Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon: Le gouvernement gabonais estime que les trois leaders de la société civile détenus ont été instrumentalisés par des ONG occidentales

Auteur/Source: · Date: 9 jan 2009
Catégorie(s): Politique,Société

« Les trois leaders gabonais de la société civile mis en détention au Gabon ont été instrumentalisé par trois ONG occidentales, Transparency, Sherpa et Survie internationale », a estimé vendredi, le ministre gabonaise de l’Intérieure, André Mba Obame, au cours d’un point de presse tenu à Libreville.

Selon le ministre gabonais de l’Intérieur, ces Organisations Non Gouvernementales ont recruté des citoyens gabonais en France et au Gabon. « Ces compatriotes ont organisé à travers le pays des réunions secrètes dans des lieux et avec des personnes que nous nous gardons de révéler aujourd’hui », a-t-il indiqué.

André Mba Obame a indiqué qu’il était avéré que ces actions entreprises sur le territoire national et à l’extérieure sur le mandat d’organisation étrangers et avec le financement de ces organisations étrangers visent clairement à provoquer le soulèvement de la population contre le Chef de l’Etat gabonais.

Le ministre a révélé que des informations connues font état des tentatives similaires d’enrôlement des gabonais, en vue de dépôt de nouvelles plaintes, en Afrique du Sud, à Bruxelles et à Londres.

« Ces actions doivent de ce fait être considérées comme des menées subversives, donc comme des actes visant à inciter à la révolte contre la personne et l’autorité du Chef de l’Etat », a-t-il confirmé.

Ainsi, Monsieur Mba Obame pense que les auteurs de ces faits cherchent la déstabilisation du régime politique du Gabon donnant ainsi lecture des dispositions du code pénal gabonais prévues contre ces actes.

Le ministre a souligné que les 72 ONG que comptent le Gabon ont indiqué qu’elles ne se reconnaissaient pas dans cette tentative téléguidée depuis Paris, par les organisations Sherpa, Survie et Transparency France visant à faire croire à une adhésion massive de la société civile gabonaise à leur « manœuvre de déstabilisation de notre pays ».

Selon des articles du code pénal gabonais cités par le ministre, on parle d’une tentative à la révolte contre la personne du Chef de l’Etat, réception des fonds de l’étranger en vue d’une opération visant à déstabiliser les institutions du pays, complot pour attentat, désobéissance civile et détention de documents compromettants.

Des délits punis de peines pouvant aller jusqu’à 5 ans de prison et 250.000 francs CFA d’amende.

Messieurs Gregory Ngbwa Mintsa, plaignant dans l’affaire des « Biens mal acquis » initiée en France, Marc Ona Essangui, coordinateur pour le Gabon de la campagne « Publiez ce que vous payez » (PCQVP), Georges Mpaga, président du Réseau des Organisations libres de la bonne gouvernance au Gabon (ROLBG), ont été interpellés depuis le 31 décembre 2008 et placés sous mandat de dépôt depuis mercredi 7 janvier 2009.

Quant à Dieudonné Koungou, journaliste au bimensuel privé, Tendance Gabon, qui a été accusé de « détention d’un document en vue de propagande orale ou écrite en vue d’incitation à la révolte contre l’autorité de l’Etat », il a été laissé en liberté provisoire selon son avocat.

Pour conclure, le ministre de l’Intérieur, André Mba Obame, a noté que « le harcèlement judiciaire dont est victime le chef de l’Etat en France notamment cache autre chose », avant d’inviter les membres de la société civile gabonaise qui veulent s’engager en politique à « faire tomber les masques ».

Le 2 décembre 2008, Transparency International et le réseau de juristes Sherpa avaient déposé à Paris, une plainte contre X visant trois chefs d’Etat africains qu’ils accusaient de posséder en France des biens immobiliers financés par de l’argent public détourné. Cette plainte visait en l’occurrence des chefs d’Etat du Gabon, Omar Bongo Ondimba, du Congo Brazzaville, Dénis Sassou Nguesso, et de la Guinée Equatoriale, Téodoro Obiang Nguema, accusés de «recel, détournement de fonds publics, blanchiment, abus de bien social, abus de confiance et complicités».

Dans la foulée, la Fondation Omar Bongo Ondimba pour la paix avait affirmé à travers un communiqué de presse avoir porté plainte au parquet de Libreville, le lundi 15 décembre, contre les organisations non gouvernementaux (ONG) Transparancy international et Sherpa ainsi qu’à leur complice gabonais.

