Socialisez

FacebookTwitterRSS

Trois leaders d’Ong au Gabon déférés à la maison d’arrêt

Auteur/Source: · Date: 8 Jan 2009
Catégorie(s): Politique,Société

Les trois leaders des ONG gabonaises ont été finalement déférés mercredi à la maison d’arrêt de Libreville, dont Marc Ona Essangui, coordonnateur de la coalition Publiez ce que vous payez (PCQVP) au Gabon, après leurs interpellations le 31 décembre dernier, a appris APA jeudi de source proche du dossier.

Les trois ont été placés sous mandat de dépôt après avoir été auditionné en fin d’après-midi par le juge d’instruction, a indiqué la source.

Selon de source proche du tribunal de première instance de Libreville, il est reproché à Marc Ona Essangui, Georges Mpaga, président du Réseau des organisations libres de la société civile pour la bonne gouvernance au Gabon (ROLBG) et Grégory Ngwba Mintsa, ancien animateur de la radio Africa n°1, d’avoir soutenu une lettre ouverte au président Bongo Ondimba écrite par Bruno Ben Moubamba, un Gabonais vivant en France.

Grégory Ngwba Mintsa est le gabonais qui s’est officiellement constitué partie civile aux côtés des ONG Transparency international (TI) France et Sherpa dans une plainte déposée au tribunal de Paris visant trois chefs d’Etat africains, dont le gabonais, Omar Bongo Ondimba.

Ces ONG les accuses d’avoir acquis des biens immobiliers en France sur des fonds publics détournés.

Par ailleurs, les avocats français de Transparency international et Sherpa devraient arriver vendredi prochain en vue de défendre ces trois prévenus, a indiqué pour sa part, un proche parent de Marc Ona Essangui.

Mercredi dans la nuit, plusieurs personnes s’étaient rassemblées devant l’entrée de la maison d’arrêt de Libreville, où croupissent désormais les membres de la société civile.

« Nous sommes là pour accompagner nos parents qui ont été arrêtés sans raison », a lancé quelqu’un dans la foule.

Par contre, une dame a dit qu’elle est venue apporter un matelas à son frère qui est gendarme également arrêté dans cette affaire.

En revanche, parmi les deux journalistes interpellés le même jour que les leaders de la société civile, un a été libéré (Gaston Asséko de la radio Sainte-Marie) et l’autre, Léon Dieudonné Koungou, du journal est toujours gardé à vue depuis neuf jours à la police judiciaire.

Selon une source proche du bimensuel Nku’u le Messager, son journaliste Makhy Edzang a été lui aussi arrêté depuis mardi et gardé à la police judiciaire toujours dans le cadre de cette affaire.

Lundi dernier, le ministre gabonais de l’Intérieur, André Mba Obame, interrogé par une radio étrangère sur ces arrestations en cascade, avait déclaré que les membres d’ONG sont des justiciables au même titre que tous les autres citoyens.


