaurer une journée nationale de lutte contre la corruption et l’enrichissement illicite, à l’issue du conseil des ministres de jeudi, à Libreville. Cette journée qui sera célébrée chaque 9 décembre, vise entre autres, à sensibiliser, conscientiser, prévenir et susciter chez l’agent public et le citoyen, des comportements tendant à rejeter la corruption et l’enrichissement illicite et à cultiver les valeurs d’éthique et d’intégrité. L’instauration de cette action, a également pour objectif, de vulgariser et de sensibiliser sur les axes stratégiques de lutte contre la corruption et l’enrichissement illicite. Elle a aussi pour but d’impliquer les ...
Lire l'article
La Coalition Gabonaise du Refus et de Salut National a publié mercredi 10 juin son « Plan de Paix et de Réconciliation Nationale » pour le Gabon, un plan de paix que la Coalition définit comme une Proposition de Paix et de Réconciliation Nationale à l’endroit du Gouvernement, des Institutions et des membres de la société civile et politique gabonaise. La publication de ce « Plan de Paix » de 21 pages fait suite au meeting de la Coalition à Bruxelles les 30 et 31 mai 2009, meeting au cours duquel les membres de la Coalition ont planché pendant deux jours ...
Lire l'article
Communiqués de Presse
A partir de cette page, vous pouvez accéder à toutes les informations relatives aux activités de la Coalition du Refus, y compris le programme du meeting de Paris. Voir Communqué de presse de lancement. Voir Le Programme Meeting de Paris Principes et Préambule Charte du Refus Devenir membre signataire de la Charte Activités et News de la Coalition Ci-dessous, lisez le Communiqué de presse ayant marqué le lancement de la Coalition du Refus le 18 janvier 2009 Communiqué de Presse COALITION GABONAISE DU REFUS ET DE SALUT NATIONAL Suite aux arrestations arbitraires dont de dignes membres de la société civile gabonaise ont fait ...
Lire l'article
Coalition du Refus
Coalition Gabonaise du Refus et de Salut National DEVANT L'URGENCE Coalition: Le Temps de l’action: Manif du 11 juillet 2009 13h30, Grande Marche et Meeting de la Diaspora à Paris - Invitation aux compatriotes et amis du Gabon INVITATION Chers compatriotes et amis du Gabon, Pendant les 42 ans de dictature et d’asservissement du peuple gabonais, l’arbitraire a été institutionnalisé en norme de fonctionnement de l’Etat. Cette situation a entraîné le pays à la banqueroute économique, à la dictature, à la personnalisation du pouvoir, à l’immoralité civique, au favoritisme, à la paupérisation croissante. Ceux qui osaient critiquer le système étaient privés de leurs droits fondamentaux. Pour éviter ...
Lire l'article
Jeudi 8 janvier l’association Survie a organisé une manifestation pour dénoncer l’arrestation de plusieurs représentants d’organisations de la société civile gabonaise qui alertaient l’opinion sur la corruption du régime d’Omar Bongo. Le rassemblement a eu lieu devant l’hôtel particulier du président Bongo situé au 4 rue de la Baume dans le 8ème arrondissement de Paris. La mobilisation a réuni une trentaine de militants dont un bon nombre de Survie Paris et de la Cellule Françafrique. Des slogans et des banderoles dénonçaient la corruption du pouvoir gabonais et le rôle central de la françafrique. On pouvait ainsi lire sur les banderoles ...
Lire l'article
Ce soir, 12 janvier 2009, Grégory Gnbwa Minsta (plaignant dans l'affaire des Biens Mal Acquis), Marc Ona Essangui et Georges Mpaga de PWYP Gabon, Gaston Asseko, directeur technique de Radio Sainte Marie et l'adjudant de gendarmerie Jean Poaty, injustement arrêtés les 30 et 31 décembre 2008, ont été relâchés sur décision du Tribunal de Libreville. Il faut maintenant obtenir la levée des chefs d'inculpation. Toute la lumière sera faite un jour sur ce «Complot du Réveillon» conçu par l'entourage présidentiel lui-même en vue de sa prise programmée du pouvoir. L'objectif inavoué de ce complot était de décrédibiliser la plainte à ...
Lire l'article
Gabon : La presse exhortée à ne pas baisser les bras dans la lutte contre la corruption
Gabon : Arrivée à Libreville d’un expert onusien de la lutte contre la corruption
Un expert de la CEA à Libreville dans l’optique de créer un réseau des institutions anti-corruption en Afrique centrale
Journée nationale de Lutte contre la corruption : Les Librevillois s’expriment
Ali Bongo Ondimba instaure une journée nationale de lutte contre la corruption et l’enrichissement illicite
Plan de Paix
Communiqués de Presse
Coalition du Refus
Solidarité avec les militants anti-corruption arrêtés au Gabon
Libération ce soir des militants, du journaliste et du gendarme détenus au Gabon


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 6 Jan 2009
Catégorie(s): Communiqués,Politique,Société
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*