Socialisez

FacebookTwitterRSS

Trois leaders de la société civile gabonaise sont détenus par la police

Auteur/Source: · Date: 6 Jan 2009
Catégorie(s): Politique,Société

Six figures de la société civile gabonaises, parmi lesquelles se trouve un signataire de la plainte déposée en France mettant en cause le patrimoine immobilier du président Omar Bongo Ondimba, ont été interpellées mardi 30 et mercredi 31 décembre 2008, à Libreville (Gabon).

Mardi 6 janvier au matin, trois d’entre eux demeuraient détenus par la police judiciaire pour des motifs qui n’ont pas été signifiés. Alors que la loi gabonaise fixe à 48 heures la durée de la garde à vue, le ministre de l’intérieur André Mba Obame a déclaré lundi à l’AFP que “les jours non ouvrables” incluant “le 1er janvier férié, le 2 chômé, le week-end des 3 et 4 janvier” ne sont “pas comptabilisés dans la garde à vue”. “La procédure est strictement respectée”, a affirmé le ministre, précisant que les personnes interpellées sont “des justiciables comme les autres” et que le Gabon n’est “pas une République bananière”.

Gregory Ngbwa Mintsa, Georges Mpaga et Marc Ona Essangui ont en commun de militer pour la transparence des revenus du pétrole et contre la pauvreté au Gabon. Le premier, fonctionnaire gabonais, est le seul ressortissant africain à avoir osé signer, avec l’ONG Transparency International, la plainte contre les “biens mal acquis”, déposée le 2 décembre à Paris, visant les présidents du Gabon, du Congo-Brazzaville et de Guinée équatoriale ainsi que leurs entourages pour “recel de détournement de fonds publics”.

“GESTION OCCULTE”

Georges Mpaga, lui, est président d’un Réseau des organisations libres de la société civile pour la bonne gouvernance au Gabon. Quant à Marc Ona Essangui, il coordonne la branche gabonaise du réseau international Publiez ce que vous payez. Des ONG comme le Secours catholique et Transparency International sont membres de cette coalition qui vise à rendre publiques les sommes versées pour l’accès à l’exploitation pétrolière. Trois autres personnes arrêtées, dont Gaston Asseko, directeur technique de Radio Sainte-Marie, appartenant à l’Eglise catholique, et Dieudonné Koungou, journaliste au bimensuel Tendance Gabon, ont été libérés.

Selon Marcel Libama, responsable d’une coalition “contre la pauvreté au Gabon”, “il ne fait aucun doute que ces arrestations ont pour objectif de mettre fin à la plainte contre les “biens mal acquis” et de faire taire tous les leaders de la société civile qui osent dénoncer la gestion occulte du budget de la nation”. L’avocat français Thierry Lévy doit se rendre à Libreville pour participer à la défense des interpellés.

Depuis son origine, en mars 2007, l’affaire des “biens mal acquis” exaspère le régime gabonais. La Fondation Omar Bongo Ondimba pour la paix a annoncé, le 13 décembre, son intention de poursuivre les auteurs de la plainte, persuadée que “cette cabale découle d’une conspiration savamment orchestrée par une organisation secrète, qui nourrit l’ambition de semer le doute (…) dans l’esprit du peuple gabonais”.

