Socialisez

FacebookTwitterRSS

Avocat français empêché d’aller au Gabon: “coup de force”, selon deux ONG

Auteur/Source: · Date: 9 Jan 2009
Catégorie(s): Monde

Deux ONG, Sherpa et Transparence International, ont dénoncé vendredi à Paris un “coup de force” de Libreville qui a interdit à un avocat français de se rendre au Gabon, et demandé au gouvernement français de “faire respecter” la convention d’entraide judiciaire entre les deux pays.

Me Thierry Lévy devait se rendre à Libreville pour défendre cinq Gabonais incarcérés pour “propagande” après avoir réclamé des comptes sur la gestion financière de leur pays. Mais la police aux frontières à l’aéroport parisien de Roissy l’a “empêché” jeudi matin d’embarquer après l’annulation de son visa par l’ambassade du Gabon.

“Nous sommes en présence d’un coup de force qui ne peut pas être toléré”, ont dénoncé Sherpa et Transparence International France (TI), lors d’une conférence de presse.

“Libreville a innové. Ce que les dictatures militaires n’ont pas osé faire en Amérique latine, Libreville l’a fait. C’est une méthode expéditive contre les droits de la défense”, se sont indignées les deux ONG à l’origine d’une plainte déposée le 2 décembre à Paris visant notamment le président gabonais Omar Bongo.
La plainte, susceptible de donner lieu à l’ouverture d’une enquête judiciaire, vise outre M. Bongo, les présidents congolais Denis Sassou Nguesso et équato-guinéen Teodoro Obiang Nguema, accusés de posséder en France des biens immobiliers financés par de l’argent public détourné.

Sherpa et TI ont décidé d’adresser une lettre au ministre français des Affaires étrangères Bernard Kouchner pour lui demander de faire “respecter” la convention d’entraide judiciaire entre les deux pays.
Cette convention signée le 22 juillet 1963 garantit aux avocats inscrits au barreau français d’assister et de représenter les parties devant les juridictions gabonaises. Et réciproquement.
“Si Kouchner ne répond pas, on va sonner à la porte de son patron”, le président Nicolas Sarkozy, a déclaré Me William Bourdon, président de Sherpa.

Trois leaders d’ONG gabonaises – dont l’un est associé à la plainte de TI et Sherpa -, un journaliste et un gendarme, interpellés fin décembre, ont été écroués mercredi à Libreville, accusés notamment de “propagande orale ou écrite en vue de l’incitation à la révolte contre les autorités”.
 


