Socialisez

FacebookTwitterRSS

Le Gabon se dit être victime d’une tentative de déstabilisation

Auteur/Source: · Date: 9 Jan 2009
Catégorie(s): Politique

Le ministre gabonais de l’Intérieur, André Mba Obame, a indiqué vendredi que son pays était victime d’une tentative de déstabilisation orchestrée par des d’organisations étrangères avec l’appui de Gabonais.

Cette tentative de déstabilisation serait à l’origine de l’arrestation et la détention préventive de cinq Gabonais actuellement écroués à la prison centrale de Libreville. Les Gabonais mis en cause sont Marc Ona Essangui, porte-parole de la coalition Publiez ce que vous payé (PCQVP), Georges Mpaga, un membre de la coalition, Grégory Nbgwa Mintsa, fonctionnaire gabonais qui s’est constitué partie civile dans la plainte de Transparence internationale contre trois chefs d’Etat africains dont le gabonais Omar bongo Ondimba. Les deux autres détenus sont Gaston Asseko, directeur technique de la radio Sainte-Marie et Jean Poaty (gendarme).

Ces Gabonais seraient manipulés par les ONG françaises Transparence internationale, Sherpa et Survie, auteurs de la plainte déposée à Paris en décembre dernier contre les trois chefs d’Etat accusés d’avoir acquis de bien privés avec de l’argent public.

Ces ONG veulent organiser “un vaste mouvement de contestation des institutions gabonaises sur le territoire gabonais et à l’étranger ” pour contraindre la justice française à donner une suite favorable à la 3ème plainte déposée en France, le 2 décembre dernier, a affirmé le ministre gabonais.

“Pour organiser ce mouvement insurrectionnel, ces ONG françaises ont recruté des citoyens gabonais en France et au Gabon”, a indiqué le ministre soulignant que des “réunions secrètes” ont été organisées dans le territoire en présence des personnalités dont les noms n’ont pas été révélés.

” Ces rencontres visaient à préparer le terrain avant la publication d’une lettre ouverte adressée au président Omar Bongo Ondimba ” qui devait servir de “détonateur au soulèvement recherché”, a souligné le ministre.

Une forte contrepartie financière était promise aux médias qui devaient accepter de diffuser la lettre. ” Les documents font état d’une enveloppe globale de près de 300 millions de FCFA, soit plus de 500 000 euros”, a soutenu le patron de la police gabonaise.

Il a également révélé que “des tentatives similaires d’enrôlement des gabonais, en vue de dépôt de nouvelles plaintes, se tiennent en Afrique du sud, à Bruxelles et à Londres “.

La plainte des ONG française du 2 décembre 2008 est la 3ème du genre. Elle concerne les présidents Denis Sassou Nguesso (Congo), Theodoro Obiang Nguéma (Guinée Equatoriale) et Omar Bongo Ondimba (Gabon). Les deux premières avaient été rejetées par la justice française.


