Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon: Plusieurs journalistes et membres de la société civile détenus depuis une semaine : Reporters sans frontières dénonce un climat de peur

Auteur/Source: · Date: 7 Jan 2009
Catégorie(s): Communiqués,Médias,Politique

Reporters sans frontières exprime sa très profonde inquiétude après l’interpellation et la détention prolongée, au siège de la Police judiciaire (PJ) de Libreville, de deux journalistes et de plusieurs membres éminents de la société civile gabonaise. Tous sont détenus depuis une semaine, au-delà de la durée légale d’une garde à vue au Gabon, sans qu’aucun motif n’ait été fourni pour justifier leur arrestation. Ces derniers jours, plusieurs journalistes ont été convoqués et entendus à la PJ dans la même affaire.

“Ce climat de peur, dont l’ampleur et la gravité sont sans précédent au Gabon depuis plusieurs années, est le signe qu’une traque est organisée par le chef de l’Etat contre ceux qui font preuve d’une curiosité trop grande sur des sujets tels que le patrimoine de la famille Bongo ou la gestion des fonds publics. La chasse aux journalistes doit immédiatement cesser et les détenus doivent être relâchés, puisqu’aucune charge n’est retenue contre eux”, a déclaré l’organisation.

Contrairement aux informations faisant état de la libération de Gaston Asseko, directeur technique de la radio Sainte-Marie, et de Léon Dieudonné Kougou, rédacteur en chef du bimensuel privé Tendance Gabon, Reporters sans frontières confirme le maintien en détention des deux journalistes. Le 30 décembre 2008, ils avaient été interpellés par les services de renseignement et conduits à la Police judiciaire pour y être gardés à vue. Opéré récemment, Gaston Asseko doit faire l’objet d’un suivi médical.

Bien qu’aucun motif n’a été publiquement fourni pour justifier leur arrestation, tout porte cependant à croire qu’il leur est reproché d’avoir participé, à Libreville, à une rencontre avec un représentant de Transparency International venu de Paris. Plus largement, les journalistes seraient inquiétés parce qu’ils reprennent les informations relatives à l’affaire des “biens mal acquis”, en référence à la plainte déposée par deux ONG françaises contre le chef de l’Etat gabonais Omar Bongo Odimba et les présidents congolais et équato-guinéen, pour “recel de détournement de fonds publics”.

Reporters sans frontières rappelle que, le 11 mars 2008, Tendance Gabon avait été suspendu pour une durée de trois mois après avoir reproduit un article du quotidien français Le Monde sur le luxueux patrimoine immobilier du président Omar Bongo en France.

Le 31 décembre, Gaston Asseko et Léon Dieudonné Kougou avaient été rejoints à la PJ par trois autres personnes, interpellées elles aussi. Il s’agit de Marc Ona Essangui, président de l’ONG Brainforest et porte-parole de la coalition Publiez ce que vous payez (PCQVP), Georges Mpaga, membre de la coalition et président du Réseau des organisations libres de la société civile pour la bonne gouvernance au Gabon (ROLGB), et Gregory Ngbwa Mintsa, citoyen gabonais, seul ressortissant africain à s’être porté partie civile aux côtés des ONG Transparency International France et Sherpa.

Le 2 janvier, Reporters sans frontières avait écrit au président gabonais pour l’enjoindre à fournir des explications sur la détention des journalistes et membres de la société civile, et lui demander de veiller à ce que leurs droits soient respectés. L’organisation n’avait pas reçu de réponse.