SUR LE MÊME SUJET
Les accusations relatives à des détournements de fonds de la Banque des Etats d'Afrique central (BEAC) par le défunt président gabonais Omar Bongo "sont sans fondement", a affirmé jeudi l'avocat parisien de l'actuel président du Gabon, Ali Bongo. Selon des notes diplomatiques américaines divulguées par le site internet Wikileaks, près de 30 millions d'euros auraient été détournés au profit de personnalités gabonaises, dont Omar Bongo lui-même et son fils Ali, ainsi que de partis politiques français. "Un audit a révélé des détournements au préjudice de la BEAC, notamment au niveau de son bureau parisien, ce qui fait que le 19 novembre 2009, ...
Lire l'article
Face à la procédure de redressement judiciaire déclenchée par l’Etat, le repreneur chinois de Plysorol, François Wu, a indiqué à la presse française le 24 mars qu’il comptait abandonner deux des trois sites français de production de la société. Cette démarche confirme les suspicions qui pèsent depuis plusieurs mois sur une opération visant à sacrifier les sites français de production pour mettre la main sur les concessions forestières au Gabon. Les intentions du repreneur chinois de Plysorol se confirment. La société française de contreplaqué vient d’être mise en redressement judiciaire par l’Etat français sur demande de l’URSSAF qui accuse de lourds ...
Lire l'article
lors que les Gabonais aspirent à la démocratie et au changement après les 41 ans de gabegie du règne d’Omar Bongo, Ali Ben Bongo, fils du précédent, vient, non sans difficulté, d’être déclaré vainqueur de l’élection présidentielle au terme d’une mascarade électorale et d’un coup de force qui vise à prolonger la mainmise du clan Bongo sur le pays, avec la bénédiction des autorités françaises. Ali Ben Bongo, fils et ex-ministre de la Défense d’Omar Bongo, également visé en France par une plainte sur les " biens mal acquis ", a été déclaré vainqueur de l’élection présidentielle gabonaise du 30 ...
Lire l'article
17 des 18 candidats à l'élection présidentielle du 30 août se sont réunis le 4 septembre dernier au sein du Front de refus du coup de force électoral pour protester contre les résultats officiels proclamant Ali Bongo Ondimba, candidat du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir), président de la République élu avec 41,73% des suffrages. Dans le communiqué que nous publions in extenso, les candidats dénoncent un «hold-up électoral» du parti au pouvoir et les violences policières contre les populations et les candidats. © upg-gabon ; Les candidats marchent pour appeler Ali Bongo à la démission ...
Lire l'article
Ali Ben Bongo, fils et ex-ministre de la Défense d’Omar Bongo, également visé en France par une plainte sur les “ biens mal acquis ”, a été déclaré vainqueur de l’élection présidentielle gabonaise du 30 août dernier avec 41,73% des voix devant ses deux principaux concurrents André Mba Obame (25, 88%) et Pierre Mamboundou (25, 22%). Annoncés non sans atermoiements par la Commission électorale nationale autonome et permanente (CENAP, en grande partie composée de membres du Parti démocratique gabonais, au pouvoir) et surtout par l’actuel ministre de l’Intérieur (également PDGiste), ces résultats contredisent toutes les estimations qui donnent, procès-verbaux des décomptes ...
Lire l'article
L’Observatoire pour la protection des défenseurs des droits de l’Homme, programme conjoint de la Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme (FIDH) et de l’Organisation mondiale contre la torture (OMCT), dénonce vivement les graves entraves à la liberté de mouvement d’un avocat français, qui devait représenter, en coopération avec un avocat gabonais, cinq défenseurs des droits de l’Homme dont quatre restent arbitrairement détenus depuis fin décembre 2008. Le 8 janvier 2009, les autorités gabonaises ont procédé à l’annulation du visa de Me Thierry Lévy, avocat au Barreau de Paris, alors qu’il s’apprêtait à embarquer pour Libreville afin de représenter - ...
Lire l'article
Le ministre gabonais de l'Intérieur, André Mba Obame, a affirmé vendredi qu'on faisait un "faux procès" à son pays quant à l'annulation du visa de l'avocat français Thierry Lévy qui voulait se rendre à Libreville, assurant que son dossier était "incomplet". Me Lévy devait se rendre à Libreville pour défendre cinq Gabonais incarcérés pour "propagande" après avoir réclamé des comptes sur la gestion financière de leur pays. Mais la police aux frontières à l'aéroport parisien de Roissy l'a "empêché" jeudi matin d'embarquer après l'annulation de son visa par l'ambassade du Gabon. "Une demande de visa ne peut pas seulement comporter un certificat ...
Lire l'article
Un avocat français, Me Thierry Lévy, empêché jeudi par la police française à la demande de l'ambassade du Gabon à Paris de s'envoler à destination de Libreville pour y défendre des militants des droits de Homme arrêtés fin décembre, a dénoncé mercredi un "coup de force" intolérable et s'apprête à saisir le ministre des Affaires étrangères Bernard Kouchner, a-t-il indiqué lors d'une conférence de presse vendredi à Paris. L'avocat a expliqué que la Police aux frontières (PAF) était venue le chercher en salle d'embarquement alors qu'il s'apprêtait à monter dans l'avion. Les fonctionnaires lui ont indiqué que son visa, délivré par ...
Lire l'article
L'avocat français Thierry Lévy, un des défenseurs des Gabonais écroués mercredi pour "propagande", était "empêché" jeudi en milieu de matinée par la police aux frontières (PAF) à l'aéroport parisien de Roissy de prendre l'avion pour Libreville, rapporte l'AFP qui cite l'intéressé. Selon Me Lévy, la PAF l'a prévenu que son visa d'une durée de quatre jours, qui lui avait été délivré mardi par l'ambassade du Gabon à Paris, venait d'être annulé par l'ambassade. Me Lévy, qui assure n'avoir reçu aucune notification par l'ambassade de l'annulation, a affirmé que la PAF lui avait formellement interdit de monter dans l'avion pour la capitale gabonaise. Trois ...
Lire l'article
L'avocat Thierry Lévy, défenseur des Gabonais écroués mercredi pour "propagande", a été "empêché" jeudi en fin de matinée par la police aux frontières (PAF) à Roissy de prendre l'avion pour Libreville qui est parti sans lui, a-t-il affirmé à l'AFP. Selon Me Lévy, la PAF l'a prévenu que son visa d'une durée de quatre jours, qui lui avait été délivré mardi par l'ambassade du Gabon à Paris, venait d'être annulé par l'ambassade. Me Lévy, qui assure n'avoir reçu aucune notification par l'ambassade de l'annulation, a affirmé que la PAF lui avait formellement interdit de monter dans l'avion pour la capitale gabonaise. ...
Lire l'article
Fonds détournés: accusations “sans fondement”, selon un avocat d’Ali Bongo
Gabon : Plysorol veut se délester de deux de ses sites français
Gabon – Association SURVIE – Coup de Force Africain
Gabon : Les 17 candidats fondent le Front de refus du coup de force électoral
Présidentielle au Gabon : Coup de force françafricain
Un avocat français empêché d’assurer la défense de cinq défenseurs des droits de l’Homme poursuivis au Gabon
Avocat français empêché d’aller au Gabon: dossier incomplet selon Libreville
“Biens mal acquis”: un avocat français empêché de se rendre au Gabon
Gabon/France : Un avocat de détenus gabonais ”empêché” de prendre l’avion pour Libreville
Me Lévy, avocat de détenus gabonais, “empêché” de prendre l’avion pour Libreville


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 9 Jan 2009
Catégorie(s): Monde
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Une Réponse à Avocat français empêché d’aller au Gabon: “coup de force”, selon deux ONG

  1. buyoya

    9 Jan 2009 a 12:37

    on est dans une democrature.cela n est pas etonnant.on ne peut plus, emettre son opinion ,sans risque de tomber, sous le coup d une poursuite judiciare.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*