Socialisez

FacebookTwitterRSS

Meilleurs voeux de Bongo au Gabon: cinq opposants en prison

Auteur/Source: · Date: 7 Jan 2009
Catégorie(s): Société

Omar Bongo a toujours eu le sens du timing. Mercredi 31 décembre, le président gabonais a donc profité du réveillon pour jeter en prison une brochette d’opposants de la société civile. Leur point commun? Avoir porté ces derniers mois la cupidité du régime et de ses affidés devant la justice française. Une coalition d’ONG réclame leur libération.

A Libreville, la rumeur des maquis disait Omar Bongo furieux de la plainte lancée en France sur ses biens mal acquis. Une plainte relayée par plusieurs ONG, françaises et gabonaises. Comme celle de Marc Ona Essangui, Coordinateur de la campagne Publiez Ce Que Vous Payez(PCQVP), qui milite pour une gestion transparente des revenus des industries extractives.

Rue89 l’avait filmé à Paris lors d’une action symbolique menée devant un hôtel particulier du président gabonais. Marc Ona rappelait alors un “effet de la mondialisation, qui est que quand votre voisin pleure, c’est celui d’à côté qui prend le relais”. Mercredi dernier, 31 décembre, la police a donc lancé un coup de filet contre trois acteurs de la société civile et deux journalistes. Tous incarcérés pour… un motif encore inconnu. Ils devaient être déférés au parquet dans la soirée de mardi.

En arrière-plan, la fortune de Bongo et les dérapages des huiles du régime

Alertées dans la journée, les ONG françaises ont eu du mal à obtenir des informations durant le long week-end de trève de fin d’année. Vendredi 2 janvier, le ministère français des Affaires étrangères commente mollement l’affaire lors du point presse:

“Nous considérons d’une part qu’il faut respecter les procédures de justice mais d’autre part, nous rappelons notre attachement au rôle de la société civile.
Nous venons d’avoir notre ambassade qui suit attentivement cette situation pour tenter de comprendre ce qui se passe. Ces personnes font, semble-t-il, l’objet d’une garde à vue, nous attendons de voir comment les choses vont évoluer. Nous suivons attentivement cette affaire.”

En fait, les militants et les deux journalistes sont retenus au commissariat central de Libreville. Un lieu de sinistre réputation où les policiers ont parfois la main lourde sur les suspects. Sans compter l’effroyable dépôt du sous-sol, aux conditions d’hygiène déplorables.

Aucun avocat ne peut les voir. Leurs familles grapillent les informations au compte-goutte. L’un d’eux aurait été sérieusement tabassé par les policiers.
Lundi 5 janvier, Sherpa, Transparency international, Amnesty, la FIDH et cinq autres associations ont finalement décidé de dénoncer collectivement les “persécutions exercées sur ces personnes”, dont “le seul tort est de réclamer l’application au Gabon des règles de bonne gouvernance édictées par les institutions internationales auxquelles le pays adhère, c’est-à-dire la transparence et la probité dans la gestion des deniers publics”.

De son côté, Survie condamne une “opération coup de poing” et une “prise d’otage” de la société civile.

Un régime à bout de souffle, sur fond de crise sociale profonde

Après 41 ans de règne sans partage, il est certain que le régime Bongo n’est plus au meilleur de sa forme. Depuis septembre, les enseignants sont en grève. Un mouvement qui est en train de s’étendre au reste de la fonction publique.

Pour Marcel Libama, membre du Front des organisations de la société civile pour la lutte contre la pauvreté au Gabon, les militants issus de la société civile ont donc remplacé l’opposition politique (inexistante) comme relais des frustrations d’une population confrontée à la crise. C’est aussi la raison pour laquelle Omar Bongo les a visés. 