Reporters sans frontières
Communiqué de presse
7 janvier 2009
GABON

Ambroise PIERRE
Bureau Afrique / Africa Desk
Reporters sans frontières / Reporters Without Borders
47, rue Vivienne
75002 Paris, France
Tel : (33) 1 44 83 84 76
Fax : (33) 1 45 23 11 51
Email : afrique@rsf.org / africa@rsf.org
Web : www.rsf.org


SUR LE MÊME SUJET
La Coalition de la Société Civile par la voix de son porte parole, Guy René Mombo Lembomba a fustigé ce lundi à Libreville le comportement de certains de leurs membres qui selon eux, sème la confusion au sein des organisations de la société civile. Ce comportement concourt à jeter l’opprobre sur la société civile en appelant les populations à l’incivisme et programmer le chaos. Dans son allocution, le porte parole a indiqué qu’«il avait été convenu que les prochaines élections au Gabon s’organiseraient autour de la crédibilité et de la transparence. Condition sine qua non et gage d’un réel développement du ...
Lire l'article
Côte d’Ivoire: Amnesty dénonce un “climat de peur” qui empêche le retour des déplacés
Dans un rapport publié ce jeudi, Amnesty International dénonce "un climat de peur" entretenu par les Forces républicaines de Côte d'Ivoire et les milices pro-Ouattara qui empêcherait des centaines de milliers de déplacés de rentrer chez eux. "Nous voulons rentrer chez nous mais nous ne pouvons pas." Le dernier rapport d'Amnesty International sur la Côte d'Ivoire - le quatrième publié en 2011 - tire son titre du témoignage d’un déplacé. Amnesty y dénonce les graves violations et atteintes aux droits humains commises dans le pays depuis l’arrestation de l’ancien président Laurent Gbagbo, en avril dernier, qui empêchent les populations ayant ...
Lire l'article
Reporters sans frontières(RSF) a demandé, ce jeudi, la « remise en liberté immédiate de Jean-Yves Ntoutoume, directeur de publication du journal indépendant Le Temps, incarcéré à Libreville depuis le 26 octobre 2010, pour non paiement de l’intégralité d'une amende », selon un communiqué, signé d’Ambroise Pierre du Bureau Afrique de RFS, reçu à Gabonews. « Le journaliste est privé de sa liberté pour n'avoir jamais pu s'acquitter de l'intégralité d'une amende qui lui avait été infligée, il y a six ans », explique RSF qui note : « «cet incident relance le débat sur la dépénalisation des ...
Lire l'article
Dans un communiqué diffusé le 28 août dernier, l'Organisation internationale de protection de liberté de la presse, Reporters sans frontières (RSF) a violemment dénoncé les mesures entérinées par le gouvernement gabonais pour restreindre notamment l'accès des journalistes aux bureaux de vote le jour du scrutin de l'élection présidentielle du 30 août prochain. «Accès restreint des journalistes aux bureaux de vote, sévères mises en garde, intimidations, refus d’accréditations pour certains médias étrangers : le pouvoir en place à Libreville utilise tous les moyens à sa disposition pour s’assurer un contrôle strict sur l’information», dénonce RSF. «Les autorités gabonaises doivent comprendre que, par leur ...
Lire l'article
Reporters sans frontières est consternée par la décision arbitraire de la vice-ministre de l'Information, Purita Opo Barila, rendue publique le 19 janvier 2009, de licencier quatre journalistes de la radio-télévision d'Etat RTVGE, pour "insubordination" et "manque de zèle". "La Guinée équatoriale est l'un de ces pays africains dont on ne sait rien, ou presque, cer les autorités font tout pour cacher la triste réalité. Depuis des années, le président Teodoro Obiang Nguema s'y comporte en despote tandis que son gouvernement, méprisant la population, étouffe toute tentative d'expression indépendante, sans que la communauté internationale ne s'en émeuve. L'incident de la RTVGE ...
Lire l'article
Communiqués de Presse