Conduite par son président, Bilal Christian Ondo Mve, la Fondation Omar Bongo Ondimba, a dénoncé des «déclarations diffamatoires et intempestives prononcées à travers les plaintes abusives et vexantes, en prétendant que le parrain de la fondation, Omar Bongo Ondimba (…), a acheté des biens personnels avec les fonds du contribuable gabonais». L’association gabonaise a estimé que ces «déclarations sont de nature à compromettre la paix sociale dans laquelle vivent les Gabonais ». 


SUR LE MÊME SUJET
La plate-forme Transparence et Gouvernance Démocratique au Gabon (TGD-Gabon), représentée par son coordinateur, Christian Abiaghé Ngomo, vient de condamner au cours d’une conférence de presse, les dérives de certains acteurs de la société civile caractérisée par leur tendance à se laisser instrumentalisés par des fractions politiques. Devant la menace d’instabilité imputable à une frange d’activistes soumis aux partis politiques de l’opposition engagée dans la campagne « ça suffit comme ça », les acteurs de la société civile membre de la plate forme TGD, ont émis de « sérieuses » réserves quant à la représentativité des dits activistes. Au nom ...
Lire l'article
Plusieurs fois reporté, le procès opposant Marc Ona Essangui, un des leaders de la société civile au ministre gabonais de l’Intérieur, André Mba Obame s’ouvre finalement ce mardi au tribunal de première instance de Libreville, a appris l’AGP de source proche du dossier. M. Ona Essangui avait porté plainte en août dernier contre le ministre de l’Intérieur suite à son interdiction de quitter le territoire alors qu’il devait se rendre aux Etats-Unis pour une conférence sur la transparence des contrats. M. Ona Essangui avait estimé que l’interdiction qui lui avait été faite de sortir du Gabon est un harcèlement. Pour sa part M. ...
Lire l'article
Le ministre de l'intérieur, chargé de l'immigration, André Mba Obame a apporté vendredi au cours d'un point de presse des éclaircissements sur l'affaire des trois leaders de la société civile gabonaise mis en détention. « L'ordre public et la sécurité de notre pays étant en cause, j'ai cru utile, en ma qualité de Ministre en charge de ces questions, d'apporter à l'opinion nationale et internationale les informations devant permettre à chacun et à tous d'être objectivement fixés. Cette démarche me paraît d'autant plus opportune qu'il apparaît clairement que notre pays est réellement la victime d’une tentative de déstabilisation par ...
Lire l'article
Les trois leaders des ONG gabonaises ont été finalement déférés mercredi à la maison d’arrêt de Libreville, dont Marc Ona Essangui, coordonnateur de la coalition Publiez ce que vous payez (PCQVP) au Gabon, après leurs interpellations le 31 décembre dernier, a appris APA jeudi de source proche du dossier. Les trois ont été placés sous mandat de dépôt après avoir été auditionné en fin d’après-midi par le juge d’instruction, a indiqué la source. Selon de source proche du tribunal de première instance de Libreville, il est reproché à Marc Ona Essangui, Georges Mpaga, président du Réseau des organisations libres de la société ...
Lire l'article
Reporters sans frontières exprime sa très profonde inquiétude après l'interpellation et la détention prolongée, au siège de la Police judiciaire (PJ) de Libreville, de deux journalistes et de plusieurs membres éminents de la société civile gabonaise. Tous sont détenus depuis une semaine, au-delà de la durée légale d'une garde à vue au Gabon, sans qu'aucun motif n'ait été fourni pour justifier leur arrestation. Ces derniers jours, plusieurs journalistes ont été convoqués et entendus à la PJ dans la même affaire. "Ce climat de peur, dont l'ampleur et la gravité sont sans précédent au Gabon depuis plusieurs années, est le signe qu'une ...
Lire l'article
Six figures de la société civile gabonaises, parmi lesquelles se trouve un signataire de la plainte déposée en France mettant en cause le patrimoine immobilier du président Omar Bongo Ondimba, ont été interpellées mardi 30 et mercredi 31 décembre 2008, à Libreville (Gabon). Mardi 6 janvier au matin, trois d'entre eux demeuraient détenus par la police judiciaire pour des motifs qui n'ont pas été signifiés. Alors que la loi gabonaise fixe à 48 heures la durée de la garde à vue, le ministre de l'intérieur André Mba Obame a déclaré lundi à l'AFP que "les jours non ouvrables" incluant "le 1er ...