SUR LE MÊME SUJET
Que retenir du meeting des opposants ?
Tous les leaders de l’Opposition gabonaise étaient présents samedi dernier au meeting tenu à la place dite de Tolérance au quartier Rio dans le 3ème Arrondissement de Libreville, pour mobiliser leur base sur leur slogan du moment : « pas de biométrie, pas d’élection ». A constaté un journaliste d’Infos Gabon. Les leaders de la société civile dite libre se sont joints à l’Opposition au cours de ce meeting qui n’a pas mobilisé un grand monde. « Pas de biométrie, pas d’élection », ont clamé tour à tour Jules Bourdès Ogouliguendé (CDJ), Paulette Oyane (société civile), Thomas Ibinga (UPG), Zacharie Myboto ...
Lire l'article
Cinq ressortissantd Chinois poursuivis depuis quelques mois pour pratique illégale de pêche en zone protégée, au large de l’île Mandji, dans la province de l’Ogooué Maritime, ont été condamnés à 3 mois de prison assortie d’une amende de 3 millions de francs CFA, par le tribunal de première instance de Port-Gentil; ils réfléchissent à l’opportunité de faire appel. Les cinq ressortissants Chinois, Yu Jing Quan, Qu Quoquin,Son Yi Yen, Yu Hong Shan et Zhang Tianxian, reconnus coupables de pratique de pêche illégale en zone protégée au large de Port-Gentil, ont été condamnés jeudi dernier par le tribunal de première instance ...
Lire l'article
Le ministère de l’Education nationale a placé l’année scolaire 2010-2011 sous le signe de l’excellence. C’est dans ce cadre que ce département ministériel procédera le 28 octobre au Lycée Léon Mba de Libreville à la décoration des enseignants ayant participé aux états généraux de l’Education. Une mesure qui vise, selon le ministre, à revaloriser la fonction enseignante et à accroitre le rendement scolaire. Le ministère de l’Education nationale va procéder le 28 octobre au Lycée Léon Mba de Libreville, à une double cérémonie qui s’inscrit dans le cadre de «la mise en œuvre progressive du processus amorcé ...
Lire l'article
Pour les opposants à Ali Bongo, l'espoir n'aura que peu duré. Après quarante-deux ans de règne d'Omar Bongo, beaucoup de Gabonais pensaient que la première élection après la mort de l'ancien leader serait l'occasion d'une changement à la tête de l'Etat. Ils ont vécu l'annonce des résultats favorables à Ali Ben Bongo comme un choc. Après des émeutes à Libreville et à Port-Gentil, le calme semble revenu dans le pays. Mardi, les concurrents d'Omar Bongo lors du scrutin ont tenu une conférence de presse commune pour demander un recompte des voix. Ils ont aussi prévu d'appeler à des "actions graduelles" pour ...
Lire l'article
Les responsables du Trésor public avaient été abusés il y a plusieurs mois par un cabinet de Consulting désigné pour la livraison d’une quinzaine de fourgons blindés destinés à l’escorte des fonds publics. Son patron, Félix Bongo a été interpellé le mardi dernier à Cergy, dans la banlieue parisienne avant d’être écroué à la prison de Bois d’Arcy.Le Bois-d’Arcy est une commune du département des Yvelines, dans la région Île-de-France, en France, située à environ neuf kilomètres à l’ouest de Versailles. M. Bongo qui faisait l’objet d’un mandat d’arrêt international délivré en 2008 par la justice gabonaise, était poursuivi pour des ...
Lire l'article
Huit jours après leur arrestation à Libreville, trois responsables d'organisations gabonaises militant contre l'utilisation opaque des revenus du pétrole, un journaliste d'une radio catholique ainsi qu'un gendarme ont été finalement informés de la nature de l'infraction qui leur est reprochée, mercredi 7 janvier, et écroués. Les autorités leur reprochent d'avoir détenu "un document en vue de sa diffusion dans un but de propagande" et d'avoir ainsi "incité à la révolte contre les autorités", délits passibles d'une peine maximum de cinq années de prison. Gregory Ngbwa, qui s'est associé à la plainte déposée à Paris contre les "biens mal acquis" visant notamment ...
Lire l'article
Extrait (audio)d'un discours du Dictateur Gabonais sur ses opposants. Le despote à vie du Gabon menace ses opposants en les prévenant de ne jamais lui "pointer du doigt" car, lui, quand il voit un doigt pointé sur lui par un opposant, il devient féroce comme un chien et se met à mordre des doigts un peu partout comme un forcené. On voit maintenant pourquoi il manque des doigts à Mba Abessole et Pirerre Mamboundou. Bongo les leur a mordus, coupés, puis croqués avec ses canines. Ecoutez vous-mêmes et vous serez édifiés.
Lire l'article
C'est avec des mots très souvent entendus depuis quelques semaines que le Président s'est adressé au peuple gabonais. Beaucoup de promesses d'épuration aux relents patriotiques et quelques critiques à l'opposition qui a refusé de participer au "nouveau" gouvernement déjà baptisé Éyéghé Ndong III.    Se référant à Léon Mba, au slogan "Gabon d'abord" et à quelques roitelets honnis (qu'on se garde bien de nommer dans la mouvance gouvernementale), le Président a repris avec moins d'agressivité les thèmes de son discours étonnant du 1er décembre 2007 : la corruption a gangrené le développement du pays, l'éthique et le patriotisme oubliés par certains sont ...
Lire l'article
Pierre Emangongo Le Potentiel (Kinshasa) Le président gabonais Omar Bongo Ondimba menace d'interdire la sortie des opposants à l'étranger où ils se permettent de le critiquer. Cette sanction concerne implicitement les partis d'opposition dont le mouvement «Bongo doit partir» (Bdp-Gabon nouveau), rapporte le journal Le Point citant une agence privée Gabonews. Cependant, un analyste déplore le fait que le président Bongo ignore le rôle des avis contradictoires dans le jeu démocratique. Le président gabonais Omar Bongo Ondimba a annoncé son intention d'interdire aux représentants de l'opposition de quitter le Gabon, dénonçant ceux qui vont «à l'extérieur pour dénigrer les gens, les insulter», a ...
Lire l'article
Le président gabonais, Omar Bongo Ondimba a demandé dimanche à son ministre de l'immigration de ne plus délivrer de passeport aux opposants pendant la période qui précède l'élection présidentielle de fin 2005, a appris un journaliste de GABONEWS. « Ils vont à l'étranger pour organiser des conférences de presse et insulter les autres », s'est indigné le président gabonais. « L'élection se déroulera au Gabon, nous devons donc tous rester ici », a-t-il demandé au ministre de la sécurité publique chargé de l'immigration, Pascal Désiré Missongo dans une déclaration à la presse à l'occasion de son retour à Libreville après sa participation ...
Lire l'article
Que retenir du meeting des opposants ?
Cinq pêcheurs Chinois écopent de 3 mois de prison et d’une amende de 300 millions de francs CFA
Gabon : Moundounga décore ses meilleurs éléments
Au Gabon, la désillusion des opposants à Ali Bongo
Gabon : Félix Bongo, le patron de IN Consulting écroué à la prison de Bois D’Arcy
Gabon: Cinq personnes sont incarcérées pour avoir détenu un document anti-Bongo
Gabon: Omar Bongo, en chien furieux, mord et coupe les doigts de ses opposants
Gabon : Le Président Bongo Ondimba présente des voeux de lutte contre la corruption à la nation… sans convaincre tout à fait
Crise politique au Gabon : Bongo veut refuser le droit de sortie à ses opposants
Gabon : Bongo Ondimba veut interdire la délivrance du passeport aux opposants


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne 3,00 sur 5)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 7 Jan 2009
Catégorie(s): Société
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*