Philippe Bernard


SUR LE MÊME SUJET
Le ministre de l'intérieur, chargé de l'immigration, André Mba Obame a apporté vendredi au cours d'un point de presse des éclaircissements sur l'affaire des trois leaders de la société civile gabonaise mis en détention. « L'ordre public et la sécurité de notre pays étant en cause, j'ai cru utile, en ma qualité de Ministre en charge de ces questions, d'apporter à l'opinion nationale et internationale les informations devant permettre à chacun et à tous d'être objectivement fixés. Cette démarche me paraît d'autant plus opportune qu'il apparaît clairement que notre pays est réellement la victime d’une tentative de déstabilisation par ...
Lire l'article
« Les trois leaders gabonais de la société civile mis en détention au Gabon ont été instrumentalisé par trois ONG occidentales, Transparency, Sherpa et Survie internationale », a estimé vendredi, le ministre gabonaise de l'Intérieure, André Mba Obame, au cours d'un point de presse tenu à Libreville. Selon le ministre gabonais de l'Intérieur, ces Organisations Non Gouvernementales ont recruté des citoyens gabonais en France et au Gabon. « Ces compatriotes ont organisé à travers le pays des réunions secrètes dans des lieux et avec des personnes que nous nous gardons de révéler aujourd'hui », a-t-il indiqué. André Mba Obame a ...
Lire l'article
Reporters sans frontières exprime sa très profonde inquiétude après l'interpellation et la détention prolongée, au siège de la Police judiciaire (PJ) de Libreville, de deux journalistes et de plusieurs membres éminents de la société civile gabonaise. Tous sont détenus depuis une semaine, au-delà de la durée légale d'une garde à vue au Gabon, sans qu'aucun motif n'ait été fourni pour justifier leur arrestation. Ces derniers jours, plusieurs journalistes ont été convoqués et entendus à la PJ dans la même affaire. "Ce climat de peur, dont l'ampleur et la gravité sont sans précédent au Gabon depuis plusieurs années, est le signe qu'une ...
Lire l'article
Communiqué BDP-Canada: La société civile gabonaise est en danger au Gabon
Le mercredi 31 décembre 2008  vers 12h 30mn, au siège de Brainforest, un débarquement de 3 voitures  sans immatriculations avec plus d'une dizaine d'hommes armés ont envahi le domicile professionnel de Mr Marc Ona Essangui. Ces larbins et voleurs du régime cannibale d'Omar Bongo ont défoncé les portes de Brainforest emportant avec eux les ordinateurs portables, les cellulaires et autres clés USB de l'association de protection de l'environnement et de lutte contre la corruption et l'enrichissement illicite au Gabon. Messieurs Marc Ona, Georges Mpaga, NGBWA Mintsa et deux autres journalistes ont été arrêtés. Avec leurs armes à feu, les FAMAS (les assassins ...
Lire l'article
Deux journalistes gabonais sont détenus depuis le 30 décembre à la Police judiciaire de Libreville, où les ont rejoints le lendemain trois leaders d'ONG et un Gabonais associé à une plainte visant notamment le président gabonais, a appris l'AFP vendredi de sources concordantes. Ces informations, rapportées par les rédactions des deux journalistes et des ONG françaises, ont été confirmées par le ministre gabonais de l'Intérieur, André Mba Obame, qui assuré que leurs droits étaient "respectés".   Gaston Asseko, directeur technique de la radio Saint-Marie appartenant à l'église actholique, et Dieudonné Koungou, journaliste au bimensuel privé Tendance Gabon, ont été interpellés le 30 décembre ...
Lire l'article
Au moins cinq militants de la société civile ont été interpellés par la police, mercredi matin dans la capitale gabonaise, selon des témoignages. L’un de ces militants est lié aux organisations Transparency International et Sherpa qui avaient déposé, début décembre à Paris, des plaintes portant sur « les conditions dans lesquelles un très important patrimoine immobilier et mobilier a été acquis en France » par trois présidents africains, dont celui du Gabon, et leur entourage. Depuis le 22 décembre, ces deux organisations sont visées par une plainte déposée par la Fondation Omar Bongo Ondimba.    Selon l'organisation des Acteurs libres de la ...
Lire l'article
COMMUNIQUE DE PRESSE Ce 31 décembre 2008, les forces de sécurité gabonaises ont arrêté simultanément plusieurs membres d’ONG (Georges Mpaga, président du Rolbg, Alain Moupopa, Président d’Afrique Horizon, Marc Ona, Coordonateur de PWYP Gabon et Président de Brainforest, etc. et d’autres citoyens (Grégory Gbwa Mintsa, plaignant gabonais dans l’affaire des biens mal acquis et Gaston Asséko, directeur technique de Radio Sainte Marie, une personne n’ayant rien à voir avec les Acteurs Libres de la Société Civile). De plus, les bureaux de PWYP Gabon et de l’ONG Brainforest ont été violemment saccagés et les ordinateurs volés. Cette opération, semble-t-il coordonnée, est préparée depuis ...
Lire l'article
Le Collectif des organisations libres de la société civile gabonaise porte plainte contre le Procureur de la république
Marc Ona EssanguiLe Réseau Gabonais de Bonne Gouvernance (ROLGB) présidé par M. Georges MPAGA, (Tel. +241 – 07 51 99 32) , l’ONG AFRIQUE-HORIZONS, présidé par M. Alain MOUPOPA (Tel. +241 06 73 34 73), Marc ONA ESSANGUI, Président de Brainforest (+241 07 29 41 40) agissant comme acteurs de la Société Civile au Gabon, pour latransparence et la bonne gouvernance, ont porté plainte vendredi 10 octobre contre M. Alaba Fall Bosco, Procureur de la République du Gabon et neveu du Président  Omar Bongo Ondimba, devant la nouvelle Commission Nationale de Lutte contre l’enrichissement illicite. COLLECTIF DES ORGANISATIONS LIBRES DE LA ...
Lire l'article
Depuis plusieurs semaines, l’opinion publique gabonaise par les médias interposés notamment le journal « LE NGANGA du 23 Juillet 2008 » vit à l’heure de l’affaire Bosco ALABA FALL contre BGFIBANK. Les mouvements du compte bancaire du Procureur de la République du Tribunal de première instance de Libreville domicilié à BGFIBANK ont été rendus publics et circulent, selon le même article sur le réseau Internet. Des révélations d’une extrême gravité sont ainsi portées sur la personne qui incarne l’autorité du Ministère public au tribunal et la défense de la société. D’après l’analyse du document incriminé, des relevés bancaires en ...
Lire l'article
Les organisations non gouvernementales qui interviennent dans le domaine de l'environnement au Gabon sont depuis mercredi à l'école du savoir au siège du PROGREANE de Libreville autour du thème « L'élaboration des textes juridiques et les procédures de légalisation des organisations de la société civile au Gabon »; une formation qui prendra fin le 15 juillet prochain, a constaté GABONEWS. « Les ONG gabonaises doivent clarifier le cadre pour le quel elles doivent intervenir pour la société civile, elles doivent se différencier désormais du domaine politique », a déclaré Pr Nambo représentant le ministère de l’Iitérieur. Le syndicat et ...
Lire l'article
Gabon: Affaire des détenus de la société civile gabonaise: André Mba Obame fait la lumière
Gabon: Le gouvernement gabonais estime que les trois leaders de la société civile détenus ont été instrumentalisés par des ONG occidentales
Gabon: Plusieurs journalistes et membres de la société civile détenus depuis une semaine : Reporters sans frontières dénonce un climat de peur
Communiqué BDP-Canada: La société civile gabonaise est en danger au Gabon
Gabon: des leaders d’ONG toujours détenus, de même que deux journalistes
Gabon: La police interpelle des militants de la société civile
Communiqué des Acteurs libres de la Société Civile Gabonaise
Le Collectif des organisations libres de la société civile gabonaise porte plainte contre le Procureur de la république
Affaire Bosco Alaba Fall/BGFI : réaction de la société civile gabonaise
Gabon: La société civile gabonaise à l’école du savoir

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 6 Jan 2009
Catégorie(s): Politique,Société
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*