A partir de cette page, vous pouvez accéder à toutes les informations relatives aux activités de la Coalition du Refus, y compris le programme du meeting de Paris. Voir Communqué de presse de lancement. Voir Le Programme Meeting de Paris Principes et Préambule Charte du Refus Devenir membre signataire de la Charte Activités et News de la Coalition Ci-dessous, lisez le Communiqué de presse ayant marqué le lancement de la Coalition du Refus le 18 janvier 2009 Communiqué de Presse COALITION GABONAISE DU REFUS ET DE SALUT NATIONAL Suite aux arrestations arbitraires dont de dignes membres de la société civile gabonaise ont fait ...
Lire l'article
Le ministre de l'intérieur, chargé de l'immigration, André Mba Obame a apporté vendredi au cours d'un point de presse des éclaircissements sur l'affaire des trois leaders de la société civile gabonaise mis en détention. « L'ordre public et la sécurité de notre pays étant en cause, j'ai cru utile, en ma qualité de Ministre en charge de ces questions, d'apporter à l'opinion nationale et internationale les informations devant permettre à chacun et à tous d'être objectivement fixés. Cette démarche me paraît d'autant plus opportune qu'il apparaît clairement que notre pays est réellement la victime d’une tentative de déstabilisation par ...
Lire l'article
Six figures de la société civile gabonaises, parmi lesquelles se trouve un signataire de la plainte déposée en France mettant en cause le patrimoine immobilier du président Omar Bongo Ondimba, ont été interpellées mardi 30 et mercredi 31 décembre 2008, à Libreville (Gabon). Mardi 6 janvier au matin, trois d'entre eux demeuraient détenus par la police judiciaire pour des motifs qui n'ont pas été signifiés. Alors que la loi gabonaise fixe à 48 heures la durée de la garde à vue, le ministre de l'intérieur André Mba Obame a déclaré lundi à l'AFP que "les jours non ouvrables" incluant "le 1er ...
Lire l'article
Bruno Ben Moubamba, responsable en Europe d'un réseau d'ONG gabonaises, a dénoncé lundi dans une lettre au Parlement européen une campagne de "répression" contre la société civile au Gabon, après l'interpellation le 31 décembre de plusieurs leaders d'ONG, toujours détenus. "La répression vient encore une fois de s'abattre sur la société civile gabonaise (...). Aucun mandat d'arrêt n'a été émis et ces arrestations sont donc totalement illégales", écrit M. Ben Moubamba, porte-parole en Europe d'Acteurs libres de la société civile gabonaise. Il proteste contre les interpellations de Marc Ona Essangui et Georges Mpaga, figures de la société civile, et de Gregory ...
Lire l'article
Deux journalistes gabonais sont détenus depuis le 30 décembre à la Police judiciaire de Libreville, où les ont rejoints le lendemain trois leaders d'ONG et un Gabonais associé à une plainte visant notamment le président gabonais, a appris l'AFP vendredi de sources concordantes. Ces informations, rapportées par les rédactions des deux journalistes et des ONG françaises, ont été confirmées par le ministre gabonais de l'Intérieur, André Mba Obame, qui assuré que leurs droits étaient "respectés".   Gaston Asseko, directeur technique de la radio Saint-Marie appartenant à l'église actholique, et Dieudonné Koungou, journaliste au bimensuel privé Tendance Gabon, ont été interpellés le 30 décembre ...
Lire l'article
La société civile gabonaise fustige le comportement de certains de ses membres
Côte d’Ivoire: Amnesty dénonce un “climat de peur” qui empêche le retour des déplacés
Média : Reporters sans frontières demande la « remise en liberté immédiate de Jean-Yves Ntoutoume
Gabon : Reporters sans frontières dénoncent le black out sur les élections
Quatre journalistes licenciés pour “manque de zèle”: Reporters sans frontières dénonce les méthodes absurdes d’un régime despotique
Communiqués de Presse
Gabon: Affaire des détenus de la société civile gabonaise: André Mba Obame fait la lumière
Trois leaders de la société civile gabonaise sont détenus par la police
Gabon: un responsable d’ONG dénonce la “répression” contre la société civile
Gabon: des leaders d’ONG toujours détenus, de même que deux journalistes

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 7 Jan 2009
Catégorie(s): Communiqués,Médias,Politique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*