Lire l'article
Deux journalistes gabonais sont détenus depuis le 30 décembre à la Police judiciaire de Libreville, où les ont rejoints le lendemain trois leaders d'ONG et un Gabonais associé à une plainte visant notamment le président gabonais, a appris l'AFP vendredi de sources concordantes. Ces informations, rapportées par les rédactions des deux journalistes et des ONG françaises, ont été confirmées par le ministre gabonais de l'Intérieur, André Mba Obame, qui assuré que leurs droits étaient "respectés".   Gaston Asseko, directeur technique de la radio Saint-Marie appartenant à l'église actholique, et Dieudonné Koungou, journaliste au bimensuel privé Tendance Gabon, ont été interpellés le 30 décembre ...
Lire l'article
Trois responsables d'ONG gabonaises, ainsi qu'un Gabonais associé à la plainte devant la justice française relative notamment au patrimoine en France du président gabonais Omar Bongo Ondimba, ont été interpellés mercredi à Libreville, a-t-on appris de sources concordantes. Les personnes interpellées sont notamment Marc Ona Essangui, Georges Mpaga et Alain Moupopa, trois figures de la société civile au Gabon, d'après un proche de M. Ona Essangui et deux ONG françaises, Transparence International France (TI) et Sherpa, qui ont déposé le 2 décembre à Paris une plainte contre M. Bongo et les présidents congolais Denis Sassou Nguesso et équato-guinéen Teodoro Obiang Nguema. Gregory ...
Lire l'article
Communiqué : Le BDP-Gabon Nouveau condamne le terrorisme d’état au Gabon et exige la libération immédiate de Marc Ona Essangui et des leaders de la société civile incarcérés
C'est avec consternation et révolte que le BDP-Gabon Nouveau constate, une nouvelle fois, l'arrestation arbitraire de Marc Ona Essangui et de ses collègues de la société civile gabonaise par le régime dictatorial d'Omar Bongo. Le BDP-Gabon Nouveau, mouvement de résistance et de libération nationale en exil,  condamne sans détour et avec vigueur cet énième forfait du régime terroriste d'Omar Bongo contre le peuple gabonais, peuple qui depuis 41 ans subit le terroriste d'état d'une mafia criminelle, incapable et  incompétente. C'est ce matin 31 décembre que Messieurs Marc Ona Essangui et ses collègues de la coalition Publiez Ce Que Vous Payez (PCQVP) et ...
Lire l'article
Le gouvernement et la société civile se sont accordés, à l’issue des travaux de validation sanctionnant la validation du Programme national de bonne gouvernance (PNBG), du 16 et 17 septembre dernier, sur l’institutionnalisation d’un cadre de concertation, du rapport final des travaux. Pour Gervais Owanga-Biye rapporteur des travaux, « les experts se sont convenus de l’institutionnalisation d’un cadre de concertation entre le gouvernement et la société civile sur la gestion du pays au sein du Programme national de bonne gouvernance (PNBG) ». Pour cela, a-t-il affirmé, « le gouvernement gabonais devrait consentir 1% du budget national à la société civile en vue ...
Lire l'article
Société / TGD-Gabon condamne les dérives de certains acteurs de la société civile
Gabon: Le procès opposant un leader de la société civile au ministre de l’Intérieur s’ouvre mardi à Libreville
Gabon: Affaire des détenus de la société civile gabonaise: André Mba Obame fait la lumière
Trois leaders d’Ong au Gabon déférés à la maison d’arrêt
Gabon: Plusieurs journalistes et membres de la société civile détenus depuis une semaine : Reporters sans frontières dénonce un climat de peur
Trois leaders de la société civile gabonaise sont détenus par la police
Gabon: des leaders d’ONG toujours détenus, de même que deux journalistes
Gabon: des responsables de la société civile interpellés à Libreville
Communiqué : Le BDP-Gabon Nouveau condamne le terrorisme d’état au Gabon et exige la libération immédiate de Marc Ona Essangui et des leaders de la
Gabon: Le gouvernement et la société civile s’accordent sur l’institutionnalisation d’un cadre de concertation


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading ... Loading ...

Auteur/Source: · Date: 9 jan 2009
Catégorie(s): Politique,Société
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>