SUR LE MÊME SUJET
Déclaration de Mike Jocktane sur sa tentative de Kidnapping
Je me présente à vous aujourd’hui comme un homme harcelé par le pouvoir en place. Un homme traqué qu’on chercherait même à éliminer physiquement. Pourtant, je ne crois pas avoir posé des actes qui méritent que je sois traité de la sorte par les forces de police diligentées par le pouvoir en place. Mais les faits sont là. Je suis Mike Steeve Jocktane, citoyen gabonais, évêque consacré le 22 mars 2003 sous les auspices des archevêques Nicholas Duncan Williams et John Hackman de Trans Atlantic and Pacific Alliance of Churches basé à Londres (Grande-Bretagne). Par ailleurs, j’ai occupé des fonctions politiques ...
Lire l'article
Communiqué Le Comité de Suivi intérimaire de la Plateforme Citoyenne est sidéré d’apprendre qu’un petit groupe d’éléments pédégistes vivant aux USA aurait approché un certain nombre de membres de la Plateforme Citoyenne aux fins de leur proposer d’aller rencontrer le despote Ali Bongo Ondimba au nom de la Plateforme. Ali Bongo Ondimba est en effet en séjour aux Etats-Unis cette semaine dans le cadre de la Réunion du Conseil de Sécurité des Nations Unies. Les membres approchés, notamment Léon Obame (Plateforme et ancien BDP) et André Bouassa (UPG et Plateforme), et d’autres tels un certain Guy Roger Biwagou (non membre, ancien BDP et ...
Lire l'article
Dr Daniel Mengara, leader du mouvement ‘’Bongo Doit Partir’’ (BDP), a annoncé mercredi à Libreville, sa candidature à l’élection présidentielle du 30 août prochain en déclarant que « je ne suis pas venu vous parler d’une ethnie, d’une tribu, d’un clan ou dune famille, mais de la nation et d’unité nationale ». Dans son discours d’investiture prononcé ce mercredi à Libreville, le Dr Daniel Mengara a indiqué, dès l’entame, que « je ne suis pas venu vous parler d’une ethnie, d’une tribu, d’un clan ou dune famille, mais de la nation et d’unité nationale ». Car a-t-il relevé, « la situation du ...
Lire l'article
''Nous ne céderons pas à la diversion et à la déstabilisation des institutions républicaines, d'où qu'elles proviennent'', a réagi le parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir), dans une déclaration publiée ce samedi dans le quotidien ''l'Union'', suite aux informations alarmistes diffusées par les médias occidentaux sur l'état de santé du président gabonais Omar Bongo Ondimba, allant jusqu'à insinuer la vacance du pouvoir au Gabon. ''Le parti démocratique gabonais demande à ses militants et à tous les compatriotes de rester vigilants face à ces manoeuvres d'intoxication et de déstabilisation'', mentionne la déclaration, qui invite ceux qui font des allusions à la vacance ...
Lire l'article
Le ministre gabonais de l'Intérieur, André Mba Obame, a justifié vendredi lors d'une conférence de presse la détention de cinq Gabonais, dont des leaders d'ONG, par "une tentative de déstabilisation". "Il apparaît de plus en plus clairement que notre pays est réellement la victime d'une tentative de déstabilisation par des organisations étrangères (...), l'ordre public et la sécurité de notre pays étant en cause", a affirmé le ministre, évoquant même un "complot pour attentat". Selon lui, les ONG Sherpa, Survie et Transparency ayant porté plainte à Paris contre le président gabonais Omar Bongo Ondimba et ses homologues congolais et équato-guinéen, qu'elles ...
Lire l'article
Alain Moupopa, chef d'une ONG gabonaise, a affirmé samedi à l'AFP à Libreville ne pas avoir été interpellé en même temps que d'autres leaders de la société civile détenus depuis le 31 décembre à la police judiciaire (PJ), mais être "recherché" pour des motifs inconnus. "Je n'ai pas été interpellé, parce qu'au moment où (les policiers) sont venus arrêter mes autres collègues, je n'étais pas au bureau", a expliqué M. Moupopa, président de l'ONG Afrique-Horizons, dont plusieurs sources avaient annoncé l'interpellation en même temps que Marc Ona Essangui et Georges Mpaga, à leur siège commun. Il a ajouté être cependant "recherché" tout ...
Lire l'article
La Fondation Omar Bongo Ondimba pour la Paix a annoncé samedi qu'elle allait attaquer "en justice" deux ONG qui ont déposé une nouvelle plainte contre trois chefs d'Etat africains, qu'elles accusent de posséder en France des biens financés par de l'argent public détourné. "Face à ces attaques à répétition et sans fondement qui décrédibilisent l'action des ONG (Transparency international -TI- et Sherpa), la Fondation Omar Bongo Ondimba pour la Paix, créée dans le but d'accompagner le chef de l'Etat gabonais dans sa quête permanente de la promotion, de la culture et du maintien de la paix au Gabon et dans ...
Lire l'article
Le président de l’Union du peuple gabonais (UPG) et leader de l’opposition, Pierre Mamboundou devrait être reçu en audience, mercredi, par le chef de l’Etat, Omar Bongo Ondimba, selon des proches de l’opposant, dont le dispositif de sécurité a été aperçu en matinée en face de l’entrée principale du palais de la présidence de la République sur le front de mer. En cas d’audience effective accordée par le Chef de l’Etat, Omar Bongo Ondimba à son principal opposant arrivé en seconde position à l’élection présidentielle de décembre 2005, cette nouvelle rencontre entre le président de la République et Pierre Mamboundou ...
Lire l'article
France – Afrique: Wade: « La fermeture des bases françaises peut être un facteur de déstabilisation »
Le retrait des troupes françaises des pays africains non compris le Sénégal peut être ’’un facteur de déstabilisation’’, a déclaré jeudi le chef de l’Etat, Me Abdoulaye Wade, qui s’est dit cependant favorable à la révision des accords de défense entre la France et des pays du continent. Le retrait de la France ’’de tous les pays d’Afrique, je ne parle pas du Sénégal, je pense que c’est un facteur de déstabilisation’’, a notamment dit le chef de l’Etat dans un entretien à Radio France internationale (RFI). ’’Il y a des gouvernements en Afrique qui ont besoin d’avoir des accords visibles ...
Lire l'article
Pour protester contre l'expulsion de deux étudiants gabonais et les reportages réalisés par les chaînes de télévisions "France 24", "France 2" et "TV5 monde" sur le patrimoine privé du chef de l'Etat gabonais Bongo Ondimba en France, des manifestants ont fait des tags sur la barrière de l'ambassade de France au Gabon pour réclamer des excuses publiques. Les relations entre Libreville et Paris sont envenimées depuis bientôt trois semaines par deux faits : l'expulsion de deux étudiants gabonais dans une intervalle d'une dizaine de jours et la diffusion dans les médias français d'un reportage sur les avoirs du président Bongo ...
Lire l'article
Déclaration de Mike Jocktane sur sa tentative de Kidnapping
Communiqué: Des pédégistes des USA engagés dans une tentative de détournement de la Plateforme Citoyenne
Gabon: « Je ne suis pas venu vous parler d’une ethnie, d’une tribu, d’un clan ou dune famille, mais de la nation et d’unité nationale
Gabon: Nous ne céderons pas à la diversion et à la déstabilisation des institutions républicaines (PDG)
Leaders d’ONG écroués: “tentative de déstabilisation du Gabon” (Intérieur)
Gabon: un leader d’ONG dit n’avoir pas été interpellé mais être recherché
Le Gabon victime d’une « organisation secrète »
Gabon: Pierre Mamboundou devrait être reçu à la présidence de la République
France – Afrique: Wade: « La fermeture des bases françaises peut être un facteur de déstabilisation »
Gabon : L’ambassade de France à Libreville victime des tags

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 9 Jan 2009
Catégorie(s): Politique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*