SUR LE MÊME SUJET
Arrêt des cours à l’Université Omar Bongo
Suite au mouvement d’humeur déclenché la semaine dernière par les étudiants de l’Université Omar Bongo (UOB), le rectorat a annoncé l’arrêt des cours au sein de l’université à compter du 17 janvier. Face à la persistance de la grève des étudiants de l’Université Omar Bongo (UOB), déclenchée le 11 janvier, le recteur de l’université a annoncé l’arrêt des cours au sein de l’établissement à compter 17 janvier. «Devant l’intransigeance des étudiants, et après un compte rendu fait à monsieur le ministre de l’Éducation nationale et de l’Enseignement supérieur (…), ce dernier s’est personnellement rendu le vendredi 13 janvier 2012, sur le campus ...
Lire l'article
Orhphée Nzamba Boussougou, Marcel Olende Nangaet et Willy Diokoundi Lebendjé, trois tennismen gabonais en mise au vert à Petit-Couronne (nord de la France) dans le cadre de la préparation des jeux africains de Maputo (Mozambique), se sont évanouis dans la nature depuis vendredi dernier, a appris l’AGP. L’absence des trois fugitifs du Centre régional sport et jeunesse de la localité a été constaté par les responsables de la Fédération gabonaise de tennis (FEGATEN) qui ont aussitôt alerté la police municipale pour lancer un avis de recherche. En dépit de la recherche menée par la police, les trois athlètes étaient toujours introuvables, ...
Lire l'article
Trois braconniers dont l’âge varie entre 18 et 25 ans ont été arrêtés en milieu de semaine dans le complexe des aires protégées de Gamba dans le sud-ouest du Gabon, en possession de gibiers dont un gorille à dos argenté, espèce intégralement protégée, a appris l’AGP dimanche de source proche de la brigade de la faune de la localité. Selon la source, les braconniers ont été pris au cours d’une opération de routine menée par le responsable de la brigade de la faune de Sette-Cama, Bio Be Essone 2 et du conservateur du parc de Moukalaba-Doudou. L’opération a permis ...
Lire l'article
Une enfant de 3ans, un officier de la police, une sage femme du Centre de Santé de Tchibanga dans la province de la Nyanga , ont trouvé la mort dans un accident de la circulation le week-end écoulé à 18 km de la ville de Ndendé (Sud du Gabon), rapporte l’AGP. Ce sont le Lieutenant colonel de Police, chef de service de Voie publique, Jean-Jacques Délicat, la Sage-femme du Centre régional de Santé de Tchibanga dans la province de la Nyanga (Sud), Mme Marie Gabrielle Manouga, épouse Dengou et une enfant de 3 ans, Alice de Grâce, qui ont succombé Selon ...
Lire l'article
« Les trois leaders gabonais de la société civile mis en détention au Gabon ont été instrumentalisé par trois ONG occidentales, Transparency, Sherpa et Survie internationale », a estimé vendredi, le ministre gabonaise de l'Intérieure, André Mba Obame, au cours d'un point de presse tenu à Libreville. Selon le ministre gabonais de l'Intérieur, ces Organisations Non Gouvernementales ont recruté des citoyens gabonais en France et au Gabon. « Ces compatriotes ont organisé à travers le pays des réunions secrètes dans des lieux et avec des personnes que nous nous gardons de révéler aujourd'hui », a-t-il indiqué. André Mba Obame a ...
Lire l'article
Trois leaders d'ONG gabonaises, un journaliste et un gendarme, interpellés fin décembre, ont été placés sous mandat de dépôt mercredi, a appris l'AFP auprès de leur avocat alors qu'un autre journaliste a été laissé en liberté provisoire. Marc Ona, considéré comme le porte-parole de la société civile gabonaise, Georges Mpaga, président du Réseau des organisations libres de la société civile pour la bonne gouvernance au Gabon (ROLBG), et Gregory Ngbwa Mintsa, Gabonais associé à une plainte d'ONG françaises visant les présidents gabonais, congolais et équato-guinéen quant à l'acuisition de biens en France, ont été placés sous mandat de dépôt et transférés ...
Lire l'article
Six figures de la société civile gabonaises, parmi lesquelles se trouve un signataire de la plainte déposée en France mettant en cause le patrimoine immobilier du président Omar Bongo Ondimba, ont été interpellées mardi 30 et mercredi 31 décembre 2008, à Libreville (Gabon). Mardi 6 janvier au matin, trois d'entre eux demeuraient détenus par la police judiciaire pour des motifs qui n'ont pas été signifiés. Alors que la loi gabonaise fixe à 48 heures la durée de la garde à vue, le ministre de l'intérieur André Mba Obame a déclaré lundi à l'AFP que "les jours non ouvrables" incluant "le 1er ...
Lire l'article
Deux journalistes gabonais sont détenus depuis le 30 décembre à la Police judiciaire de Libreville, où les ont rejoints le lendemain trois leaders d'ONG et un Gabonais associé à une plainte visant notamment le président gabonais, a appris l'AFP vendredi de sources concordantes. Ces informations, rapportées par les rédactions des deux journalistes et des ONG françaises, ont été confirmées par le ministre gabonais de l'Intérieur, André Mba Obame, qui assuré que leurs droits étaient "respectés".   Gaston Asseko, directeur technique de la radio Saint-Marie appartenant à l'église actholique, et Dieudonné Koungou, journaliste au bimensuel privé Tendance Gabon, ont été interpellés le 30 décembre ...
Lire l'article
Cinq Gabonais ont été déférés au Parquet à Libreville et incarcérés pour avoir distribué des tracts critiquant le président Omar Bongo, a-t-on appris mercredi de source judiciaire. Cinq personnes ont été surprises début juillet vers 3h du matin en train de distribuer des tracts hostiles au président Bongo "pour perturber le meeting" du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir) qui tient son 8ème congrès le week-end prochain, a affirmé cette source proche du parquet. Ils auraient reconnu les faits et ont été déférés au parquet vendredi avant d'être incarcérés, a-t-on précisé de même source. Ces hommes se réclament du mouvement Bongo doit partir ...
Lire l'article
C?est vendredi 11 juillet 2003 que Mr. Hugues Bessaques, Président du Comité de Coordination Nationale du BDP-Gabon Nouveau a de nouveau été arrêté par les services secrets du régime, portant ainsi à cinq le nombre de militants BDP incarcérés pour délit d'opinion politique dans un pays où le régime Bongo ne cesse de clamer que le Gabon est un pays démocratique. Mr. Bessacque rejoint ainsi en prison les militants BDP?Messieurs Brice Obanda, Gervais Amogo, Abdul Allogo Mintsa et Pascal Nkoulou?arrêtés dans la nuit de vendredi 4 juillet dernier, sans qu'il ne leur ait été donné l'opportunité d'assurer leur défense ou de ...
Lire l'article
Arrêt des cours à l’Université Omar Bongo
Trois tennismen gabonais en mise au vert en France prennent la clé des champs
Trois braconniers arrêtés dans les aires protégées de Gamba en possession de gibiers
Ndendé : Trois morts, dont une enfant de trois ans, dans un accident de la circulation
Gabon: Le gouvernement gabonais estime que les trois leaders de la société civile détenus ont été instrumentalisés par des ONG occidentales
Gabon: trois leaders d’ONG, un journaliste et un gendarme écroués
Trois leaders de la société civile gabonaise sont détenus par la police
Gabon: des leaders d’ONG toujours détenus, de même que deux journalistes
Distribution de tracts: cinq Gabonais déférés au Parquet et incarcéré
Communiqué : Militants BDP-Gabon Nouveau déférés pour outrage au chef de l’Etat

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 8 Jan 2009
Catégorie(s): Politique,